Réponse à la lettre de Pinar Selek du 18 mars 2018

Chère Pinar,

Depuis 20 ans, le procès contre toi est basé sur ce qu’on appellerait aujourd’hui une “fake news”, une histoire fabriquée de toutes pièces utilisée pour servir des intérêts politiques.
Une explosion accidentelle dans un marché a été maquillée en attentat pour pouvoir t’accuser, te torturer, te condamner, tenter de faire taire.

Depuis 2014, date de ton quatrième acquittement, nous attendons que ton dossier passe de chambre en chambre dans les méandres de la justice suite à un énième appel du procureur.
Ton dossier vient finalement d’atterrir une nouvelle fois à la Cour Suprême et tes avocats nous disent que les documents qu’ils ont reçu et qui serviront de base pour prendre la décision finale, sont accablants. Tu es menacée d’une condamnation à perpétuité et de dommages et intérêts exorbitants qui seront demandés à tes proches pour un crime qui n’existe pas.
Ton procès est symbolique, c’est pour cela qu’il suscite un tel acharnement. C’est un enjeu de démonstration de force, ce sera un message envoyé à tou-te-s les militant-e-s pour la justice et la liberté.

Lors de la prochaine et dernière audience, tes avocats n’auront pas droit à la parole pour dénoncer ce complot contre toi.

Alors c’est à nous de prendre la parole publiquement pour prendre ta défense !

Rassemblons-nous devant les ambassades et consulats de Turquie, prenons rendez vous avec les représentants de l’état turc pour te défendre toi Pinar Selek et nos idées de liberté et de justice pour toutes et tous !
Ecrivons des lettres aux représentants du gouvernement turc (vous trouverez les adresses sur la page AGIR du site internet www.pinarselek.fr).
Organisons nous avec les collectifs de solidarité locaux à Bordeaux, Nantes, Toulouse, Nice, Lyon, Strasbourg, Grenoble, Marseille, Brest, Alpes de Hautes Provence, Paris.

Read also:
Militarists’ Grip Over Canada’s Parliament

Cette fois c’est nous qui demandons des comptes !!

Le collectif de solidarité avec Pinar Selek en France

Le 26 Mars 2018

Lire aussi

Lettre de Pinar Selek

Communiqué sur le cas de Pinar Selek