587 monuments à la vente

L’Association des archéologues grecs a dressé une liste de 587 monuments menacés par un transfert au Superfund ( TAIPED-HRADF) , soulignant que le gouvernement n’avait pas mis en œuvre l’engagement d’exempter les monuments du transfert.

Knossos, le musée archéologique, les bastions de la forteresse vénitienne d’Héraklion, le château de Chios, Spinalonga, Acropole de Sparte, la tombe de Léonidas, le château byzantin de Trikala, la forteresse de Firka, les chantiers navals de Venise à La Canée , le Cimetière minoen tardif de Armeni, la Rotonde (monument UNESCO), le Acheiropoiitos (monument UNESCO), la Tour blanche, le palais de Galère sur la place Navarin, la forêt de Seich Sou, le Musée byzantin de Thessalonique, Stade Amphithéâtre romain de Patras , le château de Patras, l’amphithéâtre romain Odeum de Patras, le site archéologique de Vergina et les tombes royales de Vergina site archéologique de Philippes (monument UNESCO), la vieille forteresse de Corfou, le site archéologique de Lefkandi à Evia, Santorin Akrotiri site archéologique d’Eleusis , la porte Ezeithia au Pirée… Ce ne sont que quelques uns des 587 monuments et biens culturels rendus publics aujourd’hui par l’Association des archéologues grecs et qui figurent dans la liste des 10 119 biens qui seraient transférés auprès du Superfond TAIPED .

La liste des 587 monuments et biens culturels publiés fait partie d’un total de 2329 monuments et bâtiments que le ministère de la Culture et des Sports a demandé au Trésor d’exclure du transfert au Superfund.

Mais jusqu’à présent, malgré les demandes persistantes de l’Association des archéologues grecs, le ministère de la Culture a refusé de publier la liste complète des monuments qu’il considère comme exclus.

Read also:
Jewish socialists condemn 'concocted hysteria' by newspapers targeting Labour leader

Dans le même temps, malgré le bruit provoqué et les réactions d’organismes locaux et scientifiques, le ministère des Finances lui-même n’a pas accordé les exemptions pertinentes ni publié de décision modificative pertinente, invoquant la nécessité “d’entendre ce que disent les « institutions » ”

Dans ce contexte, des organisations telles que l’Association des archéologues grecs ont souligné que la seule solution garantissant la protection du patrimoine culturel était l’exemption des biens qui s’y rattachent et la protection institutionnelle de ces monuments.
Mais, comme le président de l’Association des archéologues grecs, Toula Marketou l’a souligné lors d’une conférence de presse hier: “Cela fait quatre mois et rien n’a été fait. Le ministère de l’Environnement et le ministère de l’Économie et des Finances ont publié 8 communiqués de presse pour s’assurer que tout va être résolu, mais ils ne peuvent pas émettre de décision ministérielle avant 4 mois! Pourquoi sont-ils prolifiques dans les communiqués de presse, les non-papiers et les “dénégations”? Pourquoi perdent-ils tant d’encre au lieu de simplement relâcher une remarque dans le rectangle de la liste CEAK sans avoir les monuments? Qu’est-ce qui les rend “difficiles”?
voir la liste des monuments menacés ici :

https://www.docdroid.net/…/1-telikh-lista-kaek-gia-ste.pages

Lire aussi

Το τεράστιο εθνικό έγκλημα (ή πόσο “βγήκαμε από τα Μνημόνια”)