65 ans après le coup d’État qui a changé le monde

01/09/2019

Une femme en fauteuil roulant a levé son poing fermé. Dans l’autre main, elle tenait une pancarte portant le signe de la paix. C’était le 2 juillet 1954, à Mexico, et la peintre communiste légendaire Frida Kahlo a pris part au dernier rassemblement de sa vie.  Elle mourrait 11 jours plus tard. Des milliers de personnes sont descendues dans les rues contre le coup que la CIA venait de commettre au Guatemala pour renverser le président Jacobo Arbenz.

Et Frida Callo n’était pas la seule à transformer sa colère en puissance à cette époque. De nombreux historiens ont affirmé que c’est le coup d’État au Guatemala qui a aidé Che Guevara à comprendre que seule la puissance des armes pouvait changer le fond noir de l’Amérique centrale et de l’Amérique du Sud.

Mais à cette époque, le triomphe appartenait toujours aux États-Unis. La CIA essayait pour la première fois sur le continent américain les techniques de coup d’État qu’elle avait développées un an plus tôt en Iran pour renverser le Premier ministre Mosadek. Et l’homme responsable de la coordination de l’opération depuis Guatemala était une vieille connaissance de la Grèce: l’ambassadeur américain à Athènes, John Purefoy, qui avait défini il y a quelques années encore la relation entre le palais et le nationaliste Constantin Karamanlis.

Purifoy apportera au Guatemala un grand nombre des techniques de propagande et de guerre sales qu’il avait utilisées en Grèce contre les communistes. Bien entendu, dans le cas présent, il travaillait essentiellement pour la multinationale américaine United Fruit Company, l’actuelle Chiquita, qui exigeait le renversement immédiat du gouvernement afin de récupérer les terres arables expropriées pour des paysans sans terre.

Read also:
Zapatero, Correa, Rousseff and Samper ask for debt forgiveness in Latin America

Soixante-cinq ans plus tard, il est pratiquement impossible de trouver des informations sur ces journées dans les musées de la ville. Personne ne veut non plus parler de la guerre civile avec les 200 000 morts qui ont suivi ou du génocide des populations mayas par des forces dictatoriales et militaires successives. Au mieux, vous en apprendrez davantage sur la persécution des Mayas par les premiers colons européens.

Rayuela, un petit bar du centre-ville de Guatemala, tire probablement son nom du livre légendaire de Julio Cortazar (en grec “Kutso”, éditions Opera). Sur les murs, vous verrez des photographies de prêtres catholiques exécutés par des escadrons de la mort paramilitaires dans les années 1970 et 1980. À côté d’eux se trouvent des photos de Che Guevara, qui a passé au moins six mois dans la ville de Guatemala à surveiller de près le programme de réformes du président Arbenz et sa fin tragique.

Si vous n’avez pas suivi les récents développements politiques, vous pourriez être surpris de voir un graffiti avec un combattant palestinien  et la phrase “Jérusalem: l’éternelle capitale de la Palestine”. C’est l’une des rares objections au fait que le Guatemala était le deuxième pays après les États-Unis à annoncer le transfert de son ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem – en violation de toutes les résolutions pertinentes de l’ONU.

Depuis 1982, alors qu’Israël a envoyé 300 responsables pour soutenir le coup d’État d’Efrain Rios Montt (qui a par la suite été reconnu coupable de crimes de guerre, d’organisation de viols massifs et d’exécutions d’enfants), Tel-Aviv a joué un rôle clé dans la vie du Guatemala. De nombreux hauts responsables sont formés par les agences israéliennes, qui fournissent également du matériel et le savoir-faire pour réprimer les manifestations (un moyen pratique de contourner l’embargo sur la vente d’armes américain imposé par le Congrès).

Read also:
Brésil, Urgent: Tout faire pour empêcher la victoire de Lula et du PT

Cet équipement pourrait maintenant aussi être utilisé pour le grand projet  du président Trump au Guatemala de l’appeler “un  p ays tiers sûr ” pour les réfugiés. Conformément à la politique de l’Union européenne à l’égard de la Turquie, le président américain souhaite envoyer au Guatemala des demandeurs d’asile de toute l’Amérique latine qui, en théorie, devraient rester sur le sol américain jusqu’à l’examen de leur demande. Plusieurs organisations ont qualifié cette décision de “meurtrière”, des centaines de réfugiés tentant de fuir des régimes dictatoriaux, tels que le Honduras, resteront pris au piège dans un pays où ils pourraient également être victimes de torture.

La malédiction du Guatemala est de voir le présent et son avenir déterminés par ce qui se passe en Europe et au Moyen-Orient: des conquistadors espagnols arrivés ici en 1511 aux Puritains puis  à  un  pays tiers sûr. Nous exportons la culture depuis un demi-millénaire

Aris Hadjistefanou – Journal des éditeurs 31/08/2019

Photo: Frida Kahlo, Juan O’Gorman, and Diego Rivera in the last photograph taken of Frida before her death, at a demonstration against US intervention in Guatemala, https://artsandculture.google.com/asset/frida-kahlo-juan-o%E2%80%99gorman-and-diego-rivera-in-the-last-photograph-taken-of-frida-before-her-death-at-a-demonstration-against-us-intervention-in-guatemala-autor-no-identificado/ZQF2bXcgVOk80Q