Commission Européenne: Carton jaune à la Grèce… le versement d’une du milliard d’euros le 11 Mars est compromis !

Suite à la conférence de presse des représentants de la Commission européenne et de la publication du rapport sur son analyse concernant la situation grecque et la décisions qu’elle en déduit sur le versement ou non du milliard d’euros le 11 mars prochain ( cf. https://www.facebook.com/photo.php?fbid=2272900882978126&set=a.1401457486789141&type=3&theater), nous publions ici les premiers éléments parus dans la presse grecque qui donne un véritable carton jaune au gouvernement grec.
Le rapport de conformité de la Commission européenne publié ce mercredi ne mâche pas ses mots et confirme que la Grèce vit encore sous la tutelle de l’UE … malgré tous les discours de Tsipras et son goum ornement sur la soit disant « sortie de crise »…
Pour lire le rapport dans son entier en anglais : https://ec.europa.eu/…/enhanced-surveillance-report-greece-…
https://ec.europa.eu/…/2019-european-semester-country-repor…
Document de synthèse /pays en Français:
https://ec.europa.eu/…/2019-european-semester-communication…

D’une façon générale, le rapport évalue ainsi la situation grecque :

« La Grèce présente des déséquilibres excessifs. Les vulnérabilités constatées sont liées au niveau élevé de la dette publique, à la position extérieure négative, à la proportion importante de prêts improductifs et au rééquilibrage extérieur incomplet dans un contexte de chômage toujours élevé, bien qu’en diminution, et de croissance potentielle faible. En août 2018, la Grèce est parvenue à sortir avec succès du programme de soutien à la stabilité au titre du Mécanisme européen de stabilité, après avoir procédé à des améliorations substantielles au cours des dernières années. Des déséquilibres de stocks persistent néanmoins, parmi lesquels une position extérieure globale nette largement négative qui continue à se dégrader dans un contexte de progression modérée du PIB nominal et de balance des paiements courants toujours négative. Des améliorations considérables ont été constatées ces dernières années en ce qui concerne la compétitivité-coûts, qui a récemment marqué un temps d’arrêt eu égard à la faible croissance de la productivité. Si son niveau reste élevé, la dette publique est principalement détenue par les créanciers du secteur public et les besoins de financement seront relativement limités durant dix ans au moins. Le rythme de désendettement dépend fondamentalement du respect constant des objectifs budgétaires adoptés et de la mise en œuvre des réformes en vue de parvenir à une augmentation durable du potentiel de croissance. Le secteur financier est vulnérable en raison d’un encours de prêts improductifs très important et d’une faible rentabilité, qui entravent la croissance du crédit et la reprise de l’investissement. La dette privée diminue alors que le désendettement actif est toujours en cours. Des mesures de grande envergure ont été adoptées dans le cadre des programmes d’assistance financière en vue de remédier à nombre de faiblesses structurelles de l’économie grecque. Outre la consolidation des réformes antérieures et les efforts d’ajustement, les autorités se sont engagées à garantir la poursuite et l’achèvement des réformes, qui font l’objet d’un suivi dans le cadre d’une surveillance renforcée. »

Read also:
SILENCE OF THE LEFT regarding Euro-Austerity and T-TIP, by Michael Hudson

La commission est surtout insatisfaite à l’égard des prêts rouges et des privatisations. Les prêteurs estiment que le plan du gouvernement pour une nouvelle loi sur la sécurité du logement est un projet qui nécessite des améliorations, étant donné qu ‘”un grand nombre de problèmes graves liés au nouveau projet de logement restent ouverts”. Ils considèrent que le plan est trop large puisqu’il s’étend aux prêts aux entreprises et pourrait favoriser les mauvais payeurs stratégiques. “Sur la base de l’évaluation préliminaire, la proposition du gouvernement soulève de vives inquiétudes quant à la culture de remboursement des emprunts et au fardeau imposé sur le bilan des banques car elle pourrait permettre des faillites.”

En ce qui concerne les prêts rouges, la Commission note que, malgré les progrès réalisés jusqu’à présent dans la réduction de ceux-ci, il ne devrait pas y avoir de complaisance et qu’au contraire, des efforts supplémentaires seront encore nécessaires pour les réduire davantage. Elle a souligné que les obstacles à la réussite des enchères en ligne devraient être abordés.

Lors de la conférence de Presse , Valdis Dobrobowsky, a déclaré que la Grèce faisait partie des pays présentant des déséquilibres macroéconomiques excessifs. Il a déclaré que “la proposition de la Grèce concernant la première résidence continue de susciter des inquiétudes. Nous partageons l’intention de protéger les ménages faibles, mais les problèmes techniques (de nature temporaire) doivent être résolus “.

Par ailleurs, la Commission fait valoir que les progrès en matière de privatisations qui devraient s’achever en 2019 sont les bienvenus, mais que la situation générale éclipse les retards persistants dans certaines transactions, a indiqué le rapport. Ils soulignent que le processus de concession de l’autoroute Egnatia est toujours entravé, les autorités n’ayant pas mis en œuvre les mesures adéquates pour les surmonter.

Read also:
La Germanisation de l' Europe

Enfin , la Commission note une forte préoccupation par l’augmentation du salaire minimum: « la Commission s’inquiète de la “double augmentation du salaire minimum d’environ 11%” et de son impact à moyen terme sur la croissance et la compétitivité.

Le rapport mentionne en particulier l’augmentation du salaire minimum de 10,9% et la suppression du sous-seuil, notant que les prêteurs ne s’attendaient pas à une augmentation de cette classe. L’augmentation à deux chiffres soulève des inquiétudes quant aux impacts négatifs à moyen terme sur la croissance et la compétitivité, ainsi que sur les perspectives d’emploi de groupes spécifiques “, indique le rapport.

Dans le même temps, ils soulignent que cela confirme les “récentes annonces de recrutement dans le secteur public”. ensuite, en 2019, la règle des congés d’embauche de 1 800 sera dépassée, comme le prévoit la Commission. “Il est essentiel que les autorités continuent de suivre de près l’évolution du nombre de fonctionnaires”, a-t-il déclaré, afin d’éviter un retour à la situation antérieure.

Moscovici a ainsi conclue:

« En ce qui concerne la Grèce, le deuxième rapport au titre du cadre de surveillance renforcée, également publié aujourd’hui, fait apparaître des progrès significatifs, mais aussi la nécessité de fournir des efforts supplémentaires dans certains domaines, et j’invite instamment les autorités à les mener à bien d’ici le prochain Eurogroupe.» et à une question de journaliste sur le versement du milliard européen, il a répondu: « Toutes les actions doivent avoir été accomplies. L’Eurogroupe jugera si tel est le cas et je pense qu’il est dans l’intérêt de la Grèce de débourser le versement d’un milliard de dollars le 11 mars “, a déclaré P. Moskovisici, ajoutant que ce serait son message aux autorités grecques lors de sa visite demain à Athènes. “Nous devons continuer à travailler ensemble. Il y a eu beaucoup de progrès au cours des dernières semaines. C’est la dernière procédure habituelle avec la Grèce qui aura lieu dans les prochains jours “, at-il déclaré, soulignant que moins de deux semaines restaient pour l’Eurogroupe le 11 mars.

Read also:
Emmanuel Macron’s Neoliberal Blitzkrieg

Pour celles et ceux qui lisent nos informations vous remarquerez qu’on retrouve dans les « préoccupations » de la Commission européenne, tous les conflits actuels , les luttes , les résistances dont nous tentons de vous faire part: Privatisations, Ventes aux enchères, Conventions Collectives, résorption de l’auxilariat et du travail fléxible dans le privé et le public, réformes fiscales etc… .

C’est aussi la preuve par 9 que rien n’est encore fini ni réglé en Grèce, que TSIPRAS et son gouvernement sont encore sous perfusion européenne et surtout sous un contrôle étroit via les directives , fussent-elles des éléments d’ « évaluation du paquet d’hiver » dont regorge la poésie du langage eurocratique !