L’Europe: entre guerre et paix

par Dimitris Konstantakopoulos
Feb 16, 2022

Depuis la crise de Cuba en 1962, l’humanité n’a jamais été aussi proche de la possibilité d’une guerre mondiale qu’aujourd’hui, dans des conditions qui présentent de nombreuses analogies avec ce qui se passait à la veille de la Première et de la Deuxième Guerre mondiale. Selon le Washington Post, les choses sont encore pires. Nous sommes au point le plus dangereux de l’histoire depuis la Seconde Guerre mondiale.

En l’écrivant, le journal trahit par inadvertance l’aventurisme occidental. Car aujourd’hui, l’humanité n’a même pas le « luxe » d’une guerre mondiale pour résoudre ses problèmes, un « luxe » qu’elle a eu jusqu’en 1945. Mais si le Washington Post écrivait cela, il risquerait de déplacer le débat de la prétendue invasion russe en Ukraine à la possibilité de détruire la planète. Et c’est la dernière chose que souhaite faire un journal qui est devenu le porte-drapeau du « parti de la guerre » occidental.

Bien sûr, on espère qu’une issue pacifique à la crise ukrainienne sera trouvée même à la dernière heure, et nous ne pouvons pas l’exclure, mais pour l’instant, nous écrivons sur ce dont nous sommes témoins empiriquement, à savoir l’accumulation constante de matériaux explosifs dans la crise ukrainienne, qui nous amène à un point où aucune des parties ne pourra reculer sans être considérée comme vaincue. (Cet article a été écrit avant les annonces russes d’un retrait du Belarus). Mais il y a aussi une raison plus profonde et plus générale, une logique rampante qui bouscule la guerre : Si l’Occident n’entre pas en conflit avec la Russie, la Chine et l’Iran, comment pourra-t-il maintenir sa domination mondiale ?

La réponse des faucons à cette question est la guerre et le chaos. Les plus extrémistes d’entre eux prôneraient également un détachement complet de la Chine et de la Russie. D’autre part, Biden et les Européens ne semblent pas avoir la force, le système et la disposition pour s’opposer de manière décisive et systématique à un parti de la guerre qui n’a pas la moindre envie de reconnaître que nous ne sommes plus en 1989-91, c’est-à-dire de comprendre que l’Amérique et l’Occident dans son ensemble ne peuvent pas dominer le monde et agir en conséquence. Ils se comportent comme les Bourbons, qui n’ont rien appris et rien oublié. Le parti de la guerre est surreprésenté même dans l’administration de Biden, tandis que ses opposants ne savent pas comment le contrer sans renverser toute l’idéologie anti-russe et anti-chinoise acceptée comme acquise par tout l’establishment occidental depuis tant d’années.

Biden craint de perdre les élections s’il semble « mou » avec la Russie. En revanche, s’il se montre trop « dur », il fera voler en éclats toutes ses propres tentatives de réformes, qui vacillent aujourd’hui dans des secteurs importants (écologie et économie), étant arrivées trop tard et trop timidement pour faire face à l’énorme pouvoir du capital financier mondial et du complexe militaro-industriel américain.

L’Allemagne et la France peuvent arrêter les Américains, et ce faisant, ils pourraient jeter les bases d’un continent indépendant, vecteur de progrès dans le monde entier, mais il semble peu probable qu’ils le fassent. Ils ne veulent pas la guerre, mais ils ne veulent pas non plus de rupture sérieuse avec les Etats-Unis. Ils risquent donc de voir Washington les ignorer, et d’organiser une provocation comme l’a fait Nuland en 2014. Elle a attendu que les trois ministres européens des affaires étrangères qui avaient conclu un accord sur une résolution pacifique de la crise quittent Kiev et, dès leur départ, les mitrailleuses ont parlé.

Read also:
How Pre-WW II Ukrainian Fascists Pioneered Brutal Terror Techniques; Later Improved By CIA, Now Ironically Taught to Descendants

Ceux qui se souviennent de l’histoire peuvent également trouver des analogies entre la situation actuelle et la façon dont l’opération de la baie des Cochons s’est déroulée, sans que Kennedy ait décidé de la lancer, ou avec l’« incident » du golfe du Tonkin, lorsqu’une prétendue attaque des Nord-Vietnamiens contre des navires américains, qui n’a jamais eu lieu en réalité, a conduit au bombardement du Nord-Vietnam.

L’invasion russe

Depuis quelque temps, les médias occidentaux accusent chaque jour la Russie de se préparer à envahir l’Ukraine. Mais ils ne citent pas la moindre preuve pour étayer cette accusation, si ce n’est les déclarations de responsables anonymes des services de renseignement américains. Le seul représentant de ces agences à s’être exprimé nommément est le chef de la CIA William Burns lui-même, qui a déclaré, il y a quelque temps, que ses agences ne sont pas parvenues à la conclusion que Poutine a l’intention d’envahir l’Ukraine et s’est depuis tu ! Comment prendre au sérieux toute cette rhétorique sur l’invasion russe imminente de la part d’une puissance qui nous a assuré de l’existence d’armes de destruction massive irakiennes pour justifier l’invasion de ce pays ou des prétendues attaques chimiques d’Assad, qui n’ont jamais eu lieu ?

Par ailleurs, si les exercices militaires russes à l’intérieur de la Russie sont une provocation, que signifient les gigantesques exercices de plus de 30 nations autour de la Russie l’été dernier, les plus importants de l’histoire de l’OTAN ?

Les médias occidentaux rapportent rarement et dédaigneusement les démentis russes et n’expliquent presque jamais pourquoi Moscou ferait une telle invasion, à l’exception de quelques pitreries comme l’« argument » des médias américains selon lequel Poutine ne peut tolérer d’États démocratiques dans son voisinage (l’État démocratique que Poutine ne peut tolérer est censé être l’Ukraine, un État très favorable aux néonazis armés). Les médias mentionnent les rassemblements et exercices des troupes russes et biélorusses à l’intérieur de la Russie et de la Biélorussie, mais jamais les rassemblements de forces ukrainiennes encore plus puissantes à l’extérieur du Donbas, les régions purement russes de l’Ukraine. Des forces armées qui semblent avoir intégré toutes les bassesses de la société ukrainienne, y compris les mercenaires néo-nazis de la milice Azov (responsable, selon certains rapports, du meurtre de deux Grecs à Marioupol hier).

Les Américains disent qu’une invasion russe de l’Ukraine est imminente, mais ils n’ont pas informé le président de l’Ukraine lui-même sur quoi ils se basent pour faire cette évaluation, ce qui fait que Zelensky demande chaque jour aux États-Unis d’arrêter une hystérie guerrière qui ruine financièrement son pays. Jusqu’à hier, lorsqu’il s’est exprimé sur l’imminence d’une invasion russe, nous supposons que les États-Unis exercent des pressions. Comme le montrent les déclarations de l’ambassadeur ukrainien à Londres et de l’ancien vice-ministre des affaires étrangères, même s’ils le forçaient par la suite à les révoquer, Kiev serait prêt à renoncer à son objectif de devenir membre de l’OTAN – mais bien entendu, les États-Unis et l’OTAN ne veulent pas laisser un tel choix aux Ukrainiens. La question ici n’est pas le droit de l’Ukraine d’adhérer à l’OTAN, mais plutôt le droit de l’OTAN d’oocupation de l’Ukraine.

Read also:
Samir Amin at 80: An Introduction and Tribute

Derrière l’hystérie occidentale

Nous ne voyons aucune raison pour que Poutine ordonne une invasion russe et les médias occidentaux eux-mêmes ne nous ont fourni aucune raison sérieuse pour que la Russie envahisse l’Ukraine. Alors pourquoi toute cette hystérie ? La raison la plus probable est que des forces puissantes au sein de l’État profond occidental préparent une provocation en Ukraine orientale, autour du Donbass. En intensifiant la propagande quotidienne sur l’invasion russe imminente, tout ce qui se passera demain en Ukraine, par exemple une attaque ukrainienne sur le Donbass et la résistance ultérieure des Russes, sera présenté comme une invasion russe.

En réalité, les forces extrémistes de l’Ouest aimeraient beaucoup une « invasion » russe de l’Ukraine, et une façon de la provoquer est de lancer une attaque ukrainienne contre le Donbass. Certains éléments indiquent que c’est l’objectif, si ce n’est de Biden lui-même, d’importantes forces à l’intérieur des États-Unis. Cela pourrait expliquer la fermeture de l’ambassade américaine à Kiev, le retrait de l’Ukraine des troupes américaines et britanniques et le retrait des observateurs occidentaux de la mission de l’OSCE (afin qu’ils n’aient pas à témoigner de ce qui va se passer). Un exemple tout aussi fort est fourni par un article de David Ignatius paru dans le Washington Post il y a deux jours.

Un Vietnam au cœur de l’Europe ?

David Ignatius est considéré comme l’« éminence grise » des services spéciaux américains, et pour certains il est une sorte de « successeur » de Zbignew Brzezinski – bien qu’il n’ait pas tiré les conclusions que ce dernier a tirées avant sa mort (il a écrit que la « fenêtre d’opportunité » pour l’omnipotence américaine, qui existait après 1989-91, a été perdue). Ignatius envisage dans son article d’entraîner la Russie dans une guerre généralisée en Ukraine, semblable à celle des Soviétiques et des Américains en Afghanistan ou des Américains en Irak.

Si l’article trahit un éventuel ciblage, il se fonde bien sûr sur une comparaison totalement fallacieuse. L’Ukraine n’est pas l’Irak ou l’Afghanistan. C’est un pays au centre de l’Europe, absolument vital pour la Russie. Quant au Donbass lui-même, il reste une partie du cœur même de la Russie. Une guerre en Ukraine façonnera toute la situation mondiale, bien plus que les guerres au Moyen-Orient. L’un des objectifs centraux de ceux qui travaillent pour une telle guerre est la destruction complète des relations entre l’Europe et la Russie, et le maintien du contrôle du continent par les États-Unis.

Une guerre majeure en Ukraine, même si elle ne conduit pas à une confrontation militaire directe entre la Russie et l’OTAN, ce qui signifie une guerre nucléaire mondiale et la destruction de l’humanité, conduira à la dérégulation de l’ensemble de l’environnement international, de l’Amérique latine au Moyen-Orient et de l’Afrique à la mer de Chine, et à une énorme crise énergétique et économique. Elle conduira probablement aussi à des tentatives d’imposer des dictatures ouvertes ou cachées aux pays occidentaux eux-mêmes. Même si nous parvenons à ne pas nous entretuer par le feu nucléaire, notre espèce mourra des conséquences du changement climatique et de tous les autres problèmes qui nécessitent une très grande coopération internationale pour les résoudre et non de nouvelles guerres froides ou chaudes.

Read also:
Hawkish Pundits Downplay Threat of War, Ukraine’s Nazi Ties

Ils répondent au déclin par la guerre

On peut se demander s’il est possible que les Américains ne voient pas tout cela ? Nous avons posé cette question à un ami américain. Voici sa réponse : « En tant que personne ayant eu l’occasion d’assister à des réunions des grands et des sages au Conseil des relations étrangères, laissez-moi vous assurer que je n’exagère pas l’incapacité mentale, le manque d’informations réelles et l’auto-illusion de l’ensemble de la politique étrangère de DC… Quant au discours public, vous pouvez y trouver de sérieuses inexactitudes… C’est tout un contraste avec les enregistrements des délibérations du NSC au début des années 1960 sous Kennedy, lorsque chaque mot ou tournure de phrase était interrogé pour des significations involontaires ».

Mais l’histoire a prouvé à maintes reprises que ce type de personnel politique et étatique apparaît dans l’histoire lorsqu’une catastrophe se prépare, et son apparition est le moyen de se diriger vers une catastrophe. Certaines personnes dans le monde pensent que les Américains sont tombés en déclin et que, pour cette raison, ils ne feront rien pour protéger leur position dominante dans le monde. Mais c’est en fait le contraire qui se produit. C’ ext ecactement parce qu’ils perçoivent qu’ils sont en déclin qu’ils cherchent un moyen de l’enrayer. Et dans de telles conditions, la tentation est plus grande de faire quelque chose de vraiment fou..

D’un point de vue stratégique, le danger de guerre ne peut être écarté que si une nouvelle vision du monde est proposée, une vision qui tienne compte des besoins vitaux de l’humanité et des intérêts des populations du Nord et du Sud, de l’Est et de l’Ouest de la planète. Malheureusement, une telle vision n’existe pas pour l’instant, ni en Occident ni chez ses opposants. Ce qui existe, c’est l’entêtement sénile de puissantes forces économiques et géopolitiques, qui jouent même avec l’idée de détruire le monde pour ne pas perdre leurs privilèges, et qui ont acheté nos politiciens – y compris beaucoup de ceux qui apparaissent comme soi-disant radicaux – et ont stupéfié nos sociétés. Contrairement à ce qui se passait pendant les guerres du Vietnam et d’Algérie, ou avec les euromissiles ou avant l’invasion de l’Irak, très peu de gens manifestent en Occident contre la perspective d’une guerre catastrophique en Europe. Maintenant, nous manifestons contre le port de masques !