L’Ukraine est une crête historique

 english | español | italiano

Mauro Casadio – Rete dei Comunisti

Le saut qualitatif mis en évidence par la guerre en Ukraine est le produit direct d’une accumulation de contradictions non résolues dans les rapports de force internationaux qui s’éternisent depuis au moins la crise financière de 2008. Le processus a été complexe et, à certains égards, “karstique”, mais il éclate aujourd’hui au grand jour avec une force inattendue, tout comme la rapidité de la précipitation militaire était également inattendue.

Bien sûr, pour nous aujourd’hui, la première place est accordée aux tâches à accomplir dans notre pays et en Europe dans la lutte contre la guerre, contre l’expansionnisme de l’OTAN et surtout contre l’implication du peuple italien et ceux européens dans cette guerre, et contre l’économie de guerre, qui coûtera des larmes et du sang aux secteurs populaires, comme nous pouvons déjà le constater par le ralentissement de la croissance prévue à 4% après la pandémie déjà tombée à 1%, et l’inflation galopante.

Nous sommes également contre la logique du « ninisme », car l’OTAN est une alliance politico-militaire alors que Poutine est un individu. Nous sommes contre parce que nous ne pouvons pas être conditionnés par une approche idéologique qui, pendant trente ans, a vu les “bons” contre les méchants, qui sont de temps en temps Milosevic, Saddam Hussein, Kadhafi, Ben Laden, Assad, les différents Kim de Corée du Nord, etc.

Cette logique est en fait le chantage qui nous est imposé pour nous maintenir attachés à la charrette du maître. C’est pourquoi, pour ne pas être diabolisés à notre tour, nous devons renoncer à tout raisonnement qui s’intéresse au processus historique en cours. C’est ce que le Premier ministre italien Mario Draghi a explicitement dit au Parlement. Oubliez la « fin de l’histoire », comme les mêmes personnes nous l’ont toujours dit, car l’histoire ne s’est jamais arrêtée et risque maintenant un nouveau point de rupture.

En fait, le problème n’est pas Poutine, mais ce que la Russie est devenue depuis l’effondrement de l’URSS, comment elle a été et est gouvernée par les oligarques qui étaient jusqu’à hier des alliés de l’Occident et par les gangsters politiques et économiques au pouvoir.

Il convient donc de souligner que si, pour certains, un Poutine subordonné à l’Occident serait également acceptable, pour nous, il ne l’est pas, pas même dans ce cas. Poutine fait en fait partie du groupe dominant qui a vendu l’URSS, et pour nous, ce n’est pas du tout acceptable.

Nous sommes donc bien au-delà du « ni l’un ni l’autre » et ce qui semble incroyable, c’est la suppression totale de l’Histoire récente, même par des secteurs qui se disent communistes.

Mais c’est une autre Histoire. À reprendre certainement.

Une crise de stratégie

Cependant, il ne suffit pas de parler de ce qui se passe en Ukraine pour comprendre les dynamiques à l’œuvre qui ont conduit à cette situation.

Depuis des années, dans un monde désormais “ex-mondialisé” – comme nous le soutenons depuis un certain temps – on assiste à un rééquilibrage des relations financières, économiques et militaires internationales qui a contenu l’hégémonie américaine depuis la crise financière de 2007/2008, conduisant ainsi à une impasse substantielle dans les rapports de force mondiaux où personne ne pouvait clairement l’emporter sur les autres.

Read also:
Estonian Prime Minister Kaja Kallas, 'Europe's new iron lady,' at risk of losing her position

Une impasse dans laquelle la croissance de la Chine et la construction de l’UE ont joué un rôle croissant.

Cet équilibre, dû à l’augmentation de l’hyper-compétition évoquée par Von Der Leyen, est en train d’être dépassé sauf, pour l’instant, pour l’armement nucléaire qui reste une dissuasion générale. L’événement qui a “officialisé” la manifestation de ce déséquilibre est le départ des États-Unis et de l’OTAN d’Afghanistan en août dernier.

La retraite désordonnée d’Afghanistan n’était pas seulement la certification d’une défaite politico-militaire, mais la manifestation d’un échec stratégique qui – selon la théorie avancée dans les années 1980 par Brzezinski – entendait occuper le centre de l’Asie afin de déterminer l’équilibre mondial.

Par conséquent, la rupture entre les États-Unis et l’OTAN n’a fait que révéler le vague désir des États-Unis de continuer à être la seule puissance hégémonique dans le monde.

Sur la base de cette stratégie, à partir de 1991, des interventions militaires ont été menées en Irak, en Syrie, en Libye et en Afghanistan, et les tentatives de déstabilisation de l’Iran ont été intensifiées. Les États-Unis voulaient construire un axe politico-militaire qui s’étendrait de la Méditerranée au cœur de l’Asie, occupant une position stratégique afin d’avoir la Russie et la Chine “dans le collimateur”. Mais ils ont échoué.

Cette impuissance occidentale a donné naissance à un nouveau centre “gravitationnel” hégémonique compétitif, composé principalement de la Chine qui, avec la Russie et l’Iran, est en train de créer une série d’accords pour construire une vaste zone économique continentale avec sa propre possibilité de croissance indépendante des impérialismes euro-atlantiques.

Les répercussions en Europe

L’adhésion forcée de l’Ukraine à l’OTAN trouve son origine dans ce contexte et n’est en aucun cas un accident de dimension régionale.

D’autre part, si l’on examine les conclusions de la réunion du G7 en Cornouailles en juin 2021, l’hypothèse du renforcement des liens et de la stabilité interne au sein de la zone euro-atlantique y était déjà évidente, où l’on parlait d’une “route de la soie démocratique” par opposition à la route chinoise.

Mais la réduction de la taille des États-Unis concerne également les relations transatlantiques, car le rééquilibrage international en cours touche également cette zone.

La danse au début de la crise ukrainienne était significative, car les États-Unis ont adopté la même tactique que dans les années 1980 avec la crise des Euro-missiles en Europe, où d’une part ils menaçaient l’URSS mais d’autre part ils voulaient aussi réduire les ambitions des États européens. En particulier l’Allemagne, qui cherchait sa propre autonomie avec ce qu’on appelait l’Ostpolitik promue par le Premier ministre ouest-allemand Willy Brandt.

Le forcing sur l’Ukraine visait d’une part à provoquer une crise en Russie dans le but d’affaiblir le bloc euro-asiatique en cours de formation, et d’autre part à remettre l’UE dans les “tranchées” en tentant de réaffirmer l’hégémonie américaine en Occident.

Read also:
La lutte des GKN*: « Arrêtons les délocalisations »

Malheureusement pour Biden, ses calculs se sont avérés erronés. En fait, Poutine a décidé de passer à l’attaque militaire sous le couvert de l’armement atomique et avec le soutien de la Chine, qui a déclaré à son tour que la relation avec la Russie était « aussi solide qu’un rocher », évitant ainsi les tentatives de division, également parce qu’elle doit faire face aux provocations américaines sur Taïwan.

L’UE, qui ne peut plus reculer devant sa propre perspective impérialiste, s’est relancée et, après les premières tentatives infructueuses de médiation, a fait de la “nécessité” une vertu, se révélant plus militariste que les États-Unis eux-mêmes, favorisant la confrontation directe avec la Russie et élevant le seuil du danger de guerre généralisée.

Ce n’est qu’à ce moment-là que Biden, sachant pertinemment qu’une guerre atomique ne se déroulerait pas uniquement sur la scène européenne, a dénoncé les risques d’un conflit nucléaire, limitant les représailles à des sanctions et à un soutien financier et en armement à l’Ukraine.

Le dernier kilomètre pour l’Union européenne

Ce qui est pertinent pour notre condition politique est le nouveau bond en avant que l’UE a fait avec le sommet extraordinaire de Versailles pour soutenir son rôle international.

Depuis plus de 20 ans, certains prétendent que l’UE n’est qu’une “expression géographique”, continuant à nier une réalité de plus en plus évidente, sans tenir compte du fait que nous sommes dans un processus qui ne présente pas les caractéristiques “classiques”, voire aucune, de la constitution d’une nouvelle entité étatique supranationale.

L’UE en tant que puissance impérialiste se construit précisément à travers les crises !

La crise de 2008 a initié une phase avancée d’intégration économique et financière, dont la présidence de Draghi à la BCE avec le Quantitative Easing a été la gestion la plus fonctionnelle pour la construction continentale.

La crise pandémique a conduit non seulement au renforcement des instruments financiers communs, avec le Recovery Fund, mais aussi au lancement d’une phase d’intégration de la structure industrielle européenne qui ramène sur le continent des productions délocalisées dans le monde entier, qui propose un saut technologique au prix de la fermeture de secteurs économiques désormais obsolètes, une thèse explicitée par Mario Draghi en affirmant que toutes les entreprises ne peuvent être sauvées.

Le tout agrémenté d’une idéologie “environnementaliste”, qui s’effrite aujourd’hui sous les coups de la guerre, privilégiant une fois de plus le profit privé à la protection de l’environnement.

Enfin, la guerre en Ukraine a fourni une occasion, que l’UE entend saisir, de faire le « dernier kilomètre », c’est-à-dire d’entamer concrètement le processus de militarisation de la production, le Warfare, qui permettra la relance économique et la construction de l’armée européenne si souvent évoquée mais désormais à portée de main.

La réunion des chefs d’État à Versailles les 11 et 12 mars prochains permettra de lever toute ambiguïté à cet égard. Entre-temps, une vérité évidente depuis un certain temps est apparue, à savoir que l’OTAN compte deux acteurs principaux, les États-Unis et l’UE, qui s’efforcent d’atteindre la parité stratégique, ce dont les États-Unis devront enfin prendre acte.

Read also:
White House on Ukraine and Syria: If you don’t trust us, then f–k you

En outre, le processus de réarmement européen a été défini noir sur blanc, avec un plan d’investissement et de planification qui ne laisse aucune place au doute. En revanche, à d’autres moments, quelqu’un a dit que si les États-Unis d’Europe devaient naître, ils ne pourraient être que réactionnaires, mais soit !

Et qu’en est-il des perspectives ?

Bien sûr, il n’est pas facile de faire des prédictions car aujourd’hui, on peut rapidement plonger dans l’escalade militaire ou faire face à une phase plus ou moins longue de négociations et de conflit qui ne se limite pas nécessairement à l’Ukraine.

Mais l’erreur inhérente au fait de s’aventurer dans des “prévisions” et de considérer certains résultats comme acquis est de partir d’une logique purement géopolitique sans tenir compte des données structurelles qui ont mûri lors du passage au XXIe siècle.

En réalité, la situation que nous vivons est celle de l’épuisement des marges de la croissance mondiale, comprise dans son ensemble, du Mode de Production Capitaliste, ou plutôt de la réduction historique du taux de profit par rapport à l’énorme masse financière en circulation dans le monde et produite par le développement capitaliste au cours des dernières décennies.

C’est ce qui produit l’hyper-compétitivité entre des capitalismes qui sont le produit d’histoires et d’intérêts spécifiques.

Cette condition ne peut qu’accentuer le conflit international au-delà des raisons des États ou de la raison des classes dirigeantes. L’issue que nous pouvons rationnellement prévoir aujourd’hui n’est donc pas du tout positive, même si le délai d’une précipitation ne sera pas nécessairement court, mais ne peut pas non plus être projeté sur une longue période.

Il est donc nécessaire que les communistes, les forces de classe, sociales et démocratiques comprennent comment faire face aux années à venir, au cours desquelles la nécessité d’une unité entre tou.te.s ceux qui sont “exclu.e.s” de ce développement, à commencer par les couches populaires, est aussi claire que le jour pour nous tous.

Mais cela est possible si nous sommes conscients que construire l’unité sans produire dans l’échange la qualité de l’analyse, le contenu et la perspective du dépassement des relations sociales capitalistes est, comme cela s’est souvent produit, condamné à ne durer qu’une saison.

We remind our readers that publication of articles on our site does not mean that we agree with what is written. Our policy is to publish anything which we consider of interest, so as to assist our readers  in forming their opinions. Sometimes we even publish articles with which we totally disagree, since we believe it is important for our readers to be informed on as wide a spectrum of views as possible.