Les réfugiés syriens sous ultimatum en Turquie

29-10-2019

Le gouvernement turc de Recep Tayyip Erdogan a resserré l’étau sur les trois millions et demi de Syriens réfugiés. Dans la plus grande ville, Istanbul, les Syriens en situation irrégulière ont jusqu’à ce mercredi 30 octobre pour quitter la province, sous peine d’être arrêtés.

Avec notre correspondante à Istanbul, Anne Andlauer

Cela fait huit ans qu’Obeida vit en Turquie. Et un mois qu’il est dans l’illégalité. Cet opposant de 33 ans est entré dans le pays avec son passeport syrien et un visa d’étudiant. En septembre, son passeport a expiré et avec lui, son permis de séjour. Obeida, qui ne veut pas se rendre au consulat syrien d’Istanbul, se retrouve sans papiers : « Je ne peux pas m’éloigner de chez moi et je fais tout à pied. Je ne prends même pas les transports en commun de peur d’être contrôlé par des policiers. A la seconde où ils comprendraient que je suis en situation irrégulière, ils m’enverraient en centre de rétention. »

Les ONG dénoncent un renvoi de force

Des dizaines de milliers de Syriens qui vivent à Istanbul sans y être enregistrés ont jusqu’à ce 30 octobre pour quitter la province. S’ils refusent, ils risquent d’être arrêtés et, officiellement, reconduits dans leur province d’enregistrement. Ou peut-être renvoyés de force dans leur pays en guerre…

Beaucoup craignent d’ailleurs un renvoi forcé en Syrie, comme l’ont dénoncé ces derniers jours des ONG internationales. Celles-ci accusent d’ailleurs Ankara d’avoir expulsé des centaines de Syriens ces derniers mois, ce que les autorités démentent : « Pendant des années, la Turquie nous a ouvert les bras, assure Obeida. Elle nous a laissé vivre et travailler partout où on voulait. Et puis soudain, pour apaiser le mécontentement de sa population, le gouvernement a commencé à s’en prendre aux réfugiés dans les régions où il estimait que nous étions trop nombreux ».

Read also:
The debate about Trump and foreign policy in the USA

La Turquie espère renvoyer, à terme, près de deux millions de Syriens dans une zone tampon dans le nord de la Syrie. Un des grands objectifs de son offensive du début du mois contre les forces kurdes.

http://www.rfi.fr/moyen-orient/20191029-turquie-refugies-syriens-ultimatum