La France, Israël et la Palestine

Nous assistons en ce moment à Gaza à une guerre qui oppose l’État d’Israël à celui de Palestine. Qu’on le veuille ou non, le Hamas a été élu par la majorité des Palestiniens en 2006, y compris en Cisjordanie lors d’élections, considérées non frauduleuses par les nombreux observateurs internationaux. Le Fatah n’a alors pas voulu lui céder le pouvoir, soutenu par la « communauté Internationale ». Le gouvernement Israélien de l’époque en a profité pour enclencher un blocus de Gaza illégal selon le droit international et à étouffer l’Autorité palestinienne gouvernant la Cisjordanie par diverses mesures, dont la soumission à ses incursions militaires. Cette séquence dure depuis 17 ans.

L’état de guerre a historiquement commencé dès 1948, dans les mois suivant l’indépendance d’Israël, et a conduit au nettoyage ethnique de la partie prévue par l’ONU pour être l’état d’Israël. Mais l’armée israélienne n’a jamais quitté la Cisjordanie, les accords d’Oslo n’étant pas contraignants.

Puisque le Hamas gouverne une société qui l’a élu, la distinction entre les civils « innocents » et les « terroristes » du Hamas n’est pas réaliste. Les combattants tombés seront remplacés immédiatement par d’autres, défendant leur pays quelle que soit leur religion. Le gouvernement israélien le sait et c’est pourquoi, s’appuyant sur un racisme d’intensité inédite dans l’histoire du pays, il tue de façon indiscriminée. Le dernier veto des USA au conseil de sécurité contre le cessez-le-feu empêche la mise en pratique de la charte des Nations Unies dans la bande de Gaza et y met en danger les agents qui tentent de l’y appliquer.  Les USA torpillent ainsi l’ordre international qui existe depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, à la face du monde entier.

Read also:
Le Parti de gauche quitte le Parti de la gauche européenne

Quand deux amis se battent, nous devons les séparer, sinon ce ne sont pas des amis. Et dans le cas où leur bagarre n’a rien d’égal mais nuit gravement à l’honneur du plus fort, le soutenir est destructeur non seulement pour l’honneur de la brute, mais aussi pour celui des « souteneurs ».

La CISE condamne fermement la complicité du gouvernement français et des partis qui le soutiennent dans ce conflit face à ces crimes contre l’humanité. Elle réclame l’application des résolutions de l’O.N.U. sur la question palestinienne en vue de l’application pleine et entière des droits humains de tous, seule solution juste à ces crimes répétés contre l’humanité

Frédéric Bendali et Vincent Buard

20 décembre 2023

We remind our readers that publication of articles on our site does not mean that we agree with what is written. Our policy is to publish anything which we consider of interest, so as to assist our readers  in forming their opinions. Sometimes we even publish articles with which we totally disagree, since we believe it is important for our readers to be informed on as wide a spectrum of views as possible.