La crise de la dette grecque est-elle enfin terminée ?

The Greek Debt Crisis is Finally Over. Or Is It?

Par Dimitris Konstantakopoulos
04.07.2018

La Grèce existe encore, même décapitée, sans chefs, ni forces ou intellectuels capables d’exiger la vérité et les droits. Et comme cela a été prouvé maintes et maintes fois, lors des milliers d’années d’une existence en permanence menacée, le peuple grec a une capacité unique à produire des miracles, quand personne ne les attend.

L’Eurogroupe (les ministres des Finances de l’UE) a décidé d’arrêter le financement du programme de sauvetage de la Grèce. Il prétend que le programme et la crise grecque sont terminés. Rien ne peut être plus loin de la vérité. En fait, les déclarations des politiciens européens et grecs concernant la fin du programme de renflouement et de la crise grecque ne sont rien de plus qu’un gigantesque village Potemkine, reflétant à la fois l’énorme impasse de l’UE et le fantastique progrès du totalitarisme occidental.

La dette souveraine grecque reste “extrêmement non soutenable” selon le FMI. En réalité, ce que l’Eurogroupe a fait fut de reporter une fois de plus la décision finale sur la Grèce. La Grèce restera sous une supervision très stricte de l’UE jusqu’en 2060. Le FMI restera dans le programme, mais en tant que « conseiller ». Ses politiques demeureront, mais pas son argent. L’Allemagne a refusé tout allégement de la dette, qui serait la seule solution au problème grec, une méthode dont à bénéficier l’Allemagne elle-même dans le passé, mais aussi la Pologne, l’Irak et d’autres occidentaux.

Un échec colossal

Le programme grec constitue un échec gigantesque, de loin le plus important dans l’histoire des principales institutions économiques occidentales, comme le FMI, l’UE et la BCE.

En 2010, la Grèce était dans une position beaucoup plus forte vis-à-vis de ses créanciers, des banques et des fonds privés. Sa dette était réglementée par la loi grecque et son parlement national. Les litiges liés à la dette relevaient de la compétence des tribunaux grecs. Maintenant, la dette est détenue par les États et les institutions internationales et régie par la loi coloniale britannique ; l’ensemble de la propriété publique grecque est devenue une hypothèque au service de la dette, sa protection constitutionnelle ayant été levée. Les litiges liés à la dette relèvent de la compétence des tribunaux étrangers.

À la suite de la mise en œuvre du programme de sauvetage, la Grèce a connu une perte de 27% de son PIB. Un tel pourcentage est approximativement celui des Etats-Unis ou de l’Allemagne lors de la plus grande crise de toute l’histoire du capitalisme (1929-1933), qui a été directement responsable de la montée de Hitler et de la Seconde Guerre mondiale.

Jusqu’à un demi-million de jeunes Grecs très instruits (5% de la population totale), absolument utiles à tout développement futur du pays, a déjà émigré à l’étranger. Beaucoup d’autres sont prêts à les suivre. Les investissements et les exportations grecques ont été réduits à un tiers de ce qu’ils étaient et maintenant ils commencent seulement à se rapprocher près de la moitié de ce qu’ils étaient précédemment. L’industrie grecque, le commerce, une grande partie du secteur des services ont été décimés. Seuls l’agriculture et le tourisme ont pu résister.

Read also:
Money to Banks, not to Greeks!

L’éducation, la santé, les dépenses sociales ont été radicalement réduites, parfois avec des conséquences tragiques, car les personnes qui ont besoin d’un traitement médical d’une importance vitale doivent s’attendre à mourir si elles n’ont pas les moyens de s’offrir des soins privés. Les universités grecques ont été particulièrement touchées, perdant 80% de leurs budgets précédents.

Les droits sociaux acquis au cours du siècle dernier ont été abolis. Les personnes handicapées et autres groupes vulnérables de la population ont été durement touchés. Une vague de suicides a frappé le pays.

L’état grec était connu pour son inefficacité et sa bureaucratie. Maintenant, qu’il est affaibli c’est pire. L’évasion fiscale a explosé, les Grecs étant incapables de payer les taxes exorbitantes imposées par les créanciers étrangers, qui représentent dans certains cas 70% de leurs revenus. Les Grecs ont également perdu toute incitation morale à payer des impôts, surtout dans l’atmosphère sociale dominante après leur défaite de 2015 avec la trahison et un capital social du pays pratiquement détruit.

La plupart des biens publics grecs et une grande partie de la propriété privée ont été transférés aux étrangers, y compris les banques, les transports, l’infrastructure énergétique et de communication et tout cela pour des cacahouètes. Ce qui n’était pas déjà vendu a été transféré dans un fonds spécial d’une durée de 99 ans, pour être automatiquement vendu au cas où la Grèce n’obéirait pas à ses engagements. Les Allemands, les Américains, les Chinois, les Italiens, les Israéliens, les Arabes, etc. sont en compétition pour prendre quelque chose du pays. Seule la Russie est interdite de participer au pillage pour des raisons géopolitiques.

L’espérance de vie et la santé générale de la population déclinent, pour la première fois depuis 1950, les gens y réfléchissent à deux fois avant d’avoir des enfants, les jeunes Grecs émigrent, là où les Grecs se sont déjà établis il y a déjà longtemps et où ils sont plus ou moins intégrés. L’année prochaine, pour la première fois depuis la Seconde Guerre mondiale, la population totale de la Grèce devrait diminuer en termes absolus et le pourcentage de Grecs d’origine et de conscience parmi la population est également en baisse.

Un coup d’État pour parvenir à un changement de régime

L’imposition du programme grec fut un coup d’Etat, mais un coup d’Etat au sens de Carl Schmitt, qui vise à établir un nouveau régime, d’abord en Grèce, ensuite dans toute l’Europe.

Read also:
Hiroshima Survivor Blasts Nuclear Powers during Nobel Ceremony

C’est exactement ce qui fait de l’expérience grecque une opération d’une importance fondamentale pour la transformation du régime social et politique occidental, une claire coupure avec les principes de la souveraineté populaire et nationale, sur lesquels les régimes occidentaux étaient basés, du moins en théorie, après la révolution française.

Les architectes du traité de Maastricht semblent avoir adopté un tel scénario et comment l’utiliser, lorsqu’ils ont introduit dans le traité des clauses interdisant la solidarité de l’Union envers ses membres. Goldman Sachs a également joué un rôle critique dès le début de la bulle de la dette grecque, avec ses swaps grecs.

Pour que le changement de régime soit stable, il faut qu’il produise des êtres humains qui l’acceptent, même s’ils acceptent passivement la mort de leur pays, de leur nation et, finalement, mais seulement finalement, leur propre mort. Une procédure similaire transforme un être humain normal en un être priant pour sa propre mort est décrite par Kafka dans son œuvre maîtresse Le Procès.

La Grèce existe encore, même décapitée, même sans chefs, ni forces ou intellectuels capables d’exiger la vérité et ses droits. Et comme cela a été prouvé maintes et maintes fois, au cours de milliers d’années d’une existence menacée en permanence, le peuple grec a une capacité unique à produire des miracles, quand personne ne les attend.

Les conséquences géopolitiques de “l’expérience” grecque

Les Européens ont mobilisé des centaines de milliards d’euros pour mettre en œuvre ce programme, mais hormis 5% pour la Grèce, la plus grande partie de l’argent a été utilisée pour rembourser des banques allemandes, françaises, belges ou italiennes.

En obligeant la Grèce à payer toutes ses dettes, l’Europe a acheté quelques années de pseudo-stabilité financière, ses banques ont évité des pertes, même l’Allemagne a retiré un bénéfice net du plan de sauvetage grec, alors que la BCE a spéculé contre un membre de l’Union.

Mais ces gains financiers, bien que très importants en soi, ne sont probablement pas suffisants pour expliquer une opération d’une telle ampleur et aux énormes conséquences politiques, géopolitiques et « idéologiques ».
La finance internationale, directement responsable de la crise bancaire de 2008, a pu non seulement éviter de subir des pertes mais aussi transformer ses dettes en dettes souveraines européennes et sa propre crise en une crise de l’UE, conduisant ainsi à une sorte de « guerre civile » à l’intérieur de l’Europe, qui était et reste l’arme privilégiée de l’Empire des Finances et des Etats-Unis pour dominer l’Europe. L’Europe semble maintenant avoir deux voies devant elle, soit accepter d’être transformée en un « Empire » totalitaire, comme l’a même dit M. Barroso, soit être détruite.

Read also:
FACEBOOK LIVE depuis le Venezuela

En faisant ce qu’elle a fait en Grèce, l’alliance de la grande finance internationale et des élites allemandes et européennes a clairement créé les conditions pour une généralisation des tendances centrifuges : de la Catalogne à l’Italie. Le Brexit lui-même serait inconcevable sans le spectacle de l’Allemagne en 2015 qui réprime et comprime un petit pays

Berlin a brisé la Grèce en 2015 mais, ce faisant, elle a détruit une grande partie de son capital politique accumulé pendant plusieurs décennies et est redevenue le pouvoir détesté dans une grande partie de l’Europe, même si les gens ne le disent pas toujours ouvertement.

Pour les États-Unis, les autres superpuissances occidentales et la finance internationale, ce qui s’est passé fut un triomphe colossal. Les Allemands ont créé la “Nouvelle Europe”.

La Grèce n’est pas si importante que cela pour l’économie, mais c’est un pays clé en termes géopolitiques. Depuis les croisades, toutes les campagnes occidentales contre l’Orient, l’Orient islamique ou l’Orient russe se devaient commencer par contrôler l’espace grec. C’est pourquoi la défaite grecque représente aussi une victoire indirecte, encore très importante, du « parti de la guerre » extrémiste au sein de l’establishment occidental, en organisant ses campagnes contre l’Iran, la Russie et la Chine. Les bases militaires américaines couvrent maintenant à une vitesse étonnante tout le territoire grec.

Beaucoup de gens sont enthousiastes en Europe et au-delà à la perspective d’une dissolution de l’Union européenne, compte tenu de ses politiques. Pourtant, comme l’exemple de l’Union Soviétique aurait dû nous l’apprendre, une chose est de se débarrasser d’une structure que l’on déteste, mais une autre la plus importante c’est ce que vous mettez à sa place.

La dissolution de l’Union européenne peut présenter certains avantages, étant donné son pouvoir d’opprimer les nations européennes. Mais au total, et dans les circonstances actuelles, sa dissolution conduira très probablement à la multiplication d’une galaxie de petits Etats, rivalisant entre eux et incapables de résister à la pression des deux superpuissances occidentales (Finance et US).

Une grande crise européenne semble inévitable maintenant, car les dirigeants européens n’ont rien à proposer. Mais pour qu’une telle crise aboutisse à des résultats positifs, une nouvelle force politique européenne doit émerger, suffisamment radicale pour relever les défis d’une crise aussi profonde, très sérieuse et luttant consciemment pour une Europe indépendante et sociale, pilier d’un “monde multipolaire”. “, D’un ordre international radicalement différent. Pour le moment, rien de tel n’est visible dans la politique européenne.