12 fake news macronistes sur les Gilets jaunes | par Laurent Dauré

28.janvier.2019

À entendre les chiens de garde de l’ordre établi, les Gilets jaunes seraient gangrenés par l’ensemble des tares les plus répugnantes : violence, populisme (et pollutionisme), extrémisme, racisme, antisémitisme, sexisme, homophobie. Il manque bien sûr un élément à ce grand chelem de la vilenie : le conspirationnisme. Les médias et commentateurs dominants vilipendent le mouvement pour sa prétendue grande perméabilité aux fake news et aux théories du complot – notamment après la tuerie de Strasbourg –, enrichissant ainsi la gamme des calomnies aussi malhonnêtes que dégradantes déversées sur les Gilets jaunes pour tenter de les discréditer, de les diviser, et d’affaiblir le large soutien dont ils bénéficient dans la population.

Dans le même temps, les chasseurs d’infox patentés minorent ou ignorent carrément les multiples outrages à la vérité commis par les représentants du pouvoir et leurs auxiliaires. Ce qui augure du meilleur quant à l’application de la « loi contre les fausses informations » adoptée par l’Assemblée nationale en novembre. Pour permettre de mesurer l’ampleur du deux poids, deux mesures à l’œuvre, nous présentons ici – par ordre chronologique – douze cas de fake news d’origine macroniste. Le tout en deux parties. La liste n’est assurément pas exhaustive…

Fake news n°1 : Les Gilets jaunes réunis sur les Champs-Élysées sont des séditieux d’ultradroite

– Qui ? : Christophe Castaner (ministre de l’Intérieur)

– Quand ? : 24 novembre 2018

– Quoi ? : À la mi-journée, lors de « l’acte II » du mouvement des Gilets jaunes, Christophe Castaner fait un point presse devant la préfecture de police de la capitale. Voici son diagnostic de la situation (cf. BFM-TV) : « Sur Paris, on voit une évolution, à l’appel de Marine Le Pen, qui avait invité les manifestants à venir sur les Champs-Élysées. Effectivement, près de 5 000 personnes sont mobilisées. Mais ce que l’on constate c’est qu’aujourd’hui l’ultradroite, l’ultradroite [il faut répéter l’élément de langage important] s’est mobilisée, est en train de vouloir dresser des barricades sur les Champs-Élysées. »

Peu après, le ministre de l’Intérieur surenchérit en affirmant que les manifestants sont des « séditieux [qui] ont répondu à l’appel notamment de Marine Le Pen [nouvelle répétition] et veulent s’en prendre aux institutions, comme ils veulent s’en prendre aux parlementaires, aux parlementaires de la majorité ». Par ces propos lourdement insinuatifs, M. Castaner laisse entendre que la majorité des Gilets jaunes réunis sur les Champs-Élysées sont des séditieux d’ultradroite ayant répondu à une convocation de la présidente du Rassemblement national.

Read also:
"America first"

– En fait : La veille du rassemblement, Le Parisien rend compte d’une note confidentielle de la direction du renseignement de la préfecture de police de Paris (DRPP) ; celle-ci anticipe la présence de 80 à 120 militants de l’ultradroite. Dans l’après-midi du 24, BFM-TV rapporte : « Une centaine de militants de l’ultra-droite serait présente dans les rangs jaune fluo, selon la Préfecture de police. »

Les témoignages de Gilets jaunes qui étaient sur place (quelques exemples : France Bleu, La République du Centre, CNews) démentent eux aussi les « observations » de Christophe Castaner. Europe 1 affirme que près de « 200 militants d’ultra-droite ont participé aux débordements à Paris », des partisans de « groupes comme Génération identitaire ou le GUD ».

Parmi les 103 personnes interpellées – dont 101 placées en garde à vue –, nulle trace d’affiliation à l’ultradroite ou d’antécédent judiciaire (voir RTL, BFM-TV ou LCI) ; selon France Inter, « personne n’avait été identifié auparavant par les services de renseignements, que ce soit au sein de l’extrême-droite ou de l’extrême-gauche, ce qui a été confirmé pendant les gardes à vue. Personne n’a reconnu faire partie d’une mouvance extrême. »

Les assertions mensongères et anxiogènes de Christophe Castaner avaient avant tout une fonction d’intimidation, il s’agissait à la fois de faire peur aux Gilets jaunes – et à leurs sympathisants –, de les dissuader de manifester et de les sommer de se désolidariser d’un mouvement de « factieux d’ultradroite proches de Marine Le Pen ». La ficelle, utilisée depuis plusieurs décennies sur la scène politique française, est aussi grossière qu’indigne, cela n’empêche pas les clones macroniens d’en faire leur rengaine comminatoire : « C’est nous ou l’extrême droite. »

Fake news n°2 : Un Gilet jaune a fait un salut nazi sur les Champs-Élysées

– Qui ? : Team Macron (un important compte Twitter semi-officiel dédié à la défense de la Macronie), Naïma Moutchou (députée LREM, rapporteur de la loi relative à la lutte contre les fausses informations)

– Quand ? : 24 novembre 2018

– Quoi ? : D’après la Team Macron, une courte vidéo extraite d’un direct de BFM-TV sur les Champs-Élysées – toujours lors de l’acte II – montre un Gilet jaune en train de faire un salut nazi. Les e-roquets du président commentent : « Tranquille, un salut nazi sur les Champs-Élysées » (avec les mots-dièse « #SansMoiLe24 #24novembre #GiletsJaunes »).

Read also:
Podemos’ Alternative for Catalonia

Naïma Moutchou, rapporteur de la « loi anti-fake news », partage l’image et écrit : « Paris 1940 ? Non non, Paris 2018 ! Honte à ceux qui piétinent ainsi la République. Qu’ils sachent que leurs manœuvres n’y changera [sic] rien : nous continuerons à transformer le pays et répondrons à la colère de ceux de nos concitoyens qui manifestent dans le respect de la loi. » D’autres membres de LREM abondent dans ce sens.

En somme, des héritiers de Jacques Doriot plastronnent sur les Champs-Élysées au milieu de Gilets jaunes coupablement passifs mais la macronsphère défendra la République jusqu’à son dernier tweet.

– En fait : Quand on se donne la peine d’écouter le son de la vidéo (comme l’a fait France 2), l’erreur de la Team Macron & Cie se révèle de dimension jupitérienne : passant devant la caméra de BFM-TV, le Gilet jaune en question dit « Ave, Macron ! » en faisant un salut… romain. Il s’agit donc du clin d’œil ironique d’un « gaulois réfractaire ».

La loi contre la manipulation de l’information ayant été définitivement adoptée par l’Assemblée nationale – malgré son rejet par le Sénat – quelques jours plus tôt (le 20 novembre), Naïma Moutchou montre l’exemple en effaçant le tweet dans lequel elle relayait une fake news bien dodue. Le 28 novembre, elle fait une mise au point auto-complaisante. Par contre, s’excuser auprès du Gilet jaune moqueur et des autres manifestants qu’elle a diffamés en tentant de les faire passer pour des néonazis était manifestement au-delà de sa capacité de repentir.

Quant à la Team Macron, elle maintient (et s’enfonce) avec un tweet envoyé le 25 novembre : « Qu’il crie “avé [sic] Macron” ou autre chose ne change rien à la nature du geste qui est clairement un salut nazi. » Errare humanum est, perseverare diabolicum

À droite, le président du Parlement ukrainien, Andrei Parouby, cofondateur du Parti social-nationaliste d’Ukraine (alias « Svoboda »), reçu le 11 juin 2018 par François de Rugy, alors président de l’Assemblée nationale – Cf. ce billet et celui-ci

Fake news n°3 : C’est la peste brune qui a manifesté sur les Champs-Élysées

– Qui ? : Gérald Darmanin (ministre de l’Action et des Comptes publics)

– Quand ? : 25 novembre 2018

– Quoi ? : Reçu dans l’émission « Le Grand Jury » sur LCI/RTL/Le Figaro, Gérald Darmanin déclare à propos de la manifestation de la veille sur les Champs-Élysées : « Ce ne sont pas des Gilets jaunes qui ont manifesté, c’est la peste brune qui a manifesté. » Deux journalistes protestent timidement face à cette déclaration qui leur semble quelque peu outrée, mais le ministre persiste et signe : « C’est pas parce que vous mettez un gilet jaune que vous n’avez pas […] une chemise brune en-dessous. »

Read also:
Elections Remind German Politicians of the question of Peace and War

M. Darmanin est donc formel : tous les Gilets jaunes réunis sur les Champs-Élysées le 24 novembre – 5 000 personnes selon le comptage rabougri du ministère de l’Intérieur – étaient des néonazis.

– En fait : La teneur des propos est proche de celle du point presse de Christophe Castaner la veille mais avec en prime une expression encore plus infamante et une absence d’ambiguïté dans la généralisation. Pour l’ex-LR Gérald Darmanin, la totalité des manifestants présents sur la plus célèbre avenue de Paris étaient des émules jaune fluo de Jacques Doriot. Après l’ultradroite, la peste brune… Difficile d’aller plus loin dans la bêtise et l’ignominie.

On l’a vu ci-dessus, il est radicalement faux d’affirmer que les Gilets jaunes rassemblés sur les Champs-Élysées, y compris ceux qui sont qualifiés de « casseurs », ont quoi que ce soit à voir avec le nazisme. La très grande majorité (au moins 95 %) ne relève pas même de l’extrême droite. Et M. Darmanin le sait très bien. Son abject mensonge – qui contribue à répandre un climat anxiogène – vise uniquement à salir le mouvement des Gilets jaunes, à briser la franche solidarité dont il jouit au sein du peuple.

Il est par ailleurs irresponsable de relativiser ainsi la réalité du (néo)nazisme, on peut y voir une forme de révisionnisme impensé. En effet, si c’est la peste brune qui a manifesté le 24 novembre 2018 sur les Champs-Élysées, alors comment qualifier le défilé de la Légion des volontaires français contre le bolchevisme (dite LVF) qui a eu lieu sur la même avenue le 27 août 1943 ?…

Lire la suite https://www.les-crises.fr/12-fake-news-macronistes-sur-les-gilets-jaunes-1re-partie-par-laurent-daure/