La Quatrième internationale (officielle). Reflexions sur une dérive pro-impérialiste paradoxale

Par Dimitris Scarpalezos (*)

Par rapport aux conflits du passé, la guerre en Ukraine se caractérise en Europe, par une adhésion majoritaires des gauches mêmes “radicales” au récit manichéen de la propagande  du gouvernement des USA sur la question !

Dans le reste du monde ce positionnement engendre incompréhension et déception.

A l’avant garde de cette prise de position pro-imperialiste et avec un impact sur le sujet dépassant de loin son influence sur les autres sujets, se situe le courant politique issu de la Quatriéme Internationale officielle . Ses prises de positions ont joué un role exrêment nefaste dans le positionnement béliciste paradoxal des gauches européennes car il donne un alibi de “radicalité de gauche” à  une vision manichéenne grotesquement éloignée de la réalité et pousse a l’envoie d’armes pour assurer la montée de la guerre jusqu’à a réalisation de tous les objectifs de lOTAN, quite à risquer le conflit nucléaire!

Ces prises de positions sont d’autant plus surprenantes quand on tient compte des positions prises par les mouvements trotskistes et par Trotski lui même dans le passé.

Trotski avait toujours pris position pour la défense de “l’ état ouvrier bureaucratiquement dégénéré”, qu’était selon lui l’ Union Sovietique, contre les attaques des pays impérialistes et s’opposait toujours à toutes les maneuvres colonialistes et neocoloniales sans aucune concession aux argumentaires “humanitaires” ou moralisateurs. Il a été fidéle a cette position jusqu’ à son assassinat par les staliniens.

Aprés sa mort , sous le leadership de Michel Raptis (Pablo) , de 1943 jusqu’à 1963, la Quatriéme Internationale a activement soutenu tous les mouvements anticoloniaux et antiimpérialistes. L’ implication de la 4eme, sous Michel Pablo, a la lutte de libération du peuple algérienne a été extrêment importante. La Quatriéme Internationale a aussi soutenu par tous ses moyens les luttes de libération des colonies portugaises.  (**)

Par la suite la Quatriéme Internationale et une de ses sections les plus actives, la Ligue Communiste Revolutionnaire en France, a fermement soutenu la lutte du peuple vietnamien contre l’intervention des USA, ainsi que tous les mouvement et révolutions  antiimpérialistes de cette période comme la révolution sandiniste au Nicaragua contre une dictature sanglante soutenue par les USA.

Depuis la chute  de l’URSS cependant ,une lente dérive éloigne ce courant de ses fondamentaux et ses “principes” eux même subissent une mutation paradoxale.

Par exemple le “droit des peuples à disposer d’eux même” mis en avant pour s’opposer aux oppressions ethniques si courantes dans les formes politiques du pouvoir imperialiste à l’époque du capitalisme conquérant s’est tranformé en un dogme et un totem ideologique qui permetait de justifier n’importe quoi , et sans préciser quels en sont les limites et les “peuples” dont il est question!

Quand l’ impérialisme a istrumentalisé tous les nationalismes pour casser tous les états multinationaux qui avaient connu une forme quelconque de “socialisme”, la Quatriéme Internationale a continué à annoner ses “principes” et dans les géométries variables présentées par la propagande impérialiste!

Dans le cas de l’attaque pour favoriser l’éclatement de la Yougoslavie de la part de l’ Occident, la quatriéme internationale (officielle), qui avait dans le passé exprimé un intérêt pour l’expérience d’une fédération qui défendait les droits des minorités mieux que n’importe quel autre pays du monde, elle est passée  à une position de quasi collaboration avec les entreprises de démentellement et de marche vers la guerre civile sous la forme d ‘évocations à tort et à travers du “droit des peuples à disposer d’eux même ” et d’une série de “ni-ni” pour éviter de condamner ces maneuvres!

Read also:
Russia will protect its people in Syria

Elle  s’est mise a avoir d ela “compréhension”  au  nom du “droit des peuples à l’autodétermination ” a toutes les démarches séparatistes, sans préciser ce que ce slogan voulait dire ,quel est le “peuple” qui veut “l’ autodétermination”, jusqu’où celle ci s’étend,  et que veut dire celle ci pour les minorités au sein des républiques fédérées. (Cette fétichisation du droit à l’autodétermination avait poussé certains  militants de l’extrême gauche jusqu’à  a soutenir dnas la guerre civile du Nigeria le séparatisme biafrais qui ne correspondait qu’au désir de certaines multinationales pétrolières d’avoir un prés carré et de partager les profits avec seulement une petite élite locale!)

Les sentiments de culpabilité d’une ancienne puissance coloniale ayant colonisé des peuples musulmans les avait amenés à voire dans les musulmans de Bosnie un peuple opprimé méritant d’obtenir son “indépendance” (dans une république dont ils étaient autour de quarante pour cent dans la population globale en oubliant que la formation de cette “nationalité” était le résultat des conversions pendant la période ottomane à la religion de l’occupant).

Il en était de même concernant la Croatie travaillée par l’influence allemande et les nationalistes nostalgiques des Oustachis, collaborateurs génocidaires des nazis pendant le deuxiéme guerre mondiales, dont le “droit a la séparation” était défendu comme un principe de base en oubliant que des parties entières du pays comme la krajna avaient une majorité serbe dont le “droit à l’autodétermination” était passée ainsi par pertes et profits.

Enfin concernant le kosovo qui jouissait déjà d’un statut d’autonomie (qui a été refusé aux russophones du Donbass), le droit a “l’autodétermination” était traduit comme le droit sacré à la séparation en passant par pertes et profits les droits de  la minorité serbe! Se basant sur la propagande officielle, le nationalisme serbe dont était accusé Milosevic, était bien plus condamné par la Quatrième Internationale que les nationalismes croates plein de nostalgiques des Oustachis, collaborateurs génocidaires des occupants nazis ou des islamistes Bosniaques ,déja défendus par des “internationalistes islamiques” du genre d’ Al Kaida ; le résultat a été une réaction en, “ni (milosevic” ) ni (otan)”, qui pour des militants de gauche dans un pays faisant partie des agresseurs et de ceux qui bombardaient, revenait a décourager toute réaction pacifiste . Si certains exrpimaient une opposition aux bombardements de l’OTAN sans l’accompagner d’une attaque virulente contre “Milosevic” ils étaient soupçonnés soit de solidarité avec des “dictateurs” soit de nationalisme orthodoxe” si ils étaient originaires de pays orthodoxes!

La dérive a continué tout le long du nouveau siècle avec un positionnement plus que ambigu dans toutes les interventions de l’impérialisme américain avec encore le fameux “ni, ni”. “Ni avec Bush,  ni avec Sadam” (en oubliant que ce n’était pas Sadam qui bombardait les pays de l’ Otan mais c’étaient ceux qui attaquaient et bombardaient l’iraq, ses infrastructures et sa populationet, tout cela avec le pretexte falacieux des “armes de destruction massives “).

Read also:
The systemic metamorphosis of Greece’s once radical left-wing SYRIZA party

Quand les USA, la France et le Royaume Uni  ont attaqué et bombardé  la Libye, pour soit disant proteger d’ un “génocide” quelques milliers d’opposants à Bengaze, la Quatriéme Internationale a répété sa position de “ni ni” ,pour ne pas paraitre complice d’un dictateur .

Malgrés l’éducation “Marxiste” de leur dirigeants, ils oubliaient toutes les mises en garde des penseurs marxistes du passé sur les pretextes humanitaires utilisés par les impérialisme colonisateurs  (occuper l’affrique pour combattre la féodalité et l’esclavage etc).

L’adhésion à l’image virtuelle de la réalité concoctée par les média a été depuis assez systématique et a amené des réactions anémiques aux attaques des gouvernements occidentaux contre les mouvements progressistes en Amérique latine.

Le changement complet “de camp” est arrivé à son paroxysme avec la crise en Ukraine. Des les événements de Maïdan ,ne voyant que l’ enthousiasme “démocratique” de la jeunesse peitite bourgoise de Kiev (et faisant abstraction des gros bras neonazis déja a la manoeuvre et des milliards investi par les Américains pour le succés de l’opération, comme s’en est vanté la vice ministre américaine  Victoria Nuland elle même), ils y voyaient une révolution populaire contre une classe oligarchique corrompue, tandis que ce n’était que la contre attaque de l’oligarchie pro occidentale nationaliste  contre une partie de l’oligarchie qui, tout en étant aussi corrompue que son adversaire ,ne voulait pas mettre en danger la cohabitation des diverses composantes ethniques du pays. Ils se sont fié complètement au récit préparé pour eux par des petits groupes de “nationaux – gauchistes” qui ne semblaient pas choqués ni par la glorification des Banderas et autres colaborateurs génocidaires des nazis ni par la délégalisation de la langue russe même dans les zones ou ils étaient trés majoritaires come le Donbass, ni par la répression les massacres et les exactions des gros bras néonazis .

Pour leur “théologie” le “droit des peuples a disposer d’eux même ne voulait dire que le droit de la majorité nationaliste au sein de la majorité ukranophone de disposer du pays dans son integralité et d’imposer un principe assez fascisant d’ “un peuple, une langue et un chef”/

Le massacre d’Odessa par les neonazis d’une cinquantaine de manifestants de gauche antimaidan, les assassinats d’oposants par dizaines avec la complicité des autorités , les “décomunisations” et autres mesures antidémocratiques n’étaient à leurs yeux, que l’expression ,certe parfois regretable, de l’exercice de ce droit!

Quand à la marche vers l’ Otan qui a été une des raison principales de la marche vers la guerre civile et ensuite vers la guerre tout court, silence radio au nom des grands principes (bref pour une des rares fois ou un “ni ni” aurait été prudent et plus conforme à la morale des gauche radicales ,depuis la premiére guerre mondiale avec Rosa luxembourg et jaures,ils sont devenus les partisans les plus acharnés d’un soutien militaire aux gouvernements ukrainiens pour que la guerre continue jusqu’à l’obtention des objectifs principaux de “l’occident” ,c’est à dire un

Read also:
The legacy of the French Resistance: Conseil national de la Résistance (CNR).

affaiblissement ou un démantèlement de la Russie (comme le souhaitait Brezinski dans ses réflexions sur les objectifs intermédiaires souhaitables pour obtenir une domination mondiale des USA).

Ces ex écologistes” qui souhaitaient un écosocialisme diminuant les émissions des gaz à effet de serre soutenaient les sanctions contre  le gaz russe pour arriver à l’ importation du gaz de schiste deux fois plus poluant; Ces ex-antifascistes trouvent maintenant trés patriotes et présentables les neonazis d’azov , s’extasient devant l’heroisme des “nationaux-gauchistes” qui vont se battre sous leurs ordres dans le Donbass et soutiennent les envoies massifs d’armes dont les meilleurs arriveront aux mains des plus motivés dans les forces armées ukrainiennes c’est à dire les “héros d’AZOV” néonazis. Ils ne réalisent pas qu’ils poussent au sacrifice de plusieurs centaines de milliers de jeunes ukrainiens et russes pour l’accomplissement des objectifs des néoconservateurs américains ,bien décrits dans les livres de leur principal penseur, le conseiller des président américains, Brezisnski.

Ils semblent insensibles aux risques du dérapage vers un conflit nucléaire que comporte cette politique de refus de tout compromis et de toute armistice !

Le pire est que cela se fait dans la plus parfaite bonne conscience et a emporté les intelligences d’une série d’intellectuels dont les motivations restent nobles et “révolutionnaires ” !

Une fois de plus “l’enfer est pavé des meilleurs intentions “(même “révolutionnaires”!)

Notes

(*)   Maître de Conférence (retr.) de mathématiques à l’université Paris Diderot (P7)

(**) Il convient de noter ici que Michel Raptis (Pablo) considérait comme désastreux pour l’URSS elle – même et pour l’ensemble du monde le déraillement, la dégénérescence de la réforme soviétique vers une direction extrêmement droitiere, vers la restitution du capitalisme en URSS, l’intégration complète et inconditionnelle de l’espace soviétique dans l’Occident capitaliste et la dissolution de l’Union soviétique, dont la creation a ete la réalisation la plus importante du mouvement ouvrier mondial.

Pablo consacrera les dernières années de sa vie (il est décédé en 1996) à la lutte contre le “nouvel ordre mondial” des USA et les sanctions contre la Serbie, l’Irak, la Libye et Cuba, organisant deux grandes conférences internationales et un mouvement de solidarité avec le peuple irakien.

We remind our readers that publication of articles on our site does not mean that we agree with what is written. Our policy is to publish anything which we consider of interest, so as to assist our readers  in forming their opinions. Sometimes we even publish articles with which we totally disagree, since we believe it is important for our readers to be informed on as wide a spectrum of views as possible.