Eriger le totalitarisme europeen sur les ruines de la Grèce

La violation des droits fondamentau

“Le 1er décembre, deux députés socialistes, la Portugaise Maria Joao Rodrigues, vice-présidente du groupe, et sa consœur allemande Jutta Steinruck, coordinatrice pour les questions d’emploi, écrivent à Jean-Claude Juncker pour déplorer que ‘la Grèce a été forcée par les memoranda de décentraliser la négociation collective, ce qui a entraîné l’effondrement du système de négociation collective’. Des mesures qui expliqueraient des baisses de salaires pouvant atteindre 40 %”.

“Les deux élues somment le président de la Commission de faire respecter en Grèce la Charte des droits fondamentaux, dont le président Juncker se dit par ailleurs un ardent supporter, et qui stipule en son article  28 le droit à la négociation collective. ‘Le système actuel n’est pas conforme à la Charte des droits fondamentaux, ni avec les conventions de l’Organisation internationale du travail. Il faut restaurer l’exercice collectif de la négociation collective’, écrivent les élues dans ce courrier vu par La Tribune.”

“La réponse, envoyée une semaine plus tard par le président de la Commission, et dont la teneur a été également vue, a de quoi susciter un certain émoi. S’appuyant sur un arrêt de la Cour européenne de Luxembourg, le président répond que les Memorandum of Understanding (MoU) -en clair, les conditions posées par les créanciers pour accorder leur soutien-, sont des actes du Mécanisme européen de stabilité ‘qui tombent en dehors de l’ordre légal de l’Union européenne’. En mettant en œuvre le MoU, la Grèce ne met pas en œuvre la loi européenne et ‘par conséquent, la Charte des droits fondamentaux ne s’applique pas en tant que telle aux mesures grecques’”.

Read also:
EU, IMF Impose Most Anti-Union Legislation In Europe on Greece

Collections du Musée de l’Europe