Ukraine : Divisions en Occident et impasse stratégique pour le monde

https://uwidata.com/25379-ukraine-d…

9 juin 2022
Dimitris Konstantakopoulos
Traduction

Trois mois après le lancement de ce qui s’apparente à une guerre mondiale sui generis contre la Russie (*), deux interventions importantes, demandant une désescalade et une sorte de paix avec Moscou, sont venues d’Henry Kissinger, s’exprimant à la réunion de Davos, et du New York Times. Il semble, comme l’a remarqué Henderlin, que là où le mal se développe, se développe aussi le médicament qui peut le guérir.

Il est vraiment étonnant et profondément ironique de voir aujourd’hui l’une des figures les plus criminelles de l’impérialisme américain dans le passé et de la politique internationale pendant tout le vingtième siècle, Henry Kissinger lui-même, intervenir dans le rassemblement des élites capitalistes occidentales pour leur dire de faire la paix avec la Russie avant qu’il ne soit trop tard, et même de le faire en acceptant de modifier les frontières ukrainiennes actuellement reconnues internationalement (**). En d’autres termes, d’accepter qu’il est tout simplement impossible d’inverser les gains de la Russie sur le terrain.

Si quelqu’un d’autre avait dit beaucoup moins que ce que Kissinger a dit, avec le climat de néo-mcarthysme qui prévaut actuellement en Occident, les médias grand public l’auraient dépeint comme un agent payé du KGB ! Mais c’est un peu difficile à faire avec l’ancien secrétaire d’État et conseiller à la sécurité nationale des États-Unis, considéré comme le gourou de la diplomatie américaine et de la stratégie occidentale, invité à Davos par le président du Forum, Klaus Schwab lui-même.

Comment expliquer cette ironie ? Kissinger reste bien sûr lui-même un impérialiste. Mais il a grandi à une époque beaucoup plus rationnelle que la nôtre. Le fait qu’il devienne maintenant une sorte de “dissident” reflète le fait que le système international – et en particulier le système occidental, capitaliste et impérialiste – s’est éloigné du rationalisme et de tout point d’équilibre. Cela représente en soi un énorme danger pour le monde entier. (Stratégiquement parlant, nous devons toujours nous rappeler que nous vivons, après 1945, dans un monde où il est impossible pour quiconque de gagner une guerre mondiale, en raison des forces productives et des technologies que nous avons développées. Mais personne ne semble l’accepter, saisir la signification réelle de cette nouvelle situation, observée pour la première fois dans l’histoire de l’humanité et agir en conséquence).

Si la guerre ne s’arrête pas dans deux ou trois mois, il y aura une telle agitation qu’il ne sera plus guère possible d’arranger les choses, a averti Kissinger.

Le New York Times contre le New York Times : Le coût des illusions

L’intervention de Kissinger ne peut être considérée comme accidentelle. Et ce n’est pas la seule. Le New York Times, un grand centre de pouvoir indépendant aux États-Unis et un journal qui a été pendant trois mois la vedette de l’hystérie anti-russe pro-guerre de l’Occident, a brusquement changé de position il y a quelques jours. Il a publié un éditorial sous le titre “La guerre en Ukraine est compliquée et l’Amérique n’est pas prête”. L’article s’inquiète des “coûts énormes et des graves dangers de la guerre” et souligne que le président Biden n’a pas encore répondu à de nombreuses questions du peuple américain sur la poursuite de l’engagement des États-Unis.

Il n’est pas dans l’intérêt de l’Amérique d’aller vers une guerre totale avec la Russie, “même si une paix négociée peut exiger des décisions difficiles de la part de l’Ukraine”, c’est-à-dire de prendre les décisions territoriales douloureuses que toute solution de compromis exigera.

“M. Biden doit également faire comprendre au président Volodymyr Zelensky qu’il y a une limite à ce que les États-Unis et l’OTAN sont prêts à faire dans la confrontation avec la Russie, et une limite aux armes, à l’argent et au soutien politique qu’ils peuvent fournir. Il est impératif que les décisions du gouvernement ukrainien soient fondées sur une évaluation réaliste de ses moyens et de la quantité de destruction que l’Ukraine peut encore supporter.”

Read also:
Why Europe Overlooks Trump's Threat, Increases Russian Gas Imports

Aux deux interventions ci-dessus, qui sont très importantes parce qu’elles proviennent du centre même de l’establishment mondial, nous pouvons également ajouter diverses autres voix comme le président Macron, parlant de la nécessité de ne pas essayer d’humilier la Russie, l’ex-PM grec Karamanlis, qui a appelé l’Europe à prendre une initiative pour la paix, l’ex-président du SPD allemand et du parti allemand Die Linke, Oscar Lafontaine, qui a accusé les États-Unis de ne pas être intéressés à mettre fin à la guerre ou à un avenir proche et le président du Brésil, Lula, qui a également eu le courage d’indiquer, en parlant au Time, que Biden lui-même partage une partie de la responsabilité de la guerre.

Dans le camp des “colombes”, si l’on doit les appeler ainsi, il faut également inclure les forces armées américaines, le général Milley insistant sur le fait qu’”une issue négociée est un choix logique, mais les deux parties doivent parvenir à cette conclusion par elles-mêmes.” Les généraux savent ce qu’est la guerre et ils comprennent également les dangers associés aux moyens de destruction massive. Au contraire, l’écrasante majorité du personnel politique occidental actuel est très peu instruite et très inexpérimentée, elle a grandi dans l’atmosphère particulière de la “fin de l’Histoire” et de la victoire éternelle du capitalisme occidental et a été propulsée aux postes qu’elle occupe par des “laboratoires spéciaux de création de dirigeants” des États-Unis et de l’UE ou du Capital financier international. Ce sont des ignorants extrêmement dangereux qui pourraient conduire l’humanité à une guerre mondiale et à l’annihilation parce qu’ils ne comprennent pas ce qu’ils font et qu’ils sont intellectuellement et moralement déconnectés du monde réel (ceci est très évident du haut en bas de nombreuses bureaucraties internationales comme celles de l’OTAN, de l’UE, de l’OCDE, en partie de l’ONU, etc.). L’émergence de ce personnel reflète également l’énorme augmentation de l’entropie, la mesure du désordre et de l’irrationalisme dans le monde et en particulier dans le système capitaliste-impérialiste occidental.

Mais la position des forces armées américaines ne coïncide pas avec le puissant lobby militaro-industriel américain et des industries des combustibles fossiles, qui tirent déjà des profits fantastiques de la guerre et prévoient d’en tirer encore plus, tout en annulant toute mesure sérieuse visant à arrêter l’utilisation des combustibles fossiles afin d’inverser le changement climatique (qui menace la vie sur Terre). Ce n’est pas non plus la position des différentes forces extrémistes qui opèrent au centre du système et qui poussent à toutes les formes de guerre de tous contre tous et au chaos…

Pourquoi les colombes maintenant ?

Les raisons pour lesquelles un camp “pro-compromis” a surgi au centre même de l’Occident sont multiples :

1. Au début de la guerre, les analystes occidentaux croyaient qu’une victoire militaire et même un changement de régime en Russie étaient possibles. Tout cela était une absurdité stupide, comme le prouvent plusieurs siècles de guerres entre l’Occident et la Russie. Pourtant, c’était une puissante illusion.

Après la chute de Mariupol, il est devenu évident que la Russie ne peut être vaincue militairement dans cette guerre, et qu’il n’est pas possible d’inverser ses gains territoriaux qui s’étendront au fil du temps.

2. Washington et l’Europe ne peuvent pas gérer les énormes conséquences sociales et économiques des sanctions dans le monde entier, y compris dans les États occidentaux eux-mêmes.

Read also:
White House asks Congress for $13.7B in Ukraine-related funding

3. Au lieu de consolider la domination occidentale sur la planète, la politique anti-russe extrémiste de l’Occident imposée par Washington et d’autres extrémistes occidentaux menace de saper la poursuite de la domination mondiale américaine et occidentale. Elle y parvient en stabilisant l’axe Moscou – Pékin et l’unité occidentale elle-même. Il est clair que Kissinger et Mearsheimer, deux des principaux opposants à la politique américaine actuelle (ainsi que l’extrême droite sui generis de Trump) préféreraient une sorte d’alliance des puissances capitalistes (y compris la Russie) contre la Chine et son régime d’économie planifiée plutôt qu’une guerre contre un front russo-chinois anti-occidental et anti-impérialiste. L’autre risque d’une stratégie aussi téméraire que celle poursuivie par l’Occident est de provoquer une guerre nucléaire ou une autre forme de catastrophe mondiale.

L’unité de l’Occident est minée parce que les alliés (ou plutôt les satellites) européens de Washington supportent le fardeau de la politique anti-russe extrémiste, tandis que les États-Unis en tirent tous les bénéfices (ils renforcent leur contrôle sur l’Europe, deviennent ses fournisseurs d’énergie et vendent beaucoup plus d’armes aux États européens).

4. La prolongation du conflit risque de saper davantage la force de l’oligarchie économique capitaliste post-communiste de la Russie et des autres anciens États soviétiques. Cette oligarchie est le principal allié organique de l’Occident dans toute l’ancienne Union soviétique.

L’État voyou secret, profond, très profond

Mais il existe probablement un cinquième enjeu, tout aussi dangereux, voire plus. Le “parti occidental de la guerre”, dont les représentants et les outils “visibles” sont la Grande-Bretagne, la Pologne et d’autres États d’Europe de l’Est et, probablement, le pouvoir ukrainien lui-même, souhaite l’escalade. Il y a même un noyau en son sein décidé à aller vers des guerres généralisées et le chaos sur la planète. C’est l’État voyou profond, très profond (pas strictement américain mais international). (***)

Il n’est pas exclu qu’il tente une provocation (comme celle organisée personnellement par Boris Johnson durant l’été 2021 lorsqu’il a envoyé un destroyer britannique dans les eaux territoriales de la Crimée).

Les États-Unis et la Grande-Bretagne envoient déjà à l’Ukraine des armes à plus longue portée, capables d’atteindre le territoire russe. Des responsables ukrainiens ont déjà parlé d’un plan américain visant à couler la flotte russe de la mer Noire, tandis que les États-Unis et la Grande-Bretagne (dont le premier ministre a publiquement conseillé à Zelensky de ne pas reculer) ont commencé à livrer des missiles antinavires à l’Ukraine. En faisant entrer le Danemark (et le Groenland) dans les plans de guerre de l’OTAN par le biais des schémas de défense européens, et la Finlande et la Suède dans l’OTAN, l’Occident transforme tout l’Arctique en un champ de bataille nucléaire. Il semble que 30 ans après les accords historiques entre Gorbatchev et Reagan (puis Bush), l’humanité soit devenue tout simplement folle.

Tout cela se passe alors que le président Biden semble désormais complètement instable. Après être passé sous le contrôle total du “parti de la guerre”, il indique à nouveau que certaines “concessions territoriales” de Kiev seront nécessaires. La même instabilité de Biden est évidente en ce qui concerne sa politique à l’égard de la Chine. Un jour, il déclare que les États-Unis défendront Taïwan au cas où la Chine l’attaquerait, puis il affirme que la politique d’”ambiguïté stratégique” (ne pas prendre de position ferme sur ce que feront les États-Unis) reste en place.

George Soros a exprimé le point de vue du “parti de la guerre” occidental à Davos. Conscient que l’œuvre de sa vie, à savoir le renversement du “communisme” soviétique et la prédominance mondiale du “capitalisme (néo)libéral”, risque la faillite et l’effondrement, le spéculateur juif hongrois insiste sur le renversement de Poutine et de Xi comme moyen de sauver la civilisation et d’éviter la guerre nucléaire ! Mais insister à de telles fins est une façon de faire, pas d’éviter la guerre nucléaire

Read also:
Sur les quinze métiers qui devraient recruter le plus en 2018, douze sont non ou peu qualifiés, précaires, mal payés, à forte proportion de temps partiel et largement saisonniers.

Il ne fait aucun doute que les peuples du Moyen-Orient, qui ont résisté au néocolonialisme et à l’impérialisme occidentaux après 1991, la Russie avec son armée et la Chine avec son essor économique ont tous ensemble créé des obstacles décisifs à la réalisation du rêve d’une domination sans entrave de l’Occident capitaliste sur l’ensemble de la planète, un projet qui, par son ampleur et son étendue, serait l’incarnation du totalitarisme parfait.

L’Occident – et l’exemple ukrainien le prouve – n’a pas les moyens de dominer le monde. Mais il ne veut pas renoncer à son rêve de le dominer. Il n’y a pas dans les sociétés occidentales un mouvement socialiste sérieux qui pourrait proposer un changement de paradigme économique et civilisationnel sans lequel la paix est inatteignable dans le monde.

Le problème vient du fait que le système capitaliste occidental a besoin d’expansion, de guerre et d’impérialisme pour survivre. C’est pourquoi des courants comme l’extrême droite trumpienne ne représentent pas une solution. Ils sont la fraude du système dirigée à la fois vers les couches populaires et moyennes occidentales et vers la Russie. Leur fonction historique est de rendre possible non seulement des guerres mondiales sui generis mais des guerres mondiales directes et elles conduiront à la fin de l’humanité.

En revanche, les forces qui résistent à la domination américaine et occidentale, comme les peuples du Moyen-Orient, d’Afrique et d’Amérique latine ont des programmes plutôt partiels et défensifs. Quant à la Russie ou à la Chine, ce sont aussi des puissances plus ou moins conservatrices qui veulent refuser à l’Amérique la domination mondiale qu’elle souhaite, mais elles ne possèdent pas de contre-projet, de contre-vision à offrir, quelque chose qui puisse être à la fois attrayant pour les peuples de l’Est et de l’Ouest, du Sud ou du Nord – une vision capable d’aborder simultanément tous les aspects des problèmes humains (le social, l’écologique et l’international).

La survie de l’humanité dépend de sa capacité à produire une telle vision et à la réaliser dans un délai assez court. Le temps s’écoule très vite (pour des raisons écologiques).

_ _ _

(*) Pour le concept de guerre mondiale sui generis et ses diverses conséquences, voir notre article https://www.defenddemocracy.press/i… ou, pour une version plus analytique, https://www.defenddemocracy.press/t… et https://www.defenddemocracy.press/t….

(**) Un tel changement n’est pas si arbitraire, comme il peut sembler aux personnes qui ne connaissent pas l’histoire du conflit ukrainien et la façon dont l’URSS a été dissoute. Les frontières des États post-soviétiques ne tiennent pas compte de la composition nationale et ethnologique des anciennes républiques soviétiques, de l’histoire et du droit des nations à l’autodétermination.

(***) Nous ne connaissons pas l’origine du COVID. Il peut être le résultat du changement de notre relation avec la nature ou le produit d’un laboratoire, divulgué accidentellement ou à dessein. Si le troisième de ces scénarios est vrai, alors c’est ce “deep deep international state” qui est responsable. Lire : https://www.unz.com/runz/a-million-… et : http://www.defenddemocracy.press/wh…

Il est grand temps que les pays non-alignés interviennent dans la crise ukrainienne