17 février. Une “journée noire” en demi-teinte : construisons un vrai plan de bataille pour gagner

17 février. Une “journée noire” en demi-teinte : construisons un vrai plan de bataille pour gagner

Il ne faut pas se mentir : ce 17 février n’a pas été une « journée morte ». Si les grands médias, toujours au chevet du gouvernement, cherchent à tirer les conclusions de l’essoufflement de la combativité à la RATP, cela ne correspond en rien à l’esprit qui règne chez les grévistes. Comment donc lire cette journée qui résonne en demi-teinte ? Pourquoi cette journée n’a-t-elle pas eu de caractère interprofessionnel ? Qui sont les responsables ?

Pour marquer le coup, au moment où démarre la présentation du projet de réforme des retraites, la majorité des syndicats de la RATP a appelé à une grève de 24 heures, ce 17 février, annonçant un « lundi noir ».
Une journée qui se voulait à l’image de la grève ultra-massive du 13 septembre pour envoyer un signal fort au gouvernement qui cherche à faire passer sa réforme aux forceps, y compris au sein de l’Assemblée Nationale, bien que la majorité de la population y soit opposée.
Une journée de mobilisation qui se voulait marquer un temps fort, d’abord devant la maison de la RATP, puis par une manifestation à l’appel de la “Coordination nationale des AG interpro” en direction de l’Assemblée Nationale où siègent les députés qui examinent le projet de loi. En début de soirée, sur initiative de parlementaires de la France Insoumise, un rassemblement et une prise de parole se sont tenus avec un certains nombre de personnalités politiques et d’intellectuels, du monde de la culture, des grévistes, des gilets jaunes.

Read also:
République bananière de France

Lire la suite https://www.revolutionpermanente.fr/17-fevrier-Une-journee-noire-en-demi-teinte-construisons-un-vrai-plan-de-bataille-pour-gagner

Transports : la grève reconductible, c’est «terminé» selon le gouvernement. Qu’en est-il vraiment ?

En amont d’une journée de grève des transports dont les appels n’avaient pas fait l’unanimité, le gouvernement a estimé que la grève reconductible était «effectivement terminée». Prédiction non partagée par les acteurs du mouvement social.
En amont d’un «lundi noir» annoncé dans les transports par cinq organisations syndicales dont quatre de la RATP, la CGT avait pour sa part critiqué le choix du lundi 17 février. A l’approche d’une grève interprofessionnelle nationale prévue le 20 février, la CGT RATP avait en effet expliqué dans un tract diffusé la semaine passée : «Ce n’est pas le moment de disperser nos forces».

Lire la suite https://francais.rt.com/france/71339-transports-greve-reconductible-cest-termine-selon-le-gouvernement-qu-en-est-il