Après la grève appelée par les syndicats unitaires italiens (les Cub) contre la guerre en Ukraine, voici la déclaration du groupe de l’usine GKN

Par Utopie Critique

Après la grève appelée par les syndicats unitaires italiens (les Cub) contre la guerre en Ukraine, voici la déclaration du groupe de l’usine GKN

Florence, le 18 juin 2022

 Dichiarazione del Collettivo di fabbrica sulla guerra. :

‎La guerre est contre nous tous. Nous nous opposons tous à la guerre.‎

1. La guerre éclate un jour, mais n’éclate pas en un jour. C’est un processus : la poursuite par d’autres moyens de la confrontation économique et politique entre blocs impérialistes.‎

‎Trop souvent, nous ne remarquons la « guerre » et son « début » que lorsque la société dominante décide de la médiatiser, hors contexte et en mettant de côté toute analyse des causes : du Yémen à la Syrie en passant par le Rojava en passant par l’Irak et la Palestine, dans le silence médiatique total dans le monde, il y a au moins 59 conflits militaires « officiels » et un nombre inquantifiable d’invasions qui n’ont même pas été déclarées.‎

‎2. La guerre en Ukraine a commencé en 2014, avec un conflit militaire dans le Donbass et des accords de paix non respectés. Pendant des décennies, en effet, l’espace physique de l’Ukraine s’est transformé en un espace de discorde entre les impérialismes et l’invasion par l’armée russe, que nous condamnons sans hésitation, n’est que la dernière étape de ce processus. Ce n’est pas nous qui avons deux poids, deux mesures d’évaluation des bombes et des civils tués, mais l’ensemble du monde des médias enrôlé dans cette guerre qui ignore, par exemple, les souffrances et les bombardements turcs du nord-est de la Syrie.‎

‎3. Encore une fois, comme cela s’est déjà produit pendant la pandémie, nous risquons d’être écrasés dans les positions et les alignements que ce système nous propose. Avec la guerre vient la tentative de s’enrôler derrière l’un ou l’autre nationalisme. En tant que travailleurs du Collectif des travailleurs du GKN, nous rejetons cette logique : notre opposition à la guerre, la défense des civils, la solidarité avec les travailleurs s’exercent en déclarant la guerre à la guerre. Et plus nous tardons à déclarer la « guerre contre la guerre », plus l’avenir des civils dans le monde est menacé. ‎

‎La guerre crée des masses migratoires, ou nous pouvons même dire des évasions massives. Nous l’avons toujours su et c’est pourquoi nous avons toujours été prêts à accueillir ceux qui fuient la guerre et la faim, hors de toute logique de profit et d’exploitation, comme par exemple expérimenté à Riace par Mimmo Lucano. Aujourd’hui, cependant, nous prenons note de l’incroyable hypocrisie des « États forteresses » qui divisent les réfugiés en migrants des séries « A » et « B ».‎

‎4. Nous déclarons la guerre à la guerre non seulement lorsqu’elle devient « guerrière » et explose à la surface. Notre position est radicale, qui va à la racine du mécanisme et qui saisit ses conséquences globales. Le conflit actuel se déroule sur la longue vague de la crise de 2008, 2011, la crise pandémique et le changement climatique. Chaque jour, le choc économique devient plus fort, pour ceux qui remboursent la dette, pour ceux qui bénéficient de l’énorme liquidité financière, pour le contrôle des marchés dans un régime de surproduction, pour les sources d’énergie, les matières premières, l’industrie extractive, les ports, pour les espaces vivables avec la désertification croissante.‎

‎5. Ce choc économique est entre ceux qui sont au sommet et ceux qui sont au bas de la société, entre nous et eux, entre ceux qui dominent l’économie et ceux qui sont dominés par elle. Mais l’affrontement traverse et divise aussi ceux qui dominent l’économie et qui divisent le monde. Entre cette guerre « verticale » et cette guerre « horizontale », il y a une relation étroite : plus nous sommes enrôlés dans le choc des capitaux, moins nous sommes capables de nous défendre de la guerre que le capital déplace contre nous.‎

‎6. La résurgence des idéologies fascistes, xénophobes et nationalistes devient le moteur et la couverture idéologique de ce processus : ce n’est pas un hasard si le conflit ukrainien est devenu un laboratoire mondial de réarmement pour les groupes nazis-fascistes et paramilitaires. Ceux-ci représentent sur le terrain ce que le fondamentalisme islamique a représenté dans la guerre par procuration en Syrie. Si quelqu’un avait des doutes, jamais auparavant l’antifascisme et l’antiracisme ne sont redevenus centraux. En dehors de l’antifascisme radical, il n’y a pas de salut.‎

Read also:
Amazon changes timing of traffic lights in Alabama town to derail unionization drive

‎7. L’industrie de guerre est un instrument de guerre et la guerre est un instrument de l’industrie de guerre. Les dépenses militaires sont en hausse depuis longtemps à l’échelle mondiale. Un système qui construit des armes pour ne pas les utiliser est irrationnel. Un système qui construit des armes pour les utiliser est criminel. Les bases militaires et la servitude, les dépenses militaires et l’industrie de guerre sont l’éléphant dans la pièce dont personne ne parle. La guerre est désamorcée par une énorme reconversion productive de tout l’appareil de production de guerre et de démilitarisation des territoires. Et cet objectif est impensable sans un programme social adéquat, composé d’une intervention publique dirigée par les besoins collectifs et de la réduction des heures pour un même salaire afin d’absorber tous les salariés qui quittent la production de guerre. ‎

‎8. La guerre est une énorme soustraction des ressources des hôpitaux, de la santé, de l’éducation et des transports publics. C’est une justification supplémentaire du coût de la vie et de la modération salariale. Déclarer la guerre à la guerre, c’est se battre pour notre État-providence et nos salaires, pour le salaire minimum inter catégorial et le retour à l’échelle des salaires.‎

‎9. La guerre est par définition l’un des phénomènes les plus polluants. Il pollue l’information, la vérité, les esprits. Il pollue évidemment la planète. Parler de « transition environnementale » et tolérer l’escalade militaire est une forme extrême d’hypocrisie. ‎

‎C’est pourquoi le mouvement anti-guerre ne peut être que radicalement écologiste, transversal et ce type de mouvement ne peut être que contre la guerre.‎

‎10. L’État sait que pour amener la guerre « à l’extérieur », il faut gagner la guerre « à l’intérieur ». Pour amener un pays à la guerre, il faut le pacifier à l’intérieur. Pour cette raison, il ne peut y avoir de contexte de guerre sans un contexte contemporain de répression de la dissidence. Nous ne parlons pas d’une « dissidence » d’opinion générique. Nous nous référons à la dissidence réelle, à celle qui peut être organisée, déployée et modifiée par l’existant. Nous considérons donc que l’augmentation de la répression n’est pas accidentelle : nous ne nous souvenons que par exemple des derniers épisodes, de l’accusation formulée sur la base de crimes qui peuvent être prescrits avec des amendes d’association criminelle au CALP pour bloquer le trafic d’armes dans les ports, des plaintes contre les étudiants de Turin ou des mesures contre Fridays for Future.

Dans le contexte de la guerre et de ses idéologies, il n’y a pas de place pour notre modèle syndical, pour les mouvements qu’ils soient sociaux, environnementaux ou pour les droits civils. La guerre est contre nous tous et nous tous contre la guerre.‎

‎La guerre est un phénomène mondial et la nécessité de la contrer enlève tout droit au particularisme, à l’étroitesse d’esprit, à la sectorialisation.

Sans la convergence des luttes et des pratiques, des travailleurs, des trans, féministes, des antifascistes, des écologistes, des antimilitaristes, personne n’est sauvé, personne ne peut y échapper. ‎

‎L’opposition à la guerre doit partir de la critique de la matérialité de la guerre, elle doit démasquer toute fausse couverture idéologique du conflit pour dévoiler les mécanismes économiques et systémiques qui sous-tendent la guerre. Avec ces idées, nous passerons en revue toutes les échéances et les discussions anti-guerre. Pour discuter de cette idée, nous convoquons une assemblée publique du groupe de soutien dans l’usine pour le jeudi 23 au soir.‎

‎Gênes est aujourd’hui l’une des places où la critique matérielle de la guerre est pratiquée, contrastant avec la logistique de la guerre. Gênes où le ciel chaque fois qu’un navire chargé d’armes entre dans le port est teinté de rouge aujourd’hui développe le lot contre le trafic d’armes dans le port, en raison de l’opposition des dockers au commerce des armes. Gênes où ils nous ont fait la guerre en 2001 en nous chargeant dans la rue, en tirant des gaz lacrymogènes depuis des hélicoptères, en nous frappant à l’intérieur du Diaz, en nous tirant dessus sur la Piazza Alimonda, en tuant Carlo, en nous torturant à Bolzaneto. Gênes est une ville antifasciste qui se soulève en 1960 contre le congrès du MSI et du gouvernement Tambroni en 1960.‎

Read also:
"Les Etats-Unis ne veulent pas la paix"

‎Gênes, ville portuaire et industrielle, où il y a toujours eu un fort risque de chantage entre le travail et l’environnement. Gênes, ville du social-catholicisme engagé de Don Gallo. ‎

‎La ville de Gênes qui, avec l’effondrement du pont Morandi, porte les blessures de la saison dévastatrice des privatisations.‎

‎Gênes aura peut-être comme destin notre liberté, celle d’un mois de juillet libre et qui réunirait tous les thèmes que nous avons mentionnés. Mais cela ne peut être évidemment pas décidé par le seul collectif Gkn Factory de Florence. Nous ne pouvons que nous mettre en marche, et essayer de franchir ensemble tous les obstacles qui se dresseront sur notre chemin.

‎Pour cela, pour d’autres choses, pour tout‎

‎Hors de l’urgence, à l’intérieur de l’urgence,‎

‎Sans convergence, il n’y a pas de possible.

Insorgiamo


 Grève générale d’une journée contre la guerre, l’Otan et les coupes sociales en Italie

De grandes parties de l’Italie ont été paralysées lors d’une grève générale d’une journée organisée par les syndicats de base le 20 mai. La grève était dirigée contre la politique de guerre de l’OTAN et le gouvernement de Mario Draghi, ainsi que contre les conséquences sociales de la guerre qui sont imposées à la classe ouvrière.

Les grévistes ont également exigé des salaires plus élevés, une échelle mobile des salaires pour contrer l’inflation (Scala mobile), une amélioration des dépenses sociales et la sécurisation des emplois. « Quand, si ce n’est pas maintenant » et « Sortez de la guerre ! » étaient les principaux slogans.

Les services ferroviaires ont été sévèrement restreints à l’échelle nationale tout au long de la journée du vendredi 20 mai. Les transports publics à Milan, Rome et ailleurs ne maintenaient les services d’urgence qu’aux heures de pointe. Les travailleurs qui assuraient des services de ferry vers les îles, ainsi que de nombreux vols et péages autoroutiers étaient en grève.

De nombreuses écoles publiques sont restées fermées, tout comme les supermarchés tels que Lidl et une grande partie du secteur du transport et de la logistique. Il y a également eu des arrêts dans l’industrie, par exemple chez le constructeur de véhicules utilitaires Iveco à Turin. Les livreurs à Milan et les travailleurs du textile à Prato près de Florence ont également cessé de travailler. Des rassemblements et des manifestations ont eu lieu dans les centres de Rome, Bologne, Gênes, Milan, Turin, Venise, Florence, Naples, Palerme et Tarente, ainsi que dans de nombreuses autres villes.

L’appel à la grève a été lancé par les syndicats de base italiens, S.I. Cobas, Sgb, Unicobas, Cub et d’autres. Ils gagnent en influence depuis des années parce que les confédérations syndicales traditionnelles CGIL, CISL et UIL perdent des membres en masse en raison de leurs politiques pro-gouvernementales et pro-entreprises.

De nombreuses usines participant à la grève luttent depuis des années contre des niveaux d’exploitation impitoyables, comme les travailleurs de la confection à Prato et les livreurs de colis et les chauffeurs travaillant pour DHL, TNT et FEDEX. Par exemple, les chauffeurs de FEDEX à Peschiera Borromeo, où se trouve l’aéroport de Milan, sont en grève contre une trahison des confédérations syndicales, qui ont accepté 176 licenciements.

Les grèves contre la guerre et les coupes sociales massives sont une expression du militantisme croissant de la classe ouvrière internationale, luttant contre les inégalités croissantes, les conséquences de la pandémie de coronavirus et les effets sociaux des politiques de guerre gouvernementales.

De plus, la pandémie est loin d’être terminée. Le jour de la récente grève générale, plus de 26 500 nouvelles infections et 89 décès liés à la COVID-19 ont été signalés en Italie.

À cela s’ajoutent les augmentations de prix du carburant et de la nourriture. Le prix moyen du gaz de chauffage en mai 2022 est presque sept fois plus élevé qu’avant la pandémie. Le coût du pain a augmenté de 30 pour cent, et l’huile et les pâtes deviennent également plus chères. Le pouvoir d’achat a chuté d’au moins 5% au premier trimestre 2022.

La crise frappe durement la classe ouvrière italienne, qui souffre déjà du chômage, du travail précaire et de la pauvreté des personnes âgées. Avec l’approbation du gouvernement et des syndicats, les entreprises ont utilisé la pandémie pour empiler les coûts sur le dos des travailleurs sous la forme de licenciements, de réductions de salaire et de longues périodes de chômage partiel. Selon l’office statistique de l’Istat, plus de 3,5 millions de travailleurs occupent actuellement un emploi précaire ; 430 000 ont été ajoutés en 2021 seulement. Le chômage des jeunes est officiellement de 24,5%, mais il est beaucoup plus élevé en termes réels, en particulier dans le sud.

Read also:
Mafia-states and Western interest: Đukanović, and others criminal leaders of the Balkans

Les employés de l’État, le personnel enseignant et les travailleurs sociaux sont également soumis à une pression croissante. L’Italie soutient la guerre en Ukraine – une guerre par procuration de l’OTAN contre la Russie – en lui fournissant des armes et en augmentant les dépenses pour les forces armées italiennes. Dans ce contexte, le gouvernement Draghi a présenté un nouveau budget d’austérité. Entre autres choses, il prévoit de réduire le budget de l’éducation de l’État et de supprimer 9 600 postes d’enseignants.

La grève générale du 20 mai n’était pas la première ces derniers temps. Le 22 avril, les travailleurs de toute l’Italie ont cessé de travailler pendant une journée sous le slogan « Augmentez les salaires, descendez les armes ! »

Le 14 mars, les travailleurs de l’aéroport de Pise ont refusé de charger des armes et des munitions pour l’Ukraine, qui devaient être déguisées en « aide humanitaire ». Fin mars, une cargaison d’armes qui devait se rendre au Yémen via le port de Gênes a été arrêtée. Le boycott par les dockers de Gênes a également été rejoint par des collègues du port de Livourne.

Ces grèves sont organisées par des syndicats de base, qui ont acquis une grande influence ces dernières années, principalement parce que les confédérations syndicales traditionnelles CGL, CISL, UIL, qui sont liées aux partis de l’establishment, soutiennent sans vergogne le gouvernement. À maintes reprises, ils ont vendu des travailleurs.

Peu de temps après le début des grèves et des actions de boycott, le gouvernement a organisé une descente de police dans les locaux du syndicat de base USB (Unione sindacale di base) à Rome le 6 avril, apparemment pour rechercher des armes cachées. C’était une provocation et une tentative transparente d’intimider la résistance croissante.

Tout cela a contribué à ce qu’encore plus de travailleurs participent aux grèves générales du 22 avril et du 20 mai.

La volonté croissante de se battre soulève de plus en plus de toute urgence la question d’une perspective et d’une orientation indépendantes. Alors que les travailleurs veulent lutter contre la guerre, les coupes sociales et les politiques d’immunité collective du gouvernement, les syndicats de base organisent des actions de grève afin de garder le contrôle du mouvement croissant de lutte des classes et de l’orienter vers des canaux inoffensifs.

Des organisations comme l’USB et Cobas poursuivent une perspective syndicaliste limitée au niveau national qui a échoué dans tous les pays et finit par se ranger derrière le gouvernement et ses politiques capitalistes. Malgré leur orientation populaire nominale et leur structure fédérale, ils ne sont pas fondamentalement différents dans leur orientation politique des confédérations syndicales nationales détestées.

13 juin 2022

Les « syndicats de base sont des syndicats unitaires de délégués d’ateliers créés par les salariés, ouvriers et employés eux-mêmes pendant le Mai rampant 1968/1969, en partie par les migrants venus du Sud de l’Italie. Ils se sont organisés en comités unitaires dans les entreprises siégeant avec les autres syndicats et y compris dans les quartiers. Ils ont mené en commun de nombreuses luttes pour le pouvoir d’achat, contre la hausse des prix, ou des cantines pour les enfants pauvres.

We remind our readers that publication of articles on our site does not mean that we agree with what is written. Our policy is to publish anything which we consider of interest, so as to assist our readers  in forming their opinions. Sometimes we even publish articles with which we totally disagree, since we believe it is important for our readers to be informed on as wide a spectrum of views as possible.