L’UE et la pandémie vont-elles ouvrir la voie à une surveillance mondiale israélienne ?

Par Ali Abunimah
13 avril 2020

La pandémie de coronavirus est une occasion inestimable pour les gouvernements et les sociétés d’espionnage d’étendre leur portée dans la vie des gens.

Les autorités de santé publique affirment qu’une recherche efficace des contacts sera essentielle pour mettre fin aux vastes mesures de confinement et stopper rapidement les nouvelles épidémies de ce virus, du moins jusqu’à ce qu’un vaccin soit mis au point.

Cela signifie que les technologies de surveillance promettant d’identifier rapidement toute personne exposée au virus pourraient bien trouver un marché mondial. Le danger est que ce type de surveillance intrusive devienne permanent.

Le célèbre groupe israélien NSO est l’une des entreprises qui cherchent à tirer profit de cette opportunité.

Il s’agit de la société qui produit un logiciel malveillant appelé Pegasus qui peut être subrepticement inséré dans le téléphone portable d’une cible.

Il peut ensuite être utilisé pour renvoyer presque toutes les informations privées à ceux qui font l’espionnage, y compris les enregistrements, les captures d’écran, les mots de passe et les messages électroniques et textuels.

L’industrie technologique israélienne est très liée à l’appareil militaire et de renseignement du pays, qui utilise les Palestiniens sous occupation militaire comme des cobayes réticents pour des systèmes qui sont ensuite commercialisés dans d’autres pays.

Il semble maintenant que les gouvernements européens soient prêts à accepter le fruit de cette structure abusive et oppressive sous prétexte de lutter contre la pandémie.

Le Pegasus du groupe NSO, qui n’est vendu qu’aux gouvernements, a été utilisé abusivement contre des journalistes et des militants des droits de l’homme dans des dizaines de pays. Les opérateurs suspectés sont notamment le Maroc, le Mexique, les Émirats arabes unis, le Bahreïn et le Kazakhstan.

Pegasus est également impliqué dans l’assassinat de Jamal Khashoggi, le journaliste saoudien attiré au consulat d’Istanbul de son pays en 2018 et brutalement assassiné et démembré.

Amnesty International, dont le personnel a été visé par le malware du groupe NSO, poursuit l’entreprise pour qu’elle cesse son rôle de surveillance abusive.

Facebook poursuit également le NSO Group pour avoir prétendument compromis sa plateforme de messagerie WhatsApp afin d’aider les gouvernements à espionner quelque 1 400 personnes sur quatre continents.

“Tentative cynique”

Aujourd’hui, les experts de la protection de la vie privée et des droits de l’homme s’inquiètent du fait que le groupe NSO est à l’avant-garde d’un effort de surveillance des coronavirus parrainé par le gouvernement israélien qui pourrait être adopté dans d’autres pays.

Le mois dernier, le ministre israélien de la défense Naftali Bennett s’est vanté que son ministère et l’armée israélienne avaient travaillé avec le groupe NSO pour développer un système permettant de donner aux Israéliens un score sur la probabilité qu’ils soient infectés par le nouveau coronavirus.

Selon la publication commerciale israélienne Globes, “le système recueillera des informations sur les Israéliens, les mettra à jour en temps réel et attribuera à chaque Israélien une “cote d’infection” sur une échelle de 1 à 10″.

Vice s’est penché sur la technologie du groupe NSO.

La publication décrit le système mis au point par le groupe NSO, et un système similaire développé par la société italienne Cy4Gate, comme “essentiellement des outils de surveillance de masse qui aideraient les gouvernements et les autorités sanitaires à suivre les mouvements de chaque citoyen, et à savoir avec qui ils sont en contact”.

À cette fin, selon Vice, NSO Group a “adapté l’interface utilisateur et l’outil d’analyse qu’ils avaient déjà développés pour les utiliser en parallèle avec son puissant logiciel malveillant connu sous le nom de Pegasus, qui peut pirater les téléphones portables et en extraire des données comme des photos, des messages et des appels téléphoniques”.

Le nouveau système, baptisé Fleming, “permet aux analystes de suivre les déplacements des personnes, les personnes qu’elles rencontrent, la durée et le lieu de leur séjour”.

Les individus sont censés recevoir des numéros d’identification aléatoires pour protéger leur vie privée, mais une source du groupe NSO a déclaré à Vice que le gouvernement peut dé-anonymiser les informations “si nécessaire”.

En fait, il s’agit d’un suivi en temps réel de chaque personne.

“C’est une tentative extrêmement cynique de la part d’une société d’espionnage notoire de se lancer dans la surveillance de masse”, a déclaré à Vice John Scott-Railton, chercheur principal au Citizen Lab de l’Université de Toronto.

Read also:
‘I, Neocon’ – the Foreign Policy of Emperor Trump

Le Citizen Lab a joué un rôle médico-légal crucial en révélant comment les logiciels espions du groupe NSO ont été utilisés à mauvais escient dans le monde entier.

“Chaque citoyen du monde veut revenir à la normale le plus vite possible. La ruée vers les technologies de surveillance pourrait facilement signifier qu’il existe une attente normale de respect de la vie privée à laquelle nous aurons du mal à revenir”, a ajouté Scott-Railton.

Comme le fait remarquer Vice, les opérateurs de téléphonie mobile dans des pays comme l’Italie, l’Allemagne, l’Autriche, l’Espagne, la France, la Belgique et le Royaume-Uni “partagent déjà la localisation de leurs clients avec leurs gouvernements respectifs afin de suivre la propagation du virus”.

L’enthousiasme européen

Bien qu’il n’y ait pas de rapports sur l’utilisation des systèmes du groupe NSO par ces gouvernements, il y a des signes troublants que l’Union européenne et ses membres cherchent à adopter la technologie israélienne de surveillance de masse sous le couvert de la lutte contre COVID-19.

Lundi, l’ambassade des Pays-Bas à Tel-Aviv a tweeté qu’elle était “à la recherche d’entreprises néerlandaises qui veulent faire équipe avec un partenaire israélien pour répondre à un appel d’offres unique pour des solutions numériques intelligentes pour la corona (comme les applications) par le ministère néerlandais de la santé”.

Et Emanuele Giaufret, l’ambassadeur de l’Union européenne à Tel-Aviv, a publié un article dans le Jerusalem Post expliquant comment le bloc des 27 membres “exploite sa recherche scientifique et technologique pour lutter contre COVID-19”, un effort qui comprend “des projets de coopération avec Israël”.

Selon M. Giaufret, l’UE a alloué environ 150 millions de dollars de son programme scientifique Horizon 2020 “pour financer des équipes scientifiques à travers l’Europe ainsi que dans les pays partenaires, y compris Israël, pour aider à trouver rapidement un vaccin contre COVID-19”.

Il ajoute que l’objectif de cet effort “est d’améliorer les diagnostics, la préparation, la gestion clinique et le traitement”.

Ces activités sont suffisamment larges pour inclure le financement d’efforts de surveillance, en particulier lorsque Horizon 2020 a déjà été utilisé ces dernières années pour canaliser des fonds vers Elbit Systems, entre autres entreprises de l’industrie de guerre israélienne.

La société Elbit, toujours aussi agile, se présente actuellement comme un fournisseur de technologie pour lutter contre la pandémie.

Le ministre israélien de la défense, M. Bennett, a clairement fait savoir qu’il souhaitait exporter le système de surveillance des coronavirus du groupe NSO.

Et Sky News a rapporté au début du mois que le groupe NSO a “tendu la main à un certain nombre de pays occidentaux pour leur présenter son logiciel de suivi des coronavirus”.

Testé sur les Palestiniens

Les mauvais traitements infligés par Israël aux Palestiniens, y compris à ses propres citoyens, pendant la pandémie ont suivi le même schéma de racisme, de violence et de négligence qui sont à la base de l’État.

Les travailleurs palestiniens de Cisjordanie occupée n’ont guère d’autre choix que de travailler pour des employeurs israéliens s’ils veulent nourrir leur famille.

Pendant leur séjour en Israël, ils sont exposés au virus qu’ils risquent ensuite de ramener dans leurs propres communautés.

Mais le mépris systématique d’Israël pour la santé et la sécurité des Palestiniens ne l’a pas empêché de les forcer à devenir des sujets d’expérimentation pour ses technologies de contrôle et de surveillance.

“Les Palestiniens qui cherchent à vérifier si leurs permis de séjour en Israël sont toujours valables ont reçu d’Israël l’instruction de télécharger une application qui permet aux militaires d’accéder à leurs téléphones portables”, a rapporté le journal Haaretz de Tel Aviv la semaine dernière.

“L’application permettrait à l’armée de suivre la localisation du téléphone portable des Palestiniens, ainsi que les notifications d’accès qu’ils reçoivent, les fichiers qu’ils téléchargent et enregistrent, et l’appareil photo de l’appareil”.

Haaretz n’explique pas comment un tel accès intrusif a quelque chose à voir avec la lutte contre le virus, ni ne dit qui a créé cette application particulière.

Mais les médias israéliens ont confirmé que l’unité 8200 de la cyberguerre de l’armée israélienne est impliquée dans le projet de suivi des coronavirus du groupe NSO.

En 2014, des vétérans de l’unité 8200 ont révélé que “la population palestinienne sous régime militaire est complètement exposée à l’espionnage et à la surveillance des services de renseignement israéliens”.

Read also:
‘Dark day’ in Prague: Czech authorities use sham ‘no mask’ Covid-19 excuse to tear down monument to Soviet liberator

Les agents israéliens ont avoué que les informations qu’ils ont aidé à collecter et à stocker “nuisent à des personnes innocentes”.

“Elles sont utilisées pour la persécution politique et pour créer des divisions au sein de la société palestinienne en recrutant des collaborateurs et en poussant des parties de la société palestinienne contre elle-même”, ont-ils ajouté.

Maintenant, le reste du monde peut obtenir le traitement palestinien.

“Ce qui se passe en Palestine ne reste pas en Palestine”, note le chien de garde Who Profits sur une nouvelle page web consacrée au suivi de la crise COVID-19 dans le contexte de l’occupation israélienne.

“Une des principales raisons pour lesquelles Israël cherche continuellement à diversifier son portefeuille de répression est qu’il peut ensuite le tourner vers l’extérieur pour des profits économiques et des gains politiques”.

La pandémie de coronavirus fournit l’occasion parfaite pour Israël de commercialiser son espionnage de cette manière.

Et tout porte à croire que l’Union européenne – fidèle à son histoire de complicité ininterrompue – est prête à aider Israël à étendre sa surveillance à pratiquement n’importe qui sur la planète.

L’Amérique “l’un des 45 pays” infectés par le surpuissant logiciel espion israélien pour smartphones .

Exposer les connexions d’un Biden Staffer à une entreprise israélienne de logiciels espions en difficulté.

Israël, Saoudiens et Khassoghi Israël, Saoudiens et Khassoghi

Snowden avertit que la surveillance gouvernementale dans le cadre de COVID-19 pourrait être de longue durée COVID-19…

Les outils de cybersécurité israéliens utilisés pour la répression à l’étranger

Une entreprise d’espionnage israélienne aurait ciblé des chercheurs enquêtant sur les piratages de dissidents


https://www.laquadrature.net/2020/05/14/edri-demande-linterdiction-de-la-surveillance-biometrique/

EDRi demande l’interdiction de la surveillance biométrique

14 mai 2020

L’association internationale EDRi, soutenue par La Quadrature du Net, lance une campagne européenne :https://edri.org/blog-ban-biometric-mass-surveillance/  pour faire interdire la reconnaissance faciale et plus généralement la surveillance de masse biométrique. Nous publions la traduction du communiqué de lancement.

À travers toute l’Europe, des technologies de reconnaissance faciale et d’identification biométrique, intrusives et violant les droits, se répandent discrètement dans les espaces publics. Comme la Commission européenne consulte le public à ce sujet, EDRI appelle les États membres de l’UE à garantir que de telles technologies soient totalement interdites, à la fois dans la loi et dans la pratique.

Circulez, y a rien à voir…

À la fin de l’année 2019, au moins 15 pays européens ont expérimenté des technologies de surveillance de masse utilisant l’identification biométrique, comme la reconnaissance faciale. Ces technologies sont conçues pour surveiller, suivre et analyser les individus, pour les noter et les juger dans leur vie quotidienne.
Pire, plusieurs gouvernements l’ont fait en collaboration avec des entreprises technologiques secrètes, en l’absence de débat public et sans avoir démontré que ces systèmes respectent les critères les plus élémentaires de responsabilité, de nécessité, de proportionnalité, de légitimité, de légalité ou de sécurité.

Quelques milliers de caméras pour les gouverner tous

Sans la vie privée, vous n’avez plus de conversations privées avec vos ami·es, votre famille, votre supérieur ou même votre docteur. Votre militantisme et votreengagement pour sauver la planète sont connus de tous et toutes. Si vous lancez l’alerte pour dénoncer un fait d’exploitation ou de corruption, ou si vous assistez à une manifestation politique qui déplaît à votre gouvernement, on peut vous retrouver. Vous perdez de fait le droit d’assister à une cérémonie religieuse ou à une réunion syndicale sans qu’on garde un œil sur vous, le droit d’étreindre votre partenaire sans que quelqu’un vous regarde, le droit de flâner librement sans que quelqu’un puisse trouver ça louche.

La surveillance de masse permanente supprime le droit d’être réellement seul et instaure l’obligation d’être constamment surveillé et contrôlé.

COVID-1984 ?

Les débats autour de la pandémie de coronavirus ont vu naître des idées d’applications et d’autres propositions pour étendre rapidement les systèmes de surveillance, sous couvert de santé publique. Le risque est considérable que les dégâts causés par cet élargissement des mesures de surveillance survivent à l’épidémie. On peut se demander, par exemple, si les employeurs enlèveront les caméras thermiques des bureaux une fois la pandémie passée.

Les systèmes de surveillance biométriques exacerbent les inégalités structurelles, accélèrent la création de fichiers et de « profilages » illégaux, ont un effet intimidant sur les libertés d’expression et de réunion, et limitent les capacités de chacun·e à participer à des activités sociales publiques.

Read also:
Greeks defy Europe with overwhelming 'no' vote in referendum as country drifts further into uncharted territory

Fanny Hidvegi, responsable de la politique européenne à Access Now, insiste sur ce point :

« Les droits humains s’appliquent en temps de crise et d’urgence. On ne doit pas avoir à choisir entre la vie privée et la santé : protéger les droits numériques favorise la santé publique. La suspension des droits à la protection des données en Hongrie est la preuve que l’UE doit renforcer la protection des droits fondamentaux. »

La surveillance biométrique : une architecture d’oppression

Se présentant comme une « architecture d’oppression », la capture et le traitement non ciblé de données biométriques sensibles permet aux gouvernements et aux entreprises d’enregistrer en permanence et en détail qui vous rencontrez, où vous allez, ce que vous faites. Cela leur permet aussi d’utiliser ces informations contre vous — que ce soit par les pouvoirs publics pour faire appliquer la loi ou à des fins commerciales. Une fois ces enregistrements reliés à nos visages et corps, il n’y a plus de retour possible, nous sommes marqués au fer rouge. Il ne peut y avoir de place pour de telles pratiques dans une société démocratique.

Ioannis Kouvakas, juriste chez Privacy International (PI), membre d’EDRi met en garde :

« L’introduction de la reconnaissance faciale dans les villes est une idée extrémiste et dystopique qui menace explicitement nos libertés et pose des questions fondamentales sur le type de société dans laquelle nous voulons vivre. En tant que technique de surveillance très intrusive, elle offre aux autorités de nouvelles opportunités de s’en prendre à la démocratie sous prétexte de la défendre. Nous devons interdire son déploiement dès maintenant et de manière définitive avant qu’il ne soit trop tard. »

EDRi demande donc une interdiction immédiate et permanente de la surveillance de masse biométrique dans l’Union européenne.

La surveillance de masse biométrique est illégale

Cette interdiction est fondée sur les droits et protections consacrés par la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne, le Règlement général sur la protection des données (RGPD) et la Directive Police Justice. Ensemble, ces textes garantissent aux résidents de l’UE de vivre sans la crainte d’un traitement arbitraire ou d’un abus de pouvoir, et le respect de leur autonomie. La surveillance de masse biométrique constitue une violation de l’essence de ces textes et une violation du cœur même des droits fondamentaux de l’UE.

Une fois que des systèmes qui normalisent et légitiment la surveillance constante de tout le monde sont en place, nos sociétés glissent vers l’autoritarisme. L’UE doit donc veiller, par des moyens notamment législatifs, à ce que la surveillance de masse biométrique soit totalement interdite en droit et en pratique. Lotte Houwing, conseillère politique chez Bits of Freedom (BoF), membre d’EDRi, déclare :

« Les mesures que nous prenons aujourd’hui façonnent le monde de demain. Il est de la plus haute importance que nous gardions cela à l’esprit et que nous ne laissions pas la crise du COVID-19 nous faire sombrer dans un état de surveillance (de masse). La surveillance n’est pas un médicament. »

L’UE réglemente tout, des médicaments aux jouets pour enfants. Il est inimaginable qu’un médicament dont l’efficacité n’a pas été prouvée ou un jouet présentant des risques importants pour la santé des enfants soient autorisés sur le marché. Cependant, en ce qui concerne la captation et le traitement des données biométriques, en particulier à la volée dans les espaces publics, l’UE a été un foyer pour les expérimentations illégales. D’après une étude de 2020, plus de 80% des Européens sont pourtant opposés aux partages de leurs données faciales avec les autorités.

EDRi appelle la Commission européenne, le Parlement européen et les États membres à respecter leurs valeurs et à protéger nos sociétés en interdisant la surveillance de masse biométrique. S’ils s’y refusent, nous augmentons nos chances de voir naître une dystopie numérique incontrôlable.