Les villes font pression sur l’UE pour offrir un refuge aux enfants migrants de Grèce

Amsterdam, Barcelone et Leipzig parmi les villes qui appellent à agir pour atténuer la crise humanitaire

Jennifer Rankin à Bruxelles
24 Avr 2020

Dix villes européennes se sont engagées à accueillir des enfants migrants non accompagnés vivant dans des conditions désespérées dans des camps sur des îles grecques ou près de la frontière turque.

Amsterdam, Barcelone et Leipzig font partie des villes qui ont écrit aux dirigeants de l’Union européenne pour leur dire qu’elles étaient prêtes à offrir un foyer aux enfants vulnérables afin d’atténuer ce qu’elles appellent une crise humanitaire qui s’aggrave rapidement en Grèce.

“Nous pouvons fournir à ces enfants ce dont ils ont besoin de toute urgence : sortir de là, avoir un foyer, être en sécurité, avoir accès à des soins médicaux et être pris en charge par des personnes dévouées”, indique la lettre.

Mais les villes ne peuvent tenir leur promesse que si les gouvernements nationaux sont d’accord. Sept des dix collectivités locales signataires de la lettre se trouvent dans des pays qui ne se sont pas portés volontaires pour accueillir des enfants dans le cadre d’un effort de relocalisation lancé par la Commission européenne en mars.

Rutger Groot Wassink, adjoint au maire d’Amsterdam chargé des affaires sociales, a déclaré qu’il était décevant que le gouvernement néerlandais ait refusé de participer au programme européen de relogement. Il estime que les villes néerlandaises pourraient accueillir 500 enfants, dont “30-35, voire 40” à Amsterdam

“Ce n’est pas que nous puissions envoyer un avion pour les récupérer, car il faut l’autorisation du gouvernement national. Mais nous vouons faire pression sur notre gouvernement national, qui a été réticent à agir sur cette question”, a-t-il déclaré.

Read also:
Is a Greek - Turkish War possible? Its potential implications for EU, Germany, Russia and China

Le gouvernement néerlandais – une coalition de quatre partis de centre-droit libéral – a jusqu’à présent refusé de se joindre à l’effort de délocalisation de l’UE, malgré les demandes de Groot Wassink, qui est membre du parti des Verts.

“Cela pourrait avoir un rapport avec la situation politique aux Pays-Bas, où il y a un énorme débat sur les réfugiés et les migrants et où le gouvernement national ne veut pas être considéré comme favorable aux réfugiés. Du point de vue de certains partis, ils estiment qu’ils en font assez. Ils disent qu’ils aident la Grèce et, bien sûr, qu’il y a de l’aide pour la Grèce”.

Si le gouvernement néerlandais lève son opposition, M. Groot Wassink a déclaré que les transferts pourraient se faire assez rapidement, malgré les restrictions sur les coronavirus. “Si la volonté existe, cela peut se faire même très rapidement”, a-t-il déclaré.

Dix pays de l’UE – la Belgique, la Bulgarie, la France, la Croatie, la Finlande, l’Allemagne, l’Irlande, le Portugal, le Luxembourg et la Lituanie – se sont engagés à accueillir au moins 1 600 enfants isolés des îles grecques, soit un peu moins d’un tiers des 5 500 mineurs non accompagnés qui se trouveraient en Grèce.

Jusqu’à présent, seul un petit nombre d’entre eux ont été relogés : 12 au Luxembourg et 47 en Allemagne.

L’intervention de la municipalité s’inscrit dans le droit fil des commentaires de la députée européenne allemande sociale-démocrate Brigit Sippel, qui a déclaré au début du mois qu’elle connaissait “des villes et des Länder allemands qui sont prêts … demain, à faire plus”. L’eurodéputée a déclaré que le gouvernement fédéral allemand avançait trop lentement et a qualifié de “ridicule” le transfert initial de 47 enfants.

Read also:
Denmark cuts welfare but buys new US fighter jets

Amsterdam, avec Utrecht, a organisé l’initiative par le biais du réseau Eurocities, qui rassemble plus de 140 des plus grandes municipalités du continent, dont 20 villes britanniques. Le ministre britannique de l’intérieur, Priti Patel, a refusé les appels pour accueillir les enfants isolés des îles grecque

M. Groot Wassink a déclaré que la solidarité dépassait les frontières de l’UE. Il a ajouté que la solidarité dépassait les frontières de l’UE : “Vous [le Royaume-Uni] faites toujours partie de l’Europe”.

traduit par le Guardian britannique