La Turquie intensifie les tensions avec la Grèce avec cinq revendications dans la mer Égée

24 janvier 2020

La Turquie intensifie les tensions avec son voisin et partenaire de l’OTAN, la Grèce, et affirme ses revendications de longue date en mer Égée, contestant la souveraineté grecque sur plusieurs îles pour la plupart inhabitées, le plateau continental et les eaux territoriales.

Quelques heures seulement après que le ministre de la Défense Hulusi Akar ait exigé la démilitarisation de 16 îles grecques, un haut fonctionnaire du ministère turc des Affaires étrangères a mis sur la table toute la liste des revendications d’Ankara qui marquent la politique étrangère de la Turquie envers la Grèce.

Les contestations portent sur :

  •     le plateau continental et les eaux territoriales
  •     la démilitarisation des îles
  •     l’espace aérien
  •     Petites îles et îlots, en particulier l’île d’Imia
  •     Opérations de recherche et de sauvetage dans la mer Égée

“La mer Égée est une mer commune entre la Turquie et la Grèce. Les libertés de la haute mer et de l’espace aérien au-dessus de celle-ci, dont jouissent actuellement les États côtiers ainsi que les pays tiers, ne doivent pas être entravées. Toute acquisition de nouvelles zones maritimes devrait être basée sur un consentement mutuel et devrait être juste et équitable”, note le ministère turc des affaires étrangères.

“La source fondamentale de tension entre la Turquie et la Grèce est la perception grecque de considérer toute la mer Égée comme une mer grecque, au mépris total des droits et des intérêts de la Turquie en tant qu’État côtier”, ajoute-t-il.

Revendiquant le droit international, Ankara déclare :

La menace d’étendre les eaux territoriales grecques au-delà de leur largeur actuelle de 6 miles ( la Grèce a étendu ses eaux territoriales de 3 miles à 6 miles en 1936, la Turquie a suivi en 1964), la remilitarisation des îles orientales de la mer Égée placées sous un statut démilitarisé en vertu des accords mêmes qui les cèdent à la Grèce, un “espace aérien national” de 10 miles au-dessus des eaux territoriales de 6, l’abus de la responsabilité du service de la FIR comme si elle conférait la souveraineté (demande de plans de vol de la part d’avions d’État et allégations de “violations” de la FIR d’Athènes) peut être compté parmi les problèmes qui sont les véritables causes sous-jacentes du conflit turco-grec en mer Égée.”

Read also:
Greek-Turkish ties come under strain

Le plateau continental

Le plateau continental de la mer Égée constitue un différend entre la Turquie et la Grèce en l’absence d’un accord de délimitation affecté entre les deux pays.

Le différend sur le plateau continental n’est qu’un élément essentiel parmi les différends en suspens. Il a une incidence sur l’équilibre général des droits et des intérêts dans la mer Égée. Le différend concerne les zones du plateau continental à attribuer à la Turquie et à la Grèce au-delà de la mer territoriale de 6 miles dans la mer Égée

Les eaux territoriales

Un autre élément essentiel de l’équilibre délicat des droits et des intérêts dans la mer Égée est la largeur des eaux territoriales. Sous la limite actuelle de 6 miles, la mer territoriale grecque représente environ 43,5 % de la mer Égée. Pour la Turquie, le même pourcentage est de 7,5 %. Les 49 % restants sont des eaux de haute mer.

Si la largeur des eaux territoriales grecques est étendue à 12 miles [droit international de la mer signé par la Grèce mais pas par la Turquie] en raison de l’existence des îles, la Grèce acquerrait environ 71,5 % de la mer Égée, tandis que la part de la Turquie passerait à seulement 8,8 %. La haute mer de la mer Égée diminuerait à 19,7 %.

Toute augmentation au-delà de 6 miles est totalement inacceptable pour la Turquie.

L’espace aérien

La moitié de l’espace aérien de la mer Égée est un espace aérien international. Les deux États côtiers, la Grèce et la Turquie, ont librement utilisé cette zone en vertu des dispositions et des procédures du droit international.

Read also:
NATO Exercises Encircling Russia

La Grèce revendique un espace aérien national de 10 miles nautiques au-dessus des eaux territoriales de 6 miles nautiques. Cette revendication arbitraire est une tentative grecque de réduire de 50 % l’espace aérien international de la mer Égée.

Statut démilitarisé des îles orientales de la mer Égée

L’une des questions fondamentales entre la Turquie et la Grèce en mer Égée est le statut démilitarisé des îles orientales de la mer Égée. Les îles orientales de la mer Égée sont démilitarisées par plusieurs accords internationaux (traité de Londres/1913, décision des six puissances/1914, traité de Lausanne/1923, etc.) qui imposent des obligations juridiques à la Grèce. Les instruments juridiques établissant un statut démilitarisé pour les îles orientales de la mer Égée peuvent être résumés comme suit dans une perspective historique :

Les îles devraient être démilitarisées : Lesvos, Chios, Samos, Ikaria, Lemsnos, Samothraki et le Dodécanèse (Astypalaia, Rhodes, halki, Scarpanto [ ?], Kasos, Tilos, Nisiros, Kalymnos, Leros, Patmos, Lipsoi, Symi, Kos et Kastellorizo).

La démilitarisation des îles de la mer Égée orientale était due à l’importance primordiale de ces îles pour la sécurité de la Turquie.

La Grèce a violé le statut des îles orientales de la mer Égée en les militarisant depuis les années 1960, en violation de ses obligations contractuelles.

Les revendications contradictoires sur les petits îlots et les rochers de la mer Égée et la crise de Kardak (Imia)

Il existe de nombreux petits îlots et rochers dans la mer Égée dont la propriété n’est pas déterminée par des traités internationaux. La plupart de ces caractéristiques ne peuvent pas soutenir l’habitat humain et n’ont pas de vie économique propre. La Grèce a tenté de modifier leur statut en ouvrant certaines de ces caractéristiques géographiques à la colonisation artificielle. À cette fin, la Grèce a promulgué des lois et des règlements qui n’ont aucune incidence sur le droit international. La Turquie considère cette nouvelle politique grecque comme une nouvelle tentative d’établir des “faits accomplis” en vue de fermer la mer Égée en tant que lac grec.

Read also:
Greece’s Dangerous Puppet Dance

PS Avec de telles revendications, la Turquie et la Grèce ne s’entendront jamais sur une solution pour résoudre un quelconque différend. Les “piliers” de la politique étrangère turque dans la mer Égée ne sont pas nouveaux et reflètent une politique d’État consolidée. Cependant, la tension s’intensifie chaque jour.

La question est de savoir jusqu’où Erdogan oserait aller pour créer un nouveau fait accompli dans la région après que les gouvernements turcs précédents aient réussi à créer des “zones grises” (zones contestées) dans la mer Égée à l’occasion de la crise d’Imia en 1996.

Erdogan se sentira-t-il assez fort pour aller de l’avant ?

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)