Argentine : Buenos Aires n’écoute pas les voix de la terre

Par Pepe Mateos,
le 21 août 2023

Le troisième Malón de la Paz à Buenos Aires

Le Troisième Malón de la Paz (Troisième Marche pour la Paix) est arrivé à Buenos Aires le 1er août après avoir parcouru la moitié du pays et depuis ce jour, ils attendent devant la Cour Suprême d’Argentine pour expliquer leurs plaintes contre la violence institutionnelle que subit la province de Jujuy après la réforme de la Constitution provinciale par le gouverneur Gerardo Morales.

“Nous exigeons que la Cour suprême de justice statue sur l’inconstitutionnalité de la réforme promue par Gerardo Morales, et demandons une intervention fédérale dans la province et l’arrêt de la répression exercée contre les communautés et le peuple de Jujuy qui persiste avec des arrestations, des inculpations et des amendes impayables contre les dirigeants des communautés indigènes”, déclare Néstor Jerez, chef du peuple Ocloya.

“Cela fait 20 jours que nous sommes ici, sur la place Lavalle, en plein air, et que nous attendons d’être entendus. À Jujuy, il n’y a pas d’État de droit, il n’y a pas de justice. Tous les recours ont été épuisés et c’est pourquoi nous faisons appel à la nation, en frappant à la porte des trois pouvoirs”, a ajouté le dirigeant indigène.

“Nous comprenons comment tout cela fonctionne”, explique Jerez, “c’est un nouveau régime, un nouvel ordre mondial qui implique de favoriser le pouvoir économique concentré avec la complicité des gouvernements et des pouvoirs, où ce qui est discuté ce sont les intérêts, dans ce cas les ressources naturelles, c’est pourquoi la réforme à Jujuy a été faite pour favoriser ces groupes économiques, violant tous les droits de l’homme reconnus dans les traités internationaux, les droits de garantie établis dans la Constitution ont été violés. Il s’agit d’une réforme qui va à l’encontre de la Constitution nationale. Nous constatons que le gouverneur de la province, Gerardo Morales, a fini par devenir un instrument des puissances économiques, transformant Jujuy en laboratoire d’expérimentation dans le but de l’appliquer au niveau national. Il est important de savoir qu’il ne s’agit pas seulement d’un problème de Jujuy mais de tout le peuple argentin et qu’il est nécessaire de réagir contre ces outrages. Avec cette réforme réactionnaire, la province s’approprie les territoires des communautés, les terres fiscales, l’eau et interdit aux gens de faire des réclamations. Cela représente la continuité du génocide des peuples natifs et les réduit à une situation d’esclavage”, affirme Jerez.

Read also:
Call Russia ‘sponsor of TERROR’! Imperial-minded House Republicans urge return to Cold War footing & drastic sanctions policy

La revendication exprimée par le troisième Malón est d’une gravité et d’une complexité qui ne peuvent être abordées si elles ne sont pas analysées dans le contexte de la lutte pour les ressources naturelles et de la transition des pays industrialisés vers des sources d’énergie alternatives, au premier rang desquelles le lithium et l’hydrogène vert, qui mettent en difficulté et endettent généralement les pays qui n’en font pas partie. Cette situation a de graves conséquences pour l’environnement, les communautés et les personnes qui habitent les territoires d’où sont extraites les ressources.

Gustavo Koenig, sociologue, explique ce problème avec une extrême clarté.

Dans son analyse, il démontre comment les ressources stratégiques, en particulier le lithium, sont exposées au pillage des entreprises par le biais de cette nouvelle réforme néolibérale approuvée par le gouvernement Morales, qui comporte également le risque de fragmentation du territoire national, en contournant la Constitution nationale.

Koenig poursuit en déclarant : “Cette législation provinciale servirait d’exemple aux autres provinces qui voudraient elles aussi légiférer, par le biais d’autres constitutions provinciales, sur le pillage de leurs ressources naturelles par les grandes entreprises”.

Les manifestants de Buenos Aires sont maintenant à découvert, puisque la police du maire Rodríguez Larreta ne leur permet pas d’installer un minimum d’auvent en plastique pour abriter les 200 membres du Malón qui campent sur la Plaza Lavalle, à l’endroit même où, en 1991, les retraités menés par Norma Plá ont entamé leur lutte épique pour l’augmentation des pensions contre le gouvernement de Menem et son ministre de l’économie, Domingo Cavallo.

Read also:
François Houtart nous a quittés

Le prix Nobel de la paix, Adolfo Pérez Esquivel, a dénoncé le “mauvais traitement” infligé par le gouvernement de la ville de Buenos Aires aux 200 indigènes du Tiers Malón de la Paz de Jujuy. “Il s’agit de discrimination, de racisme et d’intolérance. Les indigènes veillent sur la Plaza Lavalle et non seulement ils ne leur donnent pas de tentes et de toilettes chimiques, mais ils veulent leur faire payer une assurance de plusieurs millions de pesos”, a-t-il déclaré cette semaine.

S’il y a une chose sur laquelle les membres de Malón sont très clairs, c’est qu’il ne s’agit pas d’une revendication sectorielle des communautés indigènes, bien qu’ils en soient les porte-parole. Ils réaffirment leur identité en tant que partie intégrante de l’État argentin et soulignent que le problème des ressources naturelles est un problème de souveraineté nationale qui englobe tous les habitants de cette nation. Malgré cela, ils ont très peu de soutien de la part des autres forces politiques.

En définitive, ce qui est réglé à travers ces situations conflictuelles, ce sont les paradigmes et les contradictions de notre civilisation ; il est nécessaire de continuer à exploiter les ressources naturelles pour maintenir un état de fait qui conduit à un effondrement inévitable. Le lithium est nécessaire pour produire les batteries des voitures électriques qui circulent dans les rues du monde le plus développé et le plus privilégié, laissant les territoires exploités dévastés et pollués. Le pétrole est nécessaire pour continuer à produire et à consommer de manière effrénée.

Juan Domingo Perón a déclaré en 1972 dans un document qu’il a préparé à l’occasion du premier sommet mondial sur les questions environnementales, qui s’est tenu cette année-là à Stockholm,

Read also:
Salvador Allende: Last Words to the Nation

“Nous pensons que le moment est venu pour tous les peuples et gouvernements du monde de prendre conscience de la marche suicidaire que l’humanité a entreprise par la pollution de l’environnement et de la biosphère, le gaspillage des ressources naturelles, la croissance effrénée de la population et la surestimation de la technologie, et de la nécessité d’inverser immédiatement le sens de cette marche, par une action internationale commune”.

Cinquante ans plus tard, le problème s’est aggravé au point de mettre en péril la survie de l’espèce humaine et la détérioration irréversible de l’environnement.

Les peuples autochtones et les communautés touchées par l’exploitation des minerais, les monocultures extensives ou tout autre type d’extractivisme aveugle cherchent à opposer une résistance et une prise de conscience et à mettre en place des politiques visant à inverser cet état de fait.

We remind our readers that publication of articles on our site does not mean that we agree with what is written. Our policy is to publish anything which we consider of interest, so as to assist our readers  in forming their opinions. Sometimes we even publish articles with which we totally disagree, since we believe it is important for our readers to be informed on as wide a spectrum of views as possible.