Allié difficile ou ennemi eurasien ? La Turquie aux yeux des think tanks américains

02/06/2020

United World International

Les relations turco-américaines ne sont actuellement pas dans les meilleures conditions. Bien que les deux pays soient membres de l’OTAN, leurs politiques et leurs positions sur de nombreuses questions internationales sont très différentes. Les points de rupture pour les Turcs ont été le soutien des Américains aux séparatistes kurdes en Syrie et la participation de militaires pro-américains à une tentative de coup d’État en 2016. Il y a aussi le fait que les États-Unis refusent d’extrader l’ecclésiastique turc Fethullah Gulen, qu’Ankara considère comme le principal organisateur de la tentative de coup d’État.

Après la tentative de coup d’Etat, les autorités turques ont remanié la structure de l’armée, en essayant de nettoyer ceux qui étaient influencés par Gulen et les Etats-Unis. Washington, à son tour, a été furieux du rapprochement d’Ankara avec Moscou et Téhéran. L’achat de systèmes de défense aérienne S-400 à la Russie a tellement irrité Washington qu’il a expulsé la Turquie de son programme de F- 35.

Les principaux groupes de réflexion aux États-Unis, pour la plupart, évaluent négativement les perspectives de développement des relations turco-américaines. En même temps, selon eux, il existe encore un potentiel pour modifier cette tendance. Cependant, Ankara est déjà bien engagée dans le développement de sa propre politique indépendante.
La société RAND : Les perspectives de retrait de la Turquie de l’OTAN sont réelles

En janvier 2020, la RAND Corporation a publié un rapport intitulé “Turkey’s Nationalist Course”. Implications for the US-Turkish Strategic Partnership and the US Army”. Le document est décrit comme “la recherche et l’analyse menées dans le cadre d’un projet intitulé Turkey’s Volatile Dynamics-Implications for the US-Turkish Strategic Partnership and the US Army, parrainé par le Bureau du chef d’état-major adjoint, G-3/5 / 7, US Army”.

Les analystes de RAND voient 4 options pour l’avenir de la Turquie, dont 3 sont défavorables aux États-Unis :

1. allié difficile : La Turquie continue d’être un allié difficile et parfois hésitant des États-Unis.

2. une démocratie renaissante : un chef de l’opposition ou une coalition bat Erdogan et reprend une politique étrangère et de sécurité plus orientée vers l’Occident.

Équilibre stratégique : La Turquie cherche à équilibrer plus ouvertement ses liens avec l’OTAN ainsi qu’avec ses alliés et partenaires en Eurasie (en particulier, la Russie, l’Iran et la Chine.

4. la puissance eurasienne : la Turquie “quitte officiellement l’OTAN et poursuit une coopération plus étroite et divers alignements avec des partenaires en Eurasie et au Moyen-Orient”.

Il est révélateur que des quatre options possibles pour le développement de la Turquie, une seule est considérée comme favorable par les analystes américains, à savoir la “démocratie renaissante”. Ils considèrent qu’il est essentiel de se débarrasser de Recep Tayyip Erdoğan, et d’amener au pouvoir quelqu’un qui n’adhère pas à une “voie nationaliste”. Il est à noter que les experts américains considèrent que la perte de contrôle de la base aérienne d’Incirlik est très probable.

Read also:
Turkey in the first ranks of the campaign against Russia

“Étant donné la volatilité des relations avec la Turquie, les planificateurs de la défense américaine doivent être prêts à faire face à la perte d’accès à la base aérienne İncirlik et aux autres installations des États-Unis et de l’OTAN en Turquie. Les implications de cette perte pour soutenir l’opération Inherent Resolve (pour contrer l’ISIS) et d’autres opérations en Asie du Sud-Ouest seraient énormes, et les installations alternatives dans la région ont des limites substantielles”.

L’armée américaine : se préparer à un changement de régime

Les recommandations de la RAND Corporation pour les forces armées américaines se résumaient principalement à la restauration des liens institutionnels entre les militaires turcs et américains. Apparemment, ce sont les militaires qui, selon ces analystes, devraient promouvoir la “démocratie résurgente”.

En particulier, le rapport soutient que des efforts supplémentaires sont nécessaires pour approfondir le dialogue entre l’armée américaine et les chefs de l’état-major général turc et pour revitaliser le groupe de haut niveau sur la défense américaine et turque, en tenant compte de l’importance accrue du ministre turc de la défense.

Selon les experts, l’armée américaine pourrait essayer d’aider la Turquie à développer des programmes d’études dans sa nouvelle Université de la Défense Nationale, et la Turquie pourrait continuer à envoyer des officiers dans des écoles aux Etats-Unis. Ces mesures peuvent contribuer à améliorer les relations civilo-militaires en Turquie et à influencer l’évolution future des forces armées turques de manière à renforcer à long terme la coopération bilatérale et la coopération de l’OTAN avec la Turquie.

En même temps, le danger pour les États-Unis d’une interaction entre les militaires turcs et russes est sans cesse souligné. Le rapport souligne le caractère indésirable des interactions entre la flotte russe et turque en mer Noire. Ils suggèrent que la Turquie doit être plus activement impliquée dans les initiatives de l’OTAN dans ce domaine.

Une analyse détaillée de la Rand Corporation dans ses principales conclusions coïncide avec l’opinion précédemment exprimée par le commandant de l’armée américaine en Europe, le lieutenant général Ben Hodges. En juin 2019, il a eu l’idée de créer l’alliance Turquie-USA 2.0.

Il est significatif que le général américain à la retraite soit un critique sévère du président Erdogan. Il a déclaré explicitement qu'”il y a des éléments au sein du gouvernement turc qui accueilleraient favorablement de meilleures relations avec les États-Unis”. Ben Hodges se félicite de tout succès de l’opposition turque, y compris, par exemple, la victoire d’Ekrem Imamoglu aux élections municipales d’Istanbul.

Dans le même temps, le Général laisse entendre que des changements politiques en Turquie pourraient ne pas être nécessaires dans le contexte d’élections démocratiques, affirmant que “beaucoup de choses peuvent se passer d’ici les prochaines élections générales en 2023”.

Il est significatif que, comme les analystes de la RAND, Hodges préconise une coopération maximale avec les forces armées turques. Aussi bien RAND, qui est mandaté par le Pentagone, que l’ancien commandant des forces américaines en Europe, considèrent qu’il est nécessaire que la Turquie abandonne sa voie nationaliste et plaident pour un changement de pouvoir dans le pays.

Read also:
Britain: Early elections to eliminate Corbyn and go to war

Ainsi, on peut conclure que les élites militaires américaines espèrent changer le cours géopolitique de la Turquie en changeant de gouvernement, et admettent que cette voie pourrait ne pas être empruntée démocratiquement. Compte tenu de leur désir insistant de développer le maximum de contacts avec leurs collègues turcs, on peut conclure que les milieux proches du Pentagone espèrent répéter la tentative de coup d’État ratée en 2016.
Le CFR et les néoconservateurs : une solidarité négative

En plus des militaires, les centres d’analyse civils parlent souvent des relations avec la Turquie. Ici, dans l’ensemble, les humeurs pessimistes dominent.

En novembre 2018, le Conseil des relations extérieures des États a publié un rapport intitulé “Ni l’ami ni l’ennemi NOR : l’avenir des relations entre les États-Unis et la Turquie” de Steven Cook.

La principale thèse du rapport est que les États-Unis devraient “reconnaître que les États-Unis et la Turquie sont passés d’alliés ambivalents à des antagonistes”. Le document note que les Etats-Unis devraient trouver une alternative à la base aérienne d’Incirlik, continuer à soutenir le GPJ malgré les objections d’Ankara et mettre fin à la coopération sur le programme F-35.

En octobre 2019, Max Boot (un expert du CFR et ancien néocon qui est maintenant affilié au Parti démocrate américain) a appelé à une révision sérieuse des relations avec la Turquie. Selon lui, Ankara n’est plus un partenaire fiable de Washington. Il a également énuméré les principaux “péchés” d’Erdogan, depuis son soutien aux Frères musulmans jusqu’à son rapprochement avec la Russie.

L’auteur considère qu’il est nécessaire de réduire de manière significative la coopération militaire avec la Turquie. Tout d’abord, selon lui, les Etats-Unis devraient quitter Incirlik :

“L’armée de l’air américaine devrait déplacer ses avions vers la base aérienne de Muwaffaq Salti en Jordanie et vers d’autres bases dans les pays du Golfe persique. Les armes nucléaires tactiques stockées à Incirlik devraient être soit ramenées aux États-Unis, soit relocalisées dans des pays de l’OTAN plus fiables”.

Il est significatif que le président du CFR, Richard Haas, occupe une position similaire.

Il convient toutefois de reconnaître que différents points de vue sont représentés au sein du CFR. En janvier de cette année, le journal de l’organisation, Foreign Affairs, a publié l’article “The Dangerous Unraveling the of the US-Turkish Alliance”, dans lequel les auteurs affirment que “les intérêts américains souffriront si la relation entre les deux pays s’effondre complètement, ou si la Turquie devient un véritable adversaire des États-Unis”. Rachel Ellehuus, du Centre d’études stratégiques et internationales (CSIS), s’en tient à une approche similaire, appelant à “appliquer les sanctions et les embargos sur les armes nécessaires” contre la Turquie, mais “de manière discriminatoire”.

Dans le même temps, la position des dirigeants du CFR est souvent exprimée par les néoconservateurs américains. Ils pensent que la possibilité la plus dangereuse est qu’Ankara abandonne les valeurs démocratiques occidentales.

Read also:
Saudi royal laments Khashoggi’s killing, is wary on rapprochement with Israel

Par exemple, l’American Enterprise Institute a écrit en décembre 2019 : “des pays comme la Turquie d’Erdogan continuent de violer les valeurs [démocratiques] – et d’agir contre les intérêts des États-Unis et de l’Europe de manière pratique, notamment par son comportement en Syrie du Nord et par ses achats d’équipements militaires russes”.

Dans l’article “Ce n’est pas nous – c’est lui”, Michael Michael Rubin déclare qu’il n’y a aucun moyen de changer la Turquie, sauf par une pression directe. Il dit que l’armée turque s’est transformée après la tentative de coup d’état ratée de 2016, passant d’un “gardien constitutionnel de la laïcité” à “un moteur de l’islamisme”.

De plus, selon le célèbre néocon, le “pivot stratégique turc vers la Russie déplace l’équilibre vers Moscou à travers toute la région de la mer Noire, permettant à la Russie de solidifier davantage son empiètement stratégique sur la Géorgie et l’Ukraine”.

Il appelle donc à une stratégie exactement opposée à celle préconisée par les analystes associés au Pentagone, à savoir isoler la Turquie et ses forces armées :

“Il est peut-être impossible d’expulser la Turquie de l’OTAN, mais ce n’est pas une raison pour ne pas la mettre en quarantaine au sein de l’organisation, l’exclure des réunions chaque fois que cela est possible et ajuster la classification des documents pour empêcher les officiers turcs d’accéder à ses flux de documents”, écrit-il.

Comme d’autres néoconservateurs, Rubin propose un soutien maximal aux séparatistes kurdes, l’imposition de sanctions contre la Turquie et le soutien du gouvernement grec de Chypre dans son long conflit avec la Turquie.

Conclusions : il est révélateur qu’au sein de la communauté des experts américains en relations internationales, la méfiance envers la Turquie est dominante. Même les experts qui considèrent qu’il est nécessaire de ne pas rompre les liens préconisent diverses mesures de pression et évaluent négativement les tentatives de la Turquie de renforcer sa souveraineté au sein de l’OTAN. En même temps, les deux groupes traditionnellement les plus influents au sein de l’establishment de la politique étrangère américaine, les néoconservateurs et le CFR, préconisent d’isoler la Turquie. Ils pensent que les contradictions entre la Turquie et les Etats-Unis sont loin d’être accidentelles et ne peuvent être résolues que si Ankara abandonne sa politique étrangère souveraine “nationaliste”. Le Pentagone considère le “nationalisme” d’Erdogan comme une menace insurpassable, mais espère toujours que l’armée turque pourra être attirée à ses côtés.

Τraduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

https://uwidata.com/7676-difficult-ally-or-eurasian-enemy-turkey-in-the-eyes-of-american-think-tanks/