Détruire le Nord Stream,” fuck the UE”

Par Dimitris Konstantakopoulos
Sep 28, 2022

« Merci les USA » écrit sur son compte twitter l’ancien ministre des Affaires étrangères de Pologne, membre du comité directeur du Club Bilderberg et actuel député européen Roman Sikorski (https://news.antiwar.com/2022/09/27/explosions-cause-major-damage-to-both-nord-stream-pipelines/). Sikorski fait référence au sabotage, selon toutes les indications, des deux pipelines sous-marins Nord Stream capables de transporter le gaz naturel de la Russie vers l’Allemagne. Sikorsky se réjouit que la Russie paie le prix de l’Ukraine et voit le gazoduc de vingt milliards de dollars gisant inutile dans les profondeurs de la mer Baltique.

Les États-Unis nient bien sûr avoir un quelconque lien avec le sabotage du gazoduc. Mais normalement, les soupçons se portent sur eux, étant donné les nombreuses déclarations d’officiels américains contre les pipelines. En janvier dernier par exemple, le président Biden lui-même a eu le dialogue suivant avec des journalistes :

Président Biden : « Si la Russie nous envahit… alors il n’y aura plus de Nord Stream 2. Nous y mettrons fin ».

Journaliste : « Mais comment allez-vous faire, exactement, puisque… le projet est sous le contrôle de l’Allemagne ? ».

Biden : « Je vous promets que nous serons en mesure de le faire ». (Biden, German chancellor present united front amid tensions with Russia over Ukraine).

Quant à la secrétaire d’État adjointe Victoria Nuland (et l’un des protagonistes du coup d’État à Kiev en 2014), elle l’a dit en janvier dernier : « Si la Russie envahit l’Ukraine, d’une manière ou d’une autre, Nord Stream 2 n’avancera pas » (souligné par nous).

Maintenant, Zelenski s’est précipité pour accuser la Russie d’être responsable du sabotage. Cette affirmation est plutôt ridicule, comme l’était son autre affirmation selon laquelle les Russes bombardaient la centrale nucléaire de Zapirizhie, qu’ils occupaient (ou l’accusation contre Poutine d’être responsable de l’assassinat d’un journaliste russe soutenant sa campagne ukrainienne à Moscou).

Bien que ridicules, de telles affirmations sont utiles aux forces extrémistes et aux services secrets qui contrôlent et utilisent le président ukrainien comme un provocateur international, afin même d’intervenir dans la vie intérieure de l’Allemagne et au nom du « parti de la guerre » international.

Dans un environnement public occidental dominé par l’hystérie anti-russe, il est presque impossible de trouver des médias qui exposent le ridicule de telles affirmations, notamment par crainte de paraître pro-russe.

Read also:
Moralized Discourses: South Africa's Intellectual Property Fight for Access to AIDS Drugs for Access to AIDS Drugs

Confrontés au dilemme de croire les moyens auxquels ils font confiance ou leur esprit contre eux, les citoyens sont jetés dans une confusion généralisée. C’est aussi la logique de Goebbels : dites, dites, il restera quelque chose.

Avec les deux pipelines en bon état, la Russie tient largement en main l’approvisionnement énergétique de l’Allemagne. Moscou peut fournir du gaz si elle le souhaite ou peut refuser de le faire. Pour que les pipelines soient une arme entre ses mains, comme l’affirme Bloomberg, la Russie a besoin que les pipelines existent et puissent fonctionner.

Mais si les gazoducs sont en état de marche, l’Allemagne peut aussi, si elle décide de changer sa politique à l’égard de l’Ukraine, par exemple sous la pression du manque d’énergie, rétablir immédiatement le flux complet de gaz russe à son profit.

Au contraire, avec les deux pipelines hors service, Berlin dépend désespérément des États-Unis pour son approvisionnement en énergie, et il lui sera donc beaucoup plus difficile de changer de politique à l’égard de l’Ukraine, si elle le souhaite.

En d’autres termes, ce que le sabotage des deux pipelines accomplit, c’est qu’il prive d’une part la Russie de son « arme » et que, d’autre part, il lie l’Allemagne et, de manière plus générale, l’Europe, au cours de l’OTAN de guerre continue contre la Russie. Cela prouve ainsi, une fois de plus, que nous n’avons pas seulement une guerre contre la Russie, mais aussi une guerre indirecte contre l’Europe lancée par l’« Empire ».

C’est l’Europe qui paie le coût des sanctions, son économie étant désormais sous la menace d’un effondrement complet, d’autant plus que le conflit autour de l’Ukraine s’intensifie. Les États européens, leur économie, leurs forces armées et leurs services secrets deviennent plus que jamais dépendants des États-Unis. L’Europe perd toute possibilité de cultiver des relations équilibrées avec Washington et Moscou, ce qui est une condition préalable à toute autonomie européenne. Elle se transforme en vassal total des Etats-Unis (Oscar LaFontaine : « L’Allemagne agit comme un vassal américain dans la guerre d’Ukraine » | Defend Democracy Press) et de l’Empire international de la finance « super-impérialiste » (pour reprendre la terminologie de Kautsky) qui dirige l’« Occident collectif ».

Read also:
1914-2022: The degeneration of the Left opens the way to Fascism and Nuclear War: Lafontaine's resignation

Cela ne doit pas être une surprise pour ceux qui connaissent les stratégies américaines et, en particulier, celles des néocons. L’une des idées principales qui sous-tendent leurs textes, comme par exemple le rapport Wolfowitz ou le Projet pour un nouveau siècle américain, est que Washington doit tout faire pour ne pas permettre à deux des pôles de puissance mineurs du monde (par exemple l’Europe et la Russie ou la Russie et la Chine) de développer des relations spéciales entre eux, car dans ce cas ils remettraient en cause la domination mondiale des Etats-Unis.

La destruction des relations Europe – Russie est un objectif secondaire, non déclaré mais très important de la politique ukrainienne des États-Unis depuis de nombreuses années. Nous avons eu une manifestation de cette politique lors de la crise ukrainienne de 2014. Les ministres des affaires étrangères français, allemand et polonais se sont alors rendus à Kiev et ont négocié un accord permettant une sortie pacifique de la crise. Les auteurs du coup d’État, dont le Secteur droit et d’autres paramilitaires d’extrême droite, ont attendu que leur avion quitte Kiev et, aussitôt après, ont lancé leur provocation suivie immédiatement de leur coup d’État armé contre Ianoukovitch.

Une phrase prononcée alors par Victoria Nuland est devenue célèbre : « Fuck the EU ».

Nous devons maintenant souligner le fait que trop peu d’États ont la capacité technique d’entreprendre une opération comme celle contre le Nord Stream et, aussi, une chance raisonnable de la garder secrète pendant une longue période après celle-ci. Je crois qu’il nous est conseillé de ne pas tirer de conclusions hâtives quant à l’identité du responsable direct.

Au contraire, il est presque certain que le sabotage des pipelines (alors que les référendums dans le Donbass et ailleurs avaient lieu), a été planifié et décidé par les centres de pouvoir de l’« Empire profond » et le « Parti de la guerre », contrôlant tout l’« Occident collectif » et même les États-Unis eux-mêmes. Nous avons vu l’action de ce parti à plusieurs reprises, non seulement sur le front de la crise ukrainienne, mais aussi de celles du Moyen-Orient et de la Chine. Maintenant, ils semblent avoir détourné, en quelque sorte, tout l’establishment politique occidental.

Read also:
Berlin Softens Tone on Turkey

À propos, Mme Victoria Nuland est une personne clé qui relie tous ces « fronts ». Elle était la conseillère du républicain Dick Cheney lorsqu’il a lancé les guerres au Moyen-Orient et elle était également secrétaire d’État adjointe sous le président démocrate Obama, lorsque la crise ukrainienne a éclaté.

Tant que le parti de la guerre ne rencontre aucune résistance sérieuse de la part de l’establishment politique, économique et médiatique occidental, ou des mouvements et partis de masse en Europe et en Amérique, ou encore des prétendus « intellectuels », il peut généraliser sans limites le conflit avec la Russie. Ils ne provoqueront pas la défaite de la Russie comme ils l’espèrent, mais ils tendent à conduire l’« Occident collectif » au néo-fascisme (« néoclassique » ou « postmoderne ») et à une guerre mondiale totale.

Malheureusement, la plupart des politiciens, intellectuels, analystes ou activistes européens, même les supposés radicaux parmi eux, parce qu’ils ont vécu toute leur vie dans des temps relativement libres et prospères, semblent être organiquement incapables de réaliser pleinement vers quel type de précipice nous nous dirigeons et d’agir en conséquence.

We remind our readers that publication of articles on our site does not mean that we agree with what is written. Our policy is to publish anything which we consider of interest, so as to assist our readers  in forming their opinions. Sometimes we even publish articles with which we totally disagree, since we believe it is important for our readers to be informed on as wide a spectrum of views as possible.