Edito guerre: «Tout pour la Paix, rien pour la guerre»

Albert Einstein à Freud, Postdam, 30 Juillet 1932
« L’appétit de pouvoir que manifeste la classe régnante d’un Etat, contrecarre une limitation de ses droits de souveraineté.
Cet « appétit politique de puissance » trouve souvent un aliment dans les prétentions d’une autre catégorie (..)
Je songe tout particulièrement ici, à ce groupe que l’on trouve au sein de chaque peuple et qui, peu nombreux, mais décidé, peu soucieux des expériences et des facteurs sociaux, se compose d’individus pour qui la guerre, la fabrication et le trafic des armes ne représentent rien d’autre qu’une occasion de retirer des avantages particuliers, d’élargir le champ de leur pouvoir personnel »

 Sigmund Freud à Albert Einstein, Vienne, Septembre 1932
« Les conflits d’intérêts surgissant entre les hommes, sont donc, en principe, résolus par la violence.
Aussi en est-il dans tout le règne animal, dont l’homme ne saurait s’exclure »
Cet échange de lettres fut publié en 1933 dans « Pourquoi la guerre ? »
(ed. Rivages poche/petite Bibliothèque, 2005)

 Il ne faut jamais oublier la puissance militaire et belliciste des Etats Unis. Ils n’ont jamais cessé depuis la fin de la seconde guerre mondiale de développer leurs usines et la technologie militaire d’abord pour la guerre contre le Japon et Hitler. Et ensuite de produire plus et encore plus d’armements sophistiqués à haute létalité (dépenses en 2021 : 800 milliards de dollars) et de surveillance du monde, y compris à l’encontre de ses « alliés », même si les Chinois semblent avoir vocation à les dépasser.

Si les USA sont devenus le premier pays au monde pour l’armement ce n’est certainement pas pour les contempler dans un musée, mais pour s’en servir et leurs guerres ont été multiples depuis la fin de la seconde guerre mondiale, par ailleurs toutes perdues ! Leur volonté d’expansion et de domination militaire se vérifie constamment malgré leurs échecs à répétition, comme celui de la guerre en Afghanistan ou les guerres dans le Moyen orient, assumées pour « le changement de régime » et qui laissent derrière elles des terres et des populations ravagées.

Read also:
Gilet Jaune Act 40

Cette stratégie du « Changement de régime » qui les autorise à déclarer tel ou tel Etat comme étant du « Bien » ou du « Mal » a donné naissance au funeste « droit d’ingérence ». Et ce droit là les Français en sont en bonne part à l’origine : Bernard Kouchner ex médecin et ministre de la Santé de Mitterrand, et les « nouveaux philosophes » des années 1970, c’est à dire Bernard Henry Levy, André Glucksmann, et Cie.

Ils ont, dans le cadre de la révolte anti-autoritaire de Mai 1968 (ou pour d’autres intellectuels dans le cadre de la sublimation de la révolution culturelle maoïste), désigné le « marxisme », sa représentation soviétique, et le mouvement ouvrier d’alors, comme étant « l’ennemi principal » et entrainé toute une génération de militants dans l’erreur d’analyse.

Par la suite on les a retrouvés aux côtés des Américains sur tous les champs de batailles physiques ou idéologiques : contre « l’invasion russe » en Afghanistan, soutenant les « chefs de guerre » Afghans, ou les « révolutions de couleur » dans les pays de l’ex-Urss, et bien sûr en Ukraine à Maïdan.

Au passage, ils ont été (Bernard Henri Levy) le pire conseiller de Hollande en Libye. Et cela s’est traduit par ce que l’on a vu, l’assassinat de Kadhafi, une Libye partagée en 3 zones d’influence, devenue terrain de jeu des trafiquants de toutes sortes : armes, ou monnayant la détresse des migrants, et une zone du Sahel déstabilisée où la France perd peu à peu son influence armée au… profit des Russes !

Bref tout cela explique peut-être qu’aujourd’hui en France il n’y a pas de mouvement de la Paix un tant soit peu actif. Au contraire « l’extrême gauche » soutient la guerre, la fourniture d’armes, et donc la politique de Macron, de l’Otan et des Américains. Une sujétion parfaite !

Read also:
Construire le mur de fer | par Chris Hedges

Ailleurs les consciences s’éveillent.

L’Italie a déjà eu ses grèves ouvrières et ses manifestations pour la Paix en Janvier et février 2023.

En Allemagne le débat s’intensifie entre Bellicistes (dont les Verts) et Pacifistes. Deux femmes, l’une députée de Die Link, Sarah Wagenknecht, et l’autre Alice Schwarzer, féministe, journaliste fondatrice de la revue Emma (qui était en France dans les années 1970, MLF historique), ont publié un appel pour la cessation des livraisons d’armes, l’ouverture de négociations pour la Paix qui a recueilli au 16 février 2023 plus de 500000 signatures, dont celles de personnalités politiques et de la société civile allemande (lire l’appel dans ce numéro d’Utopie-critique). Leur action symbolise bien l’alliance historique entre le féminisme et pacifisme.

Les jeunes Américains, toutes tendances politiques confondues, appellent à une marche à Washington pour le 19 février.

Et Lula a montré son hostilité à cette guerre. Il envisage l’entrée en scène des pays qui ne se sont pas alignés sur l’Otan ou Washington et leurs sanctions contre la Russie. Russie qui rappelons-le fait partie des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) et n’est donc pas isolée, contrairement à ce que répète l’Otan et les Américains.

Livrer des armes c’est effectivement prolonger la guerre, accepter des pertes humaines tant du côté russe que du côté ukrainien.

Pour l’instant les Bellicistes de tous poils semblent l’emporter mais pour combien de temps encore ? Pour combien de temps encore les peuples Russes et Ukrainiens vont-ils supporter cette guerre qui dure depuis un an ? Combien de pions encore sacrifiés dans le choc de deux puissances antagoniques dont l’une, les USA, veut l’« affaiblissement » de l’autre, cette Russie, puissance concurrentielle avec son nucléaire, ses matières premières, son gaz, son commerce international et son début d’expansion en Afrique et au Moyen orient ?

Les intérêts Américains sont contradictoires avec les intérêts primordiaux des Russes, des Ukrainiens et par ricochet des Européens.

Read also:
A Comment on Dimitri Konstantakopoulos’ article on “chaos strategy”

La guerre n’est jamais une solution. Celle-ci doit s’arrêter avant que la folie destructrice des hommes ne provoque encore plus de haine, de morts et de destructions massives. La seule solution c’est une ferme négociation entre Russes et Ukrainiens. Toute guerre se termine ainsi, par une paix négociée.

Tout peut se discuter pour parvenir à un accord.

Le statut des populations historiques Russes du Donbass et de Crimée par referendum sous contrôle de l’ONU ou de toute autre structure internationale ad hoc. La neutralité et l’autonomie de l’Ukraine ou toute solution permettant d’envisager un avenir plus serein pour l’Europe qui doit comprendre que si les Américains s’accommodent d’une UE mercantile et soumise, ils ne veulent pas d’une Europe libre et autonome tant en défense militaire qu’économique et surtout pas d’une alliance même de simple voisinage avec la Russie. Un mariage Russo-européen entre les ressources de la Russie et la richesse de l’Europe, et leurs capacité renforcées, sont le cauchemar des Américains.

Alors il ne reste qu’une seule et simple détermination « Non à la guerre », pour « la Paix des Braves ».

18 février 2023


Lire aussi

Allemagne: Pétition contre la guerre en Ukraine

We remind our readers that publication of articles on our site does not mean that we agree with what is written. Our policy is to publish anything which we consider of interest, so as to assist our readers  in forming their opinions. Sometimes we even publish articles with which we totally disagree, since we believe it is important for our readers to be informed on as wide a spectrum of views as possible.