Alors que le monde regarde ailleurs, la mort rôde en République démocratique du Congo

Depuis l’est de la RDC, Nick Turse nous parle d’une des catastrophes les plus tenaces de la planète.

A GOMA, province du Nord-Kivu, République démocratique du Congo

Le garçon était assis à côté de son père, comme il le faisait si souvent. Il imitait son père de toutes les façons possibles. Il voulait être comme lui, mais Muhindo Maronga Godfroid, alors âgé de 31 ans, professeur d’école primaire et agriculteur, avait de plus grands projets pour son fils de deux ans et demi. Un jour, il irait à l’université. Il deviendrait un « grand nom » – pas seulement dans leur village de Kibirizi, mais dans la province du Nord-Kivu, peut-être dans toute la République démocratique du Congo. Le garçon était extrêmement intelligent. Il était, disait Godfroid, « incroyable ». Il pourrait devenir un leader dans un pays qui en a désespérément besoin.

Kahindo Jeonnette était en train de mettre le dîner sur la table quand quelqu’un a commencé à frapper à la porte d’entrée. « Ouvrez ! Ouvrez ! Ouvrez ! » cria un homme en swahili. Jeonnette en a été effrayée.

Cette mère de deux enfants de 24 ans a regardé son mari. Godfroid secoua la tête. « Je ne peux pas ouvrir la porte si vous ne dites pas qui vous êtes », a-t-elle crié.

La réponse jaillit, « Je cherche votre mari. Je suis son ami ».

« C’est trop tard maintenant. Mon mari ne peut pas sortir. Revenez demain »,” leur a-t-elle répondu.

L’homme a crié, « Alors je vais l’ouvrir ! » et a tiré plusieurs balles dans la porte. L’une d’elles a déchiré la main gauche de Godfroid, ne lui laissant qu’un pouce et deux doigts et demi. Pendant un moment, il a été stupéfait. La douleur ne l’avait pas encore frappé et il n’arrivait pas à comprendre ce qui s’était passé. Puis il a tourné la tête et a vu son petit garçon affaissé sur le sol.

Les parents endeuillés ne peuvent même pas se résoudre à prononcer le nom de leur défunt fils. « Je n’oublierai jamais d’avoir vu mon bébé allongé là », me dit Jeonnette, les yeux rouges et vitreux, alors que nous étions assis dans la cuisine de sa maison de deux pièces en planches à clin dans un quartier en ruine de Goma, la capitale de la province du Nord-Kivu. « Je ferme les yeux et c’est tout ce que je vois ».

Personne ne sait qui a tué le fils de Godfroid et de Jeonnette. Personne ne sait exactement pourquoi. Sa mort n’était qu’un meurtre de plus dans un décompte sans fin ; un meurtre lié à une guerre qui a commencé des décennies avant qu’il n’ait respiré son premier souffle ; un homicide encouragé par un accident de naissance – la malchance d’être né dans une région en proie à un conflit aussi interminable qu’il est ignoré.

« La ville la plus dangereuse du monde. »

Carte de la République démocratique du Congo. (CIA, Wikimedia Commons)

L’attaque contre la maison de Jeonnette et Godfroid, la violence qu’ils ont endurée, n’était pas une anomalie, mais un autre incident douloureux dans une des catastrophes les plus persistantes sur la planète. Un nouveau rapport, « Congo, Oublié : Les Nombres Derrière la Crise Humanitaire la Plus Longue de l’Afrique » par Human Rights Watch et le Congo Research Group, basé à l’Université de New York, constate qu’entre le 1er juin 2017 et le 26 juin 2019, il y a eu au moins 3 015 incidents violents – incluant des meurtres, des viols collectifs et des enlèvements – impliquant 6 555 victimes dans les provinces du Nord Kivu et du Sud Kivu.

Rien que dans ces deux provinces, 8,38 civils pour 100 000 habitants en moyenne ont été tués, un chiffre qui dépasse même le taux de mortalité de 6,87 civils en 2018 à Borno, au Nigeria, l’État le plus touché par le groupe terroriste Boko Haram. C’est plus du double du taux – 4,13 – de l’ensemble du Yémen déchiré par la guerre civile, où les rebelles et les civils Houthi sont, depuis des années, la cible d’un assaut acharné par une coalition soutenue par les États-Unis et dirigée par l’Arabie saoudite.

Read also:
Walk or die: Algeria strands 13,000 migrants in the Sahara

« Les combats de ces dernières années montrent que la paix et la stabilité dans l’est du Congo sont hors de portée », a déclaré Jason Stearns, directeur du Congo Research Group. « Une approche globale est nécessaire, y compris un programme de démobilisation redynamisé et des réformes profondes à tous les niveaux de l’État pour lutter contre l’impunité. »

Les chances que cela se produise dans un avenir proche sont toutefois très faibles. La violence rôde en Extrême-Orient congolais depuis au moins le XIXe siècle, époque à laquelle les esclavagistes y pratiquaient la traite et où les mutins locaux d’une expédition coloniale belge ont saccagé la région. Et depuis la fin du siècle dernier, le Nord-Kivu est un épicentre de conflits.

De son côté, Goma, qui compte 2 millions d’habitants, a été qualifiée de « maudite », d’« aimant à misère » et de « ville la plus dangereuse du monde ». Bien qu’il ne soit pas directement au-dessus de l’enfer, sous le volcan qui le surplombe, le mont Nyiragongo est un lac de lave en flammes, d’une valeur estimée à 10 milliards de litres. En même temps, le lac Kivu, le plan d’eau sur les rives duquel se trouve Goma, pourrait potentiellement asphyxier des millions de personnes en cas de séisme, grâce à l’accumulation de gaz sous sa surface. D’autre part, le lac Kivu lui-même pourrait tout simplement exploser – comme il le fait environ une fois tous les mille ans.

Goma est, c’est le moins qu’on puisse dire, une ville difficile et, ces derniers temps, elle a aussi joué de malchance. En 1977, le mont Nyiragongo est entré en éruption, envoyant de la lave à la périphérie de la ville au rythme le plus rapide jamais enregistré, environ 100 km par l’heure, à peu de chose près la vitesse d’un guépard qui court à pleine vitesse. Plusieurs villages isolés ont été détruits et près de 300 personnes ont été brûlées vives.

Lac de lave du volcan Nyiragongo dans le parc national des Virunga à l’est de la RDC. (Cai Tjeenk Willink, CC BY-SA 3.0, Wikimedia Commons)

En 1994, après le renversement d’un régime hutu qui avait commis un génocide sur les Tutsis du Rwanda voisin, plus d’un million de réfugiés, pour la plupart hutus, ont envahi Goma, incitant les agences humanitaires à établir des camps pour eux. Ces camps ont servi de base aux génocidaires évincés pour lancer des raids transfrontaliers au Rwanda. En outre, le choléra a ravagé ces camps de réfugiés et les Tutsis qui avaient également fui le génocide ont été attaqués à Goma comme ils l’avaient été dans leur Rwanda natal.

Les conséquences de ce génocide ont donné naissance à ce que l’on a appelé la guerre mondiale de l’Afrique, un conflit qui a fait rage du milieu des années 1990 au début des années 2000 et qui a vu Goma devenir une capitale rebelle contrôlée par une élite militaire, tandis que plus de 5 millions de personnes dans la région sont mortes par suite de violence ou de ses retombées: faim, privation et maladie. Puis, comme si cela ne suffisait pas, en 2002, le mont Nyiragongo a fait une nouvelle éruption, envoyant plus de 14 millions de mètres cubes de lave se déverser sur son flanc sud. Deux rivières de roches en fusion ont déchiré le centre de Goma, détruisant 15 pour cent de la ville, tuant au moins 170 personnes, laissant 120 000 sans-abri et en envoyant 300 000 autres au Rwanda.

Malgré un accord de paix régional la même année, Goma est devenue la cible d’un groupe tutsi qui est devenu le Mouvement du 23 mars, ou M23, une milice qui a ensuite combattu l’armée congolaise pendant une bonne partie de la décennie, entraînant un nouvel afflux de personnes déplacées qui se sont installées dans d’autres camps et taudis à la périphérie de Goma. Pire encore, en 2012, les rebelles M23 soutenus par le Rwanda se sont brièvement emparés de la ville et l’ont saccagée, tout en menant une campagne d’assassinats dans la ville et ses alentours.

Aujourd’hui, Goma est officiellement en paix, mais elle n’est jamais vraiment paisible. « Depuis le début de 2019, une série de meurtres, de vols avec violence et d’enlèvements ont eu lieu dans les quartiers périphériques de Goma », selon un rapport publié ce printemps par le Rift Valley Institute, qui enquête sur le conflit et ses coûts en République démocratique du Congo. Un vol à main armée décrit dans le rapport ressemble étrangement à l’attaque contre Jeonnette et Godfroid à Kibirizi. L’une des victimes a expliqué comment des bandits ont perpétré ce cambriolage dans un quartier à la périphérie de Goma :

Read also:
Bolivia's Evo Morales Decries 'Genocidal' Israel, Rejects US Embassy Move to Jerusalem

« Je dormais en bas avec ma femme et le bébé. Ils sont entrés par la porte d’entrée en tirant par là. Nous nous sommes enfuis de notre chambre pour prendre l’escalier et entrer à l’intérieur. En bas, ils ont forcé une de nos filles à leur montrer les chambres à l’étage. On s’est enfermés dans la pièce. Les bandits ont tiré à travers la porte, blessant notre bébé, juste au-dessus de son œil et dans son bras. On s’est enfui sous la douche. Le bébé saignait beaucoup. Ils sont arrivés et j’ai commencé à leur donner tout ce qu’ils attendaient de nous… Ça a été très traumatisant. Ma femme, qui était enceinte, a accouché trop tôt, mais le bébé va plus ou moins bien. Enfermé dans la salle de bain, j’ai appelé le chef de quartier et le colonel que je connais, mais ils ont commencé à parler de carburant, [plus précisément, du manque de carburant, ce qui les a empêchés d’intervenir] alors personne n’est venu nous aider. »

Face à une telle violence, la plupart des Congolais n’ont d’autre choix que de subir ou de fuir. L’année dernière, 1,8 million de personnes – soit plus de 2 % des 81 millions d’habitants du Congo – ont été déplacées à l’intérieur de leur propre pays, juste après l’Éthiopie. Au total, il y a actuellement 5,6 millions de Congolais déplacés et on estime que 99 % d’entre eux se sont retrouvés sans abri à cause de la violence.

Goma avec le mont Nyiragongo en arrière-plan, en 2015. (MONUSCO Photos, CC BY-SA 2.0, Wikimedia Commons)

Les minéraux de la guerre passent après le conflit lui même.

Entre les années 90 et les premières années du siècle actuel, une quarantaine de groupes armés ont opéré dans l’est du Congo. Aujourd’hui, plus de 130 groupes de ce type sont actifs uniquement dans les provinces du Nord et du Sud-Kivu.

Avec au moins 24 milliards de dollars en or, diamants, étain, coltan, cuivre, cobalt et autres ressources naturelles sous terre, on suppose souvent que la violence du Congo est intimement liée au désir de contrôler ses richesses minérales. Les données du Kivu Security Tracker du Congo Research Group, cependant, indiquent qu’il n’y a « aucune corrélation systématique entre la violence et les zones minières ». Au lieu de cela, les conflits de ce pays sont devenus leur propre source de revenus. Une « bourgeoisie militaire » a utilisé l’ensemble complexe des conflits dans les conflits du pays pour leur avancement professionnel, finançant leurs guerres privées par l’enlèvement, la taxation des marchandises et la circulation des personnes, le braconnage et les rackets pour protection de toutes sortes. La violence n’est devenue qu’une ressource parmi d’autres dans l’est du Congo, une marchandise dont la valeur se mesure à la fois en douleur et en francs congolais.

Entre juin 2017 et juin 2019, environ 11% des meurtres et 17% de tous les affrontements dans les Kivus se sont produits dans les territoires de Fizi et d’Uvira au Sud-Kivu et pourtant l’épicentre de la violence dans la région reste le territoire de Beni au Nord-Kivu (également un point chaud de l’épidémie actuelle et croissante d’Ebola que même des vaccins puissants ne sont pas en mesure de contenir). 31% de tous les meurtres de civils dans les Kivus ont eu lieu à Beni ou aux alentours, selon le rapport de Human Rights Watch, « Congo, oublié », la plupart des effusions de sang étant attribuées au conflit entre les forces armées congolaises et les Forces démocratiques alliées, ou ADF, un groupe qui a vu le jour il y a des décennies, et dont le nom vient tout juste de devenir une franchise de l’État islamique.

Le territoire voisin de Rutshuru a connu 35% de tous les enlèvements dans les deux provinces, selon « Congo, Oublié ». Récemment, Sylvestre Mudacumura, chef des Forces démocratiques pour la libération du Rwanda, un groupe armé fondé par des génocidaires hutus en 2000, y a été tué par l’armée congolaise. Rutshuru et le territoire voisin de Lubero abritent également deux vagues coalitions de milices opposées – les Nyatura et les Mai-Mai Mazembe – qui puisent dans différents groupes ethniques de la région et les défendent en théorie.

Read also:
Memo suggests French intelligence knew about attack on Rwandan president in lead up to genocide

C’est l’un des massacres les plus persistants de la planète, qui risque de continuer à faire de terribles ravages dans les années à venir, pendant que le monde ferme les yeux.

Combustion lente

Muhindo Maronga Godfroid et Kahindo Jeonnette, tous deux du groupe ethnique Nande, sont originaires de Rutshuru. Bien qu’ils ne sachent pas avec certitude qui a attaqué leur maison le 24 novembre 2017, ils soupçonnent Nyatura, une milice hutu congolaise.

Lorsque le couple est revenu de l’hôpital après la fusillade, ils ont trouvé leur maison complètement pillée. Craignant pour leur vie, ils se sont enfuis à Goma, où je les ai rencontrés, avec leur fille Éliane, 5 ans. Tous les trois vivent maintenant dans une cabane de deux pièces dans un quartier difficile de la ville où la saleté et la roche volcanique servent de plancher à la plupart des maisons.

Avec sa main blessée, Godfroid n’a pas trouvé de travail. La famille survit grâce à l’argent que Jeonnette gagne en vendant du lotoko, un puissant alcool de contrebande local.

En jeans bleu et maillot de foot rouge de Liverpool, Godfroid a continué à me parler de leur fils jusqu’à ce que Jeonnette s’approche et me fasse signe de la main comme pour me dire : c’est fini ! La conversation l’avait laissée secouée et elle ne voulait plus entendre parler de cette horrible nuit, ni en parler, ni y penser une seconde de plus. Jeonnette a dit qu’elle avait besoin d’un verre. Est ce que je voulais bien me joindre à elle ? Après une heure de questions sur la violence qui avait bouleversé son monde, sur la mort d’un fils dont elle n’arrivait pas à prononcer le nom, comment pourrais-je refuser ?

Jeonnette ne peut pas oublier cette nuit-là, l’image de son fils, le moment où sa vie s’est effondrée, mais le monde a oublié la crise humanitaire au Congo – s’il en a jamais été conscient. Après plusieurs décennies de conflit, après une « guerre mondiale », la plupart des gens sur cette planète ne savent même pas ce qui s’est passé (sans parler des millions de morts), après les raids rebelles et les massacres de villages, après d’innombrables attaques et assassinats, la constellation des crises du Congo reste largement ignorée. Il s’agit d’un réservoir brûlant de douleur pour lequel, mis à part les efforts inlassables de Human Rights Watch et du Congo Research Group, il n’y a ni comptabilité ni responsabilité.

Se retirant dans l’arrière-salle, Jeonnette a émergé avec une boîte métallique de liqueur cristalline et en a versé un peu pour chacun d’entre nous. Alors que nous portions un toast en souvenir de son fils et que je savourais la lente brûlure du lotoko, Jeonnette a pris une grande respiration et s’est penchée vers moi. « Ce traumatisme vit dans mon cœur. Je n’y échappe pas », a-t’elle dit, les yeux pleins de douleur. « Ce pays n’arrête pas de nous faire reculer. On ne peut pas aller de l’avant. »

Nick Turse est le rédacteur en chef de TomDispatch. Il est l’auteur de « Next Time They’ll Come to Count the Dead : War and Survival in South Sudan » et du primé « Tuez tout ce qui bouge : La vraie guerre américaine au Vietnam. »

Source : Consortium News, Nick Turse, 11-10-2019

Traduit par les lecteurs du site www.les-crises.fr. Traduction librement reproductible en intégralité, en citant la source.

https://www.les-crises.fr/alors-que-le-monde-regarde-ailleurs-la-mort-rode-en-republique-democratique-du-congo/