Le lobby israélien aux Etats-Unis

Par Mazin Qumsiyeh, Résistance Populaire
19 novembre 2023

L’AIPAC a mobilisé ses vastes ressources pour attaquer les quelques voix au Congrès qui font passer les intérêts américains avant les intérêts israéliens (voir par exemple https://www.theguardian.com/us-news/2023/nov/11/israel-ads-attack-rashida-tlaib-us-politicians). Qu’est-ce que l’AIPAC, comment a-t-il été fondé et pourquoi ? Il existe un autre lobby pro-israélien, un peu plus modéré, appelé J Street. Je n’évoquerai pas ici les différences (tous deux ne soutiennent pas un cessez-le-feu, alors que 120 pays le soutiennent). Il existe également des centaines d’organisations pro-israéliennes qui dépensent des centaines de millions pour s’assurer que les médias et les fonctionnaires marchent au pas avec le gouvernement israélien (par exemple, Canary Mission, Zionist Organization of America, Anti-Defamation League, etc.) Je me concentrerai ici sur les efforts fructueux du lobby pour façonner la politique étrangère américaine de manière à ce qu’elle soit pro-israélienne (ce qui signifie pro-colonisation, pro-apartheid, et maintenant pro-génocide – voir ongaza.org). Des articles similaires peuvent être écrits sur le lobby sioniste dans d’autres pays “occidentaux” comme le Royaume-Uni, la France et l’Australie, mais je me concentre ici sur les États-Unis où j’ai vécu et travaillé pendant près de trois décennies avant de retourner en Palestine en 2008.

Tout d’abord, un bref élément d’histoire tiré de mon livre “Sharing the land of Canaan” (Partager la terre de Canaan) :

Les événements qui ont conduit au soutien précoce de la Grande-Bretagne, de la France et des États-Unis à la colonisation sioniste ont été peu discutés sur le plan historique. … Cela s’est d’abord produit en France avec une lettre envoyée par Jules Cambon, secrétaire général du ministère français des Affaires étrangères, à Nahum Sokolow (à l’époque chef de l’aile politique de l’Organisation sioniste mondiale basée à Londres), datée du 4 juin 1917 : “Vous avez eu l’amabilité de me faire part de votre projet concernant l’extension de la colonisation juive de la Palestine.  Vous m’avez exprimé que, si les circonstances s’y prêtaient, et si d’autre part l’indépendance des lieux saints était garantie, ce serait alors une œuvre de justice et de rétribution pour les forces alliées que d’aider à la renaissance de la nationalité juive sur la terre d’où le peuple juif a été exilé il y a tant de siècles. … Je suis heureux de vous donner cette assurance”. Quelque cinq mois plus tard, le 2 novembre 1917, le ministre britannique des Affaires étrangères Arthur James Balfour transmet à Lord Rothschild une déclaration similaire de sympathie à l’égard des aspirations sionistes.  Cette déclaration stipulait que :  Le gouvernement de Sa Majesté voit d’un bon œil l’établissement en Palestine d’un foyer national pour le peuple juif et fera tout son possible pour faciliter la réalisation de cet objectif, étant clairement entendu que rien ne sera fait qui puisse porter atteinte aux droits civils et religieux des communautés non juives existant en Palestine, ou aux droits et au statut politique dont jouissent les Juifs dans tout autre pays”… Lord Balfour écrit dans un mémorandum privé envoyé à Lord Curzon, son successeur au Foreign Office (Curzon s’était initialement opposé au sionisme) le 11 août 1919 : “Car en Palestine, nous ne nous proposons pas de passer par la forme de consultation des souhaits des habitants actuels… : “Les quatre grandes puissances sont engagées dans le sionisme et le sionisme, qu’il soit juste ou faux, bon ou mauvais, est enraciné dans une tradition séculaire, dans des besoins présents, dans des espoirs futurs, d’une importance bien plus grande que les désirs et les préjugés des 700 000 Arabes qui habitent aujourd’hui cette ancienne terre”. ….. Comme le font les historiens, il y a beaucoup de discussions sur les facteurs et leur importance relative qui ont conduit aux décisions prises par les gouvernements en question.  On écrit aujourd’hui beaucoup sur la manière dont les États-Unis sont entrés en guerre et sur le rôle possible des entreprises influentes et des sionistes américains pour amener les médias et le gouvernement des États-Unis à soutenir les efforts de guerre. ”

La correspondance de Weismann avec Louis Brandeis (un sioniste et un ami du président américain Woodrow Wilson) a montré les machinations d’un mouvement mondial qui a fait pression pour l’entrée des États-Unis dans la Première Guerre mondiale et a obtenu le soutien tripartite (Grande-Bretagne, France, États-Unis) du projet sioniste, même contre les souhaits de nombreux autres Juifs qui s’y opposaient (voir https://tinyurl.com/firstzionists ; Halperin, 1986 ; Wier 2014).

En 1956, le président Eisenhower s’est opposé à l’occupation britannique, française et israélienne de Gaza et du Sinai. L’année suivante (1957), l’American Israel Public Affairs Committee a été créé pour garantir l’alignement de la politique étrangère des États-Unis sur le projet sioniste. Le président John F. Kennedy a tenté d’obliger l’AIPAC à se conformer à la législation américaine et à s’enregistrer en tant que lobby étranger. Il a également tenté d’empêcher Israël de développer (avec l’aide de la France) des armes nucléaires (voir https://www.wilsoncenter.org/publication/kennedy-dimona-and-the-nuclear-proliferation-problem-1961-1962). Il a été assassiné.

L’amiral Thomas Moorer, chef d’état-major interarmées, a écrit à ce sujet : “Je n’ai jamais vu un président, quel qu’il soit, s’opposer à eux [les Israéliens].  C’est à n’y rien comprendre. Ils obtiennent toujours ce qu’ils veulent.  Les Israéliens savent toujours ce qui se passe.  J’en suis arrivé au point où je n’écrivais plus rien.
Si le peuple américain comprenait l’emprise de ces gens sur notre gouvernement, il se révolterait. Nos concitoyens n’ont aucune idée de ce qui se passe”. (Hurley 1999) Dans le même ordre d’idées, le sénateur William Fulbright a écrit : “Pendant de nombreuses années, j’ai eu le sentiment que la situation au Moyen-Orient était pratiquement sans espoir.  Le problème fondamental pour nous est que nous avons perdu notre liberté d’action au Moyen-Orient et que nous sommes engagés dans des politiques qui ne favorisent ni notre propre intérêt national ni la cause de la paix.  L’AIPAC (American-Israeli Public Affairs Committee) et ses organisations alliées exercent un contrôle effectif sur le processus électoral.  Ils peuvent élire ou défaire presque tous les membres du Congrès ou les sénateurs qu’ils souhaitent, grâce à leur argent et à leur organisation coordonnée” (Fullbright 1989).

Read also:
Palestine Needs Immediate Attention To Stave Off Major Food Crisis

Un document envoyé par les sionistes américains au Premier ministre israélien Netanyahu en 1996 était intitulé “A Clean Break : A New Strategy for Securing the Realm” (https://www.palestineremembered.com/Acre/Articles/Story1351.html ).  Le royaume est celui d’Israël au Moyen-Orient.  Ils ont appelé à un changement de régime en Irak sous l’égide des États-Unis, suivi d’actions dirigées contre l’Iran et la Syrie, et ils ont parlé d'”alliances” avec la Turquie et l’Inde.  Présidé par Richard Perle, principal architecte de la dernière guerre américaine contre l’Irak, ce groupe comprenait James Colbert (de l'”Institut juif pour les affaires de sécurité nationale”), Paul Wolfowitz (aujourd’hui secrétaire adjoint à la défense), David Wurmser et William Kristol.  Un autre projet de ces “néoconservateurs” si puissants à Washington est le “Projet pour un nouveau siècle américain” (https://en.wikipedia.org/wiki/Project_for_the_New_American_Century ).  Des dénominateurs communs caractérisent ces projets et d’autres plans similaires : ils ont tous été rédigés par des idéologues néoconservateurs qui ont travaillé ou travaillent encore pour le compte d’intérêts israéliens et/ou d’entreprises, ils sont tous antérieurs au 11 septembre 2001 et ils appellent tous à remodeler le Moyen-Orient pour renforcer la sécurité d’Israël en revendiquant l’alignement des intérêts américains et israéliens. Il est intéressant de noter que les sites web originaux des deux projets ont été supprimés, peut-être parce qu’ils sont devenus des politiques américaines et que leurs fondateurs n’en avaient plus besoin.

Un certain nombre d’universitaires et de personnes ciblées par le lobby ont réalisé des études détaillées exposant son influence sur la politique étrangère des États-Unis (Findley 1985 ; Mearsheimer et Walt 2006, 2007). Le lobby israélien étant considéré comme l’un des cinq lobbies les plus puissants de Washington, il serait légitime de se demander ce qu’il a fait dans les mois et les années qui ont précédé la guerre en Irak et quelle est son influence (s’il en a une).  Je pense que même un examen superficiel des articles publiés dans les journaux ou des “études” réalisées par des groupes de réflexion suffirait à répondre à cette question. Les défenseurs d’Israël au sein de ces groupes de réflexion influents et dans les principaux éditoriaux et chroniques des médias grand public ont poussé à la guerre (Mearsheimer et Walt 2007).  Mais quelques apologistes israéliens sont restés silencieux sur la guerre ou s’y sont même opposés.  Ce dernier groupe est devenu actif dans le mouvement anti-guerre mais voulait s’assurer qu’il n’y avait pas de lien entre l’Irak et la Palestine.  Ils ont réagi avec véhémence et parfois avec violence lorsque des écrivains ont évoqué le rôle du lobby israélien et ses prolongements dans l’incitation à la guerre contre l’Irak.

On tente de dissimuler l’évolution et la force croissante de ce lobby aux États-Unis (et avant cela, dans les desseins impériaux britanniques au Moyen-Orient). Passons donc en revue quelques exemples de la manière dont ce lobby a fonctionné au fil des ans et a même défié les intérêts impériaux à certaines occasions.

En 1930, après que des diplomates britanniques de carrière eurent publié un livre blanc soutenu par le gouvernement et suggérant de lier l’immigration juive en Palestine aux intérêts économiques palestiniens, et pas seulement à la capacité du Yishuv, tout s’est emballé.  Weissman et d’autres sionistes britanniques ont mobilisé leurs forces en masse et cet effort a permis d’inverser rapidement cette politique (voir l’excellent livre de Tom Segev sur cette période).

Lorsque le sentiment d’aider les Juifs européens fuyant l’Allemagne nazie était fort aux États-Unis, le lobby sioniste, tant en Grande-Bretagne qu’aux États-Unis, a fait pression pour limiter l’immigration juive vers l’Ouest et ne laisser la porte ouverte qu’à une seule destination : la Palestine (Giladi 2006 ; Brennan 2006) : la Palestine (Giladi 2006 ; Brenner 2010).

Lorsque le Département d’État, le Pentagone et tous les diplomates de carrière des États-Unis se sont opposés à la création d’Israël, le président Truman a expliqué sa décision à son cabinet (en privé) très clairement comme étant liée au lobby et au vote, ajoutant que “je n’ai pas d’électeurs arabes” (documents Truman et de nombreux livres d’histoire).  Les États-Unis ont continué à tordre le bras d’autres pays pour qu’ils soutiennent la partition et l’imposition d’un État juif en Palestine.

Lorsque les forces israéliennes ont attaqué l’USS Liberty dans les eaux internationales en 1967, la Maison Blanche, aidée par le Congrès, a poussé la marine à cacher les faits. -.  Les officiers supérieurs de la marine (et tous les survivants de l’attaque) étaient en colère, mais n’ont rien pu faire face à la campagne de silence menée par les médias.   Même en 2003, lorsque de nouvelles preuves sont apparues, peu de choses ont été rapportées à ce sujet (voir http://www.ussliberty.org/).

<Lorsque George Bush 41 a reçu un barrage de questions des médias lors d’une conférence de presse en 1991 (après que Baker se soit attiré les foudres du lobby en suggérant de lier les dépenses liées à l’augmentation des colonies à l’aide étrangère), Bush a prononcé sa célèbre phrase : “Je ne suis que ce petit gars à la Maison Blanche …., il y en a des milliers sur Capital Hill…”, voilà pour le grand chef du complexe militaro-industriel.  Bush et Baker ont reculé et la construction a continué à augmenter le nombre de colons dans les zones palestiniennes occupées, qui est passé de moins de 200 000 en 1991 à plus de 450 000 en 2000. C’est la principale raison de l’effondrement du processus de paix et de l’augmentation du ressentiment et de la colère dans le monde.

Le président Clinton a nommé à de hautes fonctions des personnes qui étaient auparavant employées par les différents groupes de pression israéliens. Dennis Ross, qui travaillait pour le WIMEP, a été nommé envoyé des États-Unis au Moyen-Orient, puis est retourné travailler pour le WINEP.   Martin Indyk a travaillé pour l’AIPAC et, à ma connaissance, il est le seul lobbyiste d’un pays étranger à avoir été nommé ambassadeur de ce même pays. – Ces personnes et bien d’autres ont clairement manifesté leur intérêt pour une fusion de la politique américaine et de la politique israélienne.  Il n’est donc pas surprenant que Clinton ait donné l’assurance que si les réunions de Camp David échouaient, personne ne serait blâmé.  Mais alors même que les négociations se poursuivaient à Taba, Ross, Clinton et Indyk blâmaient Arafat.  Sous l’influence de ces lobbyistes, l’administration Clinton a continué à soutenir une politique agressive en Irak et a vaillamment tenté de contrecarrer la communauté internationale (et les entreprises américaines) qui demandait l’abandon des sanctions qui tuaient 6 000 enfants par mois.

Read also:
Prospect of right-wing violence and police repression hangs over US election

Lorsque GWB 43 a nommé des personnes comme Paul Wolfowitz, Dick Cheney, Douglas Feith et Richard Perle à de hautes fonctions, l’affiliation de ces personnes au lobby sioniste n’a pas été remise en question.  Cheney était par exemple membre du conseil d’administration du soi-disant “Institut juif pour les affaires de sécurité nationale” (JINSA).  Perle et Wolfowitz étaient actifs dans des groupes de réflexion sionistes tels que l’American Enterprise Institute.  Ce sont eux qui ont poussé à la guerre contre l’Irak et leurs documents montrent que leur raisonnement inclut le soutien à Israël.

La plupart du temps, les intérêts israéliens/sionistes et les intérêts des fabricants d’armes et de pétrole sont complètement divergents. Voir http://www.ifamericansknew.org/us_ints/ En fait, nombreux sont ceux qui affirment que sans le lobby, il n’y aurait pas de soutien à la colonisation israélienne ni à une guerre illégale et illégitime contre l’Irak, et certainement pas de la part d’entreprises qui souffrent de cette relation étroite.  En fait, Israël est aujourd’hui en concurrence directe avec les fabricants d’armes américains pour l’exportation d’armes de haute technologie (rendue possible en grande partie par les transferts de technologie militaire et d’argent des États-Unis vers Israël).  Le Congrès et la Maison Blanche ont souvent dû intervenir pour protéger Israël de toute répercussion de ses violations des lois américaines et internationales en matière de prolifération, d’exportation d’armes, d’utilisation d’armes contre des civils, etc.

Il y a eu de rares occasions où le lobby n’était pas aussi puissant pour pousser le mythe de l’équivalence des intérêts américains et israéliens.   En 1956, le président Eisenhower a écouté les diplomates de carrière et les élites américaines et a insisté pour qu’Israël se retire de la bande de Gaza et du Sinaï, malgré les grondements du Congrès (lui-même influencé par le lobby). Mais toute résistance mineure de ce type a disparu après 1967, lorsque le lobby a fait valoir l’idée que les armes américaines aux mains des Israéliens empêchaient les Soviétiques et le communisme d’entrer au Moyen-Orient (un mensonge, car le communisme n’a jamais pu s’implanter dans la société arabe). — Ne vous méprenez pas sur ce que j’ai dit.  Il est trompeur de dire qu’Israël dirige la politique étrangère des États-Unis.  Mais il serait encore plus trompeur d’ignorer le rôle central de ce lobby dans l’élaboration de la politique étrangère américaine au Moyen-Orient et dans l’obtention d’un soutien par divers moyens.  Il ne serait pas non plus juste d’ignorer les relations publiques visant à exagérer l’argument de “l’utilisation stratégique” jusqu’à la désinformation pure et simple sur les menaces et les réponses à la promotion d’une vision particulière et erronée du christianisme (“sionisme chrétien”).  Pour ceux d’entre nous qui s’intéressent à la liberté et à l’égalité (c’est-à-dire aux droits de l’homme), il n’est tout simplement pas correct d’essayer d’ignorer l’histoire et les faits et d’accepter le langage de notre oppresseur.  C’est faire le jeu des sionistes et des impérialistes que d’accepter leur affirmation selon laquelle la raison du soutien à Israël (et de la guerre contre l’Irak) est une “relation stratégique” destinée à servir uniquement les intérêts de l’élite américaine (pétrole, armée et autres intérêts corporatistes).

L’hypocrisie de la politique étrangère américaine est désormais visible pour la plupart des gens dans le monde et même ici, aux États-Unis, où les médias s’autocensurent, il est difficile de l’éviter.  Israël possède des armes de destruction massive, a violé 65 résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies et a été protégé contre 35 autres par le veto des États-Unis (en raison de l’importance du lobby), pratique la discrimination fondée sur la religion et les États-Unis le soutiennent. L’Irak a violé très peu de résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies en envahissant le Koweït et les États-Unis ont bombardé l’Irak jusqu’à l’âge préindustriel (détruisant les installations de purification de l’eau, d’évacuation des eaux usées, d’électricité, de transport et autres installations essentielles), l’ont soumis à des sanctions (même après le retrait du Koweït) qui ont tué plus d’un million de civils, puis ont bombardé et occupé l’Irak dans l’intention d’y construire une base militaire permanente et d’y installer un nouveau régime favorable à Israël ! Faut-il s’étonner que les gens s’interrogent sur les raisons d’une telle hypocrisie et remettent en question les réponses formulées à Tel-Aviv ?  Après tout, l’Irak continuera d’être un aimant pour les combattants de la résistance qui affluent d’autres pays arabes et islamiques tant qu’Israël sera soutenu dans la poursuite de son nettoyage ethnique des Palestiniens (c’est-à-dire tant que cette hypocrisie sera évidente).

Certains démocrates pensent que l’attaque contre l’Irak était motivée par les profits des entreprises.  Certains républicains pensent qu’il s’agissait d’armes de destruction massive, de vaincre le terrorisme et, plus récemment, d’apporter la “démocratie” et la liberté.  De nombreux journaux et chaînes de télévision américains considèrent comme tabou tout débat sortant de cette dualité autorisée.  Mais les gens obtiennent des informations sur le lobby israélien par le biais des médias internationaux, des livres et, surtout, de l’internet.Cela explique pourquoi un nombre croissant de démocrates, de républicains, de verts et d’indépendants aux États-Unis posent des questions sérieuses qui vont au-delà de cette dualité qui laisse passer tant de choses.  De plus en plus de gens se rendent compte que si l’on n’explique pas le rôle du lobby israélien dans la promotion de cette guerre, l’histoire serait au mieux très incomplète et au pire trompeuse.

Nombreux sont ceux qui voient enfin la lumière et quittent ce travail destructeur.  Des milliers de Juifs parlent désormais ouvertement du pouvoir destructeur du lobby et ont pris la tête de la manifestation et de la désobéissance civile associées à la demande de mettre fin au génocide en cours à Gaza.  Le terrain est en train de changer, car les juifs, les chrétiens, les musulmans et les autres personnes qui croient aux droits de l’homme et ne soutiennent pas le sionisme se donnent la main non seulement pour mettre en évidence l’éléphant dans la pièce, mais aussi pour faire sortir le vieil éléphant de la pièce et lui faire prendre une retraite tardive.

Read also:
La géopolitique de l'élection britannique

L’importance de traiter ces questions est évidente car les États-Unis ont tenté de prétendre qu’ils essayaient d’instaurer la paix entre Israël et ses voisins arabes, une affirmation démentie par le rôle constant des États-Unis en tant que défenseur et avocat protégeant Israël du droit international (voir Aruri 2003 ; Chomsky 2003). Le lobby assure un soutien financier et diplomatique sans faille à Israël, contraire aux intérêts américains. +. Selon le rapport annuel du Congressional Research Service sur les ventes d’armes conventionnelles, les États-Unis ont livré 26,4 milliards de dollars d’armes au Moyen-Orient au cours de la période 1997-2000, soit un peu plus de 62 % de l’ensemble des livraisons américaines aux pays en développement. Les événements du 11 septembre 2001 ont été capitalisés par le mouvement sioniste (Netanyahou a alors déclaré avec acuité que c’était bon pour Israël). Le lobby a commencé à associer tous ses ennemis au terrorisme (voir également le chapitre de Qumsiyeh 2004 disponible ici http://qumsiyeh.org/chapter8/ ). L’aide américaine à Israël a donc augmenté rapidement pour atteindre 3,8 milliards d’euros par an sous forme d’aide directe, auxquels s’ajoutent des milliards d’euros sous forme de transferts d’armes et de contrats de développement de défenses antimissiles qui sont ensuite revendus à des pays étrangers. Les industries militaires israéliennes concurrencent ainsi les exportateurs d’armes américains en vendant des technologies américaines reconditionnées (ce qui est contraire à la législation américaine). Les exportations israéliennes liées à la sécurité et à l’armement s’élèvent aujourd’hui à au moins 12,6 milliards de dollars par an. La récente guerre génocidaire contre Gaza, soutenue par les États-Unis, est l’apogée de cette politique étrangère faussée. L’administration Biden a demandé 14,3 milliards de dollars supplémentaires pour Israël et le Congrès les a dûment approuvés.  Israël reçoit donc plus d’aide fédérale par habitant que les citoyens américains et plus d’aide étrangère que l’Amérique du Sud et l’Afrique réunies !

Le département d’État américain étant dirigé par un sioniste convaincu (Blinken, qui a souligné que son soutien était motivé par son identité juive), il est devenu tellement obsédé par Israël que de nombreux fonctionnaires de carrière ont été désillusionnés par ce parti pris. Une note interne divulguée et signée par plus de 100 membres du personnel était cinglante (voir https://www.axios.com/2023/11/13/biden-gaza-hamas-policy-state-department-memo ).  Il vaut la peine de lire pourquoi Josh Paul a démissionné de son poste de directeur du bureau des affaires politico-militaires du département d’État. Il a souligné le soutien inhabituel apporté à l’utilisation d’armes fournies par les États-Unis pour cibler des civils et à la violation des procédures habituelles (voir https://www.washingtonpost.com/opinions/2023/10/23/state-department-quit-israel-arms/ et son interview franche et très révélatrice https://www.youtube.com/watch?v=1w9fAgaUBrw). Le lobby a mobilisé ses millions, ses médias et ses porte-parole pour éliminer les quelques membres dissidents du Congrès comme Rashida Tlaib, Ilhan Omar et Cori Bush (voir également https://www.jewishvoiceforpeace.org/2023/11/01/wire-rashida-tlaib-jvp-under-attack/ ). Il y a un réveil et le gouvernement américain, guidé par le lobby, est remis en question, comme nous l’avons vu plus haut. Des centaines de milliers de personnes ont manifesté à Washington DC et les sondages d’opinion ont montré que le public américain n’est pas favorable à l’aide militaire américaine à Israël. Les citoyens américains doivent s’élever contre cette politique étrangère très préjudiciable. Globalement, l’opinion publique est favorable aux droits de l’homme, tandis qu’Israël et ses lobbies ne bénéficient que d’un faible soutien public (voir https://www.youtube.com/watch?v=AHYLyYaB6e0 ).

Voir aussi
<p=>https://cnionline.org/
https://ongaza.org/

https://ifamericansknew.org/

https://www.prnewswire.com/news-releases/how-does-aipac-endanger-america-workshop-videos-now-online-148686515.html
Références
Aruri, Nasser 2003 Dishonest Broker : The Role of the United States in Palestine and Israel, Cambridge, MA : South End Press.
Brenner, Lenni 2010. 51 Documents : Histoire de la collaboration nazi-sioniste. Barricade Books
Chomsky, Noam 2003 Middle East Illusions, (Lanham, MD : Rowman & Littlefield Publishers).
Findley, P., 1985. Congress and the Pro-Israel Lobby”. Journal of Palestine Studies, 15(1), pp.104-113.
Findley, P. 1985 (autres éditions 1989, 2003) They Dare to Speak Out, Lawrence Hill and Co, Westport, CT 362 pp.
Fulbright, J. William 1989. The Price of Empire, Pantheon Books, p.183.
Giraldi, Philip 2017.  L’Amérique ou Israël ? Les Quislings au Congrès et dans les médias doivent décider ce qui passe en premier. https://cnionline.org/america-or-israel-quislings-in-congress-and-the-media-need-to-decide-which-comes-first/
Giladi, Naeim 2006. Les scandales de Ben Gourion : Comment la Haganah et le Mossad
Halpern, B., 1986. Brandeis devient sioniste. Modern Judaism, pp.227-243.
Hurley A. 1999. Une nation sous Israël. Truth Press, 309 pages.
<Mearsheimer, J. et Walt, S., 2006. Le lobby israélien. London Review of Books, 28(6), pp.3-12.
Mearsheimer, J. et Walt, S., 2007. The Israel Lobby and U.S. Foreign Policy (Le lobby israélien et la politique étrangère des États-Unis) Farrar, Straus and Giroux.
Qumsiyeh, Mazin B. 2004. Sharing the Land of Canaan. Pluto Press, Londres/
Wier, Alison 2014. Against our better judgment : the hidden history of how the US was used to create Israel (Contre notre meilleur jugement : l’histoire cachée de l’utilisation des États-Unis pour créer Israël). Si les Américains savaient

We remind our readers that publication of articles on our site does not mean that we agree with what is written. Our policy is to publish anything which we consider of interest, so as to assist our readers  in forming their opinions. Sometimes we even publish articles with which we totally disagree, since we believe it is important for our readers to be informed on as wide a spectrum of views as possible.