Les conséquences internationales d’une guerre gréco-turque. Un moyen de l’éviter

par Dimitris Konstantakopoulos

Dans un article précédent, nous avons examiné les méthodes que les forces tierces peuvent utiliser pour provoquer un conflit militaire entre la Grèce et la Turquie et nous avons expliqué pourquoi un tel conflit, s’il n’est pas contrôlé, peut se transformer en catastrophe pour les deux pays.

Nous avons de nombreuses indications qu’il existe effectivement des forces tierces qui tentent d’alimenter le conflit, mais il est bien sûr difficile d’en avoir la preuve. C’est pourquoi nous suivrons la méthode inverse. Nous essaierons de déterminer qui “profitera du crime”, c’est-à-dire des principales conséquences internationales d’un conflit gréco-turc. En analysant les résultats d’une guerre gréco-turque complète, nous pouvons nous faire une idée de la probabilité que de centres de pouvoir internationaux tentent de provoquer une telle guerre depuis les coulisses.

Bien sûr, “la guerre est le père de tout” et ses résultats peuvent être très différents des intentions. Lorsque les Américains ont organisé le coup d’État à Kiev, ils n’attendaient pas que l’armée russe débarque en Syrie ! Pourtant, les politiques menant à une guerre sont basées sur les perceptions d’avant-guerre de ce qui pourrait en résulter. Et bien sûr, nous devons garder à l’esprit que si quelqu’un profite d’un “crime”, ce n’est pas une preuve qu’il travaille pour le commettre ou qu’il l’a commis !

Cinq conséquences d’un conflit majeur entre la Grèce et la Turquie

En cas de guerre gréco-turque majeure entraînant la destruction des deux pays, nous pouvons déjà discerner cinq conséquences majeures :

– Le régime d’Erdogan pourrait être renversé et remplacé par un régime pro-occidental et pro-israélien et probablement autoritaire. Le problème des tendances à l'”indépendance” de la Turquie sera résolu et la Turquie sera très affaiblie pendant une très longue période.

-Un conflit ne sera pas seulement un coup terrible pour les Etats grec et chypriote, il sera un coup terrible pour la nation grecque elle-même complétant ses défaites historiques de 2010 et 2015. C’est plus important qu’un coup porté à l’État, car les gouvernements et les régimes peuvent changer, si les nations et les peuples survivent.

Les Grecs sont connus pour leurs capacités de résistance inhabituelles, depuis la révolution de 1821, un éclair dans la nuit européenne de la Sainte-Alliance, jusqu’à leur résistance à l’Axe entre 1940 et 1945, de loin la plus combative et la plus massive de toute l’Europe (compte tenu de l’ampleur et de la population du pays). La neutralisation définitive de la nation grecque doit être considérée comme un triomphe historique des forces impériales désireuses de faire de toute la Méditerranée leur “mare nostrum” et d’expulser définitivement toute influence russe ou européenne indépendante.

En Grèce même, une défaite militaire mettrait en doute ce qui reste de quelque chose ressemblant à une “démocratie parlementaire”, et pour Chypre, cela pourrait bien signifier la fin de cet État.

Les Grecs et la Grèce restent dans la conscience du monde le symbole le plus important de la lutte de l’homme pour la liberté. Les mots Liberté, Logos et Démocratie ont été formulés pour la première fois dans la langue grecque. L’humiliation et la destruction ultime de cette nation doivent être considérées comme un énorme triomphe idéologique pour les tendances totalitaires mondiales émergentes.

Je comprends que certains lecteurs puissent qualifier tout cela de “théorie de la conspiration”. Dans ce cas, ils devraient expliquer le fait que l’Allemagne, l’UE et le FMI n’ont pas imposé à la Grèce un programme de “réforme” néolibérale sévère, ce qui seraitt “normal” dans ces circonstances, mais ce que nous pouvons appeler un “programme d’extinction de la nation”, qui a entraîné une perte de 27 % du PIB, c’est-à-dire un pourcentage de perte de PIB plus important que les pertes de PIB allemandes ou françaises pendant la Première Guerre mondiale! Et aussi pour expliquer pourquoi, trois ans plus tard, les mêmes forces ont attaqué et détruit le système bancaire d’un deuxième État habité par une majorité grecque, la République de Chypre, en appliquant un programme de “sauvetage” sans précédent, en réalité une sorte de  blietzkrieg financière.

– Troisièmement, une guerre entre la Grèce et la Turquie constituera un coup énorme et probablement mortel pour l’UE, déjà en crise profonde et ne disposant d’aucun outil pour faire face à une situation de guerre.

L’auteur de cet article n’a aucune sympathie excessive pour une structure à moitié totalitaire, dominée par l’Allemagne et antisociale comme l’UE, dirigée par une alliance de l’oligarchie financière mondiale et des élites allemandes sous la supervision de l’OTAN et des États-Unis, qui a contribué à la destruction de la Grèce.

Pourtant, la question la plus importante n’est pas tant de détruire ou non l’UE (ou d’en faire sortir un ou plusieurs États) que de savoir comment remplacer l’ordre européen existant par un meilleur ordre, plus social, écologique, démocratique et indépendant.

Read also:
US nukes in Europe & low strike threshold are direct violations of non-proliferation treaty – Moscow

Dans les circonstances actuelles et dans le scénario que nous examinons ici, nous courons le risque de voir des forces extrémistes aux États-Unis et certains de leurs alliés profiter de la crise pour tenter de couper l’UE en plusieurs morceaux, plus faciles à manipuler par les États-Unis, afin d’imposer leurs objectifs commerciaux à l’Europe et d’assurer la future domination mondiale sans entrave du dollar, nécessaire pour assurer le financement de l’économie américaine

En cas de décomposition de l’UE, les Néoconservateurs pourraient probablement essayer de créer une Union méditerranéenne comprenant l’Europe du Sud et l’Afrique du Nord, non pas comme un outil de coopération des différentes nations méditerranéennes, mais comme un outil de contrôle de celles-ci et de dissuasion de toute influence extérieure (russe, chinoise, allemande), pour que l’axe Etats-Unis – Israël ait le contrôle exclusif d’une mer au milieu de trois continents.

– Tout conflit majeur dans le grand Moyen-Orient torpillera le projet chinois “Une route, une ceinture”.

– Une guerre entre la Grèce et la Turquie sera un coup dur pour l’OTAN et c’est le principal et de loin le plus sérieux obstacle à une guerre. Mais l’idée de remplacer l’OTAN par d’autres structures de défense flotte dans le milieu de Trump. Si Washington décide, à un moment donné, qu’il doit exclure Ankara de l’Alliance, alors il doit créer la possibilité de le faire, parce que maintenant ce n’est pas possible institutionnellement et/ou politiquement. Mais si nous parlons d’une crise énorme menant à la décomposition de l’UE, nous pouvons alors penser à la “recomposition” de l’OTAN au moins.

En examinant les conséquences possibles d’une guerre gréco-turque, nous pouvons conclure qu’il s’agit d’une mesure très radicale qui ne peut être justifiée qu’aux yeux des forces les plus radicales et les plus extrémistes de l’Empire dominant. C’est ce qui la rend difficile mais pas impossible. L’excès de confiance d’Ankara et la situation chaotique des élites grecques peuvent conduire à des situations imprévisibles.

Comment éviter une guerre 

Au cours de l’année dernière, nous avons vu s’accumuler dans la mer Égée et la Méditerranée orientale suffisamment de matières explosives.

Proposer que ces conflits, profondément enracinés dans l’histoire, puissent simplement être résolus par un dialogue entre les parties en conflit ou par des tribunaux internationaux ne semble pas une alternative viable dans les conditions actuelles. La Grèce et la Turquie défendent des positions qu’il est très difficile d’enfreindre et si l’on tente de le faire artificiellement, on peut même obtenir un résultat contraire. Ces positions sont profondément ancrées dans l’idéologie et la mentalité nationales des deux pays et il n’est pas très probable que l’un d’entre eux ou les deux s’en éloignent. La Turquie se perçoit comme trop forte pour le faire, la Grèce est trop faible pour le faire.

Aujourd’hui, l’Allemagne tente de servir de médiateur entre la Grèce et la Turquie. Le problème est que Berlin manque d’une grande vision stratégique (la gestion de la crise grecque au cours de la dernière décennie en est plus qu’une preuve) et d’une compréhension profonde des réalités nationales. On ne peut pas non plus exclure qu’elle soit probablement trop influencée par ses grands intérêts commerciaux.

(Il va d’ailleurs sans dire que les Américains feront tout pour torpiller tout rôle allemand. M. Trump a déjà fait clairement savoir ca. Foreign leaders ask me to talk to Erdoğan because he only listens to me, Trump says

L’un des principales buts de la politique américaine en Méditerranée est d’interdire tout rôle européen autonome. Certains analystes pensent que l’une des raisons pour lesquelles les Américains ont encouragé le Premier ministre turc de l’époque, Mme Ciller, à provoquer la crise d’Imia, en 1996, était précisément de montrer au Premier ministre grec pro-allemand Simitis et à l’Europe qui était le patron en Méditerranée orientale. L’une des raisons pour lesquelles les Américains et les Britanniques ont poussé fort dans le passé et imposé à l’Europe l’élargissement de l’UE à la Turquie, malgré l’absence de toute condition préalable sérieuse pour une démarche aussi audacieuse, était leur objectif d’avoir un “agent d’influence” de plus au sein de l’UE et d’isoler l’Europe historique et l’UE entre la Turquie à l’Est, la Grande-Bretagne à l’Ouest et la Pologne au Nord).

Lorsque les puissances étrangères font de la “médiation” entre la Grèce et la Turquie, elles favorisent généralement la Turquie. La raison en est simple. Les élites politiques turques sont plus indépendantes, plus agressives dans la poursuite de leurs intérêts nationaux, beaucoup plus difficiles à gérer que les élites politiques grecques habituellement obéissantes et dépendantes. Il est normal, dans de telles circonstances, qu’un médiateur exerce plus de pression sur le camp perçu comme le plus faible et le moins résistant.

Read also:
De Córdoba à Paris: Hugo Moreno. le "Dragon" (1943-2017)

Cette méthode a abouti dans le passé à de mauvais accords pour la Grèce, que les élites grecques ont acceptés en raison de leur caractère dépendant, malgré l’opposition du peuple grec et qui ont finalement conduit à plus de conflits. Washington, Londres et Athènes ont poussé l’archevêque Makarios à signer les fameux accords de Zurich – Londres sur Chypre (1959) et le seul résultat de ces accords (très probablement leur but également) a été d’alimenter et d’éterniser le conflit entre les Chypriotes grecs et les Chypriotes turcs, les piégant ainsi que la Grèce et la Turquie dans un conflit chypriote insoluble qui dure jusqu’à présent. C’est la même méthode que les anciennes puissances coloniales ont utilisée au Moyen-Orient, ke sous-continent indien ou l’ Afrique, pour “rester en partant”, laissant les conditions pour l’ application permanente de la methode “divide et impera” de k’ Empire Romaine.

Dans les circonstances actuelles et dans le scénario que nous examinons ici, nous courons le risque de voir des forces extrémistes aux États-Unis et parmis les Neocons profiter de la crise pour tenter de couper l’UE en plusieurs morceaux, plus faciles à manipuler par les États-Unis, afin d’imposer leurs objectifs commerciaux à l’Europe et d’assurer la future domination mondiale sans entrave du dollar, nécessaire pour assurer le financement de l’économie américaine

En cas de décomposition de l’UE, les Néoconservateurs pourraient probablement essayer de créer une Union méditerranéenne comprenant l’Europe du Sud et l’Afrique du Nord, non pas comme un outil de coopération des différentes nations méditerranéennes, mais comme un outil de contrôle de celles-ci et de dissuasion de toute influence extérieure (russe, chinoise, allemande), pour que l’axe Etats-Unis – Israël ait le contrôle exclusif d’une mer au milieu de trois continents.

– Tout conflit majeur dans le grand Moyen-Orient torpillera le projet chinois “Une route, une ceinture”.

– Une guerre entre la Grèce et la Turquie sera un coup dur pour l’OTAN et c’est le principal et de loin le plus sérieux obstacle à une telle guerre. Mais l’idée de remplacer l’OTAN par d’autres structures de défense flotte dans le milieu de Trump. Si Washington décide, à un moment donné, qu’il doit exclure Ankara de l’Alliance, alors il doit créer la possibilité de le faire, parce que maintenant ce n’est pas possible institutionnellement et/ou politiquement. Mais si nous parlons d’une crise énorme menant à la décomposition de l’UE, nous pouvons alors penser à la “recomposition” de l’OTAN au moins.

En examinant les conséquences possibles d’une guerre gréco-turque, nous pouvons conclure qu’il s’agit d’une mesure très radicale qui ne peut être justifiée qu’aux yeux des forces les plus radicales et les plus extrémistes de l’Empire dominant. C’est ce qui la rend difficile mais pas impossible. L’excès de confiance d’Ankara et la situation chaotique des élites grecques peuvent conduire à des situations imprévisibles.

Comment éviter une guerre 

Au cours de l’année dernière, nous avons vu s’accumuler dans la mer Égée et la Méditerranée orientale suffisamment de matières explosives.

Proposer que ces conflits, profondément enracinés dans l’histoire, puissent simplement être résolus par un dialogue entre les parties en conflit ou par des tribunaux internationaux ne semble pas une alternative viable dans les conditions actuelles. La Grèce et la Turquie défendent des positions qu’il est très difficile d’enfreindre et si l’on tente de le faire artificiellement, on peut même obtenir un résultat contraire. Ces positions sont profondément ancrées dans l’idéologie et la mentalité nationales des deux pays et il n’est pas très probable que l’un d’entre eux ou les deux s’en éloignent. La Turquie se perçoit comme trop forte pour le faire, la Grèce est trop faible pour le faire.

Aujourd’hui, l’Allemagne tente de servir de médiateur entre la Grèce et la Turquie. Le problème est que Berlin manque d’une grande vision stratégique (la gestion de la crise grecque au cours de la dernière décennie en est plus qu’une preuve) et d’une compréhension profonde des réalités nationales. On ne peut pas non plus exclure qu’elle soit probablement influencée par ses intérêts commerciaux.

(Il va d’ailleurs sans dire que les Américains feront tout pour torpiller tout rôle allemand. M. Trump a déjà fait savoir que les dirigeants étrangers me demandent de parler à Erdoğan parce qu’il n’écoute que moi, dit-il)

L’une des principales motivations de la politique américaine en Méditerranée est d’interdire tout rôle européen autonome. Certains analystes pensent que l’une des raisons pour lesquelles les Américains ont encouragé le Premier ministre turc de l’époque, Mme Ciller, à provoquer la crise d’Imia, en 1996, était précisément de montrer au Premier ministre grec pro-allemand Simitis et à l’Europe qu’ils étaient les patrons en Méditerranée orientale. L’une des raisons pour lesquelles les Américains et les Britanniques ont poussé fort dans le passé et imposé à l’Europe l’élargissement de l’UE à la Turquie, malgré l’absence de toute condition préalable sérieuse pour une démarche aussi audacieuse, était leur objectif d’avoir un “agent d’influence” de plus au sein de l’UE et d’isoler l’Europe historique et l’UE entre la Turquie à l’Est, la Grande-Bretagne à l’Ouest et la Pologne au Nord).

Read also:
NATO opens new fronts with Russia, Germany protests

Lorsque les puissances étrangères font de la “médiation” entre la Grèce et la Turquie, elles favorisent généralement la Turquie. La raison en est simple. Les élites politiques turques sont plus indépendantes, plus agressives dans la poursuite de leurs intérêts nationaux, beaucoup plus difficiles à gérer que les élites politiques grecques habituellement obéissantes et dépendantes. Il est normal, dans de telles circonstances, qu’un médiateur exerce plus de pression sur le camp perçu comme le plus faible et le moins résistant.

Cette méthode a abouti dans le passé à de mauvais accords pour la Grèce, que les élites grecques ont acceptés en raison de leur caractère dépendant, malgré l’opposition du peuple grec et qui ont finalement conduit à plus de conflits. Washington, Londres et Athènes ont poussé l’archevêque Makarios à signer les fameux accords de Zurich – Londres sur Chypre (1959) et le seul résultat de ces accords (très probablement leur but également) a été d’alimenter et d’éterniser le conflit entre les Chypriotes grecs et les Chypriotes turcs, les piégant ainsi que la Grèce et la Turquie dans un conflit chypriote insoluble qui dure jusqu’à présent. C’est la même méthode que les anciennes puissances coloniales ont utilisée au Moyen-Orient, dans le sous-continent indien et en Afrique, afin de rester dans ces régions après les avoir formellement “quittées”, en créant les conditions de toutes sortes de conflits futurs, prêts à être utilisés par elles si elles en ont besoin. C’est l’ancienne stratégie romaine “Diviser et Impera”.

Un autre exemple est le tristement célèbre et monstrueux plan Annan pour la solution du problème chypriote présenté en 2002. Ce plan, qui a été accepté par les élites politiques grecques et chypriotes et promu énergiquement par les puissances américaines et européennes, prévoyait la dissolution de la République de Chypre en une sorte d'”État” où toutes les décisions importantes seraient prises par trois juges nommés par le secrétaire général de l’ONU (c’est-à-dire par les États-Unis, la Grande-Bretagne et Israël) qui désigneraient leurs successeurs ! Ce plan était contraire à toutes les dispositions fondamentales du droit constitutionnel, européen et international, une recette pour le désastre entre les Chypriotes grecs et les Chypriotes turcs et une bombe à retardement à l’intérieur de l’UE. Heureusement, ses architectes, conscients de la profonde offense aux fondements mêmes des principes démocratiques que représentait leur plan et également pleins de mépris pour le simple peuple, ont prévu un référendum et ont donné au peuple chypriote la possibilité de rejeter massivement le plan en 2004. Par leur vote négatif, ils ont fait  l’économie d’une énorme crise en Méditerranée orientale et au sein de l’UE un projet déjà planifié à partir de cette époque

La seule solution viable

Dans ces circonstances, il semble n’y avoir qu’une seule solution qui préserve les intérêts de la paix, tant des parties en conflit que de l’Europe, de la Chine et de la Russie dans la région. Et il s’agit d’un moratoire indéfini sur les activités dans la région maritime entre la Grèce, Chypre et la Turquie (Chypre peut également être incluse, mais la situation y est plus compliquée).

L’oléoduc EastMed peut être inclus dans ce moratoire, ou non. De toute façon, il ne sera pas construit. Aucune des parties en conflit ne doit être contrainte de faire des concessions sur ses droits de souveraineté. Personne ne doit être contraint de perdre son prestige et son visage. Si le problème de la délimitation des zones maritimes ne peut être résolu pacifiquement maintenant, qu’il attende des temps meilleurs. Le modèle caspien de règlement des différends maritimes peut aussi probablement fournir des idées utiles.

Sinon, si nous laissons la crise s’aggraver, même si nous évitons une guerre maintenant, nous créerons les conditions de futurs conflits et de futures interventions massives de puissances étrangères.