Grèce: Le FMI insiste sur.. l’imposition des pauvres!

par C. Kaimakis

Le FMI voit «des risques croissants» dans la capacité de service de la dette de la Grèce et insiste sur l’imposition des pauvres

Le Conseil d’administration du Fonds monétaire international a achevé son premier suivi du programme post-sauvetage de la Grèce. La capacité de service de la dette du pays est “adéquate”, indique le rapport du FMI, qui cite “les risques croissants”, notamment ceux des banques, des avantages ainsi que des décisions de justice annulant de manière rétroactive les réductions de retraites.

Peter Dolman, responsable de la mission du FMI pour la Grèce, a réitéré la demande du FMI pour 2020 et a déclaré, entre autres, que “la Grèce doit réduire la base libre d’impôt”.

Oui, taxer les pauvres qui gagnent moins de 6 000 euros par an renforcera certainement l’économie de la Grèce et aidera le pays à rembourser ses dettes aux prêteurs…

Communiqué de presse du FMI:

« Le Conseil d’administration du FMI conclut ses premières discussions avec la Grèce sur le suivi post-programme 12 mars 2019.

Le 6 mars 2019, le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI) a conclu les premières discussions avec la Grèce sur le suivi du programme.

La reprise économique en Grèce s’accélère et s’élargit. La croissance devrait atteindre 2,4% cette année (contre 2,1% en 2018, selon les estimations), soutenue par les exportations, la consommation privée et les investissements, à mesure que la confiance s’améliorera. Un redressement progressif des dépôts privés a permis un nouvel assouplissement des mesures de gestion des flux de capitaux, bien que les prêts bancaires restent négatifs. À moyen terme, l’expansion économique devrait ralentir à un peu plus de 1%.

Read also:
How to explain the ‘timid’ reaction of American Jewish leaders to Kristallnacht?

La capacité de remboursement de la dette à moyen terme de la Grèce est suffisante, mais sujette à des risques croissants malgré des vulnérabilités importantes. La dette par rapport au PIB devrait rester sur une trajectoire à la baisse à moyen terme grâce aux excédents primaires toujours élevés convenus avec les partenaires européens, à la croissance du PIB nominal et à l’allégement de la dette, qui prévoyait une importante réserve de trésorerie à des fins de précaution et un faible service de la dette publique. prêts. Cependant, les risques (internes et externes) se sont intensifiés et les séquelles des crises – notamment une dette publique élevée et des bilans privés dégradés – et une discipline de paiement faible continuent de poser des vulnérabilités importantes.

Les administrateurs ont salué les progrès louables accomplis dans la mise en œuvre des réformes qui ont contribué à rétablir la stabilité et la croissance, à réduire le chômage, à améliorer la viabilité de la dette et à rétablir l’accès aux marchés. S’appuyant sur la dynamique de croissance de la Grèce, ils ont encouragé les autorités à remédier à des vulnérabilités toujours importantes et à renforcer la résilience et l’inclusion de l’économie en renforçant la flexibilité du marché du travail, en rééquilibrant la combinaison des politiques budgétaires et en consolidant les bilans des banques pour soutenir une croissance durable et plus inclusive. Les administrateurs ont reconnu que la capacité de remboursement de la Grèce à moyen terme restait suffisante, mais ont noté que les risques de détérioration croissants nécessitaient des mesures supplémentaires pour renforcer l’économie.

Read also:
How the Swiss giant Nestle earns billions every year by selling us ... free water

Les administrateurs ont noté que des efforts supplémentaires étaient nécessaires pour garantir des gains de compétitivité, améliorer la productivité et assurer la flexibilité du marché du travail. Ils se sont déclarés préoccupés par les risques pour l’emploi et la compétitivité résultant de la combinaison du renversement récent de la réforme de la convention collective de 2012 et de l’augmentation du salaire minimum légal, bien au-dessus de la croissance de la productivité. À l’avenir, les administrateurs encouragent les autorités à accélérer les réformes susceptibles à la fois d’atténuer ces risques de baisse et d’aider à accroître la productivité et à réduire les coûts non salariaux. Ils ont recommandé de nouvelles mesures pour améliorer le climat des affaires et faciliter des investissements plus importants et plus diversifiés, y compris des réformes profondes et nécessaires du marché des produits visant à améliorer le choix des produits, la qualité et la concurrence.

Les administrateurs ont souligné qu’il importait d’adopter une politique budgétaire plus favorable à la croissance et plus inclusive. Ils ont appelé à un nouveau rééquilibrage budgétaire, tout en respectant les objectifs budgétaires à moyen terme convenus avec les partenaires européens. Les administrateurs ont soutenu les réductions d’impôt prévues pour 2020, en donnant la priorité à la réduction des taux d’imposition directe tout en élargissant l’assiette de l’impôt sur le revenu des particuliers. Ils ont également recommandé d’allouer plus d’espace budgétaire aux investissements publics et de mieux cibler les dépenses sociales. Pour soutenir ces objectifs, les administrateurs ont également appelé à l’accélération des réformes de la gestion des finances publiques et des efforts de conformité fiscale et à la résolution des causes structurelles des arriérés. Ils ont également recommandé une planification d’urgence plus approfondie afin de prendre en compte les risques budgétaires croissants.

Read also:
Clearing Up This Mess

Les administrateurs ont encouragé les autorités à adopter une approche plus globale et mieux coordonnée pour renforcer les bilans des banques et redynamiser les prêts générateurs de croissance. Constatant le niveau élevé d’expositions non performantes (NPE), ils ont encouragé les autorités à réunir les principales parties prenantes et à fonder les mesures politiques sur des évaluations coût-efficacité des différentes options de réduction des NPE, tout en tenant compte de l’impact des modifications réglementaires à venir et des incidences budgétaires correspondantes.Les administrateurs ont encouragé le renforcement de la panoplie d’instruments juridiques afin de faciliter la réduction des NPE dans le secteur privé avant d’envisager un soutien de l’État et d’éviter des mesures susceptibles d’affaiblir davantage la discipline de paiement, tout en améliorant la gouvernance interne des banques. La libéralisation des mesures de gestion des flux de capitaux devrait se poursuivre conformément à la feuille de route fondée sur des conditions.

lien pour le rapport complet :https://www.imf.org/en/Publications/CR/Issues/2019/03/08/Greece-First-Post-Program-Monitoring-Discussions-Press-Release-Staff-Report-and-Statement-by-46654?fbclid=IwAR12TTbXf3s9sWESD7U1cs3xoNABczNPfwnF6zDMM4JUM85Igz6t4I-xYdk