Gilets jaunes

Caravane des caravanes

Ils brûlent nos cabanes, on passe aux caravanes !
Après les ronds-points, on prend la route.
(Appel à tous les groupes Gilets jaunes à se doter de caravanes.)
Ronds-points, péages, cabanes, maisons du peuple, manifestations massives, la visibilité permanente que se sont donné les Gilets jaunes dans tout le pays a constitué le socle de la révolte depuis novembre, permettant son incroyable endurance, son indéfectible présence et le lien entre tous ceux qui y prennent part. C’est pourquoi le pouvoir œuvre avec tant d’acharnement à faire disparaître par tous les moyens cette vague jaune sous toutes ses formes : cabanes incendiées, détruites ou saccagées, amendes et intimidations, expulsions des lieux occupés, manifestations empêchées ou réprimées… Le harcèlement policier et judiciaire, qui n’a fait que s’intensifier au fil des semaines, est à la mesure du danger que cette révolte soudaine et imprévisible a représenté. Comme le mouvement a su si bien le faire à maintes reprises depuis novembre, il s’agit encore une fois de s’adapter à un dispositif répressif de plus en plus poussé et perfide.
Depuis quelques semaines, plusieurs groupes de Gilets jaunes se sont dotés de caravanes. Mobiles et faciles à déplacer, en règle pour circuler sur les routes, elles permettent, en les mettant à l’abri en cas de menace, de se prémunir d’opérations systématiques de destruction ou d’incendie.
Nous appelons dès maintenant tous les groupes de Gilets jaunes qui le peuvent à s’emparer de cette idée à leur tour et à se procurer des caravanes.
Puisque nous ne pouvons plus occuper des points fixes, puisque qu’il devient de plus en plus compliqué d’obtenir des locaux par voie légale ou non, puisque les manifestations, déclarées ou pas, ne sont plus que des nasses géantes, soyons mobiles pour être de nouveau visibles ! Occupations nomades sur des ronds-points, sur les bords de route ou sur les routes elles-mêmes, sur les parkings, campements sauvages, rassemblements, invasion des centres-villes : ne laissons pas Macron, ses flics et ses barbouzes nous faire disparaître !
À l’approche de la saison estivale et de sa menaçante torpeur, détournons ce symbole des vacances populaires pour envahir l’espace public avec des caravanes jaunes ! Même si les initiatives encore isolées se heurtent à quelques sournoises contraventions, ces petites intimidations seraient bien en peine d’arrêter une prolifération de caravanes à l’échelle du pays.
Des caravanes jaunes partout pour une caravane du peuple bientôt !

Caravane des caravanes

Quelques pistes sur la caravane (jaune) et ses usages possibles
Une caravane, ce n’est pas seulement un véhicule de type roulotte pour faire du camping. Le sens premier du terme désigne depuis l’Antiquité un convoi de véhicules se déplaçant en groupe, le plus célèbre exemple aujourd’hui étant celui du cortège publicitaire accompagnant le Tour de France et son fameux maillot jaune. Par définition, une caravane est avant tout une expédition ; au-delà d’une présence locale assurant la visibilité, voilà de quoi entrevoir de réjouissantes perspectives si chaque groupe de Gilets jaunes se dotait d’un tel moyen de transport.
Outre les échanges et la publicité engendrés sur son trajet, on peut déjà imaginer les multiples possibilités qu’une grande Caravane du peuple ouvrirait une fois arrivée sur un lieu de rendez-vous : envahir les centres-villes ; occuper des places ou y installer de grands campements, à la manière de nombreux soulèvements populaires depuis 2011 ; bloquer des endroits stratégiques… Et toute tentative d’entrave policière sur la route entraînerait de fait le blocage de la circulation, voire un bivouac improvisé.
À tous les groupes locaux, ensuite, de concevoir l’aménagement de leur caravane pour y stocker du matériel, des vivres, du mobilier, des barnums, une cuisine mobile… Chacune pourrait ainsi être personnalisée suivant la région, les revendications du groupe et la fonction qu’elle aurait dans le convoi ; mais, suivant que l’on privilégie le voyage ou l’arrivée à bon port, les caravanes peuvent aussi rester « banalisées » pour ne pas attirer l’attention des flics et être parées de leurs plus beaux atours une fois la destination atteinte (bannières, drapeaux, tissus, panneaux, accessoires divers…).
Et pourquoi pas, soyons ambitieux, un grand convoi GJ national qui mettrait le cap sur la capitale, rejoint par toutes les corporations disposant de véhicules imposants : routiers, forains, gens du voyage, paysans, et même les motards, pour une grande Caravane du peuple ? Venir chercher Macron chez lui donc… en caravane !
Nous appelons dès à présent tous les Gilets jaunes étant passés de la cabane à la caravane à se mettre en contact pour s’entendre sur les suites possibles à donner à nos activités communes et les moyens d’une convergence et d’une coordination.

6 juin à Paris – Médias et gilets jaunes : pour une information indépendante !

par Acrimed, lundi 20 mai 2019

Nous organisons le jeudi 6 juin une réunion publique sur le thème « Médias et gilets jaunes : pour une information indépendante » afin d’aborder différents thèmes, comme la médiatisation des violences policières ou le rôle des médias indépendants, avec des gilets jaunes et des journalistes ; mais aussi de discuter la question des initiatives à mener sur le terrain des médias.

Read also:
Militarists’ Grip Over Canada’s Parliament

Nous l’affirmions dans notre déclaration commune [1] : le mouvement des gilets jaunes bouleverse l’agenda politique, et porte une remise en cause profonde des institutions et notamment des grands médias.

La défiance qui s’est exprimée à leur égard est profonde et sans précédent, et fait écho à un traitement caricatural des mobilisations des gilets jaunes : surenchère sécuritaire sur les plateaux télévisés et dans certains quotidiens ; confiscation de la parole par les éditorialistes ; disqualification de certaines revendications jugées « irréalistes » et appels à la démobilisation ; ou encore dénonciations des violences des manifestants – alors que les violences policières ont été trop longtemps passées sous silence.

Cette défiance peut être une opportunité pour bouleverser l’ordre médiatique : dans les rédactions, elle est l’occasion de remettre en cause les orientations délétères imposées par les directions éditoriales, et de replacer le reportage et l’enquête au cœur du travail journalistique. Et dans les médias indépendants, de faire la démonstration par l’exemple qu’un autre journalisme, plus exigeant et plus libre vis-à-vis des pouvoirs, est possible et largement plébiscité.

Pour aborder ces différents aspects, nous vous invitons à une réunion publique « Médias et gilets jaunes : pour une information indépendante » qui se tiendra le 6 juin à la Bourse du travail de Paris en présence de gilets jaunes et de journalistes.

Elle sera aussi l’occasion d’aborder les nombreuses entraves qui pèsent aujourd’hui sur le droit à l’information : la mainmise de quelques milliardaires sur la plupart des médias, les plans de suppressions d’emploi dans l’audiovisuel public comme dans les groupes privés, la précarisation des journalistes statutaires ou pigistes y compris dans certains médias indépendants, la répression policière et la criminalisation qui frappent de plein fouet certains reporters et leurs sources, ou encore les lois liberticides qui visent à contrôler l’information – loi sur le secret des affaires et sur les « fake news ».

Read also:
Finance and its Markets are not afraid of Le Pen. They do hate Melanchon!

Ces menaces rendent plus que jamais nécessaire une mobilisation collective sur le terrain des médias !

Rendez-vous jeudi 6 juin à 19h, à la Bourse du travail de Paris(3 rue du Château-d’Eau)

L’entrée est libre, dans la limite des places disponibles, et cette rencontre devrait être filmée et retransmise.