Mitsotakis peut-il devenir un “Thatcher grec”, et qui le pousse à essayer de jouer un tel rôle ? (*)

Par Dimitris Konstantakopoulos
8 mars 2021

Le gouvernement grec semble capable – et le seul capable – de provoquer une sorte de révolution dans le pays ! Il y est déjà parvenu à Nea Smyrni (banlieue des classes moyennes d’Athènes), où il a réussi à faire sortir dans la rue les citoyens grecs, par ailleurs endormis, pour protester contre la violence policière, d’une manière massive que Nea Smyrni n’avait pas connue depuis des décennies.

Les performances du gouvernement à Halandri (une autre banlieue des classes moyennes d’Athènes), ne sont pas non plus mauvaises. Là, la police a pris d’assaut un marché de légumes populaire.

Et, si la proposition de Varoufakis à SYRIZA et au KKE (PC de Grèce) pour une action commune contre les menaces à la démocratie est acceptée, alors le gouvernement grec aura accompli le “huitième miracle du monde”, c’est-à-dire la coopération des partis de gauche grecs.

On ne sait pas par où commencer et où chercher dans une Grèce hors de contrôle, où (le slogan du gouvernement) “la loi et l ‘ordre” se transforme rapidement en son contraire. Aux hôpitaux qui tombent en ruine ? Dans la police qui devient folle et dans la nouvelle unité “Action” créée par le gouvernement et spécialisée dans le passage à tabac de n’importe qui sans discernement ? Ou encore à la performance de la plupart des médias grecs, qui est maintenant comparable au rôle que les médias jouaient sous la junte des colonels ou sous le régime stalinien en URSS ?

Dans un sens, les médias grecs ont dépassé ces records historiques, notamment dans leur capacité à cacher à l’opinion publique des éléments d’information tout à fait importants.  (Bien sûr, il est bon de rappeler que ni les médias grecs sous les colonels ni les médias soviétiques n’ont pu sauver leurs régimes respectifs. Au contraire, non seulement ils ont précipité leur effondrement, mais ils l’ont finalement rendu plus catastrophique).

Nous sommes même en train de passer du contrôle des flux d’information à la construction de l'”information”. Comme le dernier sondage, selon lequel sept Grecs sur dix sont favorables à la fermeté du gouvernement face à la grève de la faim de Koufontinas, même si le prisonnier meurt. Pour que cela soit vrai, cela signifie que cette opinion est partagée par une partie considérable des électeurs de SYRIZA, du KINAL (ex-PASOK), du Parti communiste et de MeRA25 (Varoufakis)…

Avec l’élan qu’ils ont pris, ils finiront par croire eux-mêmes de telles choses.

Selon certaines sources bien informées, le Premier ministre est maintenant fortement conseillé par des personnes de son cercle intime de rester ferme sur les questions d'”ordre et de sécurité” en général et certainement sur la question du Koufontinas. Ils lui conseillent de rester ferme et de ne pas tenir compte de l’avis de certaines figures centrales de l’establishment lui-même, comme le directeur du journal progouvernemental Vima, qui lui a conseillé d’adopter une attitude plus indulgente.

L’héritage de la “Dame de fer

L’argument de ces conseillers du Premier ministre est qu’en restant fidèle à la ligne politique actuelle sur les questions d'”ordre et de sécurité”, il a une occasion historique de devenir une “Thatcher grecque”.

La tentation est grande pour le Premier ministre, alors qu’il est pressé par la réalité, de la fuir encore plus impétueusement, avec des doses plus importantes d’un médicament qui s’est déjà révélé être un poison. La peur peut mener dans différentes directions. Un leader fort est plus enclin à introduire la réalité dans ses calculs. Une personnalité faible est au contraire terrifiée par la perspective de détruire sa propre “image”.

Un leader et une personnalité forts peuvent réfléchir froidement et céder. Un leader et une personnalité faibles ont encore plus peur d’un recul et se laissent plus facilement piéger dans une mauvaise voie.

Nous devons dire dès le départ qu’une comparaison des politiciens grecs actuels avec des politiciens tels que Thatcher, de Gaulle, Roosevelt ou Churchill, qui ont mené de grandes transformations, n’est tout simplement pas sérieuse. Elle ne peut être prise que comme une plaisanterie. Les ambitions et les fantasmes sont bons, mais il faut les comparer à la réalité pour ne pas être entraîné dans de très grosses erreurs.

Il n’y a pas une chance sur un million que le Thatcherisme de 1981 se répète en 2021 et en Grèce, tant pour des raisons subjectives qu’objectives. Si on en parle ici, c’est parce que si on croit à quelque chose, même si c’est complètement improbable, alors on peut produire des résultats politiques importants.

Il est vrai que Thatcher a adopté une position absolument impitoyable sur la question de la grève de la faim des combattants républicains irlandais détenus dans les prisons britanniques.

L’assassinat indirect des grévistes était l’un des innombrables crimes de l’Empire britannique dans le monde, à l’instar de ce qu’il a fait à Chypre, où ses représentants ont pendu de jeunes Grecs et les ont enterrés dans les “tombes emprisonnés” (Fylakismena Mnimata), sans même permettre à leurs mères et à leurs pères d’assister à leur enterrement.

Read also:
The Anti-Democratic Worldview of Steve Bannon and Peter Thiel

C’était le niveau de civilisation standard de l’impérialisme britannique. Et ils se demandaient pourquoi ils ne pouvaient pas apprivoiser leur petite colonie.

En une autre occasion, la “Dame de fer”, comme était son surnom, ordonna le naufrage d’un navire argentin et d’un millier de marins par traîtrise, en dehors du champ d’opérations que les Britanniques avaient eux-mêmes défini pendant la guerre des Malouines.

Il est vrai que ces crimes, ainsi que l’écrasement de la grande grève des mineurs, ne semblent pas avoir causé de tort politique à Thatcher. Au contraire, ils ont renforcé son pouvoir politique. À long terme, bien sûr, la politique de la “Dame de fer” a jeté les bases de la désindustrialisation de la Grande-Bretagne, de sa profonde crise sociale et a maintenant amené le Royaume-Uni, un État à l’histoire séculaire, à la possibilité de se désintégrer en ses parties constituantes. À la mort de Thatcher, des milliers de personnes dans le monde entier ont éclaté en manifestations de joie spontanées.

Nous n’examinerons pas ici les grandes questions morales soulevées par l’héritage de Thatcher et qui, comme nous l’a appris Thucydide, ont à la fois une grande importance et de grandes implications politiques. Nous voulons parler du Thucydide de l’Épitaphe, et non du Thucydide tel qu’il est compris par de nombreux Grecs modernes qui, trahissant leur propre moralité et leur ignorance, croient qu’il enseignait que la justice ne compte pas, mais seulement le pouvoir.

Nous ne comparerons pas non plus les personnalités de Thatcher et de Mitsotakis.

Nous nous contenterons d’examiner trois raisons cruciales pour lesquelles le précédent britannique des années 1980 n’est pas reproductible dans la Grèce de 2021 et pourquoi toute tentative de le répéter aura des conséquences tragiques pour le pays, mais aussi pour ceux qui la tenteront.

Les différences essentielles

Premièrement, Thatcher a enfourché le destrier du néolibéralisme lors de son ascension, et non pas lors de sa grande crise, comme aujourd’hui. Même le chef de file de l’anti-étatisme grec (ex-ministre) Stefanos Manos est sorti l’autre jour, furieux parce qu’il était resté six jours sans électricité à Ekali (une banlieue riche d’Athènes), en criant “Où est l’État ?”. (lors d’une récente tempête qui a frappé la Grèce). Les statistiques mondiales de la pandémie sont claires à ce sujet : les pays dits socialistes et les pays capitalistes qui ne sont pas passés au néolibéralisme extrémiste ont résisté au COVID, tandis que les États-Unis et l’Europe occidentale ont subi et subissent encore un Waterloo sanitaire.

Avec sa politique, Thatcher a rallié (et l’a dit) les deux tiers de la société contre le tiers le plus pauvre. Ici, même s’ils ont disparu de la réalité télévisuelle virtuelle, la moitié des Grecs ne peuvent pas survivre et beaucoup n’ont même pas de quoi se nourrir décemment.

Un million et demi de Grecs en âge de produire sont hors production. Le gouvernement est totalement indifférent aux chômeurs de longue durée, comme s’ils n’existaient pas.

Au train où vont les choses, il faudrait probablement une forme de dictature, ouverte ou cachée tant que nous restons dans l’UE, pour “persuader” tous ces gens d’accepter tranquillement la perspective d’une extrême misère, voire d’une mort prématurée. Mais il est très douteux qu’une dictature basée sur une base sociale et idéologique aussi étroite puisse être imposée. Une tentative de l’imposer conduira plutôt à une généralisation de l’anarchie et à la décomposition du pays. Mitsotakis ne peut pas devenir un dictateur, mais il peut préparer le terrain pour un futur dictateur.

La Grèce (comme tout l’Occident) n’a pas besoin de plus de néolibéralisme, mais plutôt d’un abandon complet et radical des doctrines néolibérales, même si l’on pense qu’elles avaient quelques avantages en 1980. Le fiasco mortel du gouvernement avec le NHS grec le prouve amplement.

Deuxièmement, Thatcher a enfourché le cheval de la tradition impériale britannique. L’Empire a peut-être détruit des dizaines de pays et de peuples de la planète, mais il a aussi distribué une partie des superprofits, issus du pillage du colonialisme, aux classes inférieures et moyennes britanniques, achetant ainsi la complicité d’une partie de la société britannique.

La troisième différence, beaucoup plus intéressante, entre Thatcher et Mitsotakis, en est une autre à notre avis. Avec son insensibilité face à la mort de Boby Sands et de ses camarades, Thatcher a strictement respecté l’ordre juridique britannique et a protégé, et non détruit, la souveraineté et le pouvoir de l’État britannique.

Voici la grande et cruciale différence : dans le cas de Koufontinas, l’État grec viole clairement l’ordre juridique grec. La loi grecque exige le transfert de Koufontinas à la prison de Korydallos.

Le prisonnier a eu recours à une grève de la faim pour faire respecter la loi de l’État grec !

Read also:
Schäuble, a ridiculous, sadist politician, serving the interests of Goldman Sachs!

Sands a été conduit à la mort par l’application de la loi britannique (inhumaine). Koufontinas est conduit à la mort en violation de la loi grecque et se bat pour l’application de la loi.

Lutte contre le terrorisme ou lutte contre la démocratie ?

Cette histoire a très peu à voir avec Koufontinas ou avec le terrorisme. Koufontinas a été choisi comme cible parce qu’il est le moins défendable des citoyens grecs et parce que quiconque ose défendre ses droits se range facilement parmi les “amis” et les “sympathisants” du terrorisme.

Mais dans la position de Koufontinas, c’est-à-dire d’un citoyen virtuellement sans défense contre la violation non informée de la loi par les organes de l’État, on peut trouver demain n’importe quel citoyen de gauche, de droite, centriste ou apolitique et sur n’importe quelle question, politique ou autre.

Ceux qui ont planifié cette affaire veulent “éduquer”, par la force de l’exemple, les citoyens et consolider l’idée que personne ne peut compter sur la loi et l’État – la seule solution est de se soumettre à la volonté de ceux qui exercent le pouvoir.

Ils ne sont pas intéressés par la lutte contre un “terrorisme” qui a pratiquement disparu de la Grèce en tant que menace à prendre en compte depuis deux décennies et qui, s’il ressuscite, qu’il soit authentique ou fabriqué, le sera précisément à cause de cette affaire. Ce qui les intéresse, c’est de combattre la démocratie.

C’est un grand honneur pour les juges et les procureurs grecs d’avoir compris cela et d’avoir réagi par l’intermédiaire de leur syndicat, ainsi que des barreaux de Patras et du Pirée et de six membres de l’Areios Pagos (la cour suprême en Grèce).

Car en définitive, il n’y a que deux situations possibles. L’État de droit ou la loi de la jungle.

Le Dictateur

En fait, en utilisant le prétexte du terrorisme ou du caractère des actes passés du prisonnier, il y a une tentative claire, imperceptible, de commencer à mettre en œuvre un changement de régime, en introduisant un régime d’exception, qui consiste à reconnaître de facto le droit du pouvoir à ne pas obéir à ses propres lois.

L’un des plus grands théoriciens du droit, l’Allemand Karl Schmitt, a défini un dictateur comme suit : “Le souverain est celui qui décide de l’exception”. Pour Schmitt, l’exception ne correspond pas à la notion classique d’utilisation de moyens exceptionnels pour “sauver la constitution”, mais plutôt à un mécanisme permettant de créer une autre constitution.

Le dictateur a déjà été introduit officiellement en Grèce en 2010, sous la forme de la Troïka, représentative, en dernière analyse, de l’empire du capital financier mondial. Mais son introduction à l’époque ne concernait que la politique économique de l’État.

Maintenant, on tente d’étendre son pouvoir à ce qui concerne le monopole étatique de l’utilisation légale de la violence, qui est la caractéristique ultime d’un pouvoir étatique.

A la recherche d’idiots utiles

“La plus grande erreur que nous ayons commise dans cette affaire est la disposition explicite de la loi selon laquelle Koufontinas ira à la prison de Korydallos” m’a dit une personne raisonnable du parti Nouvelle Démocratie.

“Si c’est le cas, pourquoi ne le réparez-vous pas ?” lui ai-je demandé. Peut-être que les fonctionnaires grecs qui ont rédigé la dernière loi ont fait une erreur. Après tout, l’État grec est “enclin aux erreurs”. Mais les fonctionnaires américains qui surveillent de près la politique antiterroriste grecque ne sont pas si “sujets aux erreurs”.

Bien sûr, nous pouvons nous tromper. Il est difficile de trouver des preuves décisives et un “pistolet fumant” dans de tels cas. Nous avons néanmoins l’impression que derrière l’affaire Koufontinas, ainsi que derrière toute la doctrine de “l’ordre public”, se cache la même faction radicale et extrémiste au centre même du pouvoir impérial (de l’empire de la finance).

C’est le même noyau qui a utilisé le terrorisme pour lancer la chaîne de guerres dévastatrices au Moyen-Orient, le même qui nous a utilisé en 2010, pour commencer la démolition de l’État-providence dans toute l’Europe, le même qui a attaqué Chypre et a acquis le contrôle de ses banques par le programme de renflouement, le même qui a attaqué en Ukraine en 2013-14, pour commencer la nouvelle guerre froide, le même qui a utilisé la défaite par capitulation de la gauche grecque en 2015, pour canaliser le radicalisme provoqué par la crise vers l’extrême droite mondiale.

Nous ne voulons certainement pas dire que la voie empruntée par le parti Nouvelle Démocratie va à l’encontre de ses souhaits. Ce que nous voulons dire, c’est qu’ils ne l’ont pas prise, et qu’ils ne la prendraient pas, s’ils estimaient qu’une telle voie ne correspond pas aux désirs profonds des puissants centres de pouvoir étrangers. Bien sûr, le système impérial qui dirige l’Occident est fortement divisé et l'”élite” grecque est à peine capable de savoir avec laquelle de ses factions elle est en contact à chaque fois. Pour elle, l’Occident est le maître, et cela suffit. Une guerre civile à l’intérieur de la puissance est aussi inconcevable et malvenue, qu’un divorce de ses parents à un petit enfant.

Read also:
EU coronavirus recovery package is massive shift for bloc that will work 'wonders'

Nous passons maintenant de la démolition de l’État-providence européen d’après-guerre à l’entreprise de démolition des vestiges de la démocratie bourgeoise et de la souveraineté des nations européennes. Et ils ont besoin d’un pays – un “idiot utile” – pour démarrer de quelque part, comme en 2010, l’ensemble du processus. Détruire ce qui reste de la démocratie européenne et occidentale est également une condition préalable pour lancer de nouvelles guerres et pour appliquer la doctrine du “Choc des civilisations”.

Ils ont également besoin que le gouvernement actuel procède à des actions qui ne sont pas réversibles et qui l’enfermeront définitivement dans une telle voie.

Comment ils convainquent nos politiciens

Pour convaincre l’élite grecque de coopérer à de telles entreprises, de nombreux moyens et méthodes sont utilisés. Mais il est toujours préférable pour elle de croire qu’elle va aussi gagner quelque chose, que la pilule soit sucrée, de voir le fromage et non le piège, de penser que tout cela aura une fin heureuse.

Le Premier ministre George Papandreou croyait qu’il allait sauver la Grèce avec l’aide de ses amis américains et du FMI. Le Premier ministre Antonis Samaras qu’ils allaient restructurer la dette grecque. Le Premier ministre Alexis Tsipras pensait que les amis américains (encore !) lui garantiraient un accord présentable avec les prêteurs.

Ils ont convaincu M. Mitsotakis, et ils veulent le garder convaincu, qu’il deviendra le “Thatcher grec” et il est nécessaire de le faire, car la ND peut vouloir une telle orientation de la politique, mais cela ne signifie pas qu’elle n’a pas aussi peur des conséquences.

Ils ont même mobilisé, en l’absence de la moindre déclaration officielle américaine, un diplomate à la retraite, aspirant à devenir ambassadeur en Chine, Nicholas Burns, pour les féliciter de leur position ferme. Ils ont commencé à publier des sondages scandaleux, pour convaincre le gouvernement et l’opposition que le peuple grec s’est transformé en un peuple de mangeurs d’hommes qui souhaite ou même ne se soucie pas de la mort de Koufontinas. Ces méthodes s’adressent également à SYRIZA : elles cherchent à convaincre ses dirigeants qu’ils ont tort de soutenir Koufodinas. La seule erreur que Syriza a réellement commise est exactement le contraire, à savoir qu’ils n’ont pas protesté beaucoup plus fort à l’intérieur du pays et en Europe, non pas pour Koufontinas seulement et en particulier, mais pour la nouvelle menace sérieuse contre la démocratie en Grèce. Non seulement SYRIZA, mais l’ensemble de la gauche européenne en paiera à nouveau, comme en 2015, le prix.

En délivrant un certificat officiel – aussi définitif que la mort – d’insensibilité, ainsi qu’en poursuivant les tactiques terroristes des forces de police, l’actuel Premier ministre ne deviendra pas Thatcher. Il va au contraire ouvrir un abîme avec une grande partie du peuple grec. Plutôt que de lire des sondages qui sont une blague, il devrait plutôt regarder les fissures déjà visibles dans son propre parti et son entourage.

En s’obstinant dans cette voie, M. Mitsotakis va initier des processus désastreux, tant pour lui-même que pour le pays, même si nous ne pouvons aujourd’hui prédire avec précision ni quand ils se manifesteront, ni quelle forme ils prendront, ni même sur quel sujet. L’information peut être émoussée et déformée par le système médiatique, mais la vérité ne disparaît jamais complètement. Ce n’était pas le cas même dans les âges les plus sombres de l’histoire.

L’information passe dans l’inconscient collectif national. Le sang n’est pas comme les batailles rhétoriques des politiciens sur les plateaux de télévision ou au Parlement. Il a la propriété de réveiller les instincts les plus primaires de l’être humain.

Nous n’appartenons pas aux partisans du parti au pouvoir.  Mais comme le premier ministre a déjà mouillé un pied dans l’eau du Rubicon, et étant donné qu’il a fêté son anniversaire il y a quelques jours, nous lui souhaitons sincèrement de nombreuses et bonnes années à venir et, bien sûr, de ne pas associer sa carrière politique à des morts humaines.

(*) This article is the translation (with very few modifications) of an article first published in Greek by kosmodromio.gr.

Lire aussi

“Nous ne vivons pas au Moyen-Âge !” Une nouvelle crise grecque