Allemagne: Pétition contre la guerre en Ukraine

Par Alice Schwarzer
et Sahra Wagenknecht

Alice Schwarzer et Sahra Wagenknecht sont à l’origine de cette pétition : « pour la paix en Ukraine » qui circule en Allemagne au début Février 2023, qui a recueilli déjà plus de 600000 signatures et de personnalités politiques allemandes bien connues.

Sahara Wagenknecht est une députée Allemande de Die Link.

Alice Schwarzer est une journaliste féministe allemande qui a séjourné en France dans les années 1970 envoyée par son journal pour suivre la vie politique française de ces années-là. Elle a fait plus. Elle a participé activement à la bataille du Manifeste pour l’avortement et la contraception des 343 et aux activités et réflexions des groupes femmes et du courant « Féministes Révolutionnaires ». Bref au MLF historique. Elle a aussi tourné un film sur Simone de Beauvoir et participé avec Anne Zelensky au courant : « Féministes Révolutionnaires » dont l’essentiel de la lutte devait se dérouler contre le patriarcat. A son retour en Allemagne elle a voulu reprendre l’action des féministes françaises du Manifeste. Des milliers de femmes allemandes lui ont répondu mais elles n’ont pu trouver de relais politique pour une loi sur la dépénalisation de l’avortement. Alice Schwarzer a créé le magazine féministe Emma.

Ces deux femmes représentent la tradition féministe de la lutte pour la Paix. Car ce sont les femmes et les enfants qui payent un tribut aussi lourd que celui des soldats ! J’ai signé leur appel qui pourrait être repris ici en France, ou en Italie, etc.

“Aujourd’hui, c’est le 352e jour de guerre en Ukraine. Plus de 200 000 soldats et 50 000 civils ont été tués jusqu’à présent. Des femmes ont été violées, des enfants effrayés, tout un peuple traumatisé. Si les combats se poursuivent, l’Ukraine sera bientôt un pays dépeuplé et dévasté. Et beaucoup de gens à travers l’Europe ont également peur d’une escalade de la guerre. Ils craignent pour leur avenir et celui de leurs enfants.

Read also:
“Actions like this are a symbol for the liberation struggle. It’s an uprising against the right wing In Germany”

La population ukrainienne, brutalement envahie par la Russie, a besoin de notre solidarité. Mais qu’est-ce que la solidarité aujourd’hui ? Combien de temps l’Ukraine continuera-t-elle à se battre et à mourir sur le champ de bataille ? Et maintenant, un an plus tard, quel est le but de cette guerre ? La ministre allemande des Affaires étrangères a récemment déclaré que « nous » menons une « guerre contre la Russie ». Sérieusement ?

Le président Zelensky ne cache pas son objectif. Après les chars promis, il appelle maintenant aussi à des avions de combat, des missiles à longue portée et des navires de guerre – pour vaincre la Russie dans tous les domaines ? Le chancelier allemand assure toujours qu’il ne veut pas envoyer d’avions de combat ou de « troupes au sol ». Mais combien de « lignes rouges » ont déjà été franchies ces derniers mois ?

Il est à craindre que Poutine riposte au plus tard en cas d’attaque contre la Crimée. Allons-nous alors nous retrouver inexorablement sur un glissement vers la guerre mondiale et la guerre nucléaire ? Ce ne serait pas la première grande guerre à commencer de cette façon. Mais ce pourrait être le dernier.

L’Ukraine, soutenue par l’Occident, peut gagner des batailles individuelles. Mais il ne peut pas gagner une guerre contre la plus grande puissance nucléaire du monde. C’est ce que dit le plus haut officier militaire des États-Unis, le général Milley. Il parle d’une impasse dans laquelle aucune des deux parties ne gagne militairement et la guerre ne peut être terminée qu’à la table des négociations. Pourquoi pas maintenant ? Tout de suite !

Négocier ne signifie pas capituler. Négocier, c’est faire des compromis, des deux côtés. Dans le but d’éviter des centaines de milliers de décès supplémentaires et pire. C’est ce que nous pensons aussi, et la moitié de la population allemande pense. Il est temps de nous écouter !

Read also:
Interview: Die Linke’s crisis and the German far left

Nous, citoyens allemands, ne pouvons pas influencer directement l’Amérique et la Russie ou nos voisins européens. Mais nous pouvons et devons demander des comptes à notre gouvernement et au chancelier et lui rappeler son serment : « Dommages au peuple allemand ».

Nous demandons à la chancellerie d’arrêter l’escalade des livraisons d’armes. Maintenant ! elle devrait diriger une alliance forte pour un cessez-le-feu et des négociations de paix aux niveaux allemand et européen. Maintenant ! Parce que chaque jour perdu coûte jusqu’à 1 000 vies supplémentaires – et nous rapproche d’une 3e guerre mondiale.

Alice Schwarzer et Sahra Wagenknecht

Heute ist der 352. Kriegstag in der Ukraine. Über 200.000 Soldaten und 50.000 Zivilisten wurden bisher getötet. Frauen wurden vergewaltigt, Kinder verängstigt, ein ganzes Volk traumatisiert. Wenn die Kämpfe so weitergehen, ist die Ukraine bald ein entvölkertes, zerstörtes Land. Und auch viele Menschen in ganz Europa haben Angst vor einer Ausweitung des Krieges. Sie fürchten um ihre und die Zukunft ihrer Kinder.

Die von Russland brutal überfallene ukrainische Bevölkerung braucht unsere Solidarität. Aber was wäre jetzt solidarisch? Wie lange noch soll auf dem Schlachtfeld Ukraine gekämpft und gestorben werden? Und was ist jetzt, ein Jahr danach, eigentlich das Ziel dieses Krieges? Die deutsche Außenministerin sprach jüngst davon, dass „wir“ einen „Krieg gegen Russland“ führen. Im Ernst?

Präsident Selenskyj macht aus seinem Ziel kein Geheimnis. Nach den zugesagten Panzern fordert er jetzt auch Kampfjets, Langstreckenraketen und Kriegsschiffe – um Russland auf ganzer Linie zu besiegen? Noch versichert der deutsche Kanzler, er wolle weder Kampfjets noch „Bodentruppen“ senden. Doch wie viele „rote Linien“ wurden in den letzten Monaten schon überschritten?

Es ist zu befürchten, dass Putin spätestens bei einem Angriff auf die Krim zu einem maximalen Gegenschlag ausholt. Geraten wir dann unaufhaltsam auf eine Rutschbahn Richtung Weltkrieg und Atomkrieg? Es wäre nicht der erste große Krieg, der so begonnen hat. Aber es wäre vielleicht der letzte.

Die Ukraine kann zwar – unterstützt durch den Westen – einzelne Schlachten gewinnen. Aber sie kann gegen die größte Atommacht der Welt keinen Krieg gewinnen. Das sagt auch der höchste Militär der USA, General Milley. Er spricht von einer Pattsituation, in der keine Seite militärisch siegen und der Krieg nur am Verhandlungstisch beendet werden kann. Warum dann nicht jetzt? Sofort!

Verhandeln heißt nicht kapitulieren. Verhandeln heißt, Kompromisse machen, auf beiden Seiten. Mit dem Ziel, weitere Hunderttausende Tote und Schlimmeres zu verhindern. Das meinen auch wir, meint auch die Hälfte der deutschen Bevölkerung. Es ist Zeit, uns zuzuhören!

Wir Bürgerinnen und Bürger Deutschlands können nicht direkt auf Amerika und Russland oder auf unsere europäischen Nachbarn einwirken. Doch wir können und müssen unsere Regierung und den Kanzler in die Pflicht nehmen und ihn an seinen Schwur erinnern: „Schaden vom deutschen Volk wenden“.

Wir fordern den Bundeskanzler auf, die Eskalation der Waffenlieferungen zu stoppen. Jetzt! Er sollte sich auf deutscher wie europäischer Ebene an die Spitze einer starken Allianz für einen Waffenstillstand und für Friedensverhandlungen setzen. Jetzt! Denn jeder verlorene Tag kostet bis zu 1.000 weitere Menschenleben – und bringt uns einem 3. Weltkrieg näher.

Alice Schwarzer und Sahra Wagenknecht

We remind our readers that publication of articles on our site does not mean that we agree with what is written. Our policy is to publish anything which we consider of interest, so as to assist our readers  in forming their opinions. Sometimes we even publish articles with which we totally disagree, since we believe it is important for our readers to be informed on as wide a spectrum of views as possible.