Un mémorial tardif – Philip Deane (Philippe Deane Gigantes),1923-2004

Si vous lisez l’article suivant du professeur Evriviades, dédié à la mémoire de Gerasimos Tsigantes, vous obtiendrez 50% de toutes les informations nécessaires pour comprendre l’histoire grecque de 1947 à nos jours.
En 1964, le président américain Lyndon Johnson fait pression sur le gouvernement grec pour qu’il accepte le plan Acheson pour Chypre. Alors que les Grecs lui disent que ce plan va à l’encontre de la Constitution grecque et que le Parlement grec n’acceptera pas, il dit à l’ambassadeur grec : “J’emmerde votre parlement, j’emmerde votre constitution”. Ce n’étaient pas des paroles en l’air : Un an plus tard, en 1965, le roi de Grèce (lui-même instrument des Américains) destitue le Premier ministre élu. Trois ans plus tard (1967), la CIA impose une junte militaire à Athènes. Dix ans plus tard (1974), la junte organise un coup d’État contre le président chypriote (une copie exacte du coup d’État de 1973 contre Salvador Allende), fournissant à la Turquie, membre de l’OTAN, le prétexte dont elle avait besoin pour envahir l’île.
Le coup d’État à Nicosie et l’invasion turque qui s’ensuivit sont considérés par certains historiens comme l’un des quatre plus grands crimes commis par Henry Kissinger.

Un mémorial tardif – Philip Deane (Philippe Deane Gigantes), 1923-2004

Par Marios L. Evriviades*

Le livre de Philip Deane – Philippe Deane Gigantes (Gerasimos Tsigantes, 1923-2004), I Should Have Died (New York : Atheneum, 1977) n’a été connu en Grèce et à Chypre que parce qu’il contenait le “dialogue” diplomatique le plus important jamais enregistré au plus haut niveau possible sur les relations gréco-américaines et la question chypriote. En fait, ce “dialogue” de juillet 1964, entre le président américain Lyndon B. Johnson et l’ambassadeur grec à Washington Alecos Matsas, est peut-être sans précédent dans les annales de l’histoire diplomatique occidentale.

C’est dans le livre de Deane que cet échange désormais tristement célèbre entre les deux hommes, qui s’est déroulé à la Maison Blanche, est consigné mot pour mot. Dans cet échange, le président américain, s’adressant à l’ambassadeur grec, exige, dans un langage de cloaque, que la Grèce accepte ce que l’on a appelé plus tard la “première version” (il y en a eu plusieurs) du plan partitionniste d’Acheson pour Chypre, datant de 1964.  Selon ce plan, la République de Chypre – qui existe depuis 1960 – aurait été partitionnée, la moitié environ de son territoire étant cédée à la Grèce, État membre de l’OTAN, le reste à la Turquie, État membre de l’OTAN, tandis que la Grande-Bretagne, État membre de l’OTAN, aurait continué à conserver environ 3 % du territoire chypriote en tant que base militaire, dans le cadre de ce qui s’apparente à un accord néo-impérialiste. Un cratocide aurait été perpétré contre la République chypriote naissante par une coterie d’États de l’OTAN. Le précédent le plus marquant d’un tel acte nous ramène à l’Allemagne nazie et à la Tchécoslovaquie, bien que temporairement, en 1939. Sauf que le démembrement de l’État chypriote était censé et prévu pour être permanent.

La Turquie avait initialement exigé la cession de l’ensemble de l’île en échange de l’absence d’attaque militaire. Mais en 1964, grâce à la médiation américaine, Ankara a “généreusement” concédé de n’accepter que la moitié de l’île.

La ligne partitionniste aurait cédé à Ankara la partie nord de Chypre, sur une ligne allant du village septentrional de Kormakitis au secteur turc de la ville de Famagouste, sur la côte est. Une fois l’accord de partition scellé entre la Grèce et la Turquie sous médiation américaine, cette ligne de démarcation déjà convenue aurait été “tracée” par le secrétaire général de l’OTAN de l’époque, soi-disant pour les “besoins” de la sécurité régionale de l’OTAN. Étant donné que plus de 80 % de la population de Chypre était composée de Grecs et seulement 18 % de Turcs, la population indigène à majorité grecque au nord de la ligne de partage aurait été chassée de sa terre ancestrale pour faire place à la prise de contrôle militaire par les Turcs.  L’OTAN aurait été le facilitateur et peut-être même l’instigateur de cet acte de nettoyage ethnique.

En outre, le président américain Lyndon Johnson avait exigé que la Grèce cède à la Turquie le complexe insulaire de Kastellorizo. Comme l’indiquent des documents américains déclassifiés, le Premier ministre turc Ismet Inonu s’était pris d’affection pour ce complexe insulaire grec situé au large des côtes turques. Johnson a dit au Premier ministre grec de l’époque, George Papandreou, que puisque Inonu l’aimait bien, le complexe insulaire devait également être cédé à la Turquie. Apparemment, Johnson considérait cette cession de territoire grec comme un bakchich approprié pour la “modération” dont les Turcs avaient fait preuve au cours de la médiation américaine.

Read also:
ISIS hails Trump for killing Soleimani

L’échange entre Johnson et Matsas a eu lieu en juillet 1964. Dans le cadre de la médiation américaine, il a été précédé par des visites des premiers ministres turc et grec à Washington, à l’invitation de Johnson. La principale préoccupation du président Johnson à l’époque (comme toujours pour tout président américain qui souhaite rester en fonction) était les élections présidentielles de novembre. L’adversaire de Johnson était le candidat républicain Barry Goldwater, idéologiquement extrémiste, qui voulait intensifier la guerre au Viêt Nam tout en menaçant les Soviétiques d’une guerre nucléaire. L’équipe de campagne de Johnson s’efforçait de “construire” un profil de dirigeant “modéré” face à son adversaire “belliciste”. Ils voulaient donc renforcer l’image internationale de Johnson en tant qu’artisan de la paix entre les deux rivaux de l’OTAN. C’est dans ce contexte que les dirigeants grecs et turcs ont été invités à la retraite présidentielle de Camp David, aux États-Unis, pour d’ultimes négociations. La guerre turque contre Chypre, en juin 1964, a fourni l’excuse appropriée. Papandreou a refusé une réunion de type Camp David, mais a accepté de rencontrer le président américain de manière bilatérale. Johnson a donc rencontré les deux dirigeants séparément à la Maison Blanche.

Ce qui suit est tiré textuellement du livre de Deane, pp. 112-114:

“Lyndon Johnson a invité les premiers ministres de Grèce et de Turquie à Washington. Lors d’une brève réunion privée avec le Premier ministre Papandreou, il a parlé de la partition de Chypre.

Papandreou a répondu que même s’il était d’accord avec la partition, il ne pourrait jamais la faire accepter par le Parlement grec.

C’est regrettable, a dit M. Johnson, car si la Grèce n’acceptait pas la partition, les États-Unis devraient revoir l’aide qu’ils accordent à la Grèce dans le cadre de l’OTAN.

D’accord, dit Papandreou, et dans ce cas, la Grèce devrait peut-être réfléchir à l’opportunité d’appartenir à l’OTAN.

La Grèce devrait peut-être réfléchir à l’opportunité d’un Parlement qui n’a pas su prendre la bonne décision”, a répondu Lyndon Johnson.

Papandreou est fatigué à l’issue de la réunion. L’ambassadeur de Grèce à Washington, Alecos Matsas, félicite Papandréou d’avoir refusé de se laisser menacer – le Premier ministre a raconté sa conversation avec Johnson.

Je regrette d’avoir parlé comme je l’ai fait”, a déclaré le Premier ministre grec. Je regrette d’avoir parlé comme je l’ai fait. Nous sommes petits. Nous ne pouvons pas parler comme si nous étions grands. Je ne peux pas me permettre d’être fier et pourtant j’ai laissé ma fierté guider ma pensée”. Il est reparti en Grèce avec le sentiment que ses jours au pouvoir étaient comptés.

[Peu après le départ du Premier ministre grec de la capitale américaine], Alecos Matsas, l’ambassadeur de Grèce, est appelé par la Maison Blanche. Lyndon Johnson énumère les conditions du plan d’Acheson.

Comme le Premier ministre Papandreou vous l’a dit, a déclaré l’ambassadeur Matsas, aucun parlement grec ne pourrait accepter un tel plan. De toute façon, la constitution grecque ne permet pas à un gouvernement grec de céder une île grecque.

Alors écoutez-moi, Monsieur l’Ambassadeur, dit Lyndon Johnson, allez au diable votre Parlement et votre Constitution. L’Amérique est un éléphant. Chypre est une puce. Si ces deux puces continuent à démanger l’éléphant, elles risquent fort de se faire frapper par la trompe de l’éléphant, et bien frapper.

Je transmettrai votre point de vue au Premier ministre”, a déclaré l’ambassadeur Matsas. Mais je vous ai déjà dit quelle sera la réponse du Premier ministre : La Grèce est une démocratie ; le Premier ministre ne peut pas agir à l’encontre des souhaits du Parlement.

Laissez-moi vous dire quelle réponse je donnerai si je reçois ce genre de réponse de votre Premier ministre”, a déclaré Lyndon Johnson. Pour qui se prend-il, d’ailleurs ? Je ne peux pas avoir un deuxième de Gaulle sur les bras. Nous payons beaucoup de bons dollars américains aux Grecs, Monsieur l’Ambassadeur. Si votre Premier ministre me parle de démocratie, de parlement et de constitution, lui, son…rlement et sa Constitution risquent de ne pas durer très longtemps”.

Read also:
Behind the end of the historic role of France in MIddle East

Je dois protester contre vos manières, Monsieur le Président”, a déclaré Alecos Matsas. En tant que représentant de la Grèce, un allié de votre pays, je ne peux accepter un tel traitement,

Lyndon Johnson s’écrie : “N’oubliez pas de dire au vieux papa comme il s’appelle ce que je vous ai dit. N’oublie pas de lui dire. Vous m’entendez ?

L’ambassadeur tremblait d’humiliation. Il m’a fait entrer dans son bureau et m’a raconté ce qui s’était passé. Je l’ai félicité pour sa position. Il secoua désespérément la tête : “Ils vont renverser le gouvernement. Je suis royaliste. Je veux que le jeune roi soit un point de ralliement pour la nation grecque. Je crains fort qu’il soit mal conseillé par les Américains et qu’il agisse de manière inconstitutionnelle, mettant ainsi le trône en péril !

  1. Matsas rédigea son rapport en reprenant l’intégralité des propos du président Johnson ; Alecos Matsas, homme pointilleux, trouvait répugnant de consigner les mots grossiers employés par le président américain. Enfin, le rapport a été rédigé, avec toutes les vulgarités. L’ambassadeur l’a remis à l’employé chargé du codage, qui a commencé à envoyer le téléimprimeur radio que nous avions acheté aux Américains. Il s’agit d’une machine qui code automatiquement un message. La machine est censée avoir la capacité de varier ses codes à l’infini de sorte que le déchiffrage soit impossible.

Quelques minutes après l’envoi du message, l’ambassadeur Matsas a reçu un appel téléphonique de Lyndon Johnson :

Vous essayez de vous mettre dans mes petits papiers, Monsieur l’Ambassadeur ? demanda Johnson. Voulez-vous que je me mette vraiment en colère contre vous ? C’était une conversation privée entre vous et moi. Vous n’aviez pas à utiliser tous les mots que j’ai employés à votre égard. Faites attention où vous mettez les pieds. Le président des États-Unis a raccroché.

L’ambassadeur Matsas m’a demandé si je pensais que les Américains nous avaient vendu une machine à coder truquée.

Par la suite, lorsque nous avions des messages que nous voulions garder super secret, nous ne les envoyions pas sur la machine, nous ne les écrivions pas.

Nous avons pris l’avion pour Athènes et nous avons dit au Premier ministre ce qu’il avait besoin de savoir.

Qui était Philip Deane (Gerasimos Tsigantes) ?

En juillet 1964, Philip Deane était conseiller de presse à l’ambassade de Grèce à Washington. Avant cela, il a eu une carrière illustre. Il était un vétéran de la Seconde Guerre mondiale, ayant servi dans la marine britannique (peut-être dans le renseignement naval), poursuivant une tradition familiale de service – en tant que citoyens britanniques – avec les forces britanniques pendant la Seconde Guerre mondiale. Son père a également dirigé les forces grecques lors de la libération des îles du Dodécanèse des mains des Allemands à la fin de la guerre, tandis que son oncle faisait partie de la résistance à Athènes en tant qu’officier britannique.  (Il a été trahi à ce titre et tué par les forces italiennes. Mais pas avant d’avoir tué six soldats avec son revolver. Son corps a été laissé à l’abandon jusqu’à ce que des femmes grecques, défiant les Antigones modernes, l’enterrent).

Après la guerre, Deane est devenu journaliste au London Observer. C’est là qu’il prend le nom de plume de “Philip Deane”. Pendant la guerre de Corée, il est capturé par les communistes, emprisonné et torturé, accusé d’être un agent britannique. En raison de ses références impressionnantes, il est invité à retourner en Grèce et est d’abord nommé secrétaire du jeune roi grec. Son service est de courte durée. Il rompt rapidement avec l’idéologie du roi et de sa cour et rejoint le gouvernement nouvellement élu de George Papandreou en tant que ministre de la culture.

En raison de ses antécédents et de ses services antérieurs en tant que journaliste à Washington, Deane avait un accès privilégié à l’ensemble de la structure du pouvoir de la capitale américaine. Il connaissait personnellement des hommes de pouvoir de la ville comme Dean Acheson. Il l’avait même engagé, sur les conseils de Bobby Kennedy, comme lobbyiste pour la cause chypriote, ce qui s’est retourné contre lui en raison du comportement ultérieur d’Acheson.  Les détails qu’il donne dans son livre sur ses relations avec Acheson sont fascinants et pour la plupart inconnus.  Deane était également ami avec les Kennedy et, là encore, il rapporte des détails inconnus sur ses conversations avec Bobby Kennedy et ses précieux conseils sur la manière de gérer les relations gréco-américaines et, en particulier, sur la manière de faire face à la CIA.

Read also:
Germany’s Renewed Nationalism

Philip Deane était un professionnel accompli. Il prenait de nombreuses notes sur ses rencontres avec les puissants de Washington. Son livre est un trésor d’anecdotes peu connues et d’une importance historique, non seulement pour un pays comme la Grèce, mais aussi pour le type de politique de puissance que les États puissants pratiquent, en attendant la conformité des États vassaux.

Dans le cas du télégramme de Matsas, Deane n’a pas eu beaucoup de travail à faire. Il l’a simplement copié. Et heureusement qu’il l’a fait. Sinon, jamais les obscénités historiquement chargées de Johnson n’auraient vu le jour dans les archives du ministère grec des affaires étrangères.

Il est très regrettable que J’aurais dû mourir n’ait jamais été traduit et publié en Grèce. Je ne sais pas si des tentatives ont été faites par des éditeurs grecs et quels problèmes, le cas échéant, sont intervenus pour empêcher la publication.

Seule la moitié du livre est consacrée à la Grèce. La première partie est consacrée aux expériences de Deane en tant que prisonnier de guerre en Corée du Nord. Il fait le lien entre ses expériences en tant que prisonnier de guerre et celles qu’il a vécues plus tard lors de sa confrontation avec des agents de la CIA en Grèce. Deane fournit des détails fascinants sur l’obsession de la CIA pour Andreas Papandreou et sur la mesure dans laquelle elle est allée jusqu’à le diffamer par toute une série de sales coups. Deane lui-même a été soumis à de tels stratagèmes.

Mais surtout, Deane révèle comment, en coopération avec le Palais et l’extrême droite grecque – son armée de l’OTAN et ses idéologues de droite au Palais et ailleurs -, les agents américains ont facilité la déstabilisation politique à partir de 1964. En 1965, le Premier ministre Papandreou a été contraint de démissionner à la suite d’un conflit avec le jeune roi Constantin au sujet du contrôle de l’armée grecque. Ce processus de déstabilisation n’a pas pris fin avant que les putschistes grecs de l’OTAN ne fassent un nouveau coup d’État, cette fois à Chypre, en 1974. Le coup d’État de 1974 a servi d’invitation ouverte à la Turquie, État membre de l’OTAN, pour finalement attaquer, occuper et partitionner de facto la République de Chypre.

Aussi fascinant et historiquement important que soit l’échange Johnson-Matsas, la valeur de I Should Have Died réside davantage dans les détails fascinants et peu connus et dans l’analyse pertinente que l’auteur fournit sur la période d’avant 1967. Je pense que sans l’opus de Deane, la compréhension du processus de subversion de la fragile démocratie grecque et du coup d’État de 1967 est incomplète.

Les Grecs qui n’ont pas connu la période d’avant 1967, ce qui est le cas de la plupart d’entre eux, et qui tentent de lui donner un sens historique, n’ont pas de meilleur guide pour débutants que de lire J’aurais dû mourir. Ils comprendront bien comment sont organisées et mises en œuvre les tractations en coulisses, les machinations politiques et les conspirations, comment les agents étrangers travaillent dans le brouillard des contre-vérités et de la désinformation, de mèche avec les complices locaux, comment le fascisme est couvé et, enfin, comment l’autorité perd sa légitimité et se transforme en une poursuite du pouvoir pour son propre compte.

* Professeur Université de Neapolis Pafos
Mai 2023

We remind our readers that publication of articles on our site does not mean that we agree with what is written. Our policy is to publish anything which we consider of interest, so as to assist our readers  in forming their opinions. Sometimes we even publish articles with which we totally disagree, since we believe it is important for our readers to be informed on as wide a spectrum of views as possible.