Grèce : Plus de 1 100 enfants réfugiés et MNA ont besoin d’urgence d’un hébergement adapté et d’une protection

Aug. 28, 2019

ARSIS à Amygdaleza: mineurs non accompagnés en détention et dans des conditions dégradantes

Des conditions de détention dégradantes, contraires à toute notion de protection de l’enfance, et des pratiques illégales associées à une augmentation de la détention de mineurs non accompagnés, entre autres, ont été découverts par ARSIS, une organisation de soutien social à la jeunesse, lors de sa visite à des détenus mineurs le 19 août. L’organisation appelle les autorités compétentes des ministères de la Protection des citoyens et du Travail, de la Prévoyance sociale et de la Solidarité sociale à prendre des mesures immédiates pour mettre fin à la détention illégale et inhumaine de mineurs non accompagnés et à les accompagner dans des structures d’hébergement appropriées.

“La détention de mineurs non accompagnés est inhumaine et dégradante et constitue une violation de l’état de droit et de notre démocratie”, ont-ils déclaré.

Le recensement ARSIS a enregistré 63 mineurs non accompagnés arrêtés le 19 août, comme ils le notent, tout en enregistrant la variation de la population de mineurs non accompagnés à Amygdaleza, qui est passée de 60 le 2 août à 68 le 9 août.

L’organisation a découvert que parmi les détenus se trouvait également un citoyen bangladais de 13 ans – déclaré citoyen pakistanais – un mineur algérien de 16 ans arrêté le 25 avril 2019, ainsi que deux mineurs du Bangladesh et du Pakistan, tous deux arrêtés depuis 45 jours et deux mineurs d’Afghanistan et du Bangladesh qui sont en détention depuis plus de 40 jours.

“Une augmentation constante et systématique du nombre de détenus mineurs non accompagnés et de leur durée de détention dans des conditions de détention dégradantes qui vont à l’encontre de tout concept de protection de l’enfant”, a déclaré ARSIS, soulignant que “le grand nombre de détenus combiné à la prolongation de la période de détention dans des conditions inacceptables aggrave l’état psychologique déjà miné des mineurs et conduit à des tensions et à des actes de désespoir. ” De manière caractéristique, l’organisation déclare que: “La majorité des mineurs ne sont toujours pas informés par les autorités du processus de demande d’asile, tandis que ceux qui sont déjà demandeurs d’asile n’ont pas suffisamment accès au barème de l’asile Amygdaleza de PROKEKA. Les mineurs détenus n’ont pas de nommés tuteurs, aucune assistance juridique et aucun service d’interprétation ne sont fournis par l’État, et les services psychosociaux et les services médicaux sont défectueux. Enfin, il y a un manque complet d’activités récréatives / sportives / éducatives ».

Read also:
Serbia, Kosovo leaders abruptly cancel EU-brokered meeting on land swap

En outre, ARSIS souligne que la détention de ces mineurs “est illégale, car ceux qui ont fait l’objet de procédures de réception et d’identification sont arrêtés conformément à la pratique constante des autorités chargées de l’arrestation, qui placent les mineurs en détention préventive, alors que la loi exige  leur hébergement dans des structures adaptées aux mineurs. ”

L’organisation se plaint également de ce qu’il est illégal “de détenir mais aussi de poursuivre le traitement administratif des mineurs arrêtés sans papiers et au lieu d’être soumis aux procédures de réception et d’identification – requises par la loi – une décision de retour a été prise à leur encontre (sans tenir compte devleur vulnérabilité en tant que mineurs) et ont ensuite été arrêtés »et soumis à des tests de mineurs à l’initiative de la police non autorisée.

source :avgi.gr