La situation en Biélorussie

Partout en Biélorussie, il y a maintenant des rassemblements de soutien à la “paix, l’indépendance et la sécurité” dans les quartiers, les villes et les petites localités. Une chose est sûre : l’opposition a réveillé cette nation… pas seulement l’opposition, mais toute la société, y compris les opposants à l’opposition !

Bien sûr, le fait qu’il y ait plus de manifestations pro-gouvernementales dans tout le pays que de manifestations anti-gouvernementales ne signifie pas que la partie adverse a cessé d’exister et ne représente pas non plus une masse de personnes, mais le fait est 1/ que contrairement à ce que l’opposition prétend, xes manifestations ne sont pas seulement des rassemblements de personnes âgées effrayées par les autorités, parce qu’il y a des jeunes et qu’on ne peut pas prétendre être aussi enthousiastes en y étant forcé 2/ les discours sont presque tous sans texte écrit, ce qui prouve que nous n’avons pas affaire à un type nouveau de langue de bois style URSS finissante. Nous avons affaire à une nouvelle société authentique et vivante qui est née progressivement après 1994, après l’expérience de la décomposition de l’URSS. Peut-être que ces appels aux “bat’ka” (“au père du peuple”) sont un peu gênant pour des démocrates, mais bon, après mille ans de servage et pas tout à fait un siècle de révolution, il est impossible de casser d’un coup les habitudes ancrées.

…mais le fait qu’il y ait côte à côte dans le même pays des manifestants pour et contre l’opposition, c’est au final très bien, parce que cela montre que c’est une société vivante, et comme toute société, elle est divisée… mais il y a une chose qui unit les deux groupes, ils ont tous appris à se mobiliser… à être partie prenante de la vie politique. …et les sondages montrent que les deux parties veulent un État social dans leur grande majorité. C’est pourquoi ici, il n’y a pas de drapeaux de l’UE comme lors de l’Euro-Maïdan de Kiev, ni pratiquement pas de drapeaux de la Russie tsariste (ou de l’ancienne Novorussie tsariste) comme à l’époque du Contre-Maïdan en Crimée ou au Donbass.

Read also:
Sovnarkom: Decree on the Hours of Labor

Voici la manifestation d’aujourd’hui dans un des quartier de Minsk (Komarovka). Des manifestations de quartiers, cela aussi n’est pas une mauvaise chose sur le plan civique.

Bruno Drweski