De Napoléon et Hitler à … Biden, Macron et Stoltenberg ! La nouvelle campagne russe de l’Occident

Par Dimitris Konstantakopoulos
3 juin 2024

Napoléon a fait campagne en Russie et a été écrasé. Les puissances occidentales sont intervenues massivement en Russie contre les bolcheviks (1918-21), mais elles ont été humiliées et ont vu leurs propres troupes se révolter. L’Allemagne d’Hitler a attaqué la Russie et a été détruite.

Leur gloire est apparemment enviée aujourd’hui par Biden, Scholz, Macron, Stoltenberg, von der Leyen, etc., peut-être la coterie la plus décadente de « dirigeants » de l’Occident dans toute son histoire. De très faible qualité intellectuelle, ces personnes n’ont probablement qu’une très vague idée, si elles en ont une, de l’histoire européenne, ce qui leur permet de la répéter plus facilement.

Le seul problème est que nous possédons aujourd’hui des armes nucléaires et toute une série d’autres moyens technologiques qui n’existaient pas avant 1945. C’est pourquoi la nouvelle campagne risque de devenir non seulement le Waterloo de l’Occident, mais le Waterloo de l’humanité, à moins que celle-ci ne se mobilise de manière massive et dynamique pour empêcher sa destruction.

Nous avons expliqué dans un article précédent Vers une guerre nucléaire mondiale | Defend Democracy Press pourquoi les dernières décisions des Etats-Unis et de l’OTAN augmentent dramatiquement la possibilité d’une guerre nucléaire mondiale puisque, comme nous l’avons expliqué, elles renversent les principes les plus fondamentaux de la « stabilité nucléaire » établis dans le passé par les Etats-Unis et l’URSS.  Même si nous n’ entrons pas immédiatement dans une guerre nucléaire mondiale, la Russie et l’OTAN sont un pays et un bloc technologiquement très avancés. Ils peuvent transformer la planète en enfer avant même d’avoir recours au nucléaire.

Il ne s’agit pas seulement d’un point de vue personnel. Le président des États-Unis lui-même, Joe Biden, l’a répété à maintes reprises. Dès le début de la guerre en Ukraine, il a refusé de fournir à l’ Ukraine des armes à longue portée capables de frapper en profondeur le territoire russe, arguant que nous voulions aider l’Ukraine, mais pas provoquer la « troisième guerre mondiale ». L’argument selon lequel nous ne devrions pas provoquer la troisième guerre mondiale était omniprésent dans les délibérations de la Maison Blanche sur la politique ukrainienne (https://archive.fo/gUOvq) jusqu’à ce que le président se rende au « parti de la guerre » au sein de l’Occident collectif et du gouvernement américain. Donc, soit Biden ne sait pas ce qu’il dit et ce qu’il fait, ce qui est très dangereux lorsque les décisions concernent la survie même de l’humanité, soit il sait ce qu’il dit et, pour des raisons qu’il connaît lui-même, il choisit de prendre le risque de la Troisième Guerre mondiale, c’est-à-dire de la destruction de l’humanité.

Read also:
Blinken Dismisses Calls for a Ceasefire, Says US Must Build Up Ukraine’s Military

Je comprends que mes écrits puissent être difficiles à prendre au premier degré pour le lecteur. Ayant suivi de manière assez systématique pendant de nombreuses années les questions du contrôle des armes nucléaires et des relations Est-Ouest, j’ai souligné dans mes articles le chemin qui nous a progressivement conduits là où nous sommes,  et j’ai mis en garde contre les risques liés à l’établissement de nouvelles bases américaines dans mon propre pays, où même l’explosion d’un « petit » engin nucléaire tactique peut entraîner une catastrophe radiologique. L’une des principales bases américaines se trouve à Alexandroupolis, dans le nord-est de la Grèce, et la plupart du temps, en Grèce, les vents soufflent du nord-est. Ainsi, les radiations provenant d’Alexandroupolis peuvent rapidement atteindre l’agglomération de l’Attique, où vit la moitié de la population grecque. Personne ne m’a répondu avec des arguments, mais j’ai été accueilli avec beaucoup de scepticisme et de critiques, pour ma supposée mentalité apocalyptique. La confirmation ne m’apporte aucune joie et je continue à prier le ciel pour qu’on ne me confirme plus.

La chose semble complètement logique et complètement absurde à la fois. Le plus grand obstacle à la compréhension de la réalité est constitué par les contraintes de notre imagination, comme l’a écrit le grand généticien français Albert Jacquard. La plupart des gens ont un mécanisme pour nier la réalité si nous pensons qu’elle nous dépasse, à l’instar des autruches. Incapables de supporter le stress du danger, ou ne sachant pas comment y faire face, nous préférons ne pas le voir. Mais le cauchemar est là, il est dans la réalité extérieure. Et la seule façon de l’éviter est de mobiliser les États et les sociétés.

Une escalade rapide

Au cours des trois jours qui ont suivi mon précédent article sur le risque de guerre nucléaire Towards a global nuclear war | Defend Democracy Press/, une série de nouvelles ont confirmé notre conclusion selon laquelle nous nous dirigeons vers la crise nucléaire la plus grave de notre histoire.

Après la décision de M. Biden d’autoriser l’utilisation d’armes américaines contre des cibles sur le territoire russe, en l’espace de trois jours, les Français se préparent à envoyer des troupes en Ukraine, les Allemands discutent de la possibilité de recruter 900 000 réservistes, les Néerlandais et les Danois déclarent qu’ils ne voient pas d’inconvénient à ce que les F16 qu’ils donnent à l’Ukraine frappent à l’intérieur de la Russie. Mais ces avions peuvent transporter des armes nucléaires. En d’autres termes, les Russes seront constamment sous la menace et l’incertitude qu’ils pourraient faire l’objet d’une attaque nucléaire.

L’accroissement de l’incertitude peut provoquer une guerre nucléaire par erreur, tout en facilitant une provocation. L’existence de telles armes en Ukraine, où Zelensky semble désormais être entièrement contrôlé non seulement par l’Occident en général, mais aussi par le « Parti de la guerre » extrémiste en son sein, rend toute provocation beaucoup plus facile, c’est-à-dire qu’elle déstabilise le facteur le plus crucial de la stabilité nucléaire.
C’est comme un jeu de poker où les adversaires font constamment monter les enchères. Les armes américaines ont déjà mené des attaques meurtrières à Belgorod, en Russie. La Russie, comme l’a dit Poutine lui-même, a répondu en menant une attaque en direction de Kharkiv.

Read also:
Anti-Semitism, Holocaust and Neo-Nazism

Que pensent-ils donc à Washington, à Londres, à Paris, à Berlin ? Qu’ils vont continuer à intensifier l’intervention en Ukraine et que Moscou ne réagira pas ?  Ou bien veulent-ils qu’ elle réponde, qu’il y ait escalade, qu’on en arrive à un conflit nucléaire sans en assumer la responsabilité ?

Les Russes, pour leur part, ont publié une carte des bases où les États-Unis ont stocké des armes nucléaires en Europe et Poutine a fait une référence particulière aux petits États européens dont les dirigeants ne comprennent pas dans quoi ils s’embarquent. La plupart des médias européens n’ont même pas rapporté cette nouvelle.

Qu’en pensez-vous ? Où va-t-on exactement ?

Les États européens : Des marionnettes fatales et veules

La grande majorité du personnel politique européen, directement dépendant de l’OTAN et des services américains, à ce qu’il semble, et d’un faible niveau moral et intellectuel, est impuissante à contester les décisions et les plans qui menacent de conduire l’Europe et l’humanité à leur perte.

Une exception honorable est le Premier ministre hongrois Orbán http://www.defenddemocracy.press/71683-2/, que beaucoup n’apprécient peut-être pas pour d’autres raisons, mais qui a eu le courage de s’opposer clairement aux plans de guerre et qui est maintenant menacé depuis Bruxelles, le siège d’une Union européenne soi-disant démocratique et de plus en plus totalitaire, avec l’exclusion des Hongrois de tous les postes au sein de l’UE. Il y a aussi, bien sûr, le Premier ministre slovaque de gauche Fico, encore plus radical dans sa critique de la politique de l’OTAN, mais quelqu’un a veillé à ce qu’il soit envoyé à l’hôpital.

Orban a déclaré qu’il n’avait jamais été témoin d’une telle irresponsabilité dans sa vie que dans l’implication de l’Europe en Ukraine, sans même une évaluation des coûts et des moyens nécessaires pour atteindre ses objectifs. L’OTAN est en train de devenir une partie directement impliquée en Ukraine et les chances d’éviter cela sont limitées. Il a toutefois déclaré qu’il n’était pas prêt à laisser Bruxelles et Berlin décider d’envoyer des soldats hongrois en Ukraine et de ramener son pays dans la guerre contre la Russie, comme l’a fait Hitler.

Read also:
EU doctors: Bring refugees on Greek islands to safety

Un autre homme d’État européen, le président bulgare, a averti que la politique de l’OTAN nous menait à l’Armageddon nucléaire (Bulgarian president: NATO is bringing us to Nuclear Armageddon | Defend Democracy Press).

L’« armée européenne »

Le mois dernier, le chef du Parti populaire européen (PPE), M. Weber, a déclaré qu’il souhaitait l’introduction d’un service obligatoire et la création d’une armée européenne, qui ne serait pas soumise aux contraintes de contrôle des gouvernements nationaux. En d’autres termes, Bruxelles enverra directement des soldats européens en Ukraine sans rien demander à personne.

Dans le même temps, l’idée d’un « Schengen militaire » est discutée, c’est-à-dire que les troupes de l’OTAN pourraient se déplacer sur le territoire de l’UE sans consulter les gouvernements.

Les dirigeants européens ne comprennent pas que ce qu’ils font est probablement un prélude à la troisième guerre mondiale et ils considèrent les bombes nucléaires comme un « outil de dissuasion tactique », et non comme quelque chose qui sera effectivement utilisé, mais ce qui ne semble pas probable au début d’une guerre pourrait se produire à la fin, comme l’a souligné le Premier ministre hongrois.

La question centrale

Les Américains peuvent espérer que, même si un conflit nucléaire se produit, il sera maîtrisé et confiné au territoire européen. Mais de tels calculs sont tout à fait insensés. Si l’humanité franchit le seuil de l’utilisation des armes nucléaires, qu’elles soient tactiques ou stratégiques, il sera extrêmement difficile de la contrôler et de la contenir, même pour la maintenir sur le sol européen. Très probablement, une fois que l’humanité aura franchi le seuil nucléaire, ce sera la fin de l’humanité.

En définitive, la question à laquelle les forces politiques et les sociétés occidentales doivent répondre est la suivante : Voulons-nous risquer l’existence même de l’humanité, non pas au nom de l’Ukraine ou de la démocratie, mais pour maintenir la domination d’une infime minorité sur la planète et sur nos propres nations ?

N’est-il pas temps de recommencer à penser comme Roosevelt, les deux Kennedy, De Gaulle, Willy Brandt, Olaf Palme, Aldo Moro, Andreas Papandreou ? Étaient-ils tous des agents de Moscou ? N’est-il pas temps que les peuples se mobilisent ?

Car, comme l’ont dit Nikita Khrouchtchev et John Kennedy, ceux qui survivront à une guerre nucléaire, les vivants, envieront les morts.

Lire aussi

Vers une guerre nucléaire mondiale