Elu grâce aux voix de la gauche, Darmanin tente déjà d’organiser une coalition avec la droite

Aussitôt élu grâce au front républicain, Darmanin regarde vers LR pour former une coalition et organise un repas pour réunir ses soutiens. Pendant ce temps, une autre frange du macronisme voudrait tendre la main au PS.

Par Enzo Tresso
8 juillet, 2024

Alors que le front républicain a montré sa solidité, notamment à gauche, où 72% des électeurs NFP ont donné leurs voix à des candidats de l’ancienne majorité relative, les figures du macronisme, élues avec les voix de la gauche, commencent déjà à regarder vers la droite, à l’instar de Gérald Darmanin qui a reçu, à 13h30, plusieurs dizaines de députés issus de l’aile droite de la macronie comme Maud Bergeron, Mathieu Lefèvre ou Benjamin Haddad, ancien secrétaire de l’UMP (actuel LR) qu’il a déserté pour rejoindre Ensemble. L’objectif : lancer un appel à « s’ouvrir à cette droite républicaine plus qu’on ne l’a fait auparavant ».

Aux côtés du ministre de l’intérieur, l’ancien premier ministre, Edouard Philippe a également fait part de sa volonté de construire un « bloc central », à défaut d’une nouvelle majorité présidentielle. Artisan de la campagne des législatives du macronisme au premier tour, Edouard Philippe avait milité pour des désistements ciblés (65 au total) dans les circonscriptions où le candidat en tête appartenait à LR ou au PS, actant la mort de l’ancienne majorité et la nécessité d’élargir les positions au centre.

Fort de 25 députés, le groupe Horizon est ainsi concurrencé par le nouveau groupe LR (45 députés) qui, amputé de la frange sécessionniste emmenée par Ciotti sur les bancs du RN, occupe désormais sensiblement le même créneau politique que lui. Du côté du Modem, second allié du macronisme, Bayrou regarde également à droite, considérant que le vote de barrage dans les circonscriptions où le NFP s’était qualifié au second tour, n’était en aucun cas un accord de programme et qu’une majorité demeure de toute manière « inenvisageable ».

Read also:
Johnson’s Westminster Cabinet is Far to the Right of Thatcher

Des dissonances se font cependant entendre. Sacha Houlié, ancien président de la commission des Lois, déclarait ainsi sur X, dimanche soir, que « la France a aussi un nouveau visage et de toute évidence la sociale démocratie a une place essentielle dans la vie politique de notre pays. J’en tirerai les conséquences ». C’est également le cas de Clément Beaune qui, dans un tweet lapidaire, semble également tenter de rallier une partie de la gauche social-libérale : « 3 mots-clés pour bâtir la suite, aujourd’hui et demain : COALITION, PROPORTIONNELLE, SOCIAL-DÉMOCRATIE ».

Le secrétaire général de Renaissance, Stéphane Séjourné exclut de même toute forme d’alliance avec LFI tout en maintenant ouverte la possibilité d’un accord avec certaines composantes du NFP : « Il est évident que Jean-Luc Mélenchon et un certain nombre de ses alliés ne peuvent pas gouverner la France. Or il faudra une majorité à la France ». Pour cette frange, l’hypothèse de construire un « groupe progressiste » qui investirait l’espace entre la gauche et le bloc central apparait tentante. La macronisme, qui a perdu 95 sièges, et se retrouve sans position majoritaire, hésite sur la marche à suivre. Si l’idée d’un rapprochement à gauche fait son chemin, la majorité des ténors du macronisme regarde du côté de LR. Cette orientation pourrait se confirmer. Au-delà de la « victoire » du Nouveau Front Populaire, l’Assemblée Nationale penche en effet sensiblement à droite

We remind our readers that publication of articles on our site does not mean that we agree with what is written. Our policy is to publish anything which we consider of interest, so as to assist our readers  in forming their opinions. Sometimes we even publish articles with which we totally disagree, since we believe it is important for our readers to be informed on as wide a spectrum of views as possible.