Comment la finance internationale et l’Allemagne ont détruit la Grèce pour créer une UE totalitaire

Par Dimitris Konstantakopoulos
05/26/2020

Note : les données de l’article suivant prennent en compte l’état de l’économie et de la société grecque avant la récente crise du coronaire. Selon le FMI, la Grèce souffrira d’une plus grande dépression que tous les autres membres de l’UE en raison de la pandémie, mais rien n’est certain pour le moment. En tout cas, les résultats économiques et sociaux de la crise rendront les choses en Grèce bien pires que celles déjà décrites dans notre article.

En mai 2010, l’UE, la BCE, le FMI et le gouvernement grec ont signé un accord de prêt décrivant un “programme de sauvetage” sans précédent pour la Grèce. L’objectif déclaré de ce programme était de “sauver” la Grèce de la faillite et de l'”aider” à redresser son économie et ses finances publiques tout en remboursant ses prêts, principalement auprès des banques européennes.

La “question grecque” est de loin le principal sujet débattu par les dirigeants européens depuis près de dix ans. L'”expérience” grecque était censée non seulement “résoudre” les problèmes grecs, mais aussi créer un nouveau “paradigme” pour l’ensemble de la zone euro. Le 10 mai 2010, jour de la création du programme, Angela Merkel elle-même a expliqué publiquement que d’autres pays européens verront ce qui arrivera aux Grecs et qu’ils seront plus prudents à l’avenir.

L’importance européenne et internationale du programme grec dépasse de loin l’importance de l’économie grecque elle-même. Punir la Grèce et l’obliger à rembourser toute la dette exorbitante qu’elle avait contractée devait être un exemple d’une importance historique pour la solution de la question de la dette en satisfaisant toutes les demandes des banquiers et en sauvegardant le pouvoir de la finance internationale, un pouvoir qui a déjà dépassé celui des États et qui transforme l’UE elle-même.

D’une certaine manière, la guerre économique et politique lancée contre la Grèce (et dans une moindre mesure contre les soi-disant PIIGS) par les élites financières et politiques occidentales a servi d’introduction à l’immense lutte entre les peuples européens et la Finance, qui décidera du sort de notre civilisation, en quelque sorte de la même manière que la guerre civile espagnole (1936-39) a été l’ouverture de la Seconde Guerre mondiale en Europe.

On n’a jamais demandé aux Grecs eux-mêmes s’ils voulaient ce programme. Le gouvernement Papandreou l’a accepté malgré le fait qu’il ait été élu sur un programme complètement différent. Georges Papandréou lui-même s’est donné beaucoup de mal dans une interview préalable à son élection pour exclure toute probabilité d’impliquer le FMI dans les affaires grecques. La seule fois où l’on a demandé aux Grecs s’ils voulaient ce programme, c’était lors du référendum de 2015 et leur réponse a été un non sans équivoque. La plupart des juristes estiment que l’imposition de ce programme à la Grèce est contraire à la constitution et à la législation grecques, aux traités régissant le fonctionnement de l’UE, aux dispositions fondamentales du droit international et aussi aux statuts du FMI lui-même.

Read also:
Le RN et Marine Le Pen pas si représentatifs des Gilets jaunes (sondage)

En raison du traitement sévère réservé au peuple grec, le prestige et le capital politique de l’UE et de l’Allemagne ont fortement diminué et les tendances centrifuges ont fortement augmenté dans toute l’Union européenne. Le référendum grec et le refus des gouvernements et des autorités européennes de le respecter ont beaucoup contribué au vote de Brexit et à la montée des partis radicaux de gauche et encore plus d’extrême droite dans toute l’Europe.

Au cours de l’été 2018, les autorités européennes et le gouvernement grec ont annoncé que le “programme de sauvetage de la Grèce” avait pris fin. Bien sûr, ce n’était rien d’autre qu’un mensonge de plus dans la lignée des énormes mensonges de l’Allemagne et des autorités européennes tout au long de la décennie de la crise grecque. Ce qui a vraiment pris fin en 2018, c’est l’obligation des “créanciers” de financer le remboursement des emprunts. Les termes clairement néocoloniaux des accords de prêt sont valables et certains resteront même valables pendant 99 ans ( !!!), période pendant laquelle la Grèce ne sera pas un pays souverain, mais plutôt une sorte de colonie de la dette. Ce que nous ne savons pas, c’est s’il y aura des Grecs en Grèce et, s’ils existent, à quel moment dans les 60 ou 100 prochaines années ils partiront.

À l’occasion des dix ans qui se sont écoulés depuis la signature du premier accord de prêt avec la Grèce, nous allons essayer de décrire ici pour nos lecteurs les principaux résultats de ce programme qui a façonné l’orientation de l’UE et qui aura une énorme influence sur la politique européenne pour les années ou décennies à venir.

Le programme grec n’a pas pris fin, pas plus que la crise grecque. Il s’agissait d’une énorme tromperie et d’un autre gros mensonge de la part des dirigeants occidentaux

L’Eurogroupe (les ministres des finances de l’UE) a décidé de ne plus financer le programme de sauvetage de la Grèce. Puis, ils ont commencé à affirmer que le programme et la crise grecque étaient tous deux terminés.

Rien n’est plus éloigné de la vérité. En fait, les annonces des politiciens européens et grecs concernant la fin du programme de sauvetage ou de la crise grecque ne nous présentent rien de plus qu’un gigantesque village Potemkine, reflétant à la fois l’énorme impasse de l’UE et les fantastiques progrès du totalitarisme du monde occidental. Les hommes politiques sont plus ou moins nommés par des banquiers (par exemple, Emmanuel Macron de Rothschild), ces mêmes banquiers contrôlent la presse et les “intellectuels publics” et, en conséquence de tout cela, les hommes politiques peuvent revendiquer les choses les plus stupides et les faits les plus infondés sans courir le risque de paraître ridicules.

Read also:
Jeremy Corbyn's Brexit Balancing Act

Le programme restera en place et tout le monde se demande si la Grèce sera en mesure de se financer sur les marchés en 2021, comme le suggèrent les prévisions de l’Eurogroupe.

Jusqu’à présent, toutes les prévisions économiques de l’UE concernant la Grèce, sans exception, ont échoué lamentablement. Cela signifie que soit les économistes et les autorités européennes sont totalement incompétents, soit, au contraire, ils connaissent très bien les conséquences destructrices de leur programme pour la Grèce et les cachent derrière des “calculs” et des “prévisions” erronés, qui leur permettent de dire a posteriori qu’ils ont commis des erreurs, et non des crimes.

Les obligations de la Grèce dans le cadre du programme de renflouement resteront valables au moins jusqu’en 2060 ( !!!), malgré la “fin du programme” supposée et rendue publique. La dette souveraine grecque reste “extrêmement non viable” selon le FMI. En réalité, ce que l’Eurogroupe a fait, c’est reporter une fois de plus la décision finale sur la Grèce et l’exécution probable de sa “condamnation à mort”, tout en maintenant le pays bien à l’intérieur d’une “spirale de la mort” de la dette, comme l’a dit un jour George Soros.

La Grèce a dû accepter des excédents budgétaires primaires totalement irréalistes, jamais réalisés dans aucun pays, de 3,5 % jusqu’en 2022 et de 2,2 % en moyenne de 2022 à 2060 (ces chiffres sont actuellement révisés en raison du coronavirus, mais ils sont toujours indicatifs de la direction à suivre. D’ailleurs, même si Merkel permettra un certain assouplissement de l’austérité pendant un ou deux ans, le montant même de la dette grecque permettra de revenir très rapidement à la normale).

Outre le fait qu’ils sont totalement irréalistes, ces chiffres signifient une austérité perpétuelle et une quasi-stagnation du pays pendant 40 ans. Leur caractère totalement irréaliste est également apparu à cause du coronavirus. Il devient difficile de faire des prédictions pour six mois, comment peut-on faire des prédictions pour les 40 prochaines années ? C’est une aberration ridicule que d’élaborer un programme basé sur l’hypothèse de décennies de stabilité totale pour la Grèce, l’Europe et l’économie mondiale (ou, encore, c’est une façon de cacher un crime prémédité derrière de prétendues erreurs).

Read also:
After the EU......what?

Si la Grèce ne respecte pas les règles, les quelques actifs de l’État qui lui restent, qui ont été transférés à un fonds spécial pendant 99 ans, seront vendus automatiquement et d’autres sanctions seront appliquées.

La Grèce restera sous une surveillance très stricte de l’UE jusqu’en 2060. Le FMI restera dans le programme, mais en tant que “conseiller”. Cela signifie que ses politiques resteront, mais pas son argent. Il continuera à détruire les Grecs et la Grèce, mais il ne sera pas considéré comme responsable de son activité criminelle ! Nous préférerions utiliser des termes purement économiques plutôt que ceux de la criminologie, mais nous pensons qu’il est contraire à la vérité de décrire un crime comme une politique économique simplement mauvaise et erronée.

L’Allemagne et l’UE, agissant au nom des banques européennes et des intérêts généraux de l'”Empire des finances” du capital financier international, ont refusé tout allégement de la dette, ce qui serait la seule solution au problème grec en 2010 et reste la seule solution aujourd’hui. Nous rappelons à nos lecteurs que cette méthode a été appliquée à l’Allemagne elle-même dans le passé (http://www.defenddemocracy.press/why-the-1953-cancellation-of-german-debt-wont-be-reproduced-for-greece-and-developing-countries/), mais aussi à la Pologne, à l’Irak et à d’autres clients occidentaux. Le fait que la Grèce ait été l’un des plus anciens membres de l’UE ou une nation historique, berceau de la notion de démocratie, n’a pas atténué la fureur avec laquelle Berlin et le FMI ont insisté sur un programme de destruction du pays sans résoudre ses problèmes ni rendre la dette grecque viable. L’Allemagne a même refusé une proposition française visant à inclure une clause de report du service de la dette si la Grèce ne produit pas un développement permettant le remboursement de la dette.

Lors de la pandémie de coronavirus, le gouvernement grec a demandé à l’Eurogroupe de permettre à Athènes de reporter de trois mois la confiscation des maisons des personnes qui ne peuvent pas payer leurs prêts aux banques. Les ministres de l’Eurogroupe ont refusé, malgré le danger réel d’expulsion de dizaines de milliers de Grecs de leurs maisons en pleine pandémie et la crise socio-économique.

How international finance and Germany destroyed Greece to create a totalitarian EU