Le désastre argentin

par Silvia Gurrieri

Analyse de la situation économique, politique et sociale de l’Argentine de la fin du XIXe siècle à nos jours, à la recherche des raisons qui ont fait sombrer le pays dans le désastre au début du XXIe siècle.

Réf.: Auteur: Hugo Moreno, Editions Sylleps, 2005
Langues : français
Type de document :  Ouvrage

Une analyse socio-historique très intéressante sur l’Argentine, déclinée en six chapitres.

Chapitre 1

Le premier chapitre retrace les années de l’histoire argentine de la fin du XIXe siècle, qui a vu la consolidation du pouvoir de la grande bourgeoisie agraire (l’« oligarchie»), aux années 1930, où, après l’industrialisation, on assiste à l’accroissement de la classe ouvrière et au renforcement de l’action syndicale. Les ouvriers, méfiants envers les partis communistes et socialistes, se rallient derrière le syndicat, le seul capable d’imposer leurs revendications. Et c’est avec le péronisme que les masses s’incorporent en politique pour la première fois dans l’histoire argentine.

Chapitre 2

Le deuxième chapitre est donc consacré à la naissance du péronisme à la suite du coup d’Etat de 1943, réalisé par un courant nationaliste et neutraliste de l’armée, dont le représentant est le colonel Perón. Il aperçoit bientôt la possibilité d’obtenir une base sociale et politique dans la classe ouvrière ; son poste au Secrétariat du travail lui permet d’établir des liens avec les dirigeants syndicaux et de faire aboutir les revendications du mouvement ouvrier. C’est entre 1943 et 1946 que de nombreuses résolutions de législation sociale sont prises en faveur des travailleurs : protection de la maternité, instauration des congés payés annuels et du treizième mois. La stratégie de Perón vise à s’appuyer sur les mouvements de masses, à favoriser les revendications syndicales et à établir en même temps les mécanismes de contrôle de la classe ouvrière. Celle-ci change d’attitude : elle commence à participer à la vie politique, en rupture avec la tradition apolitique et autonome du syndicalisme. Ensuite, à la proclamation du président de la République en juin 1946, Perón donne une autre orientation à sa politique : création du parti unique de la révolution et mise en place d’un appareil politique et syndical contrôlé par l’État. Dès le début des années 1950, on assiste à un affaiblissement progressif du pouvoir péroniste, jusqu’à arriver à la « révolution libératrice », par laquelle un régime militaire succède à Perón. L’objectif de cette révolution est la répression contre le mouvement syndical (toute participation politique fut interdite aux syndicats) et la suppression des conquêtes ouvrières. En dépit de la répression, le mouvement ouvrier ne tarde pas à se réorganiser, tout en restant sous l’influence politique et organisationnelle du péronisme.

Read also:
Korea not enough! Trump threatens Venezuela and Iran!

 

Chapitre 3

Le troisième chapitre porte sur les années soixante. En 1958, on assiste au retour du régime constitutionnel. Au cours de ces années, les luttes sociales et les grèves reprennent avec force et le péronisme, proscrit depuis 1955, est autorisé à participer aux élections législatives partielles et aux régionales de 1962, où il obtient une victoire écrasante sous le nom de Front justicialiste. Le coup d’État militaire qui annule les élections et rétablit l’interdiction du péronisme, ouvre une période de crise sociale et politique

.Chapitre 4

Le quatrième chapitre, sur le retour du péronisme, présente le projet de Perón visant à la consolidation du pouvoir de l’État, à la reprise du contrôle de son propre mouvement, à l’anéantissement de la gauche péroniste, l’aile radicalisée de la jeunesse. Le retour de l’ex-président (réélu en 1973) est ainsi marqué par une véritable guerre entre la gauche et la droite péronistes, et au sein des organisations syndicales, les ouvriers commencent à soutenir les militants les plus combatifs et une direction alternative à la bureaucratie syndicale voit le jour. Après la mort de Perón, c’est la partie la plus réactionnaire de son mouvement qui s’empare du pouvoir : sous la présidence de sa deuxième femme, Isabelle Perón, au niveau économique c’est le début de la politique néolibérale, et au niveau social commence une période caractérisée par l’exacerbation des conflits sociaux, par la guérilla urbaine, par les actions des groupes paramilitaires, par les enlèvements, les attentats, les assassinats et les affrontements entre le mouvement ouvrier et les forces de l’ordre.

Read also:
Bolivia Has Cut Extreme Poverty in Half Since 2006

Chapitre 5

Le cinquième chapitre traite de la politique de restructuration capitaliste mise en œuvre par la junte militaire qui a renversé le gouvernement en 1976. La condition sine qua non pour réaliser cet objectif est l’élimination de toute forme d’opposition et de résistance sociale, en particulier celle de la classe ouvrière. Le plan économique de la junte militaire prévoit l’ouverture de l’économie argentine au marché mondial, l’application des recettes du FMI et la réduction du rôle de l’État. La restructuration capitaliste se traduit par un processus de désindustrialisation et d’endettement qui, poursuivi sous le gouvernement de Carlos Menem, amènera le pays à une crise financière et à la récession de 2001.

La politique économique néolibérale adoptée à partir de 1989 par le nouveau président Menem et ses conséquences néfastes pour le pays font l’objet du sixième chapitre. Face à la fermeture des entreprises, la masse des travailleurs au chômage crée un nouveau mouvement, celui des piqueteros, des hommes et des femmes qui coupent les routes et les ponts en établissant des barrages.

Chapitre 6

Le dernier chapitre aborde la montée de la révolte sociale face à une situation économique et financière catastrophique. Le décret gouvernemental qui établit le gel des dépôts bancaires pour trois mois, déchaîne les manifestations des cacerolazos (concert de casseroles) devant les banques et les institutions financières et les pillages de supermarchés. Ce mouvement social qui proteste contre le gouvernement et le modèle néolibéral, rallie de larges secteurs de la population : les couches moyennes, les piqueteros, les chômeurs et les pauvres des quartiers populaires. Les 19 et 20 décembre 2001 la Place de Mai est occupée par une foule immense qui réclame la démission du gouvernement au cris : « que se ne vayan todos » (qu’ils s’en aillent tous).

Read also:
Brazilian MST Reaffirms the Need for an Integral Agrarian Reform to Feed Humanity and Cool Down the Planet—A Dialogue with Marina Dos Santos

Commentaire

Outre une analyse de la situation économique et politique de l’Argentine, cet ouvrage met en relief la capacité de résistance des Argentins qui, en dépit de la dure répression dont ils sont victimes au cours de leur histoire, cherchent toujours de nouvelles façons de s’opposer à une domination économique et politique injuste.

Il suffit de penser à l’activité courageuse de l’organisation des Mères de la place de Mai, qui dénonce les crimes de la dictature militaire, et plus tard au mouvement social d’opposition à une politique économique qui n’a fait qu’endetter le pays et paupériser la population.

Dans un pays frappé par la désindustrialisation, le chômage, la misère et une dette extérieure colossale, naissent de nouvelles formes de protestation, sous la forme des piqueteros, des assemblées de quartier, des usines récupérées par les ouvriers. En décembre 2001, ce sont les opprimés, les exploités, les victimes de la crise argentine qui manifestent sur la Place de Mai : c’est la première fois que dans l’histoire argentine un président (De la Rua) est contraint à quitter le pouvoir non par un coup d’Etat, mais sous la pression de la révolte sociale.

Lire aussi
De Córdoba à Paris: Hugo Moreno. le “Dragon” (1943-2017)

Hugo Moreno (1943-2017) | by Carlos Abel Suárez