Lettre de Paris

Suite à mon précédent message, voici la pétition en ligne : http://www.defenddemocracy.press/partout-des-comites-citoyens-en-defense-du-bien-commun/

​Cette pétition procède de l’analyse suivant :

1/ Qui l’emportera de la bataille du rail engagée actuellement ? Le mouvement social ou Macron ? De la réponse, les conséquences seront importantes pour l’avenir.

2/ Pour peu que des miettes patronales soient données à quelques syndicats comme la CFDT et l’UNSA, ces derniers casseront le front syndical uni et le gouvernement jouera ensuite sur le pourrissement, avec les éléments de langage répétés partout et tout le temps par les grands médias.

3/ La convergence des luttes, en particulier des secteurs du public, est un élément stratégique dans la bataille.

Mais constatons plusieurs choses : les grèves et manifs à ce propos sont modestes. (Le 22 avril, à la manif appelée par la CGT et SUD : pas plus de 12-15 000 personnes, dont pas plus de 3 000 étudiants et lycéens.)

4/ Le 1er mai, et les comités du 5 mai mis en place à la suite de l’appel de F. Ruffin et F. Lordon, ont-elles une chance de développer un véritable mouvement d’opinion ?

Ce serait croire qu’il peut surgir une génération spontanée de révoltés après 40 ans de libéralisme de gauche et de droite.

Mon pronostic est donc sans appel.

Non, il n’y aura pas de vague à la Podemos.

5/ Le résultat va être le suivant : des partis politiques et syndicats qui se tirent la bourre pour ramener peu ou prou la couverture sur eux.

Ils disent ne pas vouloir être des « avant-gardes éclairées » mais se comportent pourtant comme tels. Ils se considèrent les uns et les autres comme incontournables.

Read also:
Gilet au bout de mes rêves

Ma conclusion : il faut une stratégie qui offre des passerelles en direction de la population, afin de mettre la politique à sa portée, sans exclusive avec quiconque. C’était le sens historique des comités de salut public.

Le bradage de nos actifs et la privatisation rampante de nos services publics au profit des riches est l’occasion d’unir la gronde.

Cet appel n’est soutenu aujourd’hui par aucune structure.

Néanmoins, elle me paraît politiquement en avance sur le plan stratégique par rapport aux différentes propositions existantes.

Je vous invite par conséquent à la soutenir et la relayer dans les structures politiques, syndicales et associatives dans lesquelles vous pouvez vous trouver.

Elle pourrait être le début d’un processus constituant par lequel nos concitoyens s’engageraient.

Merci à vous.

Cordialement.

Serge Marquis