Vendre la mort

Par William Hartung
26 mai 2021

William D. Hartung, est le directeur du programme Armes et sécurité au Center for International Policy et l’auteur, avec Elias Yousif, des tendances américaines des ventes d’armes 2020 et au-delà, de Trump à Biden.

Quand il s’agit du commercer avec des outils de la mort et de destruction, personne n’est plus au top que les États-Unis d’Amérique.

En avril de cette année, le Stockholm International Peace Research Institute (SIPRI) a publié son analyse annuelle des tendances de la vente mondiale d’armes et le gagnant – comme toujours – ce sont les États-Unis. Entre 2016 et 2020, ce pays représentait 37 pour cent du total des livraisons internationales d’armes, près du double de son plus proche rival, la Russie, et plus de six fois de celui – qui est la menace du jour pour Washington – la Chine.

Malheureusement, cela n’a pas surpris les analystes du commerce des armes. Les États-Unis ont occupé cette première place pendant 28 des 30 dernières années, affichant des chiffres de ventes massifs, quel que soit le parti au pouvoir à la Maison Blanche ou au Congrès.

C’est, bien sûr, de bonnes nouvelles pour les industriels en armement comme Boeing, Raytheon et Lockheed Martin, même si c’est une mauvaise nouvelle pour beaucoup d’entre nous, en particulier ceux qui souffrent de l’utilisation de ces armes par les militaires de l’Arabie saoudite, l’Égypte, Israël, les Philippines et les Émirats arabes unis. Les récents bombardements et nivellements de Gaza par l’armée israélienne financée et fournie par les Etats-Unis ne sont que le dernier exemple du bilan dévastateur des transferts d’armes américains au cours de ces années.

Bien qu’il soit bien connu que les États-Unis fournissent une aide substantielle à Israël, la façon dont l’armée israélienne s’appuie sur des avions, des bombes et des missiles américains n’est pas évaluée à sa valeur réelle. Selon les statistiques compilées par le Security Assistance Monitor du Center for International Policy, les États-Unis ont fourni à Israël une aide à la sécurité de 63 milliards de dollars au cours des deux dernières décennies, dont plus de 90 pour cent par le biais du financement militaire à l’étranger du département d’État, qui fournit des fonds pour acheter des armes américaines. Mais le soutien de Washington à l’Etat israélien remonte beaucoup plus loin. L’aide militaire et économique totale des États-Unis à Israël dépasse les 236 milliards de dollars (en dollars corrigés de l’inflation en 2018) depuis sa fondation, soit près d’un quart de milliard de dollars.

Roi des marchands d’armes

Donald Trump, parfois qualifié par le président Joe Biden d’ « autre type », a chaleureusement embrassé le rôle de marchand d’armes en chef et pas seulement en soutenant l’aide massive des États-Unis aux armes pour Israël, mais dans tout le Moyen-Orient et au-delà. Lors d’une visite en Arabie saoudite en mai 2017 – son premier voyage à l’étranger – Trump vantait un gigantesque accord d’armement de 110 milliards de dollars avec ce royaume.

D’un côté, l’accord saoudien était un coup de publicité destiné à montrer que le président Trump pouvait, selon ses propres termes, négocier des accords qui profiteraient à l’économie américaine. Son gendre, Jared Kushner, un ami du prince Mohammed Bin Salman (MBS), l’architecte de l’intervention dévastatrice de l’Arabie saoudite au Yémen, a même appelé Marillyn Hewson, alors PDG de Lockheed Martin. Son désir : obtenir un meilleur accord pour le régime saoudien pour un système de défense antimissile de plusieurs milliards de dollars que Lockheed avait l’intention de lui vendre. Le but de l’appel était de rassembler le plus gros paquet d’armes imaginable avant le voyage de son beau-père à Riyad.

Quand Trump est arrivé en Arabie Saoudite au bruit d’une immense fanfare locale, il a traité l’accord, qualifiant les futures ventes saoudiennes d’ « énormes », et a assuré au monde qu’elles créeraient « des emplois, des emplois, des emplois » aux États-Unis.

Ce paquet d’armes, cependant, a fait beaucoup plus que brûler la réputation de Trump en tant que faiseur d’affaires et créateur d’emplois. Elle a permis la guerre brutale menée par la coalition dirigée par l’Arabie saoudite au Yémen, qui a causé la mort de près d’un quart de million de personnes et mis des millions d’autres personnes au bord de la famine.

Et ne pensez pas une seconde que Trump était le seul à permettre cette intervention. Le royaume avait reçu un montant record de 115 milliards de dollars en offres d’armement — autorisé par le Congrès, mais qui n’entraînent pas toujours des ventes finales — au cours des huit années de l’administration Obama, y compris pour les avions de combat, les bombes, les missiles, les chars et les hélicoptères d’attaque, dont beaucoup ont depuis été utilisés au Yémen.

Read also:
Noam Chomsky: Trump’s White House will destroy us if he beats Joe Biden!

Après des frappes aériennes saoudiennes répétées sur des cibles civiles, l’équipe de politique étrangère d’Obama a finalement décidé de ralentir le soutien de Washington à cet effort de guerre, se déplaçant en décembre 2016 pour arrêter une vente de bombes de plusieurs milliards de dollars. À sa prise de fonction, Cependant, Trump a renversé cet accord, en dépit des actions saoudiennes que le membre du Congrès Ted Lieu (D-CA) a défini comme « ressembler à des crimes de guerre. »

Trump a clairement indiqué, en fait, que ses raisons d’armer l’Arabie saoudite étaient tout sauf stratégiques. Lors d’une tristement célèbre réunion à la Maison Blanche en mars 2018 avec Mohammed ben Salmane, il a même brandi une carte des États-Unis pour montrer quels endroits étaient susceptibles de bénéficier le plus de ces accords sur les armes saoudiennes, y compris les « swing states » électoraux Pennsylvanie, Michigan et Wisconsin.

Il a insisté sur cet argument économique après le meurtre et le démembrement en octobre 2018 du journaliste saoudien et chroniqueur du Washington Post Jamal Khashoggi au consulat de ce pays à Istanbul, alors même que les appels à cesser les ventes au régime se sont multipliés au Congrès. Le président a alors précisé que les emplois et les bénéfices, et non les droits de l’homme, étaient primordiaux pour lui, déclarant :

« 110 milliards de dollars seront consacrés à l’achat d’équipement militaire auprès de Boeing, Lockheed Martin, Raytheon et de nombreux autres grands entrepreneurs américains de la défense. Si nous annulons bêtement ces contrats, la Russie et la Chine en seraient les énormes bénéficiaires – et très heureuses d’acquérir toutes ces nouvelles affaires. Ce serait un merveilleux cadeau pour eux directement des États-Unis ! »

Et c’est parti. À l’été 2019, M. Trump a opposé son veto à un effort du Congrès visant à bloquer un paquet d’armes de 8,1 milliards de dollars qui comprenait des bombes et le soutien à la Royal Saudi Air Force. Il a continué à soutenir le royaume même dans ses dernières semaines au pouvoir. En décembre 2020, il a offert plus de 500 millions de dollars de bombes à ce régime dans la foulée d’un paquet de 23 milliards de dollars aux Émirats arabes unis (EAU), son partenaire dans la guerre au Yémen.

L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis n’étaient pas les seuls bénéficiaires du penchant de Trump pour la vente d’armes. Selon un rapport du Security Assistance Monitor du Center for International Policy, son administration a fait des offres de vente d’armes de plus de 110 milliards de dollars à des clients du monde entier en 2020, soit une augmentation de 75 % par rapport aux moyennes annuelles atteintes sous l’administration Obama, ainsi qu’au cours des trois premières années de son mandat.

Biden sera-t-il différent ?

Les partisans de la lutte contre le trafic d’armes aux États-Unis ont pris note de l’engagement de Campagne de Joe Biden selon laquelle, s’il était élu, il ne « laisserait pas nos valeurs à la porte » pour décider s’il continuerait à armer le régime saoudien. Les espoirs ont été encore suscités lorsque, dans son premier discours de politique étrangère en tant que président, il a annoncé que son administration arrêterait son « soutien aux opérations offensives au Yémen » ainsi que « les ventes d’armes pertinentes ».

Cette déclaration, bien sûr, a laissé une question pour l’instant sans réponse : savoir quelles seraient les armes considérées à l’appui des « opérations offensives ». Mais elle semble au moins marquer un net changement de l’ère Trump. Dans la foulée de la déclaration de M. Biden, les ventes d’armes à l’Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis ont en effet été mises en attente, de l’examen de leurs conséquences potentielles.

Trois mois après le début du mandat de M. Biden, cependant, l’engagement précoce du président de maîtriser les transactions dommageables en armes s’érode déjà. Le premier coup a été la nouvelle que l’administration allait effectivement aller « de l’avant » avec un paquet d’armes de 23 milliards de dollars aux Émirats arabes unis, y compris des avions de combat F-35, des drones armés et une valeur stupéfiante de 10 milliards de dollars de bombes et de missiles.

Read also:
Israel, from Democracy to Totalitarianism: A historic transition

Cette décision a été mal prise pour différentes raisons, notamment pour le rôle de ce pays dans la guerre civile brutale au Yémen. Là, en dépit de la réduction de ses troupes sur le terrain, il continue d’armer, de former et de financer 90 000 miliciens, y compris des groupes extrémistes ayant des liens avec Al-Qaïda dans la péninsule arabique, basé au Yémen.

Les Émirats arabes unis ont également soutenu les forces armées d’opposition en Libye, en violation d’un embargo des Nations Unies, lancé des frappes de drones qui y ont tué des dizaines de civils et réprimé des dissidents au pays et à l’étranger. Elle procède régulièrement à des arrestations arbitraires et recours à la torture. Si armer les Émirats arabes unis n’est pas un cas de « laisser nos valeurs à la porte », qu’est-ce donc ?

À son crédit, l’administration Biden s’est engagée à suspendre deux accords de bombe Trump avec l’Arabie saoudite. Encore faut-il que d’autres ventes saoudiennes en attente soient considérées comme « offensant » nos valeurs et bloquées. La nouvelle administration a permis au personnel et aux entrepreneurs du gouvernement américain d’aider à maintenir l’efficacité de l’armée de l’air saoudienne et a donc continué à permettre des frappes aériennes en cours au Yémen qui sont connues pour tuer des civils.

L’équipe Biden n’a pas non plus fait pression avec force sur les Saoudiens pour qu’ils mettent fin à leur blocus de ce pays, qui, selon les agences des Nations Unies, pourrait mettre 400 000 enfants yéménites en danger de mort par famine au cours de la prochaine année.

En outre, l’administration Biden a autorisé la vente de missiles anti navires au régime égyptien d’Abdel Fattah al-Sissi, le gouvernement le plus répressif de l’histoire de ce pays, dirigé par l’homme que Donald Trump a qualifié de « mon dictateur préféré ». Les missiles eux-mêmes ne sont en aucune façon utiles, ni pour la répression interne, ni pour la campagne antiterroriste de ce pays contre les rebelles dans sa partie de la péninsule du Sinaï – où des civils ont été torturés et tués, et des dizaines de milliers chassés de leurs maisons – mais la vente représente un appui tacite aux activités répressives du régime.

Des armes, pour tout le monde ?

Bien que les premières actions de Biden aient miné les promesses d’une approche différente des ventes d’armes, l’histoire n’est pas terminée. Les principaux membres du Congrès prévoient de surveiller de près la vente aux Émirats arabes unis et peut-être d’intervenir pour empêcher la livraison des armes. Des questions ont été soulevées sur les armes pour l’Arabie saoudite et des réformes qui renforceraient le rôle du Congrès dans le blocage de transferts d’armes répréhensibles, ont été défendues par certains membres de la Chambre et du Sénat.

Un domaine où Biden pourrait facilement commencer à remplir son engagement de campagne de réduction des dommages causés aux civils par les ventes d’armes américaines concerne les exportations d’armes à feu. L’administration Trump a considérablement assoupli les restrictions et les règlements sur l’exportation d’un large éventail d’armes à feu, y compris les armes à feu semi-automatiques et les fusils de sniper. En conséquence, ces exportations ont bondi en 2020, avec des ventes records de plus de 175 000 fusils et fusils de chasse militaires.

Dans une ambiance nettement déréglementée, l’équipe de M. Trump a transféré la vente d’armes à feu mortelles, de la juridiction du département d’État, qui avait pour mandat de vérifier de tels accords sur d’éventuelles violations des droits de l’homme, au département du Commerce, dont la mission principale était simplement de promouvoir l’exportation d’à peu près n’importe quoi. Les « réformes » de Trump ont également éliminé la nécessité de pré-informer le Congrès sur toute vente importante d’armes à feu, ce qui rend beaucoup plus difficile de mettre fin aux accords avec les régimes répressifs.

Comme il s’est engagé à le faire pendant sa campagne présidentielle, Biden pourrait renverser l’approche de Trump sans même demander l’approbation du Congrès. C’est le moment de le faire maintenant, étant donné les dommages causés par ces exportations d’armes à feu dans des endroits comme les Philippines et le Mexique où des armes à feu fournies par les États-Unis ont été utilisées pour tuer des milliers de civils, tout en réprimant les mouvements démocratiques et les défenseurs des droits humains.

Qui en profite ?

Au-delà du moindre doute, l’industrie des armes elle-même est un obstacle majeur à la réforme des politiques et des pratiques de vente d’armes. Cela inclut les grands entrepreneurs comme Boeing, Lockheed Martin, Raytheon Technologies et General Dynamics qui produisent des avions de chasse, des bombes, des véhicules blindés, et d’autres systèmes d’armes majeurs, ainsi que les fabricants d’armes à feu comme Sig Sauer.

Read also:
The rise of Asia and the polarisation of Global Forces: Western galaxy and Bandung constellation (I) | By Darwis Khudori

Raytheon se distingue dans cette foule en raison de ses efforts déterminés pour pousser les ventes de bombes à l’Arabie saoudite et une profonde implication de ses anciens (ou futurs) cadres dans le gouvernement américain. Un ancien lobbyiste de Raytheon, Charles Faulkner, a travaillé au bureau du conseiller juridique du département d’État de Trump et a été impliqué par le fait qu’il avait garanti que l’Arabie saoudite ne bombarderait pas intentionnellement des civils au Yémen, ce qu’elle a fait ! Il a ensuite soutenu la déclaration d’une fausse « urgence » pour renforcer la vente de bombes et de soutien aux avions à l’Arabie saoudite.

Raytheon s’est en effet insinué dans les couloirs du gouvernement d’une manière qui devrait être profondément troublante, même pour les normes minimalistes du complexe militaire-industriel du XXIe siècle. L’ancien secrétaire à la Défense de Trump, Mark Esper, était le lobbyiste en chef de Raytheon avant de rejoindre l’administration, tandis que l’actuel secrétaire à la Défense de Biden, Lloyd Austin, siégeait au conseil d’administration de Raytheon. Bien qu’Austin se soit engagé à se retirer des décisions concernant l’entreprise, c’est un engagement qui s’avérera difficile à vérifier.

Les ventes d’armes représentent un « Big Business » – c’est un must ! – pour les meilleurs fabricants d’armes. Lockheed Martin tire environ un quart de ses ventes aux gouvernements étrangers et Raytheon cinq pour cent de son chiffre d’affaires des ventes saoudiennes. Les emplois américains qui seraient liés aux exportations d’armes sont toujours le motif récurrent de ces transactions, mais en réalité, ils sont grandement exagérés.

Tout au plus, les ventes d’armes représentent un peu plus du dixième d’un pour cent de l’emploi aux États-Unis. Bon nombre de ces ventes, en fait, impliquent l’externalisation de la production, en tout ou en partie, vers les pays bénéficiaires, ce qui réduit considérablement l’impact sur l’emploi américain. Bien que cela soit rarement écrit, pratiquement toute autre forme de dépenses crée plus d’emplois que la production d’armes, elle-même. En outre, l’exportation de produits de technologie verte créerait des marchés mondiaux beaucoup plus importants pour les produits américains, si jamais le gouvernement décidait de les soutenir de quelque façon que ce soit, comme il soutient l’industrie de l’armement.

Compte tenu de ce qui est en jeu pour eux économiquement, Raytheon et ses cohortes dépensent de grosses sommes pour tenter d’influencer les deux partis au Congrès et toute l’administration. Au cours des deux dernières décennies, les entreprises de défense, dirigées par les grandes entreprises exportatrices d’armes, ont dépensé 285 millions de dollars en contributions de campagne et 2,5 milliards de dollars en lobbying, selon les statistiques recueillies par le Center for Responsive Politics. Tout changement dans la politique d’exportation d’armes signifiera une contrainte forte du lobby des armes et générera suffisamment de pression citoyenne pour surmonter son influence considérable à Washington.

Compte tenu de la volonté politique de le faire, il existe de nombreuses mesures que l’administration Biden et le Congrès pourraient prendre pour freiner l’emballement des exportations d’armes, d’autant plus que de tels accords sont particulièrement impopulaires auprès du public. Un sondage réalisé en septembre 2019 par le Chicago Council on Global Affairs, par exemple, a révélé que 70% des Américains pensent que les ventes d’armes rendent le pays moins sûr.

La question est la suivante : un tel sentiment public peut-il être mobilisé en faveur d’actions visant à mettre fin au moins aux cas les plus flagrants de trafic d’armes par les États-Unis, alors même que le commerce mondial des armes se développe ? Vendre la mort ne devrait pas être une joie pour un pays, donc l’arrêter est un objectif et un combat utile. Néanmoins, il reste à voir si l’administration Biden limitera un jour les ventes d’armes ou si elle continuera simplement à promouvoir ce pays en tant que premier exportateur mondial d’armes de tous les temps.

Tomdispatchregular.com

www.utopie-critique.fr