L’opération “Détruire les Grecs” Chapitre II: Chypre

Par Dimitris Konstantakopoulos

Global Research, 03 juillet 2017

Un coup d’État juridique et politique international se déroule de nos jours avec l’aide et la coopération de la Commission européenne contre un autre Etat de l’UE, après la Grèce la République de Chypre.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, Juncker et Guterres tentent, par l’application des lignes directrices de la politique américaine et britannique, de détruire un deuxième membre de l’UE après la Grèce et de le transformer en une sorte de protectorat post-moderne. Ce qui est encore plus impressionnant, presque personne ne parle de cela dans les médias internationaux, ou, quand ils en  parlent, ils reproduisent simplement le récit officiel.

Comme 82% de la population chypriote sont des Grecs par nationalité, ce coup devrait être considéré comme une continuation et une «radicalisation» du programme «Détruire les Grecs» mis en œuvre par l’UE et le FMI, sous la supervision de La Haute Finance en alliance avec l’Allemagne, depuis sept ans. De l’économie, ils passent maintenant à la géopolitique. Jusqu’à présent, ils ont usurpé la souveraineté grecque en matière de politique économique. Avec le coup d’Etat chypriote, ils tentent d’usurper la souveraineté «difficile» du peuple grec.

Je n’utilise pas le terme coup d’état comme un schéma rhétorique, je l’utilise stricto sensu .

Une conférence internationale a été convoquée à Genève, avec trois États étrangers (Grande-Bretagne, Turquie, Grèce) représentés avec des représentants des deux plus grands groupes nationaux de Chypre: les Grecs et les Turcs. La République de Chypre, un État membre de l’UE, n’est pas représentée officiellement dans cette conférence. Deux des trois États (la Grande-Bretagne et la Turquie) ont par le passé lancé des guerres très sanglantes contre les Chypriotes.

Le but de cette conférence est d’élaborer un nouveau «Traité pour une Chypre fédérale» et de décider du futur régime constitutionnel et international de cet état, sans tenir compte de ce que les citoyens de Chypre pensent à propos de cela. La raison pour laquelle ils ont convoqué une telle conférence est qu’ils ne sont pas en mesure de persuader les Chypriotes eux-mêmes d’organiser un référendum pour voter la solution proposée par les puissances occidentales au conflit ethnique de l’île, une solution équivalente au suicide de l’Etat chypriote et sa transformation en un protectorat !

Le gouvernement grec, qui agit de plus en plus comme représentant en Grèce de la Troïka et de l’Occident, non comme représentant du peuple grec, a accepté de participer à cette farce criminelle. Il en est de même avec le président de Chypre lui-même, qui est ouvertement, internationalement et publiquement menacé de diverses allégations criminelles, en particulier le scandale de Lebedev, aux mains de l’administration et des tribunaux américains.

Read also:
Robin Blackburn: The Corbyn Project

Malheureusement pour le peuple grec en Grèce et à Chypre, sa classe politique et dirigeante a fait le plus grand progrès en Europe pour faire progresser l’agenda totalitaire des puissances étrangères qui cherchent à subjuguer et à détruire le peuple grec, ses états et leur démocratie.

Dans le nouvel «état» qu’ils veulent créer à Chypre, la règle de la majorité (la base de la démocratie) sera officiellement abolie, car les 18% de minorités auront un veto sur toutes les décisions essentielles, et les juges et les responsables étrangers prendront les décisions dans les contingences très probables où les Grecs et les Turcs ne sont pas d’accord.

Le nouvel État n’aura aucune armée ni sa propre police, mais sera sous le pouvoir d’une force de police internationale !

En fait, leur intention est de ramener Chypre au statut de colonie, c’est ce qu’elle était avant sa révolution de 1955 à 1959 et avant qu’elle ne soit indépendante en 1960 !!! Ils ont en gestation  un monstre, une sorte d’état Frankenstein.

Ce coup d’État est une expression de plus de l’attaque mondiale contre la souveraineté populaire et nationale, contre l’État social et contre toutes les formes de démocratie.

C’est la même attaque qui est également organisée par des traités tels que TTIP, CETA, etc., qui visent à créer rien de moins qu’un ordre mondial totalitaire, détruisant toute possibilité existante de pouvoirs élus, au niveau local ou national, influant sur les décisions qui affectent les peuples..

Le néolibéralisme était initialement une proposition économique et politique. Il s’agit maintenant d’une proposition de changement de régime. Il est déjà clair que, depuis le Traité de Maastricht au moins, nous avons été témoins d’un coup d’Etat à multiples facettes en Occident, ce qui a miné les fondements mêmes de l’ordre politique occidental. Ils abolissent le principe de la souveraineté populaire en tant que tel, cherchant à le remplacer par un royaume de la finance, dont le pouvoir est incorporé dans diverses organisations internationales et leurs bureaucraties, y compris les institutions et les bureaucraties de l’UE et la plupart des «gouvernements nationaux». Ils ne déclarent pas ouvertement, mais ils procèdent par différents moyens, y compris TTIP, CETA et les autres traités de même nature.

Nous semblons vivre une gigantesque contre-révolution internationale, contre les résultats sociaux et politiques de la Seconde Guerre mondiale et la victoire des peuples européens contre le nazisme et le fascisme et, en réalité, contre les principes mêmes des Lumières et des révolutions française et similaires (y compris la grecque de 1821 et la chypriote de 1955-59).

Read also:
German FM: US Video Not Sufficient to Prove Iran’s Guilt in Tanker Attacks

Nos nations sont en péril et nos États ont déjà été, plus ou moins, détournés par la mondialisation, c’est-à-dire par la dictature internationale du capital financier, ou du moins par une alliance politiquement et stratégiquement cohérente, en alliance avec le complexe militaire et industriel américain Et l’OTAN.

Le contenu du régime politique occidental, tel que nous l’avons connu depuis 1945, a déjà été largement aboli et sa forme juridique va maintenant progressivement changer pour refléter cette nouvelle réalité. L’un des moyens utilisés est celui des traités internationaux mentionnés précédemment. Un autre facteur pertinent est la manière dont l’Union européenne, le FMI et la BCE ont réagi à la crise bancaire de 2009, en la transformant en une crise de la dette et en l’utilisant comme un outil pour détruire la souveraineté populaire et nationale, en particulier en Europe du Sud.

Nulle part, cette expérience n’est allée aussi loin qu’en Grèce, qui est utilisée, en même temps, comme un exemple pour effrayer les autres Européens, comme bouc émissaire et comme champ d’expérimentation. Le programme de sauvetage imposé au pays a déjà conduit à une crise économique et sociale de proportions sans précédent, plus profonde que l’énorme crise de 1929 aux États-Unis ou la crise de la République de Weimar en 1929-1933.

La Grèce est maintenant le champ de bataille du nouveau totalitarisme financier comme entre 1936 et 1939, l’Espagne était le champ d’expérimentation des totalitarismes nazis et fascistes croissants.

Le programme appliqué à la Grèce n’est pas un programme classique de réformes néolibérales. C’est une erreur de décrire ce qui se passe en Grèce en utilisant des termes comme l’austérité. Il s’agit de l’assassinat d’une nation. Les créanciers ont déjà enlevé la souveraineté nationale et populaire grecque. Une troïka gère même les affaires quotidiennes de l’État et du gouvernement. Toute propriété publique grecque est enlevée. La population grecque se rétrécit car les jeunes n’ont pas d’enfants; Les jeunes ayant des qualifications spécialisées émigrent en grand nombre; La mortalité augmente chez les retraités en raison de l’effritement des systèmes de santé et de sécurité sociale. Les pensions grecques ont été réduites  quinze fois dans les sept années du programme de «renflouement». La psychologie et le moral du peuple grec sont au plus bas, remarquablement semblable à la psychologie de M. K., l’accusé dans le procès par Franz Kafka.

Ce n’est pas seulement une expérience politique, économique, sociale mais en quelque sorte anthropologique. Ils veulent non seulement détruire la nation, la démocratie, l’état. Ils veulent détruire leur idée et l’idée même de la citoyenneté. Ils veulent conduire la Grèce à commettre une sorte de suicide collectif et ils ont jusqu’ici en grande partie réussi, spécialement depuis la trahison de SYRIZA, l’une des plus graves trahisons dans l’histoire du mouvement international de gauche.

Read also:
UK Police To Arrest Julian Assange

Maintenant, avec le coup d’Etat de Chypre, cette attaque contre les Grecs prend de nouvelles formes sans précédent et même plus dangereuses.

Ce qui se passe en Grèce, ce qui se passe au Moyen-Orient, ce qui se passe  avec le climat, tous sont des preuves que nous sommes confrontés à une offensive horrible, extrêmement radicale et impitoyable par les forces les plus dangereuses et les plus réactionnaires que l’humanité a jamais produites. Aucune illusion n’est permise. Mais la plupart d’entre nous ne donnent pas une réponse proportionnée à la situation. Nous condamnons souvent ces phénomènes, mais nous ne nous comportons pas comme s’il s’agissait d’une question de vie ou de mort pour la civilisation humaine.

Il est important dans ces conditions de défendre chaque élément, partout, de la souveraineté populaire et nationale. Mais en même temps, nous devrions comprendre qu’une telle lutte ne peut finalement pas être gagnée au niveau local ou national, d’autant plus que nous vivons déjà, dans une large mesure, dans ce qui est objectivement un état, et cet état, que nous l’aimions ou non, c’est l’UE. Nos adversaires ont déjà un programme régional et mondial sophistiqué, mais nous essayons de les confronter dans le contexte étroit des réalités nationales de plus en plus sans importance.

Nous avons besoin de nouveaux sujets politiques qui tiennent compte du caractère radical de l’offensive que nous affrontons, consacrée dans nos réalités nationales, mais aussi, dans le même temps, dans la réalité internationale objective.

Plus que jamais, nous avons besoin d’une conférence Zimmerwald B, un siècle après la première.

* Ce qui précède est d’une intervention à la Conférence sur une réponse démocratique aux Accords de libre-échange, organisée par la Fundación Galiza Semper et le Centre Maurits Coppieters à Coruna (Galiza).

La source originale de cet article est Defend Democracy Press

Copyright © Dimitris Konstantakopoulos , Defend Democracy Press , 2017

Read also

After the Greek experiment, a sequel in the EU: turning Cyprus into a protectorate!

Killing a Republic – Kissinger and Cyprus

Theresa May in Ankara to obtain Cyprus (the EU enlargement policy at a crossroads) (English French)