Tous “incompétents” pour juger les décisions de Sofia Nikolaou

Le Conseil d’Etat  se lave également les mains, en déclarant qu’ils ne sont pas compétents pour juger du transfert du gréviste de la faim Dimitris Koufontinas. Sofia Nikolaou n’a de comptes à rendre à qui que ce soit. Lettre légale au procureur adjoint du Pirée, afin que le KEM puisse se réunir.

Mardi 9 mars 2021
The pressproject

Dimitris Koufontinas poursuit la grève de la faim pour le 61ème jour, et a déclaré dans la matinée, par l’intermédiaire de son médecin, qu’il continuera, en soulignant que la question est politique et doit donc être résolue, ce que les développements actuels montrent clairement pour eux. plus suspects.

Suite à la décision d’aujourd’hui du Conseil d’État, qui s’est considéré incompétent pour décider, comme cela s’est produit avec le Conseil des tribunaux pénaux de Lamia, “aucune branche de la justice, aucun tribunal ne se considère compétent pour décider de la légalité de la décision du Secrétaire général [Sofias Nikolaou]”, comme le soulignent les avocats du gréviste de la faim dans un communiqué de presse publié mardi en fin d’après-midi. Il s’agit là d’une autre violation évidente de l’État de droit, qui laisse Dimitris Koufontinas hors de toute protection judiciaire.

“En tant qu’avocats, nous avons traité l’affaire, nous avons pris toutes les mesures juridiques possibles sur la base des principes et des valeurs de l’humanité, de l’État de droit et de la primauté du droit. Après tout, nous avons fait appel à la Cour d’appel après la publication de la décision du Conseil des affaires criminelles de Lamia, demandant la résolution temporaire de l’impasse au vu de l’apparente négativité. L’État ne peut pas amener chaque prisonnier et chaque citoyen devant de telles impasses. Nous demandons donc au gouvernement de résoudre immédiatement le lourd lien qu’il a créé en rétablissant les choses dans leur état antérieur ou même en appliquant la loi qu’il a adoptée, jusqu’à ce que l’impasse procédurale soit résolue”, comme ils le soulignent.

Il convient de mentionner ici que l’attitude arbitraire, et au-delà de la loi, de Mme Nikolaou a été démontrée ce matin par trente-six avocats qui, dans une lettre publique adressée au procureur d’appel du Pirée et membre du Comité central de transfert, Kalliopi Daganda, lui demandent de s’engager à demander la convocation immédiate du KEM, afin d’examiner la demande de transfert de Dimitris Koufontinas à Korydallos. La lettre précise, après analyse du contexte juridique, ce que (c’est nous qui soulignons) :

“Le président de la K.E.M. et secrétaire général de la politique de lutte contre la criminalité, M. Nikolaou, au lieu de convoquer le Comité central de transfert dès que possible à partir du moment où la demande susmentionnée a été connue ou de recourir à la procédure d’urgence prévue à l’article 9, paragraphe 1, de la loi sur la protection des consommateurs, a demandé à la K.E.M. de convoquer immédiatement le Comité central de transfert. 3 L. 2776 / 1999, tel que modifié et en vigueur une décision à ce sujet (tout comme il l’avait fait en invoquant des raisons urgentes le 21/12/2020), omet et ne convoque pas la K.E.M. , malgré le fait que, comme mentionné ci-dessus, Dimitris Koufontinas est en grève de la faim depuis le 8/1/2021, explicitement et avec des déclarations répétées, comme cela est bien connu et comme c’est son droit, après tout, de refus d’être nourri de force et donc sa vie est en danger immédiat.

Read also:
3 years in a Polish prison (2016-2019) for activities against NATO

Au lieu de cela, des douzaines de responsables gouvernementaux, menés par Mme Nikolaou, dans leurs déclarations quotidiennes aux médias, dépeignent Koufontinas comme cherchant prétendument un traitement préférentiel, comme un extorqueur, maintenant bien sûr ses caractérisations intemporelles bien connues.

En outre, depuis dix jours, ils défient publiquement les avocats de la défense de Dimitris Koufontinas de se présenter au tribunal, malgré le fait que, comme ils le savent très bien, les responsables de l’ordre de transfert à Korydallos sont exclusivement, comme le prévoit l’article 9 par. 3 Loi 2776/1999 dans les conditions de la procédure d’urgence :

a) Le vice-ministre de la protection civile, à qui les responsabilités du ministre de la justice ont été transférées et devant lequel une demande de l’avocat de D. Koufontina est en instance au 2/3/2021, mais n’a pas été adressée.

b) Le Secrétaire général lui-même, M. Nikolaou.

c) Et bien sûr le Comité central de transfert…

[…] Par conséquent, la seule issue est l’examen de la demande de Dimitris Koufontinas par le KEM, dont la convocation est négligée par son président qui omet…. Les organes directeurs collectifs sont convoqués non seulement par le président, mais aussi par 1/3 de leurs membres, lorsqu’ils en font la demande par écrit. La K.E.M. est un organe collectif de trois membres et vous avez donc le pouvoir et le droit de demander sa convocation par écrit, puisque vous êtes l’un des trois membres et que vous remplissez donc la condition du 1/3. Et nous avons l’obligation de le faire et la conscience que nous ne vous demandons rien en dehors et au-delà des limites de vos responsabilités légales. ”

Voici l’intégralité du communiqué de presse publié mardi après-midi par les avocats du gréviste de la faim Dimitris Koufontinas :

“DÉCLARATION DES AVOCATS DE D. KOUFONTINAS

Par acte du Président du Conseil d’État, la demande de Dimitris Koufontinas a été rejetée pour une ordonnance provisoire suspendant l’exécution des actes et omissions concernant le transfert du requérant en raison de l’incompétence en appel et de la jurisprudence du CdC, selon laquelle les affaires liées aux condamnations sont inextricablement liées à l’administration de la justice pénale.

Read also:
Castro was ‘champion of social justice’ despite flaws, says Corbyn

Nous vous rappelons qu’hier le Conseil des délits de Lamia, en tant que tribunal d’exécution des peines, s’est estimé incompétent pour se prononcer sur la légalité des mêmes actes et omissions, en affirmant que le contrôle de ces actes administratifs exécutifs relève de la compétence des tribunaux administratifs. Toujours avec cette décision, ainsi qu’avec un ordre explicite du ministère public, une demande de protection judiciaire temporaire (suspension de la validité des actes jusqu’à ce que le fond de l’affaire soit jugé) a été rejetée au motif que le Comité de suspension du CdC est compétent.

De ces deux décisions directement opposées ressortent les éléments suivants :

1. Aucune branche de la justice, aucun tribunal ne s’estime compétent pour se prononcer sur la légalité de la décision du Secrétariat général de la politique criminelle concernant le transfert d’un détenu. Par conséquent, indépendamment du fait que les raisons invoquées par le demandeur pour justifier l’illégalité des actes concernant son transfert soient valables, comme nous prétendons avoir étudié le dossier pertinent, aucun tribunal ne s’engage à juger de la validité ou non de ces raisons. Il existe donc un conflit de compétences décisif, communément appelé déni, qui constitue une violation manifeste des articles 20 S. et 6 de la CEDH, ainsi qu’une violation du principe de l’État de droit. Surtout lorsqu’aucun tribunal ne s’engage à accorder une protection juridictionnelle temporaire au requérant.

2. En outre, bien que deux demandes de D. Koufontinas aient été soumises au Comité central de transfert (la première du 28-12-20 et la seconde du 28-2-21), celui-ci n’est pas convoqué par son président (le secrétaire général de la politique de lutte contre la criminalité) afin de rendre une décision positive ou négative à leur sujet. Nous vous rappelons que selon la décision susmentionnée du Conseil des délits de Lamia, il a été jugé que pour que ledit tribunal puisse examiner les décisions du KEM, des décisions négatives explicites (et non implicites présumées) du KEM doivent être émises. Et bien sûr, la question de savoir si la KEM peut juger de la légalité des actions de son président est très importante !

3. C’est-à-dire que le gouvernement, bien qu’il appelle le détenu à aller devant les tribunaux, a créé par ses actions une impasse procédurale qui n’appartient à aucun État coordonné, alors qu’il refuse également d’appliquer l’article 9§3 du code pénitentiaire et de le résoudre lui-même. le problème de la délivrance d’une décision du ministre ou du secrétaire général de la politique de lutte contre la criminalité pour le transfert en raison de l’urgence. De cette façon, le prisonnier et chaque détenu reçoivent le message que les actes de transfert sont incontrôlables, de sorte que ceux qui les émettent peuvent être sans scrupules (ou, comme il est communément dit, eux et leurs palefreniers décident souverainement) et donc la seule façon de protester. la grève de la faim et la mise en danger de la santé et de la vie du prisonnier demeurent. Est-ce un respect de la dignité humaine ou une exagération ?

Read also:
Climate change deniers

4. En outre, le même gouvernement a créé dès le début le problème a) en émettant une disposition de loi anticonstitutionnelle qui prive les prisonniers du droit de travailler dans les prisons rurales sur la seule base du crime pour lequel ils ont été condamnés, en violation du principe d’égalité entre les prisonniers pour des raisons qui ne sont pas liées à leur conduite disciplinaire ni au fonctionnement des prisons rurales ; b) a appliqué cette disposition à un prisonnier condamné pour un crime autre que celui prévu dans la disposition ; c) n’a par la suite même pas appliqué cette disposition ; puisqu’il ne l’a pas renvoyé dans la prison d’où il venait, d) s’est appuyé sur des motifs qui n’avaient aucun fondement juridique ou factuel, mais qui changeaient constamment,e) a refusé pendant deux mois de notifier même les décisions pertinentes au détenu (en invoquant la protection des données à caractère personnel, totalement infondée, comme l’a estimé le Médiateur,), alors qu’à ce jour, il ne rend pas toutes les décisions pertinentes avec leurs motifs.

5. En tant qu’avocats ayant traité cette affaire, nous avons pris toutes les mesures juridiques possibles en nous fondant sur les principes et les valeurs de l’humanité, de l’État de droit et de la primauté du droit. Après tout, nous avons fait appel à la Cour d’appel après la publication de la décision du Conseil des affaires criminelles de Lamia, demandant la résolution temporaire de l’impasse compte tenu de l’apparente négativité. L’État ne peut pas amener chaque prisonnier et chaque citoyen devant de telles impasses. Nous demandons donc au gouvernement de sortir immédiatement de l’impasse qu’il a créée en rétablissant les choses dans leur état antérieur ou même en appliquant la loi qu’il a adoptée, jusqu’à ce que l’impasse procédurale soit résolue.

Les avocats
Kourtovik Ioanna
Sarafianos Dimitris
9.3.21 »

Lire aussi

“Nous ne vivons pas au Moyen-Âge !” Une nouvelle crise grecque