“Aucune guerre n’est notre guerre!”

par Sevim Dağdelen *
Sep 1, 2023

La paix doit à nouveau découler du sol allemand. C’était la position de l’ancien chancelier allemand Willy Brandt. Cela signifiait qu’aucune troupe allemande ne serait envoyée à l’étranger, sous aucun prétexte.

Il n’y a pas eu d’exportation d’armes vers les zones de guerre et, malgré la concurrence systémique avec l’Union soviétique, même après l’invasion de la Tchécoslovaquie, le mot d’ordre était : rapprochement par le commerce. Tandis que les faucons de Washington parlaient de guerre économique, Brandt adoptait un ton complètement différent en faveur des intérêts du peuple allemand. La diplomatie plutôt que l’escalade, voilà comment on pourrait caractériser la politique de Brand.

Mais aujourd’hui, à l’occasion du 84e anniversaire de l’invasion de la Pologne par l’Allemagne nazie, il ne reste plus rien de cette prise de conscience. Les signes indiquent une tempête.

Les intentions et les résultats politiques peuvent diverger considérablement. Le gouvernement allemand a dû l’apprendre à l’occasion de la guerre en Ukraine. Les livraisons d’armes allemandes étaient censées contribuer à renverser le cours de la guerre et à écraser la Russie. Les sanctions étaient censées frapper massivement l’économie russe et conduire à une correction politique de la part de Moscou. Ni l’un ni l’autre ne s’est produit. Au lieu de cela, le gouvernement allemand a encouragé des développements qui semblent totalement contre-productifs, à la fois en termes d’objectifs et qui comportent le risque que l’Allemagne soit finalement directement impliquée dans la guerre.

La ministre des Affaires étrangères Annalena Baerbock a récemment exprimé sa consternation face à l’efficacité des sanctions contre la Russie. Contrairement à ses espoirs, la Russie n’est pas détruite. Les conséquences des sanctions se font largement sentir, mais de notre côté. Alors que l’économie allemande a reculé de 0,3 % au dernier trimestre et que la stagnation menace également la zone euro, la Russie devrait désormais connaître une croissance annuelle de 2,5 %. Mais souvent, un idéalisme impitoyable dans le débat allemand éclipse la vision de la réalité.

Est-ce le prix de la liberté dont parle Christian Lindner ?

Afin de détruire la Russie, on espère que les mesures punitives contraires au droit international auront un effet durable. Mais la réalité est différente. Même l’industrie automobile russe se redresse. Les entreprises chinoises remplacent les fabricants allemands qui quittent la Russie. Tout indique que la Russie gagnera énormément en termes de domination et d’innovation à moyen terme grâce aux sanctions de 2014, tout comme elle l’a fait pour l’agriculture. Mais pour l’Allemagne, seul le prix de l’électricité, qui est désormais le triple de celui des États-Unis, menace de tuer l’industrie. Des centaines de milliers d’emplois sont en jeu, les files d’attente devant les banques alimentaires s’allongent et de plus en plus de personnes ne peuvent plus se permettre la hausse des prix de la nourriture et de l’énergie. Est-ce le prix de la liberté dont le ministre des Finances Lindner ne cesse de parler ?

Read also:
Make Ukraine 'neutral' – German MP

Cinq milliards d’euros provenant de l’argent des contribuables allemands ont été promis à Kiev par le ministre des Finances FDP à titre d’aide annuelle supplémentaire à l’équipement jusqu’en 2027. Les dépenses de défense en Allemagne devraient atteindre 2% du PIB, soit 70 à 80 milliards d’euros par an. De l’argent qui manque définitivement ailleurs. Par exemple, les 2,4 milliards d’euros qui viennent d’être approuvés pour la protection de base de l’enfance ne garantiront pas l’éradication de la pauvreté des enfants.

Paradoxalement, les sanctions renforcent la Russie, tandis que l’économie allemande est détruite les yeux grands ouverts. Et le pire est encore à venir : en juillet 2023, par exemple, le Service fédéral de la statistique a enregistré près d’un quart de demandes de procédure d’insolvabilité d’entreprise de plus que le même mois de l’année précédente. L’agence de renseignement économique Creditreform s’attend à ce que la situation se détériore massivement dans les mois à venir.

La guerre conduit à la plus grande redistribution de bas en haut

Le gouvernement allemand agit ici comme un pilote kamikaze, remplaçant la politique par une éthique douteuse et bénéficiant des signes de tête amicaux de Washington. Couplé à la politique de sanctions comme moteur de l’inflation – les prix des denrées alimentaires ont encore augmenté de 13,7 % en juin 2023 – les bénéfices des entreprises du Dax sont particulièrement solides par rapport aux pays industrialisés occidentaux. Alors que les travailleurs ont subi une perte de salaire réel de 4 %, ces 40 sociétés cotées ont récolté à elles seules des bénéfices records de 171 milliards d’euros l’année dernière. Ainsi, la guerre se transforme en la plus grande campagne de redistribution ascendante menée en Allemagne depuis 1945.

Il y a encore plus d’écarts dans les livraisons d’armes allemandes, qui ne sont rien d’autre qu’un élément de la guerre par procuration de l’OTAN en Ukraine. Cela a commencé avec quelques milliers de casques de protection, on parle aujourd’hui de la livraison de missiles Taurus, tandis que les chars allemands Leopard sont détruits presque tous les jours en Ukraine. Le soutien allemand à l’Ukraine s’élève désormais à 22 milliards d’euros.

Read also:
Analyse des programmes économiques de Macron et Le Pen par Les économistes atterrés

Selon le New York Times, l’offensive militaire ukrainienne, réclamée par les Occidentaux, a fait 70 000 morts parmi les soldats ukrainiens, avec seulement quelques kilomètres de terrain gagnés. Même la livraison de nouveaux systèmes d’armes, tels que des avions de combat F16 ou des missiles de croisière, ne modifiera pas de manière significative le cours de la guerre.

Le gouvernement fédéral ne veut rien avoir à faire avec la diplomatie

Au sein de la population, le scepticisme à l’égard d’un soutien militaire de plus en plus massif augmente rapidement. Aux États-Unis, le soutien à l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN diminue rapidement, tandis qu’en Allemagne, 55 % des sondés sont favorables à l’ouverture immédiate de négociations visant à mettre fin à la guerre.

Mais le gouvernement allemand ne veut rien avoir à faire avec la diplomatie. Il ne prend en compte ni la résolution du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, qui dénonce les sanctions occidentales comme un acte de violence contraire au droit international, ni la dernière résolution des États BRICS lors du sommet en Afrique du Sud, qui met fin à la guerre économique. des États-Unis et de leurs alliés comme l’occasion des critiques les plus sévères.

La modernisation des bases des troupes américaines pour la guerre par procuration en Ukraine – outre Ramstein et Miesau en Rhénanie-Palatinat, le plus grand dépôt de munitions non américain, par lequel passe une grande partie des fournitures destinées à Kiev – est également en cours. financé. Le gouvernement fédéral contribue à hauteur de 151 millions d’euros de l’argent des contribuables à la construction du nouvel hôpital militaire américain de Weilersbach, le plus grand en dehors des États-Unis, tandis que le ministre de la Santé Karl Lauterbach souhaite fermer des cliniques dans toute l’Allemagne. Et quand Washington non seulement augmente ses troupes en Europe, qui dépassent aujourd’hui les 100 000 hommes, mais propose aussi à la Bundeswehr d’en placer 4.

Identification du Nord Stream avec le frein à main serré

Berlin ne cherche, semble-t-il, son salut que dans le rôle de satellite de Washington. L’enquête sur les attentats terroristes contre les gazoducs Nord Stream, dont les États-Unis et l’Ukraine sont tenus pour responsables, est menée avec le frein à main serré, et lorsque Washington appelle à une attitude plus dure à l’égard de la Chine, les Verts et surtout le FDP sont prêt à le soutenir immédiatement. L’approche d’une politique étrangère dans l’intérêt du peuple allemand semble être complètement passée au second plan. Réparer et redémarrer Nord Stream serait la chose évidente à faire.

Read also:
EU powers endorse NATO war threats against Russia as Macron visits Ukraine

Menacé de sa propre chute, il est donc condamné à accompagner la politique des États-Unis, qui ont effectivement construit une coalition contre l’Occident à travers la politique d’expansion de l’OTAN et les guerres d’agression au cours des 20 dernières années. Avec les pays BRICS que sont le Brésil, la Russie, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud, dont l’association s’étend désormais à l’Arabie saoudite, aux Émirats arabes unis, à l’Iran, à l’Égypte, à l’Éthiopie et à l’Argentine, une alternative émerge pour de plus en plus de pays du monde. Sud – et à travers les activités de prêt de la banque BRICS à Shanghai. Les pays BRICS-plus représentent 37 % du produit national brut mondial. Quant aux principales devises du monde, un remplacement à long terme du dollar est en préparation. La perte d’importance de l’euro est déjà dramatique : sa part dans les paiements internationaux via Swift est tombée à un plus bas historique de 24,4 % en juillet.

Rendre justice aujourd’hui aux politiques de paix signifierait avant tout percevoir les changements massifs que connaît le monde et réagir en conséquence à la nouvelle multipolarité. Ceux qui pensent pouvoir continuer à souffrir du double standard et du déni de la réalité seront encore plus déçus. L’Allemagne et l’Europe ont besoin d’une politique étrangère souveraine qui ne continue pas à être soumise aux États-Unis et à l’OTAN. Soutenir l’initiative de paix des BRICS serait un premier pas vers notre libération du paternalisme américain, socialement et politiquement pacifiste, fatal. Cela signifierait : Osez un régime plus démocratique ! Aucune guerre n’est notre guerre, pas même celle-ci.

*Sevim Dagdelen est membre du Bundestag allemand avec Die Linke. Son article fait partie de la catégorie « articles hébergés » du Berliner Zeitung.

We remind our readers that publication of articles on our site does not mean that we agree with what is written. Our policy is to publish anything which we consider of interest, so as to assist our readers  in forming their opinions. Sometimes we even publish articles with which we totally disagree, since we believe it is important for our readers to be informed on as wide a spectrum of views as possible.