Il est grand temps que les pays non-alignés interviennent dans la crise ukrainienne

Par Dimitris Konstantakopoulos*
May 11, 2022

Nous sommes probablement confrontés à la crise la plus dangereuse de l’histoire de l’humanité et la guerre en Ukraine n’est qu’une de ses manifestations. Nous disons que c’est la crise la plus dangereuse de l’histoire de l’humanité, car c’est la première fois que les humains disposent de forces productives et de technologies capables de détruire la vie sur terre.

En réponse à l’intervention militaire russe en Ukraine, l’Occident a lancé ce qui équivaut à une sorte de guerre mondiale sui generis contre la Russie. Il s’agit d’une guerre mondiale en raison de l’ampleur des mesures économiques, militaires, internationales et d’information adoptées contre la Russie et parce que sa dynamique influence déjà l’ensemble du globe. Il s’agit d’une guerre mondiale sui generis, et non d’une guerre « habituelle », parce que les deux parties, la Russie et l’Occident, ont évité, jusqu’à présent, l’affrontement militaire direct de leurs forces armées, par crainte d’une guerre nucléaire capable d’anéantir l’humanité, y compris les États-Unis et la Russie. En réalité, cette forme de guerre froide et chaude qui se déclenche aujourd’hui était déjà préparée depuis de nombreuses années, avec la campagne internationale de diabolisation de la Russie, les élargissements successifs de l’OTAN et la répudiation des accords les plus fondamentaux de contrôle des armements par Washington.

Nous n’allons pas examiner ici la véracité des arguments occidentaux ni remonter aux racines de la crise ukrainienne (entre autres facteurs, la façon dont l’URSS a été démantelée, sans aucun respect de la volonté de ses peuples et de ses nations, la profonde division de l’Ukraine en une partie anti-russe et une partie pro-russe, l’élargissement continu de l’OTAN, le coup d’État soutenu par les États-Unis à Kiev ou le rôle critique joué par diverses milices néo-nazies en Ukraine). Nous n’allons pas non plus rappeler les interventions occidentales directes ou indirectes qui ont détruit des pays entiers, comme la Yougoslavie, l’Afghanistan, l’Irak, la Libye, la Syrie, le Yémen, etc. au cours des 30 dernières années seulement.

Supposons, pour les besoins de cette analyse, que tous les arguments occidentaux contre la Russie sont corrects. Même si nous faisons cette hypothèse, les mesures adoptées contre la Russie aideront-elles le peuple ukrainien ? Quelles seront leurs conséquences globales ?

1. Une victoire militaire ukrainienne est impossible

En apportant une aide massive en armements, en « assistance technique » et en mercenaires, l’Occident ne peut pas accomplir une défaite militaire d’une puissance comme la Russie. Prétendre le contraire est tout simplement ridicule.

Cela ne peut pas non plus conduire à un « changement de régime » en Russie. Si de telles tactiques ont échoué contre Cuba, l’Iran ou la Corée du Nord, et si les Talibans règnent aujourd’hui sur l’Afghanistan, il est inconcevable que de telles tactiques réussissent contre la Russie.

D’ailleurs, s’il y a un « changement de régime » en Russie, ce sera dans la direction opposée à ce que l’Amérique espère. Et si cela signifie une certaine distanciation du pays par rapport au capitalisme oligarchique qui a détourné par le passé l’expérience de Gorbatchev, avec l’aide des États-Unis, ce sera un « changement de régime » très positif à la fois pour la Russie et pour le monde entier. Car ce « capitalisme oligarchique » n’est pas un privilège de la Russie, c’est le stade ultime du capitalisme lui-même et il représente la plus grave menace pour l’humanité.

Dans les circonstances actuelles, l’aide militaire fournie à l’Ukraine contribuera à prolonger le conflit et rendra Zelenski encore plus réticent au compromis (si Zelenski a une marge d’autonomie et n’est pas un simple instrument des forces occidentales les plus extrémistes, ce dont nous doutons sérieusement). Toute cette aide militaire aura pour résultat de détruire encore plus l’Ukraine et de saigner la Russie.

Read also:
Τhe West and Russia

La seule façon d’aider les Ukrainiens est de faire pression sur Zelenski et sur la Russie pour rechercher une solution de compromis négociée. Or, le président ukrainien n’est pas intéressé par la paix. Il croit, ou il fait semblant de croire, ou on lui ordonne de le dire, qu’il gagnera sur la Russie.

2. Augmentation du risque de guerre nucléaire mondiale

L’Occident et la Russie sont désormais engagés dans une partie de poker très dangereuse, qui peut se transformer, à tout moment, en jeu de roulette russe.

Le climat politique international créé, les appels ouverts ou dissimulés à renverser le régime russe ou à tuer Poutine, la présentation de la Russie comme un pays « criminel » et l’implication militaire indirecte mais bien réelle de l’OTAN ont sérieusement sapé les fondements de la « coexistence pacifique » des deux superpuissances nucléaires (c’est-à-dire leur respect et leur reconnaissance mutuels) et ont fortement augmenté, objectivement et même indépendamment des intentions, la probabilité d’une guerre mondiale nucléaire et de l’extermination de l’humanité.

Une telle guerre peut survenir à la suite d’un accident, d’une erreur de calcul ou de provocations de la part du parti extrémiste international de la guerre, les deux camps étant poussés dans une situation où tout recul sera considéré comme une humiliation inacceptable et où le niveau de haine et de suspicion mutuelles atteint de nouveaux sommets

Nous savons qu’il existe un parti extrémiste de guerre dans le « système », même depuis la Seconde Guerre mondiale (lorsque des fonctionnaires et des personnalités de l’État américain ont commencé à négocier avec des fonctionnaires de l’État nazi allemand un changement probable d’alliances et une offensive commune contre l’URSS). Elle s’est également manifestée pendant la première guerre froide (autour du Comité du danger actuel), avec les guerres au Moyen-Orient (Néocons, Project for a new American Centrury etc.) et est responsable de l’utilisation d’une arme biologique (antrhax) en septembre 2001. Ils sont très probablement à l’origine de la stratégie de Bannon qui consiste à favoriser le nationalisme partout et à diffuser les conflits et le chaos de la « guerre de tous contre tous ».

Le démantèlement de la structure de contrôle des armes nucléaires par les États-Unis et l’augmentation progressive du recours aux armes nucléaires tactiques sont également des facteurs aggravants et déstabilisants. Il n’existe pas d’armes nucléaires tactiques. L’utilisation de toute arme nucléaire aura des conséquences stratégiques.

En attendant, toutes les négociations sur le contrôle des armements entre les États-Unis et la Russie sont suspendues et il est même difficile d’imaginer qu’elles reprennent tant que le conflit ukrainien se poursuit.

Nous devons également nous rappeler qu’il n’y a pas que des armes nucléaires dans le monde. Des dangers très importants sont également liés à tous les moyens de destruction massive, y compris les armes chimiques, biologiques, spatiales, cybernétiques et toutes les autres sortes d’armes.

3. Assurer la catastrophe climatique

Selon toutes les données scientifiques, y compris les derniers rapports du GIEC, et si nous n’adoptons pas immédiatement et globalement des mesures très radicales, le changement climatique deviendra irréversible. Quelles que soient les mesures que nous adopterons plus tard, elles ne pourront pas l’inverser. Cette situation représente une menace mortelle non seulement pour la civilisation et la prospérité de l’humanité, mais aussi pour la survie même des êtres humains.

Read also:
La crise de la dette grecque est-elle enfin terminée ?

Même avant la crise ukrainienne, la plupart des gouvernements ne semblaient pas prêts et désireux d’adopter de telles mesures. Tant que le conflit local en Ukraine et le conflit mondial entre l’Est et l’Ouest se poursuivront, il sera encore plus difficile d’adopter des mesures dans ce sens. Il est tout simplement impossible de s’attaquer aux menaces climatiques et autres menaces existentielles pour l’humanité sans une forte coopération entre toutes les grandes puissances et tous les États du monde.

D’ores et déjà, et suite à la guerre de sanctions contre la Russie, l’Europe se tourne vers l’importation massive de gaz de schiste américain en Europe, tandis que nous assistons à une augmentation du transport d’énergie par bateaux, à de nouveaux plans pour accroître l’extraction de combustibles fossiles et l’utilisation du pétrole, à l’abandon progressif des plans de passage à l’éco-agriculture et à un nouveau passage à l’énergie nucléaire extrêmement dangereuse.

Le fait que les Verts allemands soient devenus l’un des partis les plus bellicistes de tout l’Occident, soutenant fortement l’armement de l’Ukraine et toutes les sanctions anti-russes, malgré les conséquences catastrophiques que cette politique peut avoir sur les chances de survie de l’humanité, est l’un des reflets les plus impressionnants de la folie générale dans laquelle l’Humanité est en train de descendre rapidement.

4. Provoquer le chaos dans le monde

Les Nations Unies, l’institution inefficace et insuffisante mais néanmoins unique de la coopération et du dialogue mondial, est basée sur une forme d’équilibre rudimentaire et de respect mutuel des cinq membres permanents du Conseil de sécurité. On peut difficilement imaginer comment elle ne sera pas paralysée ou tout simplement abolie à long terme par la situation actuelle des relations entre les blocs occidentaux (États-Unis, Grande-Bretagne, France) et orientaux (Russie, Chine).

Tôt ou tard, la dynamique du conflit entre l’OTAN et la Russie, ainsi que de la confrontation moins dramatique, mais néanmoins bien réelle, entre l’OTAN et la Chine, influencera toutes les autres zones de conflit dans le monde et créera de nouvelles zones de conflit.

5. Provoquer des crises économiques et des famines

La guerre et la guerre des sanctions alimentent déjà une récession mondiale et de fortes tendances inflationnistes, avec des conséquences catastrophiques pour une série de pays du Sud mais aussi d’Europe (où l’UE sera menacée et où il y a un risque de montée des partis néo-fascistes). La famine menace déjà au moins huit pays d’Afrique. Des manifestations et des grèves de masse éclatent dans diverses régions du monde.

Dans ces conditions, il sera également extrêmement difficile de lutter contre le COVID et les nouvelles menaces sanitaires.

6. Des armes sans le beurre

L’un après l’autre, les pays occidentaux annoncent de nouveaux investissements coûteux dans le développement et l’acquisition d’armes. Des capitaux énormes, dont on a cruellement besoin pour s’attaquer aux problèmes sociaux dans le monde, aux inégalités à l’intérieur des pays et entre eux et pour financer la transition verte, seront dirigés vers l’industrie de la défense américaine afin de fabriquer des armes dont la seule utilité est de renvoyer l’humanité en enfer.

Ce qu’il faut faire

Pour toutes les raisons développées ci-dessus, les sanctions et autres guerres lancées par l’Occident contre la Russie sont tout sauf une réponse proportionnée aux actions de la Russie, même si nous acceptons le récit occidental. Elles ne seront d’aucune aide pour les Ukrainiens mais risquent littéralement de faire exploser la planète. Il faut les annuler immédiatement, imposer un cessez-le-feu, arrêter les nouvelles livraisons d’armes à l’Ukraine et entamer des négociations pour trouver une solution de compromis au problème. C’est la première étape urgente pour arrêter la désescalade.

Read also:
A comment on EU

Une telle solution, pour être viable, doit inclure la reconnaissance des aspirations sociales et nationales de tous les peuples habitant l’Ukraine, le droit des Ukrainiens à vivre sans être terrorisés par les bandes armées nazies et leurs alliés à l’intérieur du mécanisme étatique ukrainien, la reconnaissance de la neutralité de l’Ukraine, l’annulation de toute nouvelle extension de l’OTAN, la reprise des négociations sur le contrôle des armements afin de rétablir au niveau mondial et en particulier en Europe un régime assurant la sécurité de tous ses pays et prévoyant la poursuite de la dénucléarisation du continent, en particulier la destruction des armes de portée tactique et intermédiaire.

Les plus grands moments de l’histoire russe ont été réalisés lorsque la Russie a trouvé le moyen de défendre non seulement les intérêts étroits de la nation russe mais aussi des intérêts beaucoup plus larges. Quant à l’Ukraine, elle n’a absolument aucun avenir en tant que base de l’OTAN pour une agression contre la Russie.

Le rôle des non-alignés

Pendant la première guerre froide, le Mouvement des pays non alignés a joué un rôle énorme et très positif. (Une autre initiative très intéressante qui a contribué à diminuer les tensions dangereuses entre l’Est et l’Ouest était l’initiative des six pays et des cinq continents (Argentine, Grèce, Inde, Mexique, Suède, Tanzanie) dans les années 80).

Aujourd’hui, les pays non-alignés sont beaucoup plus puissants qu’ils ne l’étaient lors de la création de leur mouvement. Ils représentent la majorité des États et de la population du monde et un grand pourcentage du PIB mondial. Certains d’entre eux sont des puissances nucléaires.

Ils doivent surmonter les vestiges de la période coloniale qui peuvent subsister dans leur conscience et leur subconscient nationaux. Personne ne peut leur refuser un rôle dans les questions mondiales. Ils sont la seule force internationale ayant la crédibilité nécessaire pour contribuer à un accord de compromis viable et à sa vérification. Et, étant donné la dépendance actuelle de la quasi-totalité des politiciens occidentaux et en particulier européens vis-à-vis de l’OTAN et de Washington, ils semblent représenter la seule force capable d’intervenir dans la crise, afin d’arrêter la descente de la planète dans le chaos et de faire le premier pas vers l’établissement d’un ordre international plus juste, démocratique, social et écologique, sans lequel l’humanité est condamnée. Il est également évident que les pays qui joueront un rôle protagoniste dans un tel effort obtiendront également beaucoup de dividendes pour eux-mêmes.

C’est une opportunité historique que les non-alignés eux-mêmes et l’humanité tout entière ne doivent pas perdre !

(*) Dimitris Konstantakopoulos est journaliste et écrivain. Il a travaillé au bureau du Premier ministre grec Andreas Papandreou en tant que spécialiste des relations Est-Ouest, il a été correspondant en chef de l’agence de presse grecque ANA à Moscou pendant la perestroïka et les années Eltsine et il a été membre du secrétariat du parti SYRIZA en Grèce, qu’il a quitté après 2015.

source : www.defenddemocracy.press/it-is-high-time-for-the-non-aligned-to-intervene-in-the-ukrainian-crisis/