Une deuxième plainte contre Assa Traoré !

Un acharnement hors du commun touche la famille Traoré depuis le 19 juillet 2016. Après les frères d’Adama Traoré, c’est la sœur, Assa Traoré qui est la cible de l’acharnement judiciaire.

Assa Traoré est déjà mise en examen, après une plainte des gendarmes, qui ont tué son frère.

Aujourd’hui c’est une deuxième plainte pour un événement organisé par le Comité Adama le 28/04/2018. Il s’agissait de monter un événement d’éducation populaire par le sport à Beaumont-sur-Oise, dans le quartier de la famille Traoré. L’objectif était de proposer aux familles et surtout aux enfants un moment convivial autour des valeurs de la boxe, avec l’ancienne championne du monde Aya Cissoko.

Lors de cet événement familial, ce sont des gendarmes, accompagnés des militaires de l’opération sentinelle en armes de guerre, qui sont venus patrouiller pour encadrer l’événement. Des armes devant des enfants de 3 à 5 ans… Voici les photos ci-dessous.

Nous le répétons aujourd’hui, le traitement d’exception fait aux habitants des quartiers populaires depuis des années est un thermomètre pour mesurer l’autoritarisme sans limite de l’Etat. Tous les secteurs en lutte pour la justice et l’égalité seront touchés s’il n’y a pas de réaction collective contre la dérive autoritaire.

Justice Pour Adama ! Sans justice, vous n’aurez jamais la paix !

Pour soutenir la famille Traoré https://www.okpal.com/adama-traore/

L’ acharnement s’ accélère contre Assa Traoré.

Une deuxième plainte a été déposée contre Assa Traore. Ce lundi 14 Octobre 2019 voit apparaître la deuxième convocation d’Assa Traoré (soeur d’Adama, et membre du comité Vérité et Justice pour Adama) au commissariat d’Ivry.
Une première convocation était déjà tombée le mardi 1er octobre 2019, conséquence d’une plainte déposée par les gendarmes de Beaumont sur Oise. Ces mêmes gendarmes qui ont interpelé son petit frère en juillet 2016 et entre les mains desquels Adama est mort.
Ces derniers l’attaquaient en justice pour « diffamation publique envers un particulier. »LaMeute était présente lors de cette première convocation : https://cutt.ly/beaEQT7

Read also:
Rompre avec la France atlantiste ? - Entretien avec Hadrien Desuin

Cette fois-ci, c’est la maire de Beaumont sur Oise, Nathalie Groux (UDI), qui porte plainte contre Assa Traoré ; la même Nathalie Groux qui avait préféré souligner le travail exemplaire des forces de l’ordre plutôt que de s’associer au deuil de la famille Traoré. La même Nathalie Groux qui avait convoqué les forces de l’ordre lorsque la famille et les proches avaient souhaité assister à un conseil municipal en 2016, peu de temps après la mort du jeune homme de 24 ans. La même Nathalie Groux qui avait déjà porté plainte contre Assa pour diffamation en 2016 et qui avait osé demander à son conseil municipal que le budget communal dédommage ses frais de justice. La même Nathalie Groux qui avait relayé le 12 novembre 2016 un post de sympathisant du FN : « “Mais que les citoyens de souche s’arment et viennent en aide à nos pauvres policiers sans recours !” »
La même Nathalie Groux qui, le 21 juillet 2019 à l’occasion de la troisième Marche commémorative en l’honneur d’Adama, avait osé envoyer une lettre aux habitant.es les invitant à rester chez elleux.

La maire revient ici sur un événement datant d’il y a plus d’un an. Une initiation à la boxe pour les petits et grands menée par l’ancienne championne du monde Aya Cissoko sur le terrain de foot du quartier de Boyenval, le 28 Avril 2018.
LaMeute était présente ce jour là. Nous avions vu patrouiller les gendarmes accompagnés de 5 militaires de l’opération Sentinelle sur les lieux de l’évènement familial.

Read also:
Lettre à celles et ceux « qui ne sont rien », depuis le Chiapas rebelle

Les plaintes sont donc les suivantes : « DECLARATION INCOMPLETE OU INEXACTE DE NATURE A TROMPER SUR LES CONDITIONS OU L’OBJET D’UNE MANIFESTATION SUR LA VOIE PUBLIQUE » puis « ORGANISATION DE MANIFESTATION SPORTIVE SANS SOUSCRIPTION PREALABLE DE GARANTIES D’ASSURANCE » et « ORGANISATION D’UNE MANIFESTATION PUBLIQUE DE SPORTS DE COMBAT SANS DECLARATION PREALABLE CONFORME » et enfin « DEGRADATION OU DETERIORATION DE BIEN DESTINE A L’UTILITE OU DECORATION PUBLIQUE ».

À 14h, devant le commissariat, quelques soutiens l’attendent déjà, notamment Almamy Mam Kanouté du comité pour Adama et 2 jeunes d’Ivry. Face à ce petit comité de soutien, les forces de l’ordre s’avancent; 8 policiers viennent une première fois demander la raison de cette présence, puis une seconde fois pour un contrôle d’identité.
Précisons également qu’il nous a été interdit de prendre des photos du commissariat et du tribunal, « états d’urgence oblige » croit justifier le policier. Ce petit rassemblement a mis « sa hiérarchie en ébullition » .
D’après l’un des jeunes d’Ivry présent, la cause est sans doute liée au scandale provoqué par l’arrestation de jeunes devant le lycée Romain – Rolland de la ville. Cette arrestation a provoqué, d’une part, plusieurs blocus lycéens avec le soutien du Maire d’Ivry-sur-seine -Philippe Bouyssou (PCF)- et de plusieurs élu.es communistes -dont la députée Mathilde Panot (LFI)- et d’autre part, d’une manifestation de soutien devant le commissariat d’Ivry appelé par les syndicats de police dont Alliance 94.

La plainte menée par l’enquête des gendarmes de Beaumont sur Oise s’appuie sur des photos datées du 30 Avril 2018, soit… 2 jours après l’événement organisé par le comité pour Adama !
Ces photos illustrent ce même terrain de foot partiellement couvert de canettes et de bouteilles, au sol. Sont également dans ce dossier de « 50 pages » précise Assa, plusieurs portraits des participant.e.s à cette journée.
Lors de sa déclaration à la sortie du commissariat, Assa conteste les plaintes : « l’évènement a été déclaré à la préfecture de Cergy-Pontoise » informe-t-elle.

Read also:
The Pentagon & Hollywood’s successful and deadly propaganda alliance

De même, pour la dégradation du terrain, « n’importe qui en 2 jours peut dégrader un terrain ».

Elle conclue en mettant en garde contre les attaques envers sa personne qui se multiplient depuis ces dernières semaines: « Un jour, on me mettra en garde a vue, un jour on me mettra en prison » affirme t-elle.