Chine – États-Unis: rencontre glaciale en Alaska

L’équipe de Joe Biden a rencontré les chefs de la diplomatie chinoise pour la première fois, et les discussions ont été tendues.

Par Richard Arzt

Il faisait -11°C à Anchorage, ce jeudi 18 mars. Une température qui n’incitait guère à se lancer dans les nombreux circuits d’excursions qui mènent aux glaciers, fjords et vallées des alentours. Et, ce jour-là, l’atmosphère de la principale ville de l’Alaska n’a pas été réchauffée par la rencontre entre deux délégations, l’une américaine, l’autre chinoise. L’Alaska est un État américain géographiquement séparé du reste des États-Unis, à peu près à mi-chemin entre Washington et Pékin. Pour cette rencontre, aucun des participants ne souhaitant se retrouver dans la capitale de l’autre, il a donc été décidé que la réunion aurait lieu à Anchorage.

L’objectif était de faire le point sur les relations sino-américaines. Pendant quatre années, Donald Trump n’a cessé de durcir le ton face à la Chine, notamment en taxant fortement les importations de produits chinois et en qualifiant systématiquement le Covid-19 de «mal chinois». Ce 18 mars, à Anchorage, pour dévoiler l’attitude du gouvernement américain à l’égard de la Chine, deux hommes, entourés de trois conseillers, sont assis à une table: le nouveau secrétaire d’État Antony Blinken (58 ans), ancien adjoint à la sécurité nationale de Barack Obama, et Jake Sullivan (43 ans), le nouveau conseiller à la sécurité nationale des États-Unis, qui fut directeur politique du département d’État de 2011 à 2013.

À la table d’en face, se trouvent, eux-aussi en compagnie de trois conseillers, les plus hauts responsables de la diplomatie chinoise. D’abord, Yang Jiechi (70 ans), qui fut au début des années 2000 ambassadeur de Chine aux États-Unis, puis ministre des Affaires étrangères entre 2008 et 2013, avant de devenir l’un des vingt-cinq membres du bureau politique. Dans cette instance suprême du Parti communiste, il est aujourd’hui chargé de suivre et de définir la politique étrangère chinoise auprès du président Xi Jinping. À côté de lui, Wang Yi (67 ans) est l’actuel ministre chinois des Affaires étrangères.

Read also:
Western Propaganda in Southeast Asia — a True “Success Story”

www.slate.fr