LE PARTI SADI DU MALI et le PRCF DE FRANCE: Condamner et faire stopper la répression politique au Mali

asfa

Le vendredi 16 novembre 2018 à 16 h à la bourse du travail devait se tenir un meeting des deux grandes coalitions de l’opposition, la COFOP (coalition des forces patriotiques dont le parti Sadi est un pilier) et le FDS (front de sauvegarde de la démocratie).

Malheureusement pour la démocratie malienne chèrement acquise au prix de sacrifices ultimes de centaines de maliens hélas en 1991 consacrant le multipartisme et la fin de la dictature de 23 années, ce meeting a été empêché et réprimé dans le sang avec plusieurs blessés dont un très grave par sa nature et sa portée en l’occurrence le tabassage du député de la république  AMADOU ARABA DOUMBIA élu du parti Sadi de la zone rizicole de NIONO.

Beaucoup d’acteurs majeurs de l’avènement de la démocratie au Mali parmi lesquels le président du parti Sadi le député OUMAR MARIKO furent gazés par les forces de sécurité à la solde d’un régime aux abois car issu d’élections frauduleuses.

Face à cette situation intolérable, la section France du parti Sadi et le Pole de Renaissance Communiste en France condamnent avec la dernière rigueur cette atteinte aux droits fondamentaux de la République du Mali et aux libertés individuelles, collectives et démocratiques. Les deux organisations demandent une enquête parlementaire indépendante pour situer les responsabilités et traduire les coupables en justice.

Les deux forces progressistes invitent leurs militants à se dresser face à la tyrannie par une résistance farouche et par une solidarité des peuples pris en otage par l’oligarchie internationale.

Le Pôle de Renaissance Communiste en France exprime toute sa solidarité au parti Sadi ainsi qu’à son député hospitalisé suite à cette répression d’un autre temps.

Read also:
La haine contre Greta Thunberg: voici ceux, avec nom et adresse, qui la financent !

Fait à Paris le 21 novembre 2018