Un nettoyage ethnique est un nettoyage ethnique, pas une migration de masse!

Par Dimitris Georgopoulos
Oct 10, 2023

Je lis des titres très étranges comme celui-ci qui parle de migration de masse : La migration de masse du Haut-Karabakh se poursuit alors que la république séparatiste se dissous (contre-courants)

Il n’y a pas de « migration » ici. C’est un crime horrible appelé « nettoyage ethnique », réalisé avec la menace très sérieuse de répéter l’horreur du génocide arménien !

C’est exactement et probablement pire que ce que Kiev veut faire avec les populations du Donbass et de la Crimée.

Les Arméniens du Haut-Karabach habitent leurs terres depuis des siècles. Ils ont le droit à l’autodétermination comme tous les autres peuples et nations du monde.

Le régime azéri corrompu, mafiosi-oligarchique, produit par la restauration du capitalisme dans l’ex-URSS, est responsable d’un crime contre l’humanité qu’il commet maintenant.

Il est vrai que des atrocités ont été commises dans le passé également de la part du nationalisme arménien, comme c’est généralement le cas dans de tels conflits. Pourtant, cela ne peut pas occulter le fait prédominant que Nagorno – Karabach est une terre habitée par une majorité arménienne depuis des temps immémoriaux.

C’est pourquoi nous devons demander aux Azéris d’y mettre fin et de l’inverser, de créer les conditions pour le retour des Arméniens sur leurs terres et de trouver une solution pacifique par la négociation, au lieu d’appeler « migration » l’horrible crime de nettoyage ethnique en utilisant la violence et la menace.

La coopération des peuples et des nations de l’ex-URSS et aussi d’autres pays est la voie à suivre progressive. Le modèle d’une telle approche « multipolaire », nous l’avons vu avec les récents accords entre la Syrie et la Ligue arabe et entre l’Iran et l’Arabie saoudite.

Read also:
More Than Half of House Republicans Didn’t Attend Zelensky’s Address

Aujourd’hui, le pouvoir barbare de Bakou pense triompher. Demain, Némésis le visitera sous la forme, très probablement, de guerres catastrophiques si la planification impérialiste, dont il s’agit d’un simple outil, réussit.

L’autre voie est la voie de la guerre et de la destruction, vers laquelle Washington et Israël de Netanyahu (les empreintes digitales d’Israël sont partout sur le nettoyage ethnique au Haut-Karabakh (defend democraxy press). Les deux piliers de l’impérialisme moderne, poussent l’ex-URSS et le monde entier. Le capitalisme et l’impérialisme ont besoin de la guerre et du conflit pour des raisons organiques. Ils ne peuvent exister sans eux. Divide et Impera est leur devise.

Le fait que le régime d’Erdogan ait soutenu cet acte barbare et criminel du régime de Bakou est également caractéristique de la nature de ce régime qui utilise simplement le conflit Est-Ouest pour gagner des deux côtés, mais ce n’est bien sûr pas une force contre l’impérialisme et vraiment pour la « multipolarité ». Personnellement, j’ai soutenu ce régime lorsqu’il a tenté de le renverser par le coup d’État néoconservateur de 2016, espérant aussi qu’il pourrait peut-être prendre la direction d’une rupture sérieuse et réelle avec l’impérialisme, combinée à des développements progressistes internes. Je dois avouer qu’il n’est pas allé dans cette direction.

La rencontre entre Pyatt et Fidan sur la réconciliation turco-arménienne en dit long sur le vrai jeu d’Ankara.

Dans les capitales arabes, à Téhéran, à Athènes et à Nicosie, les gens ne pourront pas éviter de tirer des conclusions sérieuses sur le caractère réel du régime d’Ankara. C’est une pitié pour la coopération dans la région et une grande aide pour les projets impérialistes.

Read also:
Russia reportedly developing nuclear satellites firing lasers… to power other satellites

En réalité, derrière la tragédie du rôle de Nagorno – Karabach et Bakou, il est difficile de ne pas discerner la formation d’une « troïka » impérialiste ad hoc, Turquie – Israël – État profond des États-Unis, opérant en Transcaucasie, afin de créer une flèche d’influence turque – occidentale – israélienne (et aussi l’exclusion de la Russie de la région) de la Turquie à la Caspienne puis vers l’ancienne Asie centrale soviétique, saper et menacer la Russie et, à long terme, la Chine. Un tel axe impérialiste horizontal aidera l’attaque contre la Russie de l’Ouest comme objectif de couper l’axe vertical Moscou – Téhéran, affaiblissant ainsi à la fois la Russie et l’Iran, deux États qui sont un énorme obstacle à l’impérialisme américain et israélien.

La Turquie joue sur les deux tableaux, essayant de maximiser les profits qu’elle peut obtenir à la fois de l’Occident et de ses adversaires, ayant toujours à l’esprit les idées plutôt folles, obsolètes et mégalomaniaques d’une restauration de l’Empire ottoman.

Ce que nous voyons maintenant dans le Haut-Karabach, c’est la poursuite du processus lancé avec l’ancienne dissolution de l’URSS (décembre 1991) par les présidents des trois républiques soviétiques slaves, en violation de l’ordre constitutionnel de ces républiques et de l’URSS et en violation du référendum sur l’URSS réalisé sous Michel Gorbatchev. Un processus payé cher par les peuples de l’ex-URSS, mais aussi du monde entier.

Le fait que la tragédie se produise cent ans après le génocide arménien, qui a inspiré les politiques des nazis et cent ans après la proclamation du droit à l’autodétermination des nations par la révolution russe est un reflet horrible de l’état barbare et préhistorique de notre monde.

Read also:
Why Should Iran be Cherished and Defended?

Espérons que, d’une part, la montée des BRICS et des opposants à la domination occidentale unipolaire sur la planète et, d’autre part, la prise de conscience mondiale des peuples aideront à progresser vers un ordre mondial juste qui semble de plus en plus être la condition préalable nécessaire même à la survie de l’humanité.

We remind our readers that publication of articles on our site does not mean that we agree with what is written. Our policy is to publish anything which we consider of interest, so as to assist our readers  in forming their opinions. Sometimes we even publish articles with which we totally disagree, since we believe it is important for our readers to be informed on as wide a spectrum of views as possible.