Dimitris Koufontinas arrête la grève de la faim

Après 66 jours de grève de la faim, Dimitris Koufontinas a permis le début progressif de sa nourriture, remerciant tous ceux qui étaient solidaires du pouvoir inhumain du gouvernement. Son état de santé reste grave en raison des complications qu’il a subie.

“Ce qui se passe là-bas est beaucoup plus important que ce pour quoi il a commencé. Devant la force de ces luttes, je déclare pour ma part qu’avec mon cœur et mon esprit je suis là, parmi vous” a déclaré aujourd’hui Dimitris Koufontinas à propos des manifestations de masse de la dernière période.

Avec cette déclaration dans une communication téléphonique de l’Unité de soins intensifs de l’hôpital de Lamia, le prisonnier interrompt la grève de la faim, après 66 jours.

Il a noté que ” la famille qui gouverne a prouvé à quel point elle est impitoyable dans l’humiliation des lois et de la Constitution, dans la gestion de la Justice. Je les donne. Ils sont jugés par les gens qui descendent dans les rues.”

Dans le même temps, il a remercié “les amis et les camarades qui étaient solidaires. Je remercie tous les progressistes pour leur sympathie, qui n’était pas de la sympathie pour une personne, mais dans un moment de lutte, contre un pouvoir inhumain.”

“Solidarité et soutien qui ont montré qu’il existe des forces sociales vivantes qui résistent à l’arbitraire, à la violence et à l’autoritarisme. Et c’est un nouvel espoir”, ajoute-il.

Pendant ce temps, l’état de sa santé reste grave en raison des complications qu’il a subies, selon la dernière mise à jour de l’hôpital qui informe que le personnel infirmier médical de l’USI a procédé à partir d’aujourd’hui “à son désir, pour commencer progressivement l’alimentation et le soutien nutritionnel du patient, visant à inverser autant que possible les degats qu’ il a subi.

Read also:
Shame of Europe | A poem by Günter Grass

La déclaration de Dimitris Koufontina suit

“La solidarité est la condition vitale qui nous unit dans les luttes.

Je remercie les amis et les camarades qui se sont montrés solidaires . Je remercie tous les progressistes pour leur sympathie, qui n’était pas de la sympathie pour une personne, mais dans un moment de lutte, contre un pouvoir inhumain .

Solidarité et soutien qui ont montré qu’il existe des forces sociales vivantes qui résistent à l’arbitraire, à la violence et à l’autoritarisme. Et c’est un nouvel espoir.

La famille régnante (note la famille du PM) a montré à quel point elle est impitoyable dans la dégradation des lois et de la Constitution, dans l’administration de la justice. Je les donne.

Ils sont jugés par les gens qui descendent dans la rue. Ce qui se passe là-bas est beaucoup plus important que ce pour quoi il a commencé.

Face à la puissance de ces luttes, je déclare pour ma part qu’avec cœur et esprit je suis là, parmi vous.

14 Mars 2021»
(La déclaration ci-dessus a été donnée dans une communication téléphonique, aujourd’hui, par Dimitris Koufontina, de l’Unité de soins intensifs de l’hôpital de Lamia, où un prisonnier est soigné.)
14/3/2021
avocat
Johanna Kurtovic»

Le commandant du C. N. Lamias, Andreas Kolokithas, informe

Le patient M. Dimitrios Koufontinas hospitalisé à l’USI de GN Lamia dans un état grave à partir du 16/02/2021 en raison de complications dues à une grève de la faim prolongée (à partir du 08/01/2021).

Le personnel médical et infirmier de l’unité de soins intensifs continue de surveillance et de soins intensifs, toujours dans le contexte de l’éthique médicale et du respect des croyances et de la volonté du patient, a procédé à partir d’aujourd’hui 14/03/2021 à son désir, au début progressif de l’alimentation et du soutien nutritionnel du patient, visant à inverser L’état de santé du patient reste grave.

Read also:
Cyprus - Getting it Wrong | Martin Packard MBE

Ils ont été précédés d’appels à l’attaquant par des organismes et des collectifs, qui ont soutenu sa demande équitable de transfert à Korydallos, pour arrêter son combat car il a déjà pleinement mis en évidence l’attitude autoritaire et vindicative du gouvernement.

Mais le gouvernement n’a cessé d’insister sur le cruel et contraire même à ses propres lois qui conduirait le prisonnier à la mort.

Des manifestations de masse ont eu lieu quotidiennement contre la décision, avec une foule de citoyens exigeant que Dimitris Koufontinas ne devienne pas le premier prisonnier mort d’un attaquant de la faim en Grèce.

La caractéristique est le fait qu’à la fin de la semaine dernière, des auras, des produits chimiques et des matraques ont été recrutés pour disperser les manifestants, mais ils n’ont pas été intimidés et ont continué le combat.

Publie par le quotidien (centre-gauche) “Efimerida ton Syntakton”

Lire aussi: Nouvelles de Grèce