“Je pense qu’il ne reste plus rien de la démocratie”

“Je pense qu’il ne reste plus rien de la démocratie”

 

Jean-Pierre Chevènement était l’invité de France Culture, lundi 14 septembre 2015. Il répondait aux questions de Guillaume Erner, Brice Couturier et Caroline Fourest.

 

1ère partie

  • Je n’ai jamais utilisé le terme de souverainisme, bien qu’il soit tout à fait honorable, et notamment par son origine : les québécois n’ont discrédité personne. Mais je me suis toujours gardé de l’utiliser, pour éviter les techniques d’amalgames fréquentes en politique, et je préfère me dire « républicain », c’est à dire partisan de la souveraineté nationale, qui ne fait qu’un avec la démocratie.
  • « Les Républicains », je les appelle les « ex-UMP », parce que ça m’écorche un petit peu la langue de parler de “républicains” à leur égard. Ils sont les héritiers très lointains du général de Gaulle, ils s’en sont beaucoup écartés. Je les appellerai les « républicains petits bras », parce qu’ils sont vraiment très petits bras en tout chose, ils n’ont pas une vision large de ce qu’est la République, c’est à dire la souveraineté du peuple et des valeurs universelles. La République n’est pas seulement corrélée à la nation : c’est une vision mondiale.
  • Moi je suis un homme de gauche, mais le PS, de toute évidence, a tourné le dos à ses engagements initiaux. Au nom de l’Europe, on a choisi le néolibéralisme. Tout cela nous oriente vers une politique franchement réactionnaire.
  • Le clivage droite-gauche a toujours un sens. Il y a une sensibilité, un tempérament, des valeurs, mais il y a surtout un problème, qui est celui du capitalisme financier mondialisé, et c’est à mon avis en fonction de la manière dont on se positionne par rapport à cette immense question qu’on peut encore tracer des lignes qui opposent, à l’échelle mondiale, une droite et une gauche.
  • Le général de Gaulle était à certains égards plus à gauche que ses adversaires qui se disaient de gauche.
  • Je suis plus gaulliste que mitterrandien. Ca a toujours été le cas. En Algérie, j’ai répondu à l’appel du général de Gaulle, contre l’OAS, pour que l’Algérie devienne indépendante avec la France et non pas contre elle.
  • François Mitterrand était parfaitement au courant de mes opinions. J’ai souvent raconté cette anecdote où, me prenant à part, à la veille du congrès du Metz, il me dit : « Jean-Pierre, nous sommes d’accord sur tout, vous et moi, sauf sur un point : malheureusement, je ne crois plus qu’à notre époque, la France ne puisse faire autre chose que passer à travers les gouttes ».
  • Je pense que Mitterrand confond dans cette phrase « le nationalisme c’est la guerre » le nationalisme et la nation. Je pense que le nationalisme peut conduire à la guerre, mais la nation pour moi c’est d’abord le cadre de la démocratie et le lieu de la solidarité, et l’humanité est à la fois une et diverse, et s’organise en peuples, civilisations, cultures, et il faut tenir compte de cette diversité, qui est une richesse, et ne pas faire comme si, pratiquement, nous étions des particules élémentaires toutes semblables les unes aux autres.
  • Je pense que le patriotisme est nécessaire à un pays pour se tenir droit. Il n’y a pas de civisme sans patriotisme. Mais je ne confonds pas le patriotisme avec le nationalisme. Le patriotisme c’est l’amour des siens, le nationalisme c’est la haine des autres. Moi je ne me sens pas du tout nationaliste. Je me sens profondément patriote. Je considère qu’un de mes devoirs est de faire en sorte que ce bateau ne chavire pas complètement et qu’il y ait encore demain une France pour mes enfants et mes petits-enfants.
  • Il faut rappeler que Nicolas Dupont-Aignan est un gaulliste plutôt de gauche, un homme tout à fait estimable. Je pense que le procès qui lui est fait est très injuste. Par exemple certains ont écrit récemment qu’il était pour la remise en cause du droit du sol, c’est totalement faux !
  • Nicolas Dupont-Aignan représente une gêne pour la droite, puisqu’il introduit au sein d’une droite qui a tourné le dos aux valeurs de la nation, du gaullisme, un élément de poil à gratter, voir de culpabilité.
  • Je ne dis pas que Dupont-Aignan est un homme de gauche, il vient de la droite, mais il faut restaurer le débat sur le fond. Dupont-Aignan critique la monnaie unique, est partisan comme moi de la monnaie commune, a sur le plan social une position beaucoup plus ouverte, par exemple sur la politique industrielle les nationalisations, que tous les autres hommes de droite, donc je ne le catalogue pas du tout à la droite de la droite, au contraire il est à la gauche de ce qu’on appelle par habitude la droite.
  • Droite et gauche depuis le traité de Maastricht ont perdu beaucoup de leur signification.
Read also:
Defendons le non du peuple Grec! Defendons la patrie et la democratie!

 

Deuxième partie

  • Je reviens d’Algérie où j’accompagnais le président du Sénat en tant que président de l’association France-Algérie. Nous avons eu des entretiens très intéressants et je pense que l’Algérie joue un rôle très important dans l’Union Africaine, et comme môle de stabilité pour les pays limitrophes.
  • Je ne me réjouis pas du chômage de masse en Europe, ni de l’absence de l’Europe sur les grands dossiers internationaux. C’est la méthode de Monnet et de Delors qui est en faillite : c’est elle que je critique. C’est la méthode des petits pas, des petits faits accomplis, qui rendent ensuite tout retour en arrière impossible.
  • Avec l’euro, on a pensé que le saut fédéral serait inévitable mais c’est impossible parce que, disons les choses clairement, les allemands considèrent qu’en matière de solidarité ils ont fait suffisamment.
  • Je suis pour qu’on transforme la monnaie unique en monnaie commune, position constante que j’ai depuis 1992.
  • La monnaie commune serait une devise dans laquelle s’effectuerait les échanges internationaux, et à l’intérieur de la zone, les différents pays recouvreraient une monnaie nationale, qui permettrait d’ajuster le cours de cette monnaie à l’évolution des compétitivités respectives, et par conséquent les dispenseraient de stratégies de dévaluation interne, c’est à dire d’austérité, qui aboutissent à ce qu’un pays comme l’Espagne ait une production aujourd’hui encore 10% inférieure à celle de 2007, que l’Italie a perdu 9% de son PIB, la Grèce 25%… Une Europe de plus en plus déséquilibrée où les riches s’enrichissent et ou les pauvres s’appauvrissent. Donc je considère que c’était un très mauvais choix et qu’on a jamais tord, quand on se rend compte qu’on a fait une erreur, de rebrousser chemin, de revenir à la bifurcation, de prendre l’autre embranchement.
  • Je pense qu’il faudrait revenir à une conception confédérale de l’Europe, une Europe où chaque nation a une égale dignité, peut dire ce qui lui convient, et où on doit trouver un juste équilibre entre le principe de la responsabilité des Etats, qui va avec la démocratie, et le principe de la solidarité européenne, qui dépend évidemment de l’acquiescement des pays.
  • L’Europe doit être un sujet de débat. Or, rien ne fait plus peur que le mot de Juncker, disant qu’il n’y a pas de démocratie en dehors des traités européens. Parce que je ne sais si vous avez lu les traités européens, sans parler de la jurisprudence : l’espace de la liberté s’est réduit à même pas un filet d’air !
  • L’Allemagne aujourd’hui est en position dominante sur l’ensemble des marchés européens parce qu’elle a bénéficié d’une main d’oeuvre à très bas coût d’Europe centrale et orientale, et si vous voulez comprendre quelque chose à la crise agricole actuelle, vous devez introduire ce facteur.
  • La France a perdu 15 points de compétitivité par rapport à l’Allemagne depuis le début des années 2000. En Allemagne les syndicats ont accepté une rigueur salariale pendant une dizaine d’années, en France ce n’est pas possible. Cela montre bien que le choix de la monnaie unique n’était pas heureux puisque nos modèles sont différents.
  • Le traité budgétaire européen (TSCG) nous oblige maintenant à réduire nos déficits jusqu’au moment où il n’y aura plus de déficit et à continuer l’effort budgétaire encore ensuite descendre le stock de dette à 60% du PIB. C’est absurde. Ce traité est ridicule. Le Japon est à 200% du PIB, les Etats-Unis à plus de 100%… Faire de la dette le seul critère de la gestion des économies est une aberration.
  • Je suis tout à fait contre ces systèmes contraignants, où nous devons rendre compte à la Commission, s’engager sur trois ans par des lois de programmation triennale, avec la constitution d’un organisme, le Haut Conseil des finances publiques, pour donner des leçons avant que ce ne soit la Commission qui s’en charge ! Je pense qu’il ne reste plus rien de la démocratie, les citoyens n’en sont pas conscients, les hommes politiques n’ont plus d’ailleurs. Ils ne connaissent pas les textes européens ni la jurisprudence.
  • Il y a un gouffre qui se crée entre ce qui se passe réellement et le vécu des citoyens, et c’est très grave ! Et moi je sonne l’alerte depuis plus de vingt ans, en vain, et tous ces gens-là, par leur politique aveugle, auront fait le lit du FN.
  • Hiérarchisons les dangers et les priorités : le danger principal c’est Daesh. Avant d’envoyer les troupes au sol, il faut se poser la question de savoir si une unité peut-être réalisé entre les Etats-Unis, la Russie, l’Iran, l’Arabie Saoudite, la Turquie… selon un plan politique clair ! Tant que tout le monde veut le contraire de tout le monde, il ne faut surtout pas intervenir au sol !
  • Les réfugiés viennent pratiquement tous de pays qui ont été destabilisés par des interventions occidentales : l’Irak, l’Afghanistan, la Libye, même le Kosovo, et la Syrie où on a financé et armé des groupes rebelles qui ont fait la preuve de leur incapacité.
  • Je n’ai pas dit que toutes les propositions qui étaient formulées par Dupont-Aignan, je les reprenais à mon compte. Je suis toujours un partisan résolu du droit d’asile, qui est réservé aux combattants de la liberté. Je suis partisan de l’accueil des réfugiés syriens et irakiens dans des conditions soutenables, car la politique d’accueil doit être proportionnée à notre capacité d’intégration.
  • Mme Merkel change d’avis comme de chemise ! Elle entraîne toute l’Europe dans des politiques absolument incohérente.
  • S’agissant de Bachar el Assad, je crois qu’on a beaucoup sous-estimé les appuis dont il disposait encore dans la société syrienne. Mais si l’on veut voir Daesh s’installer à Damas, il faut le dire !
  • Il faudra refaire un Irak réellement fédéral, donner aux sunnites une autonomie réelle, faire un accord politique en Syrie si cela est possible, mais cela suppose que les membres du Conseil de Sécurité, et au premier chef les Etats-Unis et la Russie, s’entendent. Ils l’ont fait pour le désarmement chimique de la Syrie et ils ont bien fait. Et je ne suis pas de ceux qui se seraient réjouis du fait qu’il y aurait pu avoir des frappes franco-américaines contre le régime Assad. Là encore c’était une intervention mal pensée, on voit où cela nous a conduit. En Irak, j’avais pris position à l’époque contre la guerre du Golfe, puisque j’ai démissionné de mon poste !
  • L’Ukraine est un pays composite, à l’ouest des catholiques uniates qui vivaient en Autriche-Hongrie ou en Pologne, à l’est des russes et russophones orthodoxes qui appartiennent au patriarcat de Moscou ou de Kiev. Vous avez donc un pays qui est récent, qui n’existe que depuis l’implosion de l’URSS, qui a été le fait de la Russie elle-même, et naturellement, un pays fragile, en proie à ses oligarques, où il n’y a pas de tradition d’État.
  • Les Européens ont placé l’Ukraine, à travers le partenariat oriental, devant un dilemme impossible : soit vous devez être avec l’Europe, soit vous devez être avec la Russie. Ca c’était une erreur capitale imputable aux institutions européennes.
  • A partir de là, Maiden peut être vu soit comme une révolution, soit comme un coup d’État, et par conséquent la Russie a estimé que ses intérêts de sécurité étaient en cause. Avec la fin de l’URSS il y a 25 millions de russes en dehors des frontières de la Russie, frontières dessinées de manière très capricieuse par Staline ou par Kkhrouchtchev.
  • Il faudrait aborder ce problème de manière à pouvoir le résoudre : faire de l’Ukraine un pays-pont entre l’Europe et la Russie, et non pas un brandon de discorde, comme le souhaite les américains, pour resserrer leur contrôle à la fois sur l’Europe et sur la Russie.
  • Je pense qu’il faut maintenir un cordon sanitaire avec le FN. Le génome du Front National, c’est l’extrême-droite. Ce génome est toujours là. Cela justifie tout à fait le maintien d’un sas de décontamination d’une certaine période.
Read also:
La crise economique europeenne en tant qu instrument de la transfromation d' europe et les reponses politiques possibles