Après l’indépendance, l’Algérie a lancé une expérience de socialisme autogéré

Par Hall Greenland

Hall Greenland est un journaliste et historien australien. Il a récemment terminé une biographie de Michalis Raptis (alias Michel Pablo).

Après la fin de Français domination coloniale, le premier gouvernement algérien a commencé à promouvoir l’autogestion ouvrière dans la « Mecque de la révolution ». Mais une réaction brutale d’éléments conservateurs a conduit à un coup d’État militaire qui a établi le régime toujours au pouvoir aujourd’hui.

Il y a une scène finale célèbre au film classique de Gillo Pontecorvo de 1966, La bataille d’Alger. Après avoir vu les parachutistes Français « gagner » la bataille par une combinaison de torture et de meurtre au cours de l’heure et demie précédente, le film culmine avec les habitants de la Casbah déferlant dans la ville avec leurs drapeaux rebelles et leurs bannières soufflant dans le vent proclamant l’indépendance et la liberté de l’Algérie.

Ce n’était pas une concession pour ceux d’entre nous qui aiment une fin heureuse de type hollywoodien mais la vérité historique. Malgré la déroute en 1957 du Front de libération nationale (FLN) pro-indépendance dans la bataille d’Alger, le peuple lui-même a continué à s’organiser.

Lorsque le président Français Charles de Gaulle a effectué sa visite en Algérie en décembre 1960, les habitants d’Alger et d’une demi-douzaine d’autres villes à travers le pays ont explosé en manifestations de masse pour lui faire comprendre leur détermination inébranlable à être libre.

Pouvoir populaire

Ce n’était pas la dernière intervention spontanée des Algériens ordinaires dans le destin de leur pays. Lorsque l’indépendance est arrivée en 1962, la plupart des millions de colons européens ont décidé d’émigrer plutôt que de vivre sous la domination algérienne. Médecins, ingénieurs, techniciens et d’enseignants ont quitté le pays le privant de leurs capacités.

Ils ont également laissé derrière eux une traînée de destruction. Ce n’est pas seulement l’OAS (Organisation de l’armée secrète) terroriste qui a provoqué cette vengeance, tuant des milliers d’Algériens non armés. Les agriculteurs et les hommes d’affaires ont également détruit des machines et détruit des bâtiments à leur départ.

L’abandon et la destruction des fermes des colons signifiaient que l’Algérie était confrontée à la famine car les colons s’étaient appropriés les meilleures terres. En outre, la contre-insurrection Française a forcé plus de deux millions d’Algériens à quitter leurs terres alors que de vastes étendues de campagne étaient débarrassées des villages et des fermes pour créer des zones de tir libre.

Contre cette famine imminente sont entrés les centaines de milliers d’ouvriers agricoles algériens qui ont repris les fermes abandonnées et les ont gérées eux-mêmes. La récolte a été sauvée. Alors qu’il y avait des prises de contrôle similaires dans les villes, le phénomène d’autogestion était beaucoup plus fort dans les campagnes. Cela dit, au début, des équipes de mécaniciens de la ville étaient mobilisées pour se rendre dans les fermes afin de réparer et d’entretenir les tracteurs et autres machines.

Lorsque l’indépendance est arrivée en 1962, la plupart des millions de colons européens ont décidé d’émigrer plutôt que de vivre sous la domination algérienne.

Cet exemple d’autogestion ouvrière est né de la nécessité. elle ne comptait pas sur la direction et l’initiative du FLN, dont les cadres avaient été dispersés et chassés d’une grande partie de l’Algérie par une armée Français d’un demi-million de soldats. Au cours de l’été 1962, le FLN se scinde lors d’une conférence en Tunisie, affaiblissant encore sa capacité d’action. Tout comme en 1960, c’est le peuple algérien auto organisé qui a sauvé la situation.

Certes, il ne faut pas idéaliser ce moment à outrance. Il s’agissait d’une prise de contrôle inégale des fermes et des entreprises européennes. La démocratie locale n’a pas toujours été parfaite : il y a eu de nombreux exemples de gros bonnets locaux, de mafieux et de moudjahidines armés faisant des accords parallèles avec des propriétaires européens émigrés ou saisissant des biens européens. Cependant, dans ces derniers cas, il y avait souvent des luttes en cours entre les usurpateurs et les travailleurs locaux pour le contrôle.

La réalité spontanée de l’été 1962 a préparé le terrain pour la lutte qui allait dominer les trois années suivantes : démocratie directe contre contrôle bureaucratique et bourgeois. En d’autres termes : le peuple contre une classe dirigeante naissante.

La radicalisation au sommet

Au début, les présages étaient bons. Dans la lutte pour le pouvoir après l’indépendance, l’option la plus radicale est arrivée en tête, représentée par le duo Ahmed Ben Bella, l’un des initiateurs historiques de la guerre d’indépendance, et Houari Boumédiène, chef de l’armée du FLN. L’Assemblée nationale nouvellement élue a élu Ben Bella président et Boumédiène ministre de la Défense.

Read also:
The U.S. Inability To Count Votes is a National Disgrace. And Dangerous.

La tendance de Ben Bella était de faire de l’Algérie un autre Cuba. Son arrivée au pouvoir a coïncidé avec l’arrivée à Alger du militant grec de gauche Michalis Raptis, plus connu sous le nom de Michel Pablo. En tant que secrétaire de la Quatrième Internationale trotskyste, Pablo avait rassemblé le premier et le plus important des réseaux européens de soutien au FLN, y compris l’organisation d’usines d’armes souterraines pour approvisionner le mouvement en armes.

Pablo croyait fermement qu’une caractéristique essentielle du socialisme était l’expansion de la démocratie. D’une part, il ne pensait pas que vous pouviez avoir le socialisme dans un pays sous-développé et dévasté comme l’Algérie, parce que le socialisme supposait un haut niveau de développement économique, qui dépendait nécessairement d’une division internationale du travail. D’autre part, Pablo a fait valoir que l’on pouvait jeter les bases d’un socialisme futur en encourageant les institutions démocratiques dès le départ.

Pablo était devenu un défenseur de ce qu’il appelait « l’autogestion » (autogestion) dans toute la société. Il s’est félicité de la création spontanée de l’autogestion sur le lieu de travail en Algérie. Dans son esprit, il y avait une chance (et ce n’était que cela) de créer une alternative viable aux modèles capitalistes ou bureaucratiques pour les sociétés en développement.

Dans la lutte pour le pouvoir qui a suivi l’indépendance algérienne, l’option la plus radicale est arrivée en tête.

Pablo et Ben Bella ont noué une relation immédiate et le nouveau président a embauché Pablo comme conseiller économique. Une poignée de partisans l’ont suivi à Alger. Il y avait aussi des militants algériens tels que Mohammed Harbi et Omar Belouchrani qui étaient déjà partisans de l’autogestion.

Pour sa part, Ben Bella a persuadé le dictateur égyptien Gamal Nasser de libérer une foule de communistes arabes de ses camps de prisonniers pour travailler en Algérie. Certains d’entre eux ont contribué à des projets d’autogestion et de réforme agraire.

Cependant, le rassemblement de cette petite équipe d’intellectuels révolutionnaires cosmopolites ne pouvait cacher le fait qu’il n’y avait pas de force politique nationale engagée dans l’autogestion. Le FLN était une pagaille qui se reconstruisait rapidement, attirant autant d’opportunistes que de véritables révolutionnaires dans le processus.

En outre, le mouvement syndical en était à ses balbutiements et ses dirigeants étaient des hommes nommés par Ben Bella et Boumédiène plutôt qu’élus par les membres. Ce que nous pourrions appeler une culture de démocratie politique était largement absente.

Obstacles bureaucratiques

Néanmoins, les premiers jours de l’Algérie libre étaient porteurs d’espoir. Ben Bella a accepté le plaidoyer de Pablo pour une annulation des dettes de la paysannerie et la suspension et l’annulation des récentes ventes de fermes et de propriétés européennes. Il a autorisé Pablo à rédiger les nouvelles lois régissant le secteur autogéré de l’économie.

Cela a abouti aux décrets de mars 1963, qui ont légiféré sur la forme que devait prendre l’autogestion dans toutes les anciennes fermes et entreprises européennes. Les assemblées générales devaient détenir le pouvoir ultime, y compris celui d’élire le conseil ouvrier. À son tour, le conseil élisait le comité de gestion qui était en charge des affaires courantes. Le gouvernement devait nommer le directeur exécutif en accord avec les organes d’autogestion d’une région.

Le gouvernement a lancé la mise en œuvre des décrets de mars en grande pompe. Ben Bella a fait une tournée nationale pour promouvoir ces décrets, présider les élections des conseils ouvriers et organiser des rassemblements enthousiastes partout où il est allé, proclamant la naissance du socialisme autogéré algérien. Le Bureau national d’animation du secteur socialiste (BNASS) a été créé pour aider les nouveaux organismes autogérés et une émission de radio régulière – la Voix de l’autogestion – a été inaugurée.

Cependant, l’assassinat du ministre radical des Affaires étrangères de Ben Bella, Mohamed Khemisti, a écourté sa tournée nationale alors qu’il se dépêchait de rentrer à Alger. De retour dans la capitale, il a fait l’objet de pressions de la part de camarades de longue date, dont son ancien compagnon de cellule Ali Mahsas, qui était maintenant ministre de l’Agriculture. Mahsas a fait valoir qu’une supervision centrale ferme des fermes autogérées était essentielle.

Les décrets de mars 1963 ont légiféré sur la forme que devait prendre l’autogestion dans toutes les anciennes fermes et entreprises européennes.

L’objectif initial était que le gouvernement favorise le secteur autogéré avec un soutien et des investissements afin d’augmenter sa rentabilité et sa productivité : les rendements existants étaient environ la moitié de ceux des exploitations comparables en Europe. L’État algérien utiliserait les impôts sur ces fermes pour le développement local, régional et national.

Read also:
Julian Assange judged on December 13, 2019 - Lawyers to manage the end of the cycle of an "extraordinary rendition"?

Pourtant, la bureaucratie du parti avait d’autres idées qui étaient essentiellement parasitaires. Le ministère a pris le contrôle de la machinerie agricole, de la commercialisation et du crédit. Il a établi des liens étroits avec les administrateurs et les présidents des comités de direction. La corruption est devenue monnaie courante.

En outre, les préfets locaux – fonctionnaires de la structure Français administrative traditionnelle dont l’Algérie a hérité – ont utilisé les fermes pour aider à résoudre le chômage. Souvent, les fermes avaient maintenant quatre ou cinq fois plus de travailleurs qu’à l’époque coloniale. Les collègues de Ben Bella l’ont également persuadé de placer le BNASS sous le contrôle du ministère de l’Agriculture et les émissions de radio ont été interrompues.

La lutte pour l’autogestion

Pablo et d’autres ont protesté contre ce coup d’État bureaucratique rampant, qui a essentiellement réduit les conseils et comités autogérés au statut d’organes consultatifs et les travailleurs à celui d’employés de l’État. Dès août 1963, Pablo écrivait à Ben Bella, soulignant que toutes les révolutions se résumaient bientôt à une lutte entre tendances démocratiques et autoritaires, et qu’il devrait choisir son camp.

Selon Pablo, il était nécessaire de libérer le secteur de l’autogestion de la tutelle du ministère et de lui permettre de créer des organismes coopératifs afin de commercialiser et de distribuer ses produits et d’avoir le contrôle de ses tracteurs et autres machines. Le gouvernement de Ben Bella devrait également mettre en place une banque d’investissement agricole pour accorder des crédits aux entreprises autogérées.

Ben Bella a temporisé. Il a autorisé Pablo à rédiger une loi de réforme agraire redistribuant les terres et encourageant la création de coopératives pour les paysans algériens, dont la plupart ne travaillaient pas dans les anciennes fermes européennes et vivaient de minuscules parcelles. Pablo a également rédigé des propositions pour des conseils communaux locaux, qui seraient une combinaison de représentants directement élus et de délégués des fermes et des entreprises locales autogérées.

Pablo a écrit à Ben Bella, soulignant que toutes les révolutions se sont rapidement résumées à une lutte entre tendances démocratiques et autoritaires.

Le plan de Pablo obligerait ces conseils communaux à convoquer des assemblées générales régulières de citoyens pour guider leur travail. Les conseils formeraient la base d’une république fédérée, mobiliseraient la population locale pour les travaux publics et aideraient à l’élaboration du plan global de l’économie.

Ces initiatives sont restées en suspens jusqu’à la tenue du premier congrès national post indépendance du FLN en avril 1964. Le congrès adopta un manifeste, la Charte d’Alger, que Harbi avait en grande partie rédigé en consultation avec Pablo. Il a proclamé que le socialisme autogéré était l’objectif du FLN.

Malheureusement, cette victoire rhétorique n’a pas abouti au contrôle de l’appareil officiel du parti par les partisans de l’autogestion ou à des changements substantiels dans les ministères. À ce stade, le mécontentement face à la contre-révolution bureaucratique dans le secteur autogéré s’accumulait parmi les ouvriers agricoles eux-mêmes. En décembre 1964, il aboutit au deuxième congrès des travailleurs agricoles.

Les délégués des fermes dominaient cette assemblée d’environ trois mille personnes plutôt que les représentants ministériels et syndicaux triés sur le volet. La majorité des orateurs ont dénoncé les abus bureaucratiques et réaffirmé leurs demandes pour plus d’autogestion plutôt que moins.

La Mecque de la Révolution

À partir de la fin de 1964, il y avait des preuves d’une radicalisation de masse plus large. Une série de conférences syndicales a écarté les dirigeants fantoches que Ben Bella avait nommés en 1962. Les nouveaux dirigeants étaient plus en faveur de l’autogestion, bien que naturellement méfiants à l’égard de Ben Bella lui-même.

La manifestation la plus dramatique de cette radicalisation a été la marche de la Journée internationale de la femme à travers Alger le 8 mars 1965. D’après les preuves photographiques, il est clair que la majorité des marcheurs étaient des femmes issues des rangs plébéiens de la société algérienne.

Henri Alleg était le rédacteur en chef légendaire d’Alger Républicain, le quotidien le plus vendu (et communiste) de la capitale, et l’auteur d’un livre accablant sur son expérience de la torture aux mains des autorités Français pendant la lutte pour l’indépendance. Il a laissé une anecdote révélatrice dans ses mémoires sur cette marche.

Alors que des dizaines de milliers de femmes, selon le décompte d’Alleg, passaient devant les bureaux d’Alger Républicain, le personnel s’est penché par les fenêtres et les balcons pour applaudir et échanger des chants avec les femmes qui hurlaient. De l’autre côté de la rue se trouvait le ministère de l’Agriculture. Là, les spectateurs regardaient le visage de pierre et en silence.

Read also:
Lawmakers, US allies seek assurance that Trump won't rashly launch nuclear strike

À sa manière caractéristique, Ben Bella commençait alors à pivoter à gauche malgré les attaques continues dans le journal militaire du FLN contre les « communistes athées » qui occupaient des postes influents dans son gouvernement. Il a signalé qu’il était sur le point de limoger le ministre des Affaires étrangères, Abdelaziz Bouteflika, qui était un allié clé du chef de l’armée, Boumédiène. Lors de la réunion du comité central du FLN à la mi-juin, il a soutenu une série de motions radicales.

Ben Bella a fait de l’Algérie, avec Cuba, le plus fervent partisan des luttes anti-impérialistes dans le tiers monde.

Alors que Ben Bella n’était pas toujours radical dans les politiques intérieures, il a fait de l’Algérie, avec Cuba, le plus fervent partisan des luttes anti-impérialistes dans le tiers monde. Des mouvements tels que le Congrès national africain de Nelson Mandela en Afrique du Sud, le MPLA angolais, l’Organisation de libération de la Palestine et même l’alliance antifasciste portugaise ont ouvert des bureaux à Alger et y ont envoyé des cadres et des guérilleros pour s’entraîner.

Amílcar Cabral, le grand poète panafricain et leader nationaliste de Guinée-Bissau, a surnommé les Alger de cette période « la Mecque de la révolution » – une expression que l’historien américain Jeffrey James Byrne a récemment empruntée pour une étude extraordinaire  de la politique étrangère de l’Algérie pendant les années Ben Bella. C’est tout naturellement que Che Guevara a choisi Alger comme première escale dans sa tentative de relancer la révolution congolaise.

À la suite de cette activité, le Mouvement des pays non alignés (MNA) a choisi l’Algérie comme site pour sa deuxième conférence. Tous les géants des révolutions anti-impérialistes – de Fidel Castro, Jawaharlal Nehru et Sukarno à Nasser, Josip Broz Tito et Ho Chi Minh – devaient assister ou au moins envoyer leurs adjoints à la réunion en juillet. Ben Bella devait présider.

Le coup d’État de Boumédiène

La perspective de ce renforcement du prestige de Ben Bella, combinée au virage à gauche du président et à son intention de destituer les principaux partisans de Boumédiène de leurs postes, a peut-être été ce qui a incité Boumédiène à organiser un coup d’État contre Ben Bella. Aux premières heures du 19 juin 1965, un groupe de soldats dirigé par le chef d’état-major de l’armée est entré dans la Villa Joly où vivait Ben Bella et l’a arrêté.

Les soldats et les chars ont pris position dans toutes les villes et les grandes villes. Le putschiste Boumédiène a annoncé la fin du « chaos » et le retour à l’ordre. Il a dénoncé des personnalités comme Pablo comme des athées étrangers. La conférence du Mouvement des pays non alignés a été annulée.

Mahsas, le ministre de l’Agriculture, a naturellement soutenu le coup d’État. Les protestations contre elle étaient pour la plupart décevantes, bien que Harbi ait noté que l’une des manifestations les plus fortes a eu lieu dans la ville d’Annaba, où « les militants autogérés […] a mobilisé le peuple en expliquant que les putschistes allaient mettre fin à la démocratie populaire. »

Dans les rues d’Annaba, l’armée algérienne a tiré et massacré ses propres citoyens pour la première fois.

L’expérience algérienne de l’autogestion, entravée presque dès le début, est maintenant terminée. Les partisans de l’autogestion sont devenus des hommes et des femmes pourchassés, et Pablo a dû quitter le pays.

Dans les rues d’Annaba, l’armée algérienne a tiré et massacré ses propres citoyens pour la première fois.

Ben Bella est resté assigné à résidence jusqu’à la mort de Boumédiène en 1978. Harbi a également passé du temps en résidence surveillée, au cours de laquelle il a commencé à écrire une histoire du FLN. Après avoir fui l’Algérie en 1973, il est devenu le principal historien critique du mouvement. 

Au cours des années 1990, les espoirs de démocratisation ont été rapidement anéantis lorsque l’Algérie a été plongée dans une guerre civile brutale opposant l’armée aux fondamentalistes religieux. La dictature de l’armée persiste à ce jour.

Mais il en va de même pour les soulèvements populaires périodiques pour établir une véritable démocratie. L’allié de Boumédiène, Bouteflika, a finalement dû démissionner de son poste de président en 2019 après des manifestations de masse exigeant la fin de la dictature du bloc au pouvoir connue sous le nom de pouvoir.

2 février 2023