Qui est Etienne Chouard, chantre du référendum d’initiative citoyenne et coqueluche des “gilets jaunes” ?

Décrié à gauche pour son ouverture à l’extrême droite, cet enseignant en éco-gestion est prisé des “gilets jaunes” grâce à ses travaux sur la réforme des institutions.

Par Mathilde Goupil, Vincent Matalon
15/12/2018

Augmentation de 100 euros pour les salariés payés au smic, défiscalisation des heures supplémentaires, annulation de la hausse de la CSG pour les retraités modestes… Sur le papier, les annonces effectuées par Emmanuel Macron lundi 10 décembre avaient de quoi satisfaire les “gilets jaunes”, mobilisés autour de la question du pouvoir d’achat depuis un mois. Sur de nombreux groupes Facebook consacrés au mouvement, les commentaires après l’intervention présidentielle avaient pourtant une tout autre teneur : “On n’a plus besoin de te voir tant que tu ne nous annonceras pas l’instauration du RIC !”, “On t’a dit qu’on voulait pas les miettes ! On veut récupérer la boulangerie et dégager le boulanger ! RIC”.

Le RIC, ou plutôt le référendum d’initiative citoyenne “en toutes matières”, comme aiment à le préciser ses partisans, désigne un outil destiné à consulter les citoyens sur l’abrogation ou l’ajout d’une loi, la révocation d’un élu ou encore une modification de la Constitution. Certains “gilets jaunes” estiment qu’il devrait devenir l’unique revendication du mouvement, ce qui permettrait aux militants de soumettre dans un second temps l’ensemble de leurs requêtes à l’approbation populaire.

Enthousiasmante aux yeux de nombreux “gilets jaunes”, l’idée du RIC est notamment portée depuis de longues années par Etienne Chouard, un professeur d’éco-gestion dans un lycée professionnel marseillais. Depuis quelques semaines, il joue le rôle de consultant informel des “gilets jaunes” sur cette question.

De “Mister nobody” à “leader d’opinion”

Interrogé par franceinfo, Etienne Chouard, 62 ans, le reconnaît volontiers : il s’est “éveillé politiquement en 2005”. A cette époque, ce professeur discret, auteur de deux manuels informatiques et qui votait pour le Parti socialiste sans grande conviction, publie sur son site personnel une virulente tribune contre le projet de traité constitutionnel européen, qu’il qualifie de “secret cancer de notre démocratie”.

Dans un contexte médiatique largement favorable au traité, le texte de cet enseignant inconnu au bataillon et au style de “monsieur-tout-le-monde” (petites lunettes, chemise blanche et voix douce) remporte un succès fulgurant. Son auteur accède à une soudaine notoriété : Le Monde le décrit comme un “Don Quichotte du ‘non’ (…) devenu une vedette de la campagne référendaire” et Dominique Strauss-Kahn, ardent défenseur du “oui”, publie sur son blog un article en “réponse à Etienne Chouard”.

“C’était la première fois en France qu’un ‘Mister nobody’ [“monsieur personne”] venu d’internet devenait un leader d’opinion sur un enjeu national, se souvient un journaliste qui l’a rencontré à l’époque. C’était un type qui apparaissait très sympa, très enveloppant, et qui pour autant avait effectué un décorticage extrêmement minutieux et argumenté du texte. On n’avait jamais vu ça !” De cette période, l’intéressé confesse garder le souvenir d’une certaine frénésie.

Tout cela m’a dépassé. (…) Cela a créé autour de moi des turbulences telles que j’ai reçu 12 000 mails en deux mois. Certains me félicitaient, d’autres me traitaient de fasciste ou de trotskiste !Etienne Chouardà franceinfo

Etienne Chouard sort victorieux de la campagne référendaire. “Après cette période, j’ai reçu de nombreux messages dans lesquels on disait compter sur moi et on m’incitait à continuer”, se remémore-t-il. Il publie donc sur son site de longs articles sur la crise des institutions et de la démocratie. Pour nourrir sa réflexion, ce novice en politique dévore en treize ans “plus de 3 500 bouquins” sur le droit, la politique monétaire, les institutions politiques. Entre ses cours à plein temps au lycée, ses quatre enfants et ses sessions de parapente – qu’il maîtrise en “génie”, assure son ami Franck Lepage –, Etienne Chouard ingurgite Noam Chomsky, Jacques Généreux, Bernard Manin, Jacques Rancière, Amartya Sen ou Jacques Attali.

Read also:
Washington's Century-Long War on Russia

“Vedette de l’underground”

Petit à petit, ses lectures lui inspirent une réflexion sur la réforme des institutions. “Ce n’est pas aux hommes au pouvoir d’écrire les règles de leur propre pouvoir, écrit-il dans son journal de bord en ligne, en 2007. C’est parce qu’on leur abandonne l’écriture de la Constitution que l’on est privé du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes au profit d’un incroyable droit des élus à disposer des peuples. (…) Le seul moyen de nous émanciper vraiment est d’écrire nous-mêmes notre Constitution.” Ce nouveau texte, qui confierait plus de pouvoirs au peuple (notamment par l’introduction du référendum d’initiative citoyenne), devrait être rédigé par des citoyens désignés par tirage au sort, imagine Etienne Chouard.

Sur le net, la popularité de l’enseignant blogueur grandit : outre le succès de son site internet (des dizaines de milliers de visites par jour en 2005, moins ensuite), il est de plus en plus suivi sur les réseaux sociaux (désormais 28 500 abonnés sur Twitter et 129 400 sur Facebook). Sur demande d’associations ou de partis politiques, Etienne Chouard organise aussi des “ateliers constituants”, dans lesquels il propose au public de réécrire la Constitution. Sa pensée séduit de nombreux internautes, qu’il surnomme ses “gentils virus” et qu’il charge d’aller propager ses idées partout où elles ne sont pas encore présentes.

Mais son coup d’éclat de 2005 et ses réflexions postérieures lui permettent surtout d’accéder à un statut d’intellectuel au sein de la gauche de la gauche, comme l’analyse Franck Lepage, célèbre au sein de la gauche anticapitaliste pour ses “conférences gesticulées” consacrées à l’éducation populaire.

Avec son blog, il a su capter l’attention de jeunes gens qui s’instruisent politiquement sur internet et pas ailleurs.Franck Lepage, ami d’Etienne Chouardà franceinfo

“Je m’en suis rendu compte quand mon public habituel de babas cool s’est subitement rajeuni, avec des spectateurs qui me citaient en référence une sorte de quarté intellectuel : Bernard Friot [sociologue communiste spécialiste du salariat], Frédéric Lordon [économiste engagé dans le mouvement Nuit debout], Etienne Chouard et moi-même ! Nos quatre noms étaient si fréquemment associés qu’Etienne a eu l’idée de nous réunir chez lui”, sourit celui qui qualifie “d’ami” le professeur marseillais, bien qu’il ne l’ait pas vu “depuis deux ans”.

L’enseignant passe alors pour “un contestataire, une vedette de l’underground et de la contre-culture”, estime auprès de franceinfo le présentateur Frédéric Taddeï, qui l’invite pour la première fois dans l’une de ses émissions en 2014, à “Ce soir ou jamais”. “Il a un côté professeur bienveillant, il ne s’emporte jamais, il est très rassurant. Et on sent qu’il travaille depuis longtemps sur son sujet.”

Extrême droite et complotisme

Mais pour l’enseignant, la réforme de la Constitution rend bientôt les autres luttes de la gauche secondaires, tandis que son urgence légitime toutes les alliances. Parmi les ouvrages qui nourrissent son travail, et qu’il recommande ensuite sur son site, figurent ainsi ceux de personnalités pour le moins controversées, notamment l’idéologue Alain Soral, condamné plusieurs fois, entre autres pour injure raciale (ce qui n’empêche pas Etienne Chouard de le qualifier de “résistant” et de “courageux” dans L’Express). Mais aussi le théoricien du complot Antony C. Sutton et le néonazi américain Eustace Mullins.

Read also:
Délitement

Pour répandre le “virus” de la “vraie démocratie”, Etienne Chouard donne aussi des conférences et interviews à tous ceux qui le lui demandent – y compris au site d’Alain Soral, Egalité et réconciliation, ou à l’association complotiste ReOpen911. L’enseignant entretient d’ailleurs lui aussi une méfiance extrême envers toute forme d’élite – politique, financière, médiatique… S’il renâcle aujourd’hui à revenir sur ces sujets, qui ne constituent pas “le cœur” de son travail, il estime par exemple que “la version du complot d’Al Qaïda” pour expliquer les attentats du 11-Septembre “paraît plus que douteuse”.

“Tout m’intéresse, pourvu que ça me donne des idées et des forces pour organiser la résistance des êtres humains à tous les systèmes de domination”, assure Etienne Chouard dans une note de blog de 2014, pour justifier ses lectures éclectiques et ses relations sulfureuses. “Le danger pour la société humaine, ça n’est pas Soral ! On n’en a rien à foutre de ces mecs-là, ils ne représentent que des groupuscules”, enrage aussi auprès de franceinfo celui qui se dit “d’ultragauche” et assure n’avoir désormais “aucun lien” avec l’idéologue.

“Pour comprendre [Etienne Chouard], il faut comprendre comment il fait du parapente, tente d’expliquer Franck Lepage. Vous savez ce qu’est un castellanus ? C’est un nuage qui monte à huit kilomètres. Etienne est le seul mec que je connaisse qui y va volontairement et se fait aspirer là où l’oxygène commence à manquer. (…) Il a une absence totale de peur.”

Ça n’impressionne pas Etienne de discuter avec des mecs d’extrême droite. Là où tout le monde lui dit : ‘qu’est-ce que tu vas foutre avec eux ?’, lui répond : ‘ça m’intéresse de les comprendre’. Dans un système de partition politique, ça le condamne.Franck Lepage, ami d’Etienne Chouardà franceinfo

Au tournant des années 2010, la ligne d’Etienne Chouard séduit pourtant de moins en moins ses amis. “Il a dérivé tellement loin à frayer avec des gens d’extrême droite qu’il a fini par ruiner sa propre cause. Il s’est rendu à mes yeux, comme aux yeux de beaucoup d’autres, tout à fait infréquentable”, tranche son ancien proche Frédéric Lordon en 2016. Mon sentiment profond, c’est que tu es comme un adolescent en politique, lui assène aussi François Ruffin dans Fakir en 2013. Tu voles d’émerveillements en indignations. C’est beau, en un sens, ça apporte de la naïveté, de la fraîcheur, de la hardiesse aussi. Mais ça comporte une part d’errance.”

“J’ai perdu beaucoup d’amis”, confirme l’intéressé, qui met leur distance sur le compte d’une “aspiration à la pureté de la gauche”. “Si j’avais su à l’époque le prix à payer de cette liberté de penser, j’aurais fait comme les autres… Désormais, je n’y peux plus rien. (…) Quand Egalité et réconciliation m’invite, je dis non. Mais en faisant ça, je me trahis.”

“Je ne pensais pas voir ça de mon vivant”

Peu audible du grand public ces dernières années, Etienne Chouard vit un nouveau petit succès cet hiver, comme en témoigne la courbe des recherches Google à son nom. Le bouche-à-bouche de ses “gentils virus”, présents parmi les “gilets jaunes”, a permis de populariser son travail sur le référendum d’initiative citoyenne, qui figure désormais au premier plan de leurs demandes. D’emblée, il ne se sentait pourtant “pas concerné” par la colère de ces “anti-impôts qui roulent en bagnole”, et dont les revendications lui semblaient “superficielles”.

Depuis, Etienne Chouard a changé d’avis. Il salue désormais la politisation du mouvement. “C’est étonnant ce qui se passe ! Ça va plus vite que ce que j’avais prévu, je ne pensais pas voir ça de mon vivant”, s’enthousiasme-t-il. Début décembre, l’enseignant a même participé à une conférence sur le RIC en compagnie du très populaire “gilet jaune” Maxime Nicolle, alias Fly Rider. Sa nouvelle popularité lui vaut désormais de recevoir “100 mails par jour” de “gilets jaunes” et d’être invité à commenter le mouvement sur Russia Today, web télé financée par le Kremlin.

Read also:
George Galloway: Why I'm backing Brexit

“Ses idées ont essaimé, il n’est pas surprenant de les voir avec les ‘gilets jaunes’, chez qui on trouve une grande défiance des corps institués et des élus, estime Usul, un youtubeur politique ancré à gauche qui a rencontré Etienne Chouard et a réalisé une vidéo explicative à son sujet. Il est sur ce créneau depuis une éternité. Pour lui, le tirage au sort est la baguette magique qui va tout régler.” Une popularité “évidente” aussi pour Franck Lepage – “vu que [les “gilets jaunes”] passent par internet, ils tombent forcément sur Chouard” – qui estime que son rôle de consultant auprès des manifestants “peut le remettre en selle”.

“Je ne veux pas être leur gourou, leur chef”, promet de son côté l’intéressé, qui dit ne pas vouloir monter en responsabilité dans le mouvement, et penser plutôt au livre “commencé plusieurs fois” qu’il aura enfin l’occasion d’écrire une fois à la retraite, l’an prochain. “Dans les commentaires Facebook, je lis ‘Etienne président’, mais moi je ne veux pas de chefs, ou en tout cas des chefs très contrôlés ! J‘aimerais que les gens s’émancipent par eux-mêmes. Et de maugréer : “Parfois, on dirait qu’ils n’écoutent pas ce que je dis…”